Nous rejoindre sur les réseaux

France

Dans les manifs anti pass, la hantise de la vaccination des enfants

Article

le

dans-les-manifs-anti-pass,-la-hantise-de-la-vaccination-des-enfants

Sophie Tissier tient le mégaphone pendant que son fils joue à ses pieds avec une fausse seringue plus grande que lui sur laquelle est écrit « stop vaccination Covid ». Cette organisatrice d’un cortège parisien anti-pass sanitaire ne laissera rien passer à la rentrée.

Ancienne « Gilet jaune », elle refuse l’éventualité d’une vaccination contre le Covid pour son garçon de 5 ans et a déjà préparé des courriers à envoyer à l’Éducation nationale.

« Le gouvernement prépare des documents pour les profs, il y a des visuels d’information pour inciter à la vaccination. Mais l’école républicaine n’a pas à dicter aux parents ce qu’ils doivent faire pour la santé de leurs enfants », dit la militante.

La vaccination des moins de 12 ans « n’est pas d’actualité » en France, avait déclaré dès jeudi le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer. Il a par ailleurs annoncé dimanche, dans un entretien au JDD, qu’une campagne de vaccination serait lancée dès la rentrée, via les collèges et lycées, pour les élèves de plus de 12 ans qui le souhaitent.

De Lille à Marseille en passant par Paris, un même slogan a parcouru les cortèges samedi, à quelques variations près: « Touche pas à mes enfants », un détournement du slogan anti-raciste des années 1980 « Touche pas à mon pote », qui laisse poindre une angoisse viscérale.

« Mes enfants, je ne veux pas qu’on y touche. Je ne suis pas contre les vaccins en général mais ce vaccin, c’est une expérimentation, on n’a aucun recul », martèle à Lille Linda Boucard, professeure en lycée de 45 ans, mère de trois filles.

A deux semaines de la rentrée, le dilemme des parents qui rejettent le vaccin anti-Covid se précise.

« Ma grande a onze heures de sport par semaine et soit je l’en empêche, soit je lui inocule un truc ou je ne sais pas ce qu’il y a dedans. J’en pleure, j’en tremble, je suis en colère », dit Mme Boucard.

Au 30 septembre, le pass sanitaire devrait devenir obligatoire pour les adolescents de 12 à 17 ans pour les sorties scolaires. Cependant le sport à l’école ne sera pas concerné, ni les activités dans des lieux n’accueillant pas de public exterieur sur les créneaux réservés, comme la piscine.

De nombreux parents redoutent également que leur enfants soient exclus en cas de contamination dans la classe, seul les non vaccinés devant, dans ce cas, respecter un isolement de sept jours.

« Je la retire de l’école »

Pour Sophie, 35 ans, « anti-vacc » convaincue manifestant chaque semaine à Paris, « le Covid ne concerne pas les enfants ».

La mère de famille pensait encore se faire vacciner il y a quatre mois. Mais elle dit « s’être réveillée subitement » en tombant sur des informations publiées sur des forums et sites internet qui, dit-elle, passent « à travers la censure officielle ».

Alors que ses deux adolescents lui réclament d’être vaccinés « par peur de ne pas pouvoir aller au cinéma ou au restaurant », Sophie restera inflexible.

En France, l’autorisation d’un des deux parents est nécessaire à la vaccination des mineurs de 12 ans à 15 ans inclus, mais les mineurs de 16 ans et plus peuvent accéder à la vaccination sur la base de leur seul consentement.

« Je ne ferai pas vacciner mes enfants parce que ça ne leur apporte quasiment aucun bénéfice. On leur impose déjà de mettre un masque toute la journée à l’école, huit heures par jour, ce n’est pas tenable », déclare à Paris, Djamel Amara, 43 ans, conseiller immobilier venu en famille au défilé des « Patriotes » de Florian Philippot.

Mais les manifestants en sont convaincus: la vaccination pour les enfants de moins de 12 ans aussi, « ça va venir ».

« Ma fille a 10 ans, pour l’instant elle n’est pas concernée, mais si il y a une nouvelle loi, il est hors de question que je la vaccine, je la retire de l’école et je lui fais l’école à la maison », assure à Nice, Magali, 47 ans, enseignante et manifestante.

France

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Article

le

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Un décret paru au Journal officiel stipule que la résidence en France devra désormais dépasser neuf mois pour bénéficier de certaines prestations familiales, dans le cadre d’une lutte accrue contre la fraude sociale.

Le gouvernementa pris des mesures pour durcir les conditions d’accès à certaines aides familiales. Selon un décret paru au Journal officiel ce dimanche 21 avril, à partir de l’année 2025, il sera nécessaire de résider en France pendant plus de neuf mois au cours de l’année civile de versement, contre six mois actuellement, pour pouvoir prétendre à certaines prestations familiales telles que les allocations familiales et la prime à la naissance d’un enfant. Cette règle s’étendra également aux personnes âgées souhaitant bénéficier du minimum vieillesse.

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’un vaste plan de lutte contre la fraude sociale engagé par le gouvernement. Bien que la fraude aux aides sociales ait été évaluée à 2,8 milliards d’euros selon les données de la Cour des comptes entre 2018 et 2020, elle reste nettement inférieure à la fraude aux cotisations sociales non versées par les employeurs aux Urssaf, estimée à 8 milliards d’euros.

Il est important de noter que certaines aides, telles que la protection universelle maladie, ne sont pas concernées par cette mesure.

Lire Plus

France

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

Article

le

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

La météo capricieuse met en péril les cultures alors que les températures chutent brutalement.

Le retour du froid suscite l’inquiétude parmi les agriculteurs français, qui redoutent les conséquences dévastatrices du gel sur leurs récoltes. Les variations météorologiques de ces dernières semaines ont un impact dramatique sur l’agriculture, avec des températures nocturnes approchant parfois le point de congélation dans certaines régions.

Alors que les semaines précédentes ont été marquées par des conditions estivales et des pluies bienvenues pour la croissance des plantes, le froid soudain menace désormais les bourgeons précoces. Pour les agriculteurs, cette situation est critique : la perte de la récolte est une éventualité redoutée. Un producteur, exprime son angoisse en déclarant : « Le risque, c’est de perdre la récolte entièrement. Nous ne pouvons qu’espérer que les températures ne descendent pas davantage. »

Face à cette menace, certains agriculteurs ont recours à des solutions coûteuses, telles que l’utilisation de bougies entre les rangées de vignes pour maintenir une température minimale la nuit. Cependant, ces méthodes ne garantissent pas une protection totale contre le gel. Les éoliennes, qui permettent de faire descendre de l’air chaud sur les cultures, offrent également une alternative, mais leur efficacité est limitée dans le temps.

Les prévisions de Météo France ne laissent que peu d’espoir aux agriculteurs, avec des températures froides persistantes prévues jusqu’au samedi 27 avril. De plus, de la pluie est annoncée sur la majeure partie du territoire jusqu’au vendredi 3 mai, prolongeant ainsi la période critique pour les cultures.

Dans ce contexte, l’incertitude règne dans les milieux agricoles, alors que les agriculteurs redoublent d’efforts pour protéger leurs récoltes contre les caprices du temps.

Lire Plus

France

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Article

le

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Des camions jaunes sillonnent les territoires isolés pour offrir des services postaux, bancaires et numériques aux habitants des régions éloignées.

La Poste lance une initiative ambitieuse pour renforcer sa présence dans les zones rurales françaises en introduisant des bureaux de poste itinérants sous forme de camions jaunes. Cette nouvelle approche vise à revitaliser un concept historique de La Poste datant des années 1960-70, où les célèbres fourgons jaunes de Citroën allaient à la rencontre des Français sur leurs lieux de travail et de loisirs.

L’expérimentation débutera le vendredi 19 avril à Champosoult (Orne) et se déploiera dans trois départements – l’Orne, la Creuse et la Haute-Marne – le mardi 23 avril, puis dans le Gers et le Jura le samedi 27 avril. Cinq camions jaunes Renault Trucks Masters sillonneront les routes pendant un an, couvrant 40 communes et touchant environ 13 000 habitants.

Avec un budget d’un million d’euros, cette initiative comprend une gamme de services accessibles aux usagers, notamment l’achat de produits postaux, l’affranchissement de lettres et de colis, la souscription à des services téléphoniques et Internet, ainsi que des opérations bancaires pour les clients de la Banque Postale. Il sera également possible de prendre rendez-vous avec un conseiller bancaire pour les particuliers et les professionnels.

Nathalie Collin, directrice générale adjointe de La Poste, a expliqué à Ouest-France que bien que les retraits de liquide ne soient pas possibles, sauf dans le camion circulant dans la Creuse, La Poste teste néanmoins cette fonctionnalité dans un souci d’innovation et de service accru aux usagers. Elle a souligné que l’installation de distributeurs de billets dans les camions représente un défi technique et de sécurité, mais La Poste est déterminée à explorer cette possibilité, même si elle implique des coûts supplémentaires liés à la sécurité.

Cette initiative s’inscrit dans la volonté de La Poste de moderniser ses services et de répondre aux besoins des populations rurales en offrant un accès amélioré aux services postaux, bancaires et numériques, tout en préservant le lien social et économique dans les régions éloignées.

Lire Plus

Les + Lus