Nous rejoindre sur les réseaux

France

Crues meurtrières: retour du train dans deux villages, des écoles rouvertes

Article

le

crues-meurtrieres:-retour-du-train-dans-deux-villages,-des-ecoles-rouvertes

La Haute Roya était toujours isolée six jours après les crues qui ont fait au moins 5 morts et 7 disparus dans les Alpes-Maritimes, mais un premier train de voyageurs a pu gagner jeudi les villages de Fontan et Saorge, inaccessibles par la route.

« Il vient de repartir. Certains ont fait leurs valises pour aller dans de la famille et reviendront », espère le maire de Fontan Philippe Oudot, joint au téléphone. Un arrêté de péril a été pris pour une partie du village en bordure de la Roya qui compte une dizaine de maisons détruites ou abîmées.

Ce TER commercial doit faire deux allers-retours dans la journée tandis que les secours continuent sans relâche le travail d’aide à la population et de recherche des disparus, avec près d’un millier de sauveteurs et douze hélicoptères, notamment pour le ravitaillement des communes isolées.

Outre les 7 disparus recensés, 13 autres personnes sont « supposées » disparues par les pompiers du département.

Connu sous le nom de « Train des Merveilles », le TER ne peut provisoirement pas dépasser la gare de Fontan-Saorge et monter à Tende, dernière localité française avant l’Italie, où le président Emmanuel Macron s’est rendu mercredi en hélicoptère à la rencontre des habitants traumatisés.

Véritable « ligne de vie » selon le chef de l’Etat, cette ligne TER souffrait déjà d’une vitesse réduite et d’un manque d’investissements avant la catastrophe. Comme la route, elle est très abîmée.

« On est encore en phase d’expertise. Certains ouvrages sont endommagés et des voies pendent dans le vide par endroits suite à des éboulements », indique SNCF Réseau dont le numéro deux Matthieu Chabanel était attendu jeudi sur place pour parler de sa reconstruction.

La veille, le président Macron a remercié la région pour les engagements pris pour la reconstruction « durable » de cet axe ferroviaire.

« Si les paroles sont mises en actes, ce sont de bonnes annonces », avait réagi mercredi soir la maire de Saorge Brigitte Bresc. « L’essentiel, c’est le train. S’ils ne font rien sur cette ligne, c’est la mort de la vallée, et il faudra faire vite car les forces vives s’en vont ».

L’école de Fontan a également rouvert selon le rectorat, ainsi que cinq écoles et deux collèges des autres vallées du département, la Tinée et la Vésubie, durement frappées par la tempête.

Dans l’arrière-pays niçois, toutes les communes sont désenclavées, bien que l’accès routier à Venanson reste précaire avec une simple piste, qui sera inutilisable cet hiver. « On cherche une alternative », indique la métropole Nice Côte d’Azur.

Lundi, quelque 2.500 élèves ne pouvaient plus aller en classe, en raison de dégâts matériels, du manque d’eau ou car leur établissement abrite des secours.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Bruno Martini, président de la Ligue nationale de handball, condamné à un an de sursis pour « corruption de mineur »

Article

le

Bruno Martini, président de la Ligue nationale de handball, condamné à un an de sursis pour « corruption de mineur »

Son avocat a confirmé cette condamnation à la suite d’une enquête ouverte en 2020 après la plainte d’un adolescent de 13 ans. Un comité directeur exceptionnel de la ligue s’est réuni « en urgence ».

Un juge du tribunal judiciaire de Paris a validé ce mercredi 25 janvier la condamnation de Bruno Martini, l’ancien gardien de but de l’équipe de France de handball, à une peine d’un an de prison avec sursis pour des faits de corruption de mineur qu’il a reconnus, a indiqué son avocat, Me Elie Dottelonde.

Lors d’une audience de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, l’actuel président de la Ligue nationale de handball (LNH) a également reconnu des faits d’enregistrement d’images pédopornographiques, selon l’avocat.

Cette sanction comprend aussi 2 500 € d’amende et 5 ans d’interdiction d’exercer une activité impliquant un contact avec des mineurs, d’après le conseil.

« On essaie de le faire passer pour un monstre, mais le procureur, en proposant une CRPC, a montré qu’il estimait que M. Martini ne représentait pas un danger » ni qu’il serait « détraqué », a souligné Me Dottelonde, remarquant qu’aucune obligation de soins n’avait été prononcée.

Bruno Martini était également soupçonné de tentative d’atteinte sexuelle mais ces faits n’ont pas été retenus contre lui, a insisté Me Dottelonde.

Au vu des photos du mineur avec qui il a été en contact sur Snapchat, « il ne pouvait pas savoir que le mineur avait moins de quinze ans », a affirmé l’avocat.

La Ligue (LNH) a indiqué dans un communiqué « qu’une éventuelle condamnation conduirait de droit à une impossibilité d’exercice de la fonction » de président. La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra s’est dite « profondément choquée » en apprenant les faits et a « pleinement confiance » dans la LNH pour prendre les décisions appropriées.

Visé par une enquête depuis juin 2020 après la plainte d’un adolescent de 13 ans, Bruno Martini, 52 ans, a été interpellé lundi à Paris et placé en garde à vue, avant d’être déféré en vue d’une CRPC mercredi.

Lire Plus

France

Gérald Darmanin accusé de viol : le non-lieu confirmé en appel

Article

le

Gérald Darmanin accusé de viol : le non-lieu confirmé en appel

Sophie Patterson-Spatz accuse le ministre de l’intérieur de lui avoir demandé une relation sexuelle en échange de son soutien dans une affaire judiciaire. Elle compte se pourvoir en cassation.

La cour d’appel de Paris a confirmé mardi le non-lieu rendu en juillet dernier au bénéfice du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, accusé par Sophie Patterson-Spatz de l’avoir violée en 2009, a appris l’AFP de sources proches du dossier.

Le procureur général de Paris Rémy Heitz a confirmé dans un communiqué le sens de cette décision de la chambre de l’instruction qui vient éclaircir un peu plus l’horizon politique de Gérald Darmanin en mettant un terme à ce dossier très sensible qui le vise depuis 2017.

Les accusations de viol ne sont pas « mensongères »

Lors d’une audience à huis clos le 13 décembre, en l’absence des deux principaux protagonistes, le parquet général avait requis la confirmation du non-lieu.

Dans ses réquisitions écrites consultées par l’AFP, le ministère public écartait « l’hypothèse d’accusations mensongères ou malveillantes » de Sophie Patterson-Spatz, mais estimait qu’« il ne peut être considéré qu’(elle) n’a pas consenti à l’acte sexuel ».

L’avocate de la plaignante, Me Élodie Tuaillon-Hibon, évoquait au contraire un « viol par surprise » et un rapport sexuel « extorqué », « ni libre, ni consenti ». L’avocate avait dit son souhait d’avoir « enfin droit à un peu de justice », car « les éléments à charge pour le viol sont présents dans le dossier »

Les avocats du ministre de l’Intérieur, Mes Pierre-Olivier Sur et Mathias Chichportich, devaient réagir dans la journée, tout comme Me Élodie Tuaillon-Hibon.

Sophie Patterson-Spatz, 50 ans, a déposé une première plainte pour viol contre Gérald Darmanin au printemps 2017, pour des faits qui se seraient produits à Paris en 2009.

En 2009, la plaignante s’était adressée à Gérald Darmanin, alors chargé de mission au service des affaires juridiques de l’UMP (devenu LR depuis), pour obtenir un appui alors qu’elle souhaitait faire réviser une condamnation de 2005 pour chantage et appels malveillants à l’égard d’un ex-compagnon.

Selon elle, il lui avait fait miroiter lors d’une soirée son possible appui via une lettre qu’il s’engageait à rédiger auprès de la Chancellerie, et avait demandé en échange une relation sexuelle.

La plaignante et le ministre reconnaissent tous les deux un rapport sexuel. Mais Sophie Patterson-Spatz estime avoir été contrainte de «  passer à la casserole » avec Gérald Darmanin quand celui-ci, alors âgé de 26 ans, lui aurait dit : «  Vous aussi, il va falloir m’aider ».

De son côté, le ministre de l’Intérieur affirme avoir «  cédé aux charmes » d’une plaignante «  entreprenante ».

Après des enquêtes classées à trois reprises et des démêlés procéduraux, Sophie Patterson-Spatz avait obtenu à l’été 2020 la désignation d’une juge d’instruction pour examiner ses accusations. Gérald Darmanin avait été placé sous le statut intermédiaire de témoin assisté fin 2020.

Lire Plus

France

Maltraitance animale : 30 millions d’Amis porte plainte contre la SNCF après la mort d’un chat

Article

le

Maltraitance animale : 30 millions d’Amis porte plainte contre la SNCF après la mort d’un chat

Le 2 janvier dernier, le chat de deux voyageuses s’était échappé de sa cage de voyage et s’était caché sous un train à l’arrêt.

Le 2 janvier, en gare de Paris-Montparnasse, Georgia et sa fille de 15 ans, Melaïna, avaient eu le malheur de voir leur chat, Neko, s’échapper de sa sacoche de transport pour se retrouver sur une voie, sous un TGV à l’arrêt.

Malgré une vingtaine de minutes de vaines négociations avec des contrôleurs pour faire retarder le départ du train, afin de pouvoir espérer récupérer leur chat, la mère et sa fille avaient finalement assisté, impuissantes, à la mort de celui-ci.

Après cette histoire, révélée le 20 janvier par Le Parisien, la Fondation 30 Millions d’Amis a décidé de monter au créneau en déposant plainte contre la SNCF pour « sévices graves et actes de cruauté ayant entraîné la mort d’un animal ».

« L’animal était en règle »

« Au-delà de la cruauté abominable des faits, l’animal était en règle puisque ses maîtresses s’étaient acquittées d’un billet pour qu’il puisse voyager en toute légalité. C’est donc un passager de la SNCF qui a été sciemment écrasé ! », déplore ainsi Reha Hutin, présidente de la fondation, dans un article publié sur son site Internet.

Selon l’article 521-1 du Code pénal, les sévices contre les animaux qui ont entraîné leur mort peuvent être sanctionnés jusqu’à 75 000 euros d’amende et 5 ans d’emprisonnement.

Auprès du Parisien, la SNCF s’était justifiée en arguant qu’« il est extrêmement dangereux de descendre sur les voies car elles sont électrifiées » et que « c’était le retour des vacances, donc il y avait beaucoup de monde dans la gare », ce qui faisait qu’« on ne pouvait pas arrêter la circulation aussi facilement ».

Lire Plus

Les + Lus