Nous rejoindre sur les réseaux

France

Electricité : EDF et le gouvernement « confiants » pour l’hiver

Article

le

electricite-:-edf-et-le-gouvernement-« confiants »-pour-l’hiver

Plus de nucléaire, et vite: le ministre de l’Economie Bruno Le Maire et le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont, pour sa première apparition publique, se sont dit « confiants » dans la capacité du parc nucléaire français de franchir sans encombre le cap de l’hiver.

« Nous abordons avec confiance les semaines qui viennent, avec le passage de l’hiver », a déclaré M. Rémont, dont la priorité, fixée par l’exécutif, est de piloter la relance de la production d’électricité nucléaire en France.

EDF est « totalement mobilisé pour faire face aux enjeux de court terme comme de moyen terme », a souligné le nouveau patron du groupe, lors d’une visite sur le site de la centrale nucléaire de Penly, en Normandie, au côté du ministre de l’Economie Bruno Le Maire, venu délivrer un message résolument pro-nucléaire.

« Nous avons un atout maître dans l’économie française, c’est le nucléaire, il s’agit de le renforcer », a martelé le ministre devant la presse, rappelant l’objectif d’une entrée en service en 2035 du premier des six EPR de seconde génération que l’exécutif veut faire bâtir. « Si c’est 2034, c’est mieux ! », a-t-il lancé.

« Ma conviction c’est que la France sera leader et que beaucoup de pays qui avaient fait une croix sur le nucléaire vont reconsidérer leurs options », a-t-il déclaré, dans une allusion à l’Allemagne.

Vêtu du gilet bleu marine et orange des salariés d’EDF, Luc Rémont s’est exprimé pour la première fois publiquement depuis sa prise de fonction le 23 novembre, devant des dizaines de salariés.

Premier producteur d’électricité en Europe, EDF est en voie de renationalisation à 100% par l’Etat.

Une reprise en main qui inquiète en interne. « Hercule est abandonné, que les choses soient claires », a toutefois déclaré le ministre, évoquant ce projet de séparation des activités du groupe en trois entités, nucléaire, hydroélectrique et énergies renouvelables, combattu par les syndicats.

Dans l’immédiat, seize réacteurs restent à l’arrêt sur 56 pour des maintenances programmées ou prolongées et des problèmes de corrosion qui ont nécessité de longues réparations. Les plus vieux de ces réacteurs fêteront leur 50 ans dès 2030.

Importer

Les remises en service s’accélèrent cependant, avec trois réacteurs rebranchés rien que dans la nuit de jeudi à vendredi, et une puissance retrouvée de 40 gigawatts (GW) ce qui devrait suffire pour surmonter la vague de froid prévue ces jours-ci, selon le gestionnaire du réseau RTE.

« EDF tient son calendrier et nous sommes sur la bonne voie », a assuré le ministre. « Arrêtons de dire que c’est la catastrophe, ce n’est pas vrai », s’est-il exclamé.

Les Français qui bénéficiaient d’une électricité peu chère et abondante grâce au nucléaire,  font désormais face à la flambée des prix de l’énergie, même tempérée par les boucliers tarifaires. Ils doivent aussi composer avec la pénurie d’électricité symbolisée par l’application Ecowatt et ses alertes orange ou rouge qui les encourageront à limiter leur consommation.

EDF estime dès à présent à 10% environ la baisse de la consommation en novembre par rapport au même mois de 2021.

Pour lundi, date à laquelle le gestionnaire du réseau RTE s’attend à une pointe de consommation à 81,5 GW, Ecowatt reste au vert même si un aléa est toujours possible durant le week-end, indique le gestionnaire du réseau.

Pour toute la semaine prochaine, RTE table sur un mercure en baisse de 5 à 6 degrés par rapport aux « températures de référence », synonyme d’une consommation élevée.

La France devra donc importer. Une partie de ses importations proviendront d’Allemagne où il ne reste que trois centrales nucléaires en service depuis le renoncement de ce pays à cette énergie au lendemain de la catastrophe de Fukushima en 2011.

Cette électricité allemande était issue pour 44% d’énergies renouvelables au troisième trimestre contre 36% provenant du charbon

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

France

#MeToo des armées: la France lance une mission d’inspection sur les violences sexuelles

Article

le

#MeToo des armées: la France lance une mission d'inspection sur les violences sexuelles

Le ministère français des Armées a lancé une mission d’inspection sur les violences sexuelles dans ses rangs après une série de témoignages d’abus alimentant un #MeToo de l’institution militaire.

Le ministère français des Armées a initié une mission d’inspection pour enquêter sur les violences sexuelles au sein de ses rangs, suite à une série de témoignages faisant état d’abus, alimentant un #MeToo au sein de l’institution militaire.

La mission vise à améliorer « l’ensemble des mesures de prévention, de protection des victimes et de sanction des agresseurs », ont annoncé le ministre Sébastien Lecornu et la secrétaire d’État aux Anciens Combattants Patricia Miralles dans une tribune commune parue dans le quotidien Le Monde.

Par ailleurs, les ministres ont précisé qu’à partir de maintenant, « chaque fois qu’il existe une suspicion de viol ou d’agression sexuelle présentant un caractère suffisant de vraisemblance, la personne mise en cause sera systématiquement suspendue de ses fonctions ».

La mission rendra ses conclusions fin mai. Une instruction ferme en ce sens a été envoyée par le ministère à tous les commandements le 26 mars.

Les violences sexuelles « sont des actes contre la cohésion militaire, contre la fraternité d’armes, c’est d’autant plus insupportable dans les armées », a déclaré le contrôleur général des Armées, chef de la cellule « Themis ».

La députée Laetitia Saint-Paul, par ailleurs capitaine dans l’armée de Terre, a reçu une vingtaine de témoignages de victimes présumées en une semaine sur sa boîte mail parlementaire après la publication du témoignage de Manon Dubois, victime d’agressions sexuelles lorsqu’elle travaillait dans la Marine.

La mission d’inspection aura également pour objectif de « rendre plus efficace encore » le fonctionnement de la cellule « Thémis ».

En 2023, 167 signalements pour violences sexuelles ou sexistes ont été adressés à la hiérarchie militaire et 59 à Thémis, soit un total de 226 cas ayant fait l’objet d’une enquête administrative au sein des armées, selon le ministère.

Sur ces 226 cas, « la moitié » a fait l’objet de sanctions disciplinaires et 150 ont fait ou font l’objet de poursuites en justice. Un tiers relèvent du harcèlement, un tiers d’agressions, 12% de viols et le reste d’outrages sexistes, selon la même source.

Lire Plus

Les + Lus