Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Économie : Société Générale enregistre une lourde perte liée à son départ de Russie

Article

le

societe-generale-enregistre-une-lourde-perte-liee-a-son-depart-de-russie

Société Générale a annoncé mercredi une perte nette de près de 1,5 milliard d’euros au deuxième trimestre, affecté par une charge exceptionnelle au titre de la cession en mai de sa filiale russe Rosbank.

Son produit net bancaire (PNB), équivalent du chiffre d’affaires, s’élève à 7 milliards d’euros d’avril à juin, en hausse de 12,8% sur un an, porté par l’ensemble des métiers.

Le deuxième trimestre 2022 « conclut deux ans d’intense et disciplinée exécution de nos différents projets stratégiques », commente le directeur général Frédéric Oudéa, cité dans un communiqué.

La banque de détail, rassemblant notamment les réseaux d’agences Société Générale et Crédit du Nord amenés à fusionner à partir de l’an prochain, affiche une progression de son produit net bancaire de 8,5% sur un an.

Boursorama, la banque en ligne du groupe, a passé en juillet la barre des 4 millions de clients.

Les réseaux de banque de détail à l’international, groupés avec l’assurance et des services spécialisés, voient leur PNB grimper de 15,8% sur un an, bien aidés par un trimestre « record » de la filiale de leasing automobile ALD.

La banque de financement et d’investissement, dernier tiers du revenu de la Société Générale, progresse quant à elle de 18,3%.

Société Générale a déjà connu un deuxième trimestre comparable en termes de résultat: elle avait enregistré au deuxième trimestre 2020 une perte de 1,26 milliard d’euros liée à la crise du Covid-19.

Tourner la page

Si l’impact de la cession de Rosbank est particulièrement fort, il n’est pas une surprise pour le marché.

La banque française avait annoncé le 18 mai que la cession de se filiale russe au fonds d’investissement russe Interros fondé par l’oligarque Vladimir Potanine, proche de Vladimir Poutine, se traduirait par une perte nette chiffrée alors à 3,2 milliards d’euros.

« Nous avons su gérer notre sortie des activités russes (…) sans handicaper les développements stratégiques du Groupe », affirme M. Oudéa dans le communiqué.

Cette opération « aura un coût élevé (…) mais un impact limité en capital », avait-il précisé le 17 mai, lors de l’assemblée générale de la banque.

Rosbank avait rapporté 115 millions d’euros en 2021 à la Société Générale pour 643 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit respectivement 2% et 2,5% de l’ensemble du groupe.

Pour l’activité banque de détail, la Russie était le troisième pays du groupe, après la France et la République Tchèque. Et le deuxième en termes d’effectifs, avec plus de 12.000 salariés, soit un dixième du total.

Hors l’impact russe, le résultat de la banque s’élève à +1,5 milliard d’euros. C’est davantage qu’au deuxième trimestre 2021.

Société Générale a par ailleurs indiqué jeudi que son ratio de solvabilité s’établissait au 30 juin à 12,9%, au-dessus de l’exigence réglementaire.

En intégrant les 842 millions d’euros engrangés au premier trimestre, la Société Générale n’accuse plus qu’une perte de 640 millions d’euros entre le 1er janvier et le 30 juin.

La banque cherche enfin un successeur à Frédéric Oudéa, qui a annoncé lors de la dernière assemblée générale du groupe qu’il ne se représenterait pas à l’issue de son mandat en cours, en 2023.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Économie

France: taux de chômage quasi stable au 2e trimestre à 7,4%, selon l’Insee

Article

le

france:-taux-de-chomage-quasi-stable-au-2e-trimestre-a-7,4%,-selon-l’insee

Le taux de chômage est quasi stable au deuxième trimestre 2022 à 7,4% de la population active en France (hors Mayotte) contre 7,3% au premier trimestre de l’année, selon les chiffres publiés vendredi par l’Insee.

Au deuxième trimestre, le nombre de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT) atteint 2,3 millions de personnes, soit 29.000 de plus sur le trimestre.

Le taux de chômage retrouve son niveau du quatrième trimestre de l’année 2021. « Il est inférieur de 0,5 point à son niveau du deuxième trimestre 2021 et de 0,8 point à celui d’avant la crise sanitaire (fin 2019) », indique l’Insee.

Lors du deuxième trimestre 2022, le taux de chômage des jeunes augmente (+1,3 point à 17,8%), mais reste bien en-deçà de son niveau d’avant crise (de 3,7 points).

Dans les autres catégories d’âge, il reste quasi stable chez les 25-49 ans (+0,1 point, à 6,7%), et diminue de 0,3 point chez les plus de 50 ans (à 5,2%).

Concernant l’indicateur du « halo sur le chômage », soit les personnes désirant retourner sur le marché de l’emploi mais qui ne sont pas considérées comme chômeuses par le BIT (chercher effectivement un emploi et être disponible pour en prendre un), il augmente faiblement lors du trimestre à 1,9 million de personnes (+0,1 point à 4,5%).

Le taux de chômage de longue durée (au moins un an) est en très légère baisse, à 2,1% de la population active (- 0,1 point) et demeure inférieur de 0,3 point par rapport à son niveau d’il y a un an.

Le taux d’emploi des 15-64 ans est « stable, à 68% », soit à son plus haut niveau depuis que l’Insee le mesure (en 1975), ajoute l’Institut des statistiques. Par rapport au trimestre précédent, le taux a augmenté de 1 point.

Par classe d’âge, ce taux augmente de 0,3 point pour les jeunes (à 34,9%, plus haut niveau depuis 1990), il baisse de 0,2 point à 82,3% pour les 25-49 ans, et augmente de 0,5 point à 66% pour les 50-64 ans, excédant ainsi « son plus haut niveau historique du trimestre précédent ».

La part du sous-emploi (personnes au chômage partiel ou à temps partiel et souhaitant travailler plus) diminue de 0,1 point sur le trimestre, à 4,6% des personnes en emploi. C’est ainsi le plus bas niveau de sous-emploi depuis 1992.

Lire Plus

Économie

L’économie française a refleuri au deuxième trimestre, mais l’inflation menace toujours

Article

le

l’economie-francaise-a-refleuri-au-deuxieme-trimestre,-mais-l’inflation-menace-toujours

Les nuages de la récession sont dissipés, pas ceux de l’inflation: la France a enregistré une nette croissance de 0,5% au printemps, mais la hausse des prix continue à peser sur la consommation.

La première estimation du produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre, publiée vendredi par l’Insee, devra certes être confirmée fin août.

Mais alors que la croissance au deuxième trimestre était attendue à 0,2% par la Banque de France et à 0,25% par l’Institut national de la statistique, elle s’est finalement établie à 0,5% par rapport au premier trimestre.

« C’est une bonne surprise, mais il faut regarder les détails », a réagi Ana Boata, directrice de la recherche économique chez Allianz Trade.

Elle s’inquiète notamment de la faiblesse persistante de la consommation des ménages, qu’elle attribue aux tensions sur le pouvoir d’achat liées à la forte inflation.

L’indice des prix à la consommation, dont l’Insee a publié vendredi matin une première estimation pour le mois de juillet, vient d’ailleurs de franchir la barre des 6% (+6,1% sur un an après +5,8% en juin).

Commerce extérieur

« Le fait que la consommation soit encore en baisse malgré une politique de soutien généreuse est révélateur », a commenté sur Twitter Gilles Moëc, chef économiste du groupe Axa.

Malgré les dizaines de milliards de dispositifs d’aides aux entreprises et aux ménages déployés par le gouvernement, le soutien budgétaire « peine à compenser l’érosion des revenus réels et/ou la perte de confiance des consommateurs dans un environnement difficile », a-t-il ajouté.

En dehors de cette inquiétude, la bonne tenue de l’économie française au deuxième trimestre s’explique par une contribution nettement positive du commerce extérieur à la croissance.

Selon cette première estimation des comptes nationaux, les importations ont reculé de 0,6% au deuxième trimestre, tandis que les exportations ont bondi de 0,8%.

Ces dernières ont été « tirées notamment par les services de transport (+6,3% après +5,0% au premier trimestre) et les dépenses des voyageurs étrangers en France (+8,6% après +5,0%) », détaille l’Insee.

« À l’inverse, les exportations de biens se replient (-0,6% après +1,4%), notamment dans les matériels de transport et l’agroalimentaire », précise encore l’institut.

« La baisse des importations signifie que la hausse de la demande globale (extérieure et intérieure) ce trimestre a été satisfaite par une hausse de la production et non par une hausse des importations, et c’est en ce sens qu’elle contribue à la croissance du PIB », explique l’Insee.

Contexte « volatil »

Quant à la consommation, traditionnel moteur de l’économie française, elle reste négative pour les achats de biens (-1,3%), mais les achats de services repartent nettement à la hausse (+1,5%). Deux tendances contradictoires qui aboutissent à un recul global de 0,2% de la consommation des ménages au deuxième trimestre.

« La consommation de biens et services sur le territoire est notamment soutenue par les dépenses des voyageurs étrangers en France », note l’Insee.

Avec les chiffres publiés vendredi, l’institut évalue à 2,5% l’acquis de croissance de l’économie française pour l’année 2022.

Un chiffre « confortable », estime Ana Boata, et conforme à l’anticipation de croissance annuelle du gouvernement. La Banque de France ou le FMI (+2,3%) sont légèrement moins optimistes.

Mais entre la guerre en Ukraine et l’inflation qui atteint des niveaux plus vus depuis les années 1980, le contexte économique promet de rester « volatil » d’ici à la fin de l’année, avertit Ana Boata.

Les données de l’Insee sont publiées au lendemain de la parution des chiffres de la croissance américaine au deuxième trimestre (-0,9% en rythme annualisé après -1,6% au 1er trimestre), qui ont techniquement fait entrer le pays en récession.

En Europe, les estimations de croissance de la zone euro et de plusieurs grands pays du Vieux Continent doivent aussi être dévoilées vendredi matin.

En Espagne, la croissance a fortement rebondi au deuxième trimestre pour atteindre 1,1%. Et l’inflation s’est encore accélérée en juillet pour atteindre 10,8% sur un an, soit un record « depuis septembre 1984 », selon l’Institut national de la statistique (INE) espagnol.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Économie

Prêts garantis par l’Etat : le moment de vérité approche pour les entreprises

Article

le

prets-garantis-par-l’etat:-le-moment-de-verite-approche-pour-les-entreprises

Plus de report possible, désormais les entreprises doivent commencer à rembourser les prêts garantis par l’Etat (PGE) contractés pendant la crise sanitaire, et si la plupart parviennent à honorer leurs échéances, la situation est critique pour certaines, contraintes d’appeler leurs banques à la clémence.

« Comment rembourser un PGE qui correspond à 15% de mon chiffre d’affaires quand je fais toujours 20% de chiffre d’affaires en moins qu’avant la crise? Ce n’est pas possible ». Patrick Bellity, patron de la fonderie Sifa Technologies, résume le dilemme auquel il est actuellement confronté.

L’entreprise, déjà fragilisée par la crise du diesel de la fin des années 2010, a souscrit mi-2020 un PGE. Le chef d’entreprise a négocié un décalage jusqu’en novembre 2022 de ses premiers remboursements. Et après ? « Je ne sais pas si je pourrai payer car je ne sais pas quel sera mon niveau de commande à l’automne », lâche-t-il.

Selon la Banque de France, sur les près de 700.000 entreprises ayant souscrit un PGE pour plus de 148 milliards d’euros au total, le taux de défaut pourrait atteindre à peine 3%.

« De manière générale, beaucoup d’entreprises ont une capacité d’adaptation assez forte », confirme Virginie Normand, directrice des marchés spécialisés Banque Populaire chez BPCE, qui juge « epsilonesque » le niveau des impayés à ce stade sur les quelque 230.000 PGE accordés par le groupe.

« A quelques exceptions près, les entreprises ont commencé comme prévu à rembourser », confirme-t-on à Bercy, où est piloté le comité de sortie de crise créé mi-2021.

« Plus aucune marge de manoeuvre »

Mais ces statistiques plutôt rassurantes ne doivent pas cacher les difficultés réelles de certaines entreprises.

Comme pour le groupe touristique Pierre et Vacances, contraint à un plan de sauvegarde et qui a vu son PGE converti en capital pour plus de 200 millions d’euros, faisant entrer des créanciers dans l’actionnariat du groupe.

Dans l’hôtellerie-restauration, où beaucoup d’entreprises ont souscrit des PGE, une entreprise sur quatre affirmait fin juin ne pas être en capacité d’honorer ses remboursements, dans un contexte où l’inflation freine les dépenses des consommateurs.

La situation est aussi tendue dans le tourisme où « beaucoup d’entreprises, frappées de plein fouet par la pandémie, ont demandé le maximum autorisé de PGE, soit (un montant correspondant à) 25% du chiffre d’affaires. Le rembourser sur quatre ans c’est vraiment compliqué », s’inquiète Yvon Peltanche, représentant de l’association professionnelle Entreprises du voyage.

Lui-même a souscrit plusieurs PGE pour son réseau d’agences de voyage. Il n’a pas de difficulté à payer à court terme mais n’a « plus aucune marge de manœuvre » si l’activité flanche, comme il le craint déjà avec les perturbations prévues dans le transport aérien cet été.

Dans le textile, le trésorier de la Fédération nationale de l’habillement (FNH) Stéphane Rodier explique avoir eu « des retours pas très heureux de la part de cabinets comptables, dans la mesure où les PGE sont désormais à rembourser non pas sur 6 ans mais sur 4 ans (du fait du report de deux ans pour les premières échéances), avec parfois une activité un peu moins forte ».

Restructurer

Les entreprises en difficulté peuvent demander à restructurer leur PGE en passant par la médiation du crédit, via un dispositif spécifique négocié entre l’Etat et les banques, qui permet notamment d’allonger la durée de remboursement jusqu’à 10 ans.

Pour l’instant, seuls 300 dossiers ont été traités par la médiation du crédit, un chiffre « très bas », signe que la situation financière des entreprises reste positive, selon le médiateur Frédéric Visnovsky.

Beaucoup d’entreprises ignorent toutefois l’existence de ce dispositif d’échelonnement sur 10 ans, et beaucoup d’autres le boudent parce qu’il dégrade leur notation et complique leur financement.

« J’ai commencé à m’inquiéter début 2022 parce que la trésorerie repartait assez doucement. Je me suis dit : +Je vais aller négocier avec mes banquiers+. Ils m’ont dit +Très bien, mais sache que ça va être difficile pour toi de te financer pour les 3 à 5 prochaines années+ », raconte Jean Valfort, à la tête de Panorama Group, propriétaire de cinq restaurants et de marques de cuisines virtuelles, qui a contracté un PGE d’1,5 million d’euros.

« Quand vous êtes en défaut, les assureurs-crédit se désengagent, ce qui fait que vous devez payer tout de suite vos fournisseurs, et ça ne fait qu’aggraver la situation », avance aussi François Asselin, président de la CPME, qui estime que les entreprises auront tendance à « préférer les procédures collectives qui gèlent les créances » (plan de sauvegarde, redressement judiciaire, liquidation…)

« On est conscient de cette difficulté, mais le PGE est un crédit bancaire, donc les banques appliquent des règles », fixées au niveau européen, répond-on à Bercy.

S’il n’y a pas le feu aujourd’hui, la dégradation des perspectives économiques pour les mois à venir inquiète. « On commence à voir des signes d’effritement des carnets de commande » des entreprises et, « si l’activité s’effrite, ça peut être compliqué », prévient François Asselin.

La Banque de France, dont dépend la médiation du crédit, pourrait d’ailleurs prochainement revoir à la hausse ses prévisions sur le nombre d’entreprises incapables de rembourser leur PGE, reconnait Frédéric Visnovsky.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus