Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

En Grèce, la rénovation de l’Acropole fait polémique

Article

le

en-grece,-la-renovation-de-l’acropole-fait-polemique
Des touristes visitent le Parthénon, le 4 juin 2021 à Athènes ©Aris MESSINIS

Le projet de rénovation de l’Acropole, le célèbre rocher sacré d’Athènes classé au patrimoine mondial de l’Unesco, se heurte à bien des critiques, le gouvernement grec étant accusé de détériorer un héritage inestimable.

Principal objet de cette colère: une nouvelle passerelle en béton dévoilée en décembre, dans le cadre d’une rénovation plus large présentée comme nécessaire pour accueillir des millions de visiteurs chaque année, parmi lesquels des personnes à mobilité réduite.

L’architecte chevronné Tasos Tanoulas, ancien membre de l’équipe de restauration de l’Acropole, a qualifié cette nouvelle rampe d' »incongrue » et d' »étouffante » pour le monument du Ve siècle avant J.C, tandis que le principal chef de l’opposition, Alexis Tsipras, parlait de « mauvais traitements » infligés au plus réputé site archéologique de Grèce.

Les opposants aux travaux, terminés il y a un peu plus d’un an, estiment qu’ils ont été réalisés sans les soins nécessaires à la sauvegarde du monument emblématique.

Le gouvernement réplique que toutes les précautions ont été prises et que ces critiques sont alimentées par l’opposition.

Plus de 3,5 millions de personnes ont visité l’Acropole en 2019, avant la pandémie.

Le ministère de la Culture a annoncé cette semaine de nouveaux dispositifs sur l’Acropole pour les visiteurs handicapés, résultats selon lui d’entretiens avec les principales associations de personnes handicapées.

Des panneaux en braille vont être installés pour les visiteurs malvoyants, ainsi que des rambardes et une signalisation pour les accès en pente.

Mais les risques demeurent.

Risque de trébucher

Le jour d’une d’un journaliste à l’Acropole, une femme a trébuché dans un trou au milieu de la nouvelle passerelle, l’un des nombreux creux conçus à dessein pour donner un aperçu de l’ancienne roche en dessous.

Plus loin, un employé balaie rapidement la terre vers un autre creux après le passage d’un groupe de visiteurs.

« C’est un plateau avec des nids-de-poule. Les nids-de-poule sont loin d’être sûrs », note la guide touristique Smaragda Touloupa, qui a récemment fait visiter le site à ses parents âgés.

La rénovation de l’Acropole, qui a coûté environ 1,5 milliard d’euros et comprend un éclairage nocturne, la mise en place d’un ascenseur pour handicapés et un meilleur drainage, a été financée par la Fondation privée Onassis.

Les travaux, destinés à relancer la fréquentation du site, ont été conduits par des « experts de renommée mondiale », forts de quatre décennies d’expérience, a souligné la ministre de la Culture Lina Mendoni.

« Personne ne remet en question leur travail », a noté la ministre. « Nous leur avons confié la restauration des monuments de l’Acropole. Comment peut-on douter d’eux sur un projet » de rampe en béton?, a-t-elle ajouté il y a un mois.

Mais Smaragda Touloupa, auteure d’articles sur la gestion du patrimoine et guide sur l’Acropole depuis 1998, déplore que ce projet d’envergure ait été décidé par un cercle restreint, composé surtout d’archéologues. « C’est une approche complètement technocratique », fustige-t-elle.

Même l’Unesco a appris les « interventions » sur l’Acropole par des « tiers », a rapporté Mechtild Rossler, directrice du Centre du patrimoine mondial de l’Unesco.

En tant que signataire de la Convention du patrimoine mondial de l’Unesco, la Grèce doit prévenir « avant de prendre toute décision qui serait difficilement réversible », poursuit-elle.

Des changements « mineurs »

Selon Lina Mendoni, il n’y avait aucune obligation d’informer l’Unesco pour ces changements « mineurs » et « entièrement réversibles ».

Des experts de l’Unesco participeront à Athènes à une conférence internationale à l’automne, a précisé la ministre.

Pour les autorités, la rénovation était nécessaire car les chemins autour de l’Acropole, conçus il y a 50 ans et réaménagés pour la dernière fois en 2012, provoquaient des centaines d’accidents chaque année.

Le chef de projet, Manolis Korres, un architecte respecté, impliqué dans les travaux depuis 1975, a assuré que le béton repose sur une membrane protectrice qui peut être retirée rapidement si nécessaire.

Un pavage solide était en outre indispensable pour permettre aux lourdes machines de déplacer des dalles de plusieurs tonnes.

Sous le métro de Thessalonique

Des critiques visent également un projet de déplacement d’une voie de l’époque byzantine trouvée lors de la construction d’un nouveau métro à Thessalonique, la deuxième ville de Grèce.

Le mois dernier, des dizaines d’experts ont dénoncé une décision qui « met en péril la préservation d’importants vestiges » du passé antique et byzantine de la ville.

La route du 6e siècle avant JC « est l’une des découvertes les plus spectaculaires de cette période dans le monde », ont-ils assuré dans une tribune.

Le métro, dont la construction, d’un coût d’1,5 milliard d’euros, a débuté en 2003, devrait être opérationnel en 2023.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Europe

Élections Européennes 2024 : Le RN en tête dans l’Hérault avec une nette avance

Article

le

Élections Européennes 2024 : Le RN en tête dans l'Hérault avec une nette avance

Le département de l’Hérault confirme la domination du Rassemblement National, tandis que d’autres partis montrent des progressions notables.

Les élections européennes de 2024 ont révélé des dynamiques politiques intéressantes dans le département de l’Hérault. Le Rassemblement National (RN), mené par Jordan Bardella, a dominé les scrutins avec une large avance, consolidant ainsi sa position de force politique majeure dans ce département. Jordan Bardella a recueilli 34,98 % des voix exprimées, soit 162 908 votes. Ce résultat confirme une progression significative et un soutien croissant pour le RN dans cette région, aligné avec les résultats nationaux où le parti a obtenu 31,5 % des voix et 30 sièges.

Les chiffres de participation révèlent une mobilisation notable des électeurs dans l’Hérault, avec 55,54 % des inscrits ayant voté. Sur les 762 469 inscrits, 423 475 ont exercé leur droit de vote, malgré une abstention de 44,46 %. Parmi les votants, les bulletins blancs et nuls ont été peu nombreux, avec respectivement 5 201 et 5 134, représentant à peine plus de 1 % des votants.

En deuxième position, le Parti socialiste, représenté par Raphaël Glucksmann, a obtenu 14,41 % des voix dans l’Hérault, soit 67 117 votes. Ce résultat est en ligne avec la progression nationale du parti, qui a obtenu 13,8 % des voix et 13 sièges. Valérie Hayer, pour Renaissance, a suivi avec 11,65 % des voix dans le département, totalisant 54 250 votes. Ce nombre de voix maintient le parti de la majorité présidentielle dans le paysage politique européen.

Manon Aubry, de La France Insoumise (LFI), a recueilli 10,92 % des voix avec 50 867 votes. Ce résultat marque une augmentation par rapport aux attentes nationales, où LFI a obtenu 9,9 % des voix et 9 sièges. Marion Maréchal, candidate de Reconquête, a dépassé la barre des 5 %, obtenant 6,06 % des voix, ce qui se traduit par 28 236 votes.

Les Républicains (LR), représentés par François-Xavier Bellamy, ont obtenu 5,32 % des voix avec 24 767 votes, tandis que Marie Toussaint, des Écologistes (EELV), a obtenu 5,13 % des voix avec 23 901 votes. Ces résultats montrent des soutiens significatifs mais modestes pour ces partis dans l’Hérault.

L’issue de cette élection dans l’Hérault reflète une consolidation du RN en tant que force politique majeure, une tendance également observée au niveau national. Les résultats montrent également des performances notables pour d’autres listes, notamment le Parti socialiste, tandis que Renaissance marque une perte de vitesse par rapport aux dernières élections. La France Insoumise et Reconquête ont montré des résultats respectables, indiquant une base de soutien persistante.

Lire Plus

Europe

Élections Européennes 2024 : Le RN largement en tête avec 31,5 % des voix

Article

le

Élections Européennes 2024 : Le RN largement en tête, surprise pour la LFI

Les résultats des élections européennes de 2024 confirment le succès du Rassemblement National (RN), avec Jordan Bardella en tête.

Le Rassemblement National (RN) domine les résultats définitifs des élections européennes de 2024, avec 31,5 % des voix et 30 sièges. Jordan Bardella, tête de liste du RN, remporte une victoire éclatante, enregistrant une progression significative par rapport aux élections précédentes.

En deuxième position, Valérie Hayer pour Renaissance obtient 14,6 % des voix et 13 sièges, maintenant ainsi une présence notable dans le paysage politique européen. Le Parti socialiste et Place publique, mené par Raphaël Glucksmann, enregistre une progression, obtenant 13,8 % des voix et 13 sièges.

Manon Aubry pour La France Insoumise (LFI) obtient 9,9 % des voix et 9 sièges, tandis que François-Xavier Bellamy pour Les Républicains (LR) enregistre 7,2 % et 6 sièges.

Marion Maréchal pour Reconquête franchit la barre des 5 %, obtenant 5,5 % des voix et 5 sièges. Marie Toussaint pour Les Écologistes obtient également 5,5 % des voix et 5 sièges.

Les résultats pour le Parti communiste français, représenté par L. Deffontaines, et Alliance rurale, représentée par J. Lassalle, sont de 2,4 % chacun, sans obtenir de sièges.

Ces résultats soulignent la consolidation du RN en tant que force politique majeure, tout en mettant en évidence les performances de certaines listes qui ont réalisé des progressions notables par rapport aux élections précédentes.

Lire Plus

Europe

Européennes : LFI dénonce des « irrégularités » locales en plein scrutin

Article

le

Européennes : LFI dénonce des "irrégularités" locales en plein scrutin

Plusieurs députés de La France Insoumise ont dénoncé dimanche, en plein scrutin des élections européennes, des « irrégularités » locales, notamment à Toulouse, le parti de gauche radicale appelant ses électeurs à lui signaler « tous les dysfonctionnements ».

Les cadres de LFI ont pointé dès le matin plusieurs situations litigieuses sur le réseau social X. À l’image du coordinateur national du mouvement, Manuel Bompard, qui a fait savoir que les bulletins de sa candidate Manon Aubry « n’étaient pas disposés sur les tables de vote » à Domont (Val-d’Oise). « Il a fallu une intervention de notre part pour les mettre en place », a ajouté le député des Bouches-du-Rhône, lançant un appel à ses sympathisants : « Soyez vigilants et alertez-nous de tous les dysfonctionnements ! ».

Consigne appliquée par ses collègues de Haute-Garonne, Hadrien Clouet et François Piquemal. Le premier a dénoncé de « premières irrégularités » à Toulouse dès l’ouverture des bureaux de vote, tandis que le second a déploré dans la matinée une « pagaille électorale » dans la ville rose.

Retour dans le Val-d’Oise à la mi-journée, où le député Aurélien Taché, soutien de LFI, a indiqué avoir été radié des listes électorales, se disant « un petit peu surpris » de ne pas avoir été prévenu et annonçant « engager une action judiciaire pour être réintégré ». La mairie de Cergy a répondu qu’en effet Aurélien Taché avait été radié le 6 mai 2022 mais que cela faisait suite à « un rattachement dans une autre commune ».

Un député de la République s’inspire des méthodes de Trump pour jeter le discrédit sur la démocratie en France, a réagi le maire socialiste de Montpellier, Michaël Delafosse, jugeant ce positionnement « déshonorant, affligeant, outrancier ».

En début d’après-midi, la députée insoumise de l’Essonne Farida Amrani a elle aussi alerté sur le cas de « plus de 50 personnes, radiées abusivement par le maire d’Évry-Courcouronnes » et qui se trouvaient au tribunal d’instance, « certaines depuis 10H00, pour être réintégrées ».

Ce type de contestation en temps réel de l’organisation d’un scrutin national, extrêmement rare en France, fait suite au mot d’ordre diffusé depuis plusieurs jours par Jean-Luc Mélenchon, qui a souhaité que LFI « déclenche une commission d’enquête sur le déroulement des élections en France ». Samedi encore, le leader insoumis a évoqué « des dizaines de remontées » au sujet de « professions de foi non distribuées », quand d’autres figuraient « en double ou en triple dans une même enveloppe », et a exhorté ses troupes à continuer les signalements pour la « future commission d’enquête ».

« Gardez les yeux ouverts. Accomplissez votre devoir civique dans la vigilance. Signalez tous dysfonctionnements ou irrégularités », a ainsi relayé dimanche sur X la cheffe des députés insoumis Mathilde Panot.

Ces dénonciations de possibles irrégularités par Jean-Luc Mélenchon avaient été décrites comme « un dérapage incompréhensible » par son ancien allié socialiste Olivier Faure en début de semaine, qui avait jugé « dramatique » de laisser croire à une « manipulation » dirigée contre les Insoumis.

Lire Plus

Les + Lus