Nous rejoindre sur les réseaux

Coronavirus

Covid: la 4e vague s’appesantit sur le sud et l’outre-mer

Article

le

covid:-la-4e-vague-s’appesantit-sur-le-sud-et-l’outre-mer

La quatrième vague de Covid-19 progresse encore, frappant particulièrement le sud de la France et la Guadeloupe et la Martinique, aux hôpitaux saturés, au moment où plusieurs dizaines de milliers de personnes vont de nouveau manifester contre le pass sanitaire samedi, à deux jours de son extension.

Dans ce contexte, l’exécutif met l’accent sur la nécessité de poursuivre le « sprint vaccinal » engagé pour atteindre l’objectif fixé de 50 millions de personnes ayant reçu une première dose de vaccin d’ici fin août.

« Faites-vous vacciner », a encore exhorté Emmanuel Macron dans une vidéo postée sur Instagram vendredi, la dernière d’une série destinée à répondre aux interrogations des Français sur la vaccination.

Car les chiffres publiés vendredi soir par Santé publique France restent globalement en hausse : 8.368 patients hospitalisés (862 nouvelles admissions en 24 heures), contre 8.210 jeudi, dont 1.458 en soins critiques (1.420 la veille). Et 60 décès, après 52 jeudi, portant à 112.190 morts le bilan depuis le début de l’épidémie.

Les nouveaux cas détectés restent nombreux : 25.077 vendredi, contre 26.460 la veille, pour un taux de positivité de 4,2%, selon Santé publique France, qui relevait toutefois jeudi « une augmentation plus modérée » de leur nombre pour la semaine du 26 juillet au 1er août.

La vaccination, elle, continue de progresser, avec plus de 44,4 millions de Français ayant reçu au moins une injection (65,9% de la population totale) et près de 37 millions ayant un schéma vaccinal complet (54,6%).

De « la médecine de catastrophe »

Ceux qui la refusent catégoriquement, doutent, ou sont vaccinés, mais qui fustigent le pass sanitaire, élargi lundi 9 août à nombre de lieux publics, aux transports longue distance, aux lieux de culture et aux restaurants, se retrouvent samedi pour une quatrième journée de mobilisation.

En métropole, la situation épidémiologique est particulièrement scrutée dans le sud, où les taux d’incidence ont brusquement augmenté, pour dépasser par exemple les 400 cas pour 100.000 habitants en Occitanie (et même le seuil de 1.000 pour les 20/30 ans) et les 500 cas en Provence-Alpes-Côte d’Azur début août.

En Haute-Corse, le taux d’incidence était quatre fois supérieur à la moyenne nationale cette semaine,

Rebond épidémique, affluence des vacanciers, soignants en congés d’été : ce cocktail a poussé les autorités à déclencher le Plan blanc, qui renforce l’organisation des hôpitaux, sur tout le pourtour méditerranéen, en Corse, en région Paca, puis en Occitanie.

Et, en conséquence, l’Allemagne va imposer à partir de dimanche une quarantaine pour les voyageurs non immunisés en provenance du sud de la France.

Outre-mer, la situation est critique en Guadeloupe, entrée mercredi soir dans son troisième confinement, assorti d’un couvre-feu de 20H00 à 05H00.

« Le taux d’incidence est alarmant avec 1.108,6 cas pour 100.000 habitants sur sept jours glissants contre 875,6 cas la semaine passée », et le taux de positivité des tests atteint 24,6%, ont alerté vendredi la préfecture et l’Agence régionale de santé.

C’est « une situation de crise, d’une intensité effroyable, que nous n’avons jamais connue jusqu’alors. On a basculé dans la médecine de catastrophe », témoigne le docteur Marc Valette, chef du service de réanimation au CHU de Guadeloupe, où de premiers patients ont été évacués vers la métropole pour tenter de désengorger les services.

Devant la flambée de l’épidémie, le préfet de région a pris de nouvelles mesures: les restaurants, qui restaient ouverts à midi, seront fermés à partir de lundi 20H00.

« Relâchement »

La Martinique, au taux d’incidence également supérieur à 1.000, est également reconfinée, depuis le 30 juillet, pour au moins trois semaines.

« Il y a eu un relâchement partout sur les gestes barrières », déplorait mardi Hossein Mehdaoui, chef du pôle réanimation-anesthésie-urgences au CHU de Martinique, saturé et qui a reçu le renfort d’une quarantaine de médecins et infirmiers des armées.

L’île est confrontée à un faible taux de vaccination (environ 18%, tandis que sa voisine de la Guadeloupe atteint près de 30%) et à de fortes résistances. Ainsi l’instauration du nouveau couvre-feu a-t-elle été suivie de l’incendie d’un vaccinodrome et d’une pharmacie lors d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre à Fort-de-France.

La Réunion est, elle, reconfinée partiellement en journée jusqu’au 16 août et le taux d’incidence reste élevé, à plus de 390 malades pour 100.000 habitants, selon Santé publique France jeudi.

Coronavirus

La pandémie est toujours une urgence internationale selon l’OMS

Article

le

La pandémie est toujours une urgence internationale selon l'OMS

Ce niveau d’alerte est maintenu, trois ans jour pour jour après que l’OMS ait déclaré la maladie en tant qu’urgence de santé publique de portée internationale

L’Organisation mondiale de la santé a décidé de maintenir son niveau d’alerte maximal sur la pandémie de Covid-19, trois ans jour pour jour après avoir déclaré la maladie en tant qu’urgence de santé publique de portée internationale.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a suivi les recommandations du Comité d’urgence sur le Covid-19, des experts qui se réunissaient pour la 14ème fois vendredi, selon un communiqué. Le docteur Tedros avait déjà fait savoir qu’il jugeait prématurée la levée du niveau d’alerte le plus élevé.

Selon le tableau de bord de l’OMS, la maladie avait officiellement fait 6.804.491 morts au 27 janvier, mais l’OMS comme les experts s’accordent à dire que le nombre de morts est beaucoup plus élevé. L’OMS comptait 752.517.552 personnes infectées, là aussi un nombre très inférieur à la réalité, d’autant qu’avec la chute des tests, les nouveaux cas sont loin d’être toujours enregistrés.

Lire Plus

Coronavirus

Covid-19 en Chine : Emmanuel Macron demande des mesures adaptées à la protection des Français

Article

le

Alors que la Chine a décidé de mettre fin à la politique «zéro Covid», suscitant l’inquiétude de plusieurs pays, le président de la République Emmanuel Macron a demandé des mesures adaptées de protection des Français.

L’inquiétude monte d’un cran. Emmanuel Macron a «demandé des mesures adaptées de protection» des Français au gouvernement, qui assure mercredi «suivre très attentivement l’évolution de la situation en Chine», confrontée à une explosion des cas de Covid.

Au gouvernement, «le ministère de la Santé et de la prévention suit très attentivement l’évolution de la situation en Chine», a-t-il indiqué.

«Il est prêt à étudier toutes les mesures utiles qui pourraient être mises en œuvre en conséquence, en lien avec les partenaires européens de la France, et dans le cadre juridique qui existe aujourd’hui», a-t-il ajouté.

Depuis le 1er août 2022 et l’adoption de la loi mettant fin aux régimes d’exception créés pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, les voyageurs n’ont plus aucune formalité à accomplir avant leur arrivée en France, peu importe le pays ou la zone de provenance.

Ce texte laisse cependant la possibilité au gouvernement d’imposer, jusqu’au 31 janvier, la présentation d’un test négatif avant l’entrée sur le territoire pour les personnes de plus de 12 ans «en cas d’apparition et de circulation d’un nouveau variant de la Covid-19 susceptible de constituer une menace sanitaire grave».

Des mesures de protection appliquées dans plusieurs pays

La fin brutale ce mois-ci de la politique du «zéro Covid» en Chine a suscité l’inquiétude de plusieurs pays, dont les Etats-Unis, qui envisagent aussi des restrictions d’entrée pour les voyageurs chinois, alors que la Chine fait face à la plus importante vague de contaminations au monde, amplifiée par l’apparition de nouveaux variants.

L’Italie a décidé d’imposer des tests obligatoires à tous les voyageurs venant de Chine, confrontée à une explosion des cas de Covid, a annoncé mercredi le ministre italien de la Santé.
Le Japon va d’ailleurs rétablir à partir de vendredi les tests PCR obligatoires pour les voyageurs provenant de Chine continentale.

Lire Plus

Coronavirus

Covid-19 : seuls 40% des plus de 70 ans ont reçu un nouveau rappel de vaccin.

Article

le

Covid-19 : seuls 40% des plus de 70 ans ont reçu un nouveau rappel de vaccin.

Brigitte Autran, à la tête du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires, a également exhorté les Français à se faire vacciner contre la grippe.

La majorité des personnes âgées n’est pas à jour. Seuls 40% des plus de 70 ans ont reçu un nouveau rappel de vaccin contre le Covid-19, un taux « très insuffisant », a estimé mardi 27 décembre l’immunologue Brigitte Autran, présidente du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires (Covars) sur RMC.

« Nous sommes en train de passer le pic » de la nouvelle vague épidémique, néanmoins en France il y a encore « entre 135 à 150 morts par jour du Covid », une maladie « toujours grave, particulièrement grave chez les personnes qui n’ont pas été vaccinées (ou) qui n’ont pas eu leur rappel », a martelé l’immunologue. Selon les derniers chiffres des autorités sanitaires, la vague actuelle de Covid-19 en France est en train de ralentir en matière de contaminations comme désormais d’hospitalisations.

« On aimerait que ce soit presque 100% »

Rappelant que la vaccination permet de diminuer la gravité de la maladie, Brigitte Autran a déclaré qu’on « arrive maintenant à 4,5 millions de vaccinations depuis le 3 octobre », date de début de la dernière campagne de rappel. « Avec cette nouvelle campagne de vaccination, on estime qu’environ 40% des plus de 70 ans a eu un rappel, c’est très insuffisant, on aimerait que ce soit presque 100%. Je rappelle que c’est recommandé à partir de 60 ans et ouvert à tout le monde », a-t-elle dit. « On a progressé, mais ce qui est vraiment problématique c’est dans les Ehpad où le taux de vaccination est insuffisant », a-t-elle ajouté.

Elle a aussi exhorté les Français à se faire vacciner contre la grippe, qui est « en train de monter de façon très importante ». Actuellement, « seuls 22% de personnels » sont vaccinés, « c’est vraiment très dommage », a-t-elle regretté.

Une fin de pandémie en 2023 très incertaine 

Mme Autran a par ailleurs exprimé des craintes sur les conséquences du rebond de l’épidémie de Covid en Chine en termes d’approvisionnements en médicaments. « Cette vague (de Covid en Chine) n’était pas prévue et risque de déséquilibrer de façon importante les stocks de médicaments et d’antibiotiques », a-t-elle souligné.

Interrogée sur l’hypothèse d’une fin de la pandémie en 2023, l’immunologue s’est montrée très réservée. « On l’espère tous, mais on sait que la Covid de toute façon va rester, elle reviendra périodiquement. On espère tous qu’elle sera de moins en moins sévère grâce à la vaccination. Mais pour l’instant on n’a pas encore de pronostic très fiable », a-t-elle déclaré

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus