Nous rejoindre sur les réseaux

France

France – Industrie et technologies: Macron annonce un investissement de 30 milliards d’euros

Article

le

industrie-et-technologies:-macron-annonce-un-investissement-de-30-milliards-d’euros

Produire davantage et « redevenir une grande nation d’innovation »: Emmanuel Macron a levé le voile mardi sur un plan d’investissement de 30 milliards d’euros, fixant la mission de gagner la « bataille de l’indépendance » d’ici 2030, dans un monde de l’après-crise soumis à des changements extraordinairement rapides.

« Si on ne réindustrialise pas le pays, on ne pourra redevenir une nation d’innovation et de recherche », a affirmé le président de la République en présentant, à six mois de l’élection présidentielle, son plan « France 2030 » devant près de 200 chefs d’entreprises, ministres, élus, étudiants et chercheurs, réunis à l’Elysée.

« Nous devons augmenter la capacité de l’économie français à croître par l’innovation », notamment pour continuer à « financer notre modèle social », a-t-il ajouté pendant un discours prononcé debout et sans notes de près de deux heures, après la diffusion d’un court film retraçant les grands moments de l’innovation industrielle française (TGV, Rafale, nucléaire, Concorde, etc.).

Face à la concurrence mondiale pour la maîtrise des technologies d’avenir, « France 2030 » vise ainsi à créer les champions français de demain dans les technologies d’avenir, en particulier en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique.

La crise sanitaire « nous a fait toucher du doigt notre vulnérabilité », et « notre dépendance vis-à-vis de l’étranger », a relevé Emmanuel Macron, évoquant la pénurie de masques ou l’incapacité de la France à faire émerger un vaccin anti-Covid.

« On doit rebâtir les termes d’une indépendance productive française et européenne », a-t-il enjoint, estimant que « nous avons un besoin impérieux d’accélérer les investissements publics créateurs de croissance et d’emplois ».

Sur les 30 milliards d’euros mobilisés sur cinq ans, 8 milliards iront au secteur de l’énergie, pour devenir un « leader de l’hydrogène vert » d’ici 2030 et poursuivre la décarbonation de l’industrie ou encore développer le nucléaire de demain.

La France investira notamment un milliard d’euros pour développer des petits réacteurs nucléaires.

Quatre milliards d’euros seront aussi consacrés à la mobilité propre, avec notamment l’objectif de développer un avion bas carbone et de « produire en France 2 millions de véhicules électriques et hybrides » d’ici 2030, a indiqué M. Macron.

Des innovations de « rupture » dans l’alimation et la santé, avec l’ambition de produire 20 biomédicaments et des dispositifs médicaux de pointe, seront aussi au coeur de « France 2030 ».

Non au « nationalisme excessif »

Pour atteindre la dizaine d’objectifs fixés, il a insisté sur la sécurisation de l’accès à certains matériaux critiques (lithium, nickel, etc.).

Au moment où la France et le monde font face à une pénurie de semi-conducteurs, 6 milliards d’euros seront consacrés à développer une production nationale de composants clés, tandis que 2,5 milliards d’euros seront dédiés à la formation des « talents » de demain et 5 milliards à l’amélioration du financement des start-up industrielles.

« Mieux produire, mieux vivre et mieux comprendre le monde »: avec ce plan, Emmanuel Macron a exprimé sa stratégie de sortie de crise, après les mesures d’urgences mises en place depuis mars 2020 et le plan de relance de 100 milliards.

La logique de « France 2030 » est de « reprendre en main le destin de la France et de l’Europe », a-t-il insisté, fustigeant toutefois « ceux qui pleurent, qui plaident le nationalisme excessif », tout en rappelant que le modèle social français devrait continuer à se « moderniser ».

« À quelques mois de la fin de son mandat, le président sortant engage l’argent des Français pour redorer son blason électoral avec des promesses qui n’engagent que son successeur », a critiqué Marine Le Pen sur Twitter.

Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a lui dénoncé une « nouvelle journée de propagande macroniste », et un plan visant à mettre « des centrales nucléaires partout ». Pour la sénatrice LR Valérie Boyer, « Emmanuel Macron parle de la France2030 pour éviter de parler de la France 2014-2021 ». « Les Français ne sont pas dupes », a-t-elle ajouté.

Greenpeace a dénoncé des « fausses solutions suivent une même logique: repousser sans cesse la vraie transition et continuer à produire comme si les ressources de la planète étaient illimitées ».

« Ce plan doit commencer vite », dans « un esprit commando », a insisté M. Macron. 3 à 4 milliards d’euros seront dépensés dès l’an prochain et intégrés au projet de budget 2022 dont l’examen vient de débuter au Parlement.

Reste toutefois à trancher la gouvernance, à « finaliser d’ici la fin de l’année », et le pilotage, enjeu de vifs débats au sein de l’administration. Emmanuel Macron a plaidé pour une « simplification » des structures, et pour « faire confiance à l’émergence » de nouveaux acteurs, à côté des seuls grands groupes déjà bien établis.

« Il faut accepter de financer l’innovation où elle est », a-t-il insisté, assurant que la moitié environ des montants du plan irait aux start-up, PME et entreprises de taille intermédiaire.

France

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

Article

le

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

La moitié des enseignants du premier degré (maternelle et élémentaire) devrait faire grève mardi 31 janvier, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

Le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, a prévu ce lundi 30 janvier que la moitié des enseignants du premier degré seraient grévistes dans le cadre de la deuxième journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites, mardi 31 janvier.

« Il n’y a pas d’étonnement, on savait que nous n’irions pas jusqu’à 70 % comme lors de la première mobilisation [le 19 janvier, ndlr]. Mais 50 % reste un très bon chiffre qui montre qui le mouvement de contestation contre la réforme des retraites s’installe dans les écoles », a expliqué à l’AFP Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU.

Lire Plus

France

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

Article

le

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

La circulation des trains sera « très fortement perturbée » mardi, pour la deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, en particulier pour les trains régionaux TER et Transilien, et sera « fortement perturbée » pour les TGV, a annoncé la SNCF.

La grève de mardi, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, sera encore très suivie dans les transports ferroviaires, avec très peu de trains régionaux TER et Transilien et une circulation des TGV « fortement perturbée », a annoncé dimanche la SNCF.

Sur les TGV, la SNCF s’attend à voir circuler un train sur trois en moyenne : deux TGV sur cinq sur l’axe Nord, un sur deux dans l’Est comme dans le Sud-Est, un sur quatre sur l’arc Atlantique et deux sur cinq pour ses Ouigo. Sur les lignes province à province, seul un train sur trois circulera.

Le trafic des trains régionaux sera encore plus affecté avec deux TER sur 10 en moyenne. Un plan de transport sera communiqué ultérieurement par la SNCF dans chacune des régions.

En Ile-de-France, la SNCF prévoit un train sur trois sur les lignes de RER A, B, et les Transiliens H et U ; un train sur quatre sur la ligne de Transilien K ; et un train sur 10 pour les lignes de RER C et D (en partie fermées), le RER E, et les Transiliens J, L, N, P et R, selon un communiqué. Les lignes 4, 11 et 13 du tramway fonctionneront normalement.

Le trafic des Intercités sera également « très fortement perturbé » : aucun train ne circulera à l’exception d’un aller-retour sur les liaisons Paris-Clermont-Ferrand, Paris-Limoges-Toulouse et Bordeaux-Marseille. Les trains de nuit seront eux totalement interrompus les nuits de lundi à mardi et de mardi à mercredi.

Côté international, les trains connaîtront des sorts divers : la circulation des Eurostar et Thalys fonctionnera quasi normalement mais le trafic des TGV sera « fortement perturbé » entre la France et la Suisse (Lyria).

« Les prévisions sont globalement similaires » à celles de jeudi dernier, qui marquait la première journée de mobilisation, a indiqué la SNCF à l’AFP.

Dans son communiqué, SNCF voyageurs recommande aux voyageurs qui le peuvent « d’annuler ou reporter leurs déplacements » et de « privilégier le télétravail ».

Les usagers sont invités à « vérifier la circulation des trains » lundi dès 17H sur les sites et applications de la SNCF.

Lire Plus

France

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Article

le

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Le Parti socialiste a finalement trouvé un accord ce samedi après-midi, après plusieurs jours de contestations internes sur les résultats de l’élection du premier secrétaire du parti.

Soumis de 14 à 16 heures au vote des délégués du Congrès socialiste à Marseille, un protocole d’accord a finalement été entériné vers 15 heures ce samedi, confirmant la victoire d’Olivier Faure comme premier secrétaire du PS, à l’issue de plusieurs jours de contestations internes. Les 186 délégués ont à la quasi-unanimité brandi leur carton rouge validant l’accord entre les deux rivaux, portant sur la composition de la direction notamment. « Cette maison, vous venez encore, une fois de plus, de la sauver », a réagi au micro, sous les applaudissements, le maire de Marseille Benoît Payan, qui a dit « avoir eu peur ces derniers jours ».

Le texte détermine que son rival Nicolas Mayer-Rossignol, sceptique vis-à-vis de l’alliance de gauche Nupes et qui contestait jusqu’à présent sa victoire, deviendra premier secrétaire délégué au côté de la maire de Nantes pro-Faure Johanna Rolland. Hélène Geoffroy, chef de file des anti-Nupes, prendra la présidence du conseil national, le parlement du parti.

Le maire de Rouen a contesté pendant plusieurs jours la victoire du premier secrétaire sortant (avec officiellement 51,09 %). Nicolas Mayer-Rossignol ne cache pas ses réticences vis-à-vis de LFI et d’un accord qui a déçu beaucoup de socialistes.

Organigramme

À l’issue d’un premier vote sur le texte d’orientation, Olivier Faure avait obtenu 49 % des voix et le maire de Rouen autour de 30 %, devant une troisième candidate, la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy (autour de 20 %).

Les négociations se sont notamment débloquées lorsque cette dernière, qui n’avait pas pu se maintenir et avait décidé de soutenir Nicolas Mayer-Rossignol, a indiqué qu’elle ne souhaitait pas intégrer la direction, mais rester dans l’opposition. « Ils assument d’être la minorité, mais ne sont plus avec Nicolas Mayer-Rossignol, ce qui change la donne » et le rapport de force, explique une proche d’Olivier Faure.

Lire Plus

Les + Lus