Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Des milliers d’Irakiens dans la rue pour le 1er anniversaire de la révolte

Article

le

des-milliers-d’irakiens-dans-la-rue-pour-le-1er-anniversaire-de-la-revolte

Des milliers d’Irakiens ont manifesté dimanche à Bagdad pour le 1er anniversaire de la « révolution d’octobre », défiant un pouvoir incapable de se réformer et de leur fournir les services de base, de même que l’influence grandissante des factions armées irakiennes pro-Iran.

Cette nouvelle mobilisation ouvre tous les possibles dans un pays où la colère des jeunes a été réprimée dans le sang en 2019, avec près de 600 manifestants tués, 30.000 blessés et des centaines d’arrestations. La répression des forces de l’ordre a été accompagnée d’une campagne d’assassinats et de rapts de figures de la révolte, menée selon l’ONU par des « milices ».

En prévision des défilés, des barrages militaires ont quadrillé le centre de Bagdad, empêchant tout véhicule d’approcher de la place Tahrir et des ponts menant à la Zone verte, un quartier ultra-sécurisé où siègent le Parlement et le gouvernement irakiens mais aussi l’ambassade des Etats-Unis.

Des cordons de policiers anti-émeutes campés derrière leurs imposants boucliers ont barré les accès à des manifestants brandissant des drapeaux irakiens.

Ali Ghazi, qui manifeste à Nassiriya (sud), bastion de toutes les révoltes en Irak, affirme à l’AFP être là « pour redire qu’on veut arriver à notre objectif: construire un nouvel Irak ».

En octobre 2019, d’abord la première semaine puis de nouveau à partir du 25, avec les autres manifestants, il réclamait déjà un renouvellement total du système politique, la fin de la corruption endémique et des emplois et services pour tous.

Cette année, le Premier ministre Moustafa al-Kazimi, nommé en avril pour tenter de sortir le pays du marasme, n’a cessé de répéter avoir donné l’ordre aux forces de sécurité de ne recourir ni aux armes ni à la force létale.

Objectif: Zone verte

Mais dans un pays allé de conflit en conflit depuis des décennies et où les groupes armés n’ont cessé d’étendre leur influence, les armes sont partout, comme le reconnaît M. Kazimi -également chef du renseignement extérieur- qui n’a pu faire cesser tirs de roquettes, assassinats et menaces de factions armées.

La révolte populaire avait été éclipsée par les tensions entre l’Iran et les Etats-Unis, pays ennemis et principales puissances agissantes en Irak, puis par la pandémie de Covid-19.

Dimanche, les manifestants, restés l’an dernier place Tahrir, séparée uniquement de la Zone verte par un pont, se dirigent vers ce quartier ultra-sécurisé interdit d’accès aux citoyens irakiens.

Selon Sajjad Salam, avocat et militant à Kout (sud), des centaines de manifestants de sa ville ont rejoint Bagdad pour entrer dans la Zone verte, symbole du pouvoir et de sa déconnexion du reste de l’Irak pour les protestataires.

« Nous voulons la dissolution du Parlement, des élections transparentes, une loi sur les partis et la reprise de contrôle de l’Etat sur les armes », énumère-t-il.

A Amara (sud), des bus de manifestants sont également partis vers Bagdad. Pour le militant Hussein Mourtada, « ils sont déterminés malgré les menaces ».

Mais les militants semblent divisés sur le parcours des défilés de dimanche, certains estimant que Tahrir est l’unique espace sécurisé, alors qu’une tentative d’entrer dans la Zone verte pourrait les exposer à des violences.

« L’agent »

Le porte-parole militaire de M. Kazimi a enjoint les manifestants à rester place Tahrir, affirmant qu’elle était le seul endroit « totalement sûr », alors que de très brefs accrochages ont eu lieu dans un quartier, à l’une des entrées de la Zone verte.

Les manifestants veulent marquer l’anniversaire de leur révolte car ils estiment que rien n’a changé. Eux qui réclamaient des emplois pour les jeunes (60% de la population), assurent même que leurs conditions se sont dégradées.

Les cours de pétrole ont chuté, le confinement sanitaire a privé de revenus les travailleurs journaliers et les salaires des fonctionnaires et pensionnés, un Irakien sur cinq, sont arrivés en retard.

M. Kazimi a dit samedi travailler à rendre justice aux « martyrs » d’octobre 2019 et à redresser l’une des économies les plus dépendantes au pétrole du monde.

Mais jusqu’ici il n’a présenté aucune réforme et le Parlement dominé par les pro-Iran n’a toujours pas voté la carte électorale ou le budget 2020, les deux projets majeurs du gouvernement accusé par les plus radicaux des pro-Iran d’être « l’agent » des Américains.

La grande inconnue de dimanche reste le comportement des factions pro-Iran qui accusent les manifestants d’être à la solde des Etats-Unis qu’elles considèrent comme un « occupant ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus