Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Coupe d’Europe : le Graal pour La Rochelle

Article

le

coupe-d’europe:-le-graal-pour-la-rochelle

Historique. Après trois défaites en finale, La Rochelle est allé chercher le premier titre de son histoire, le plus beau du rugby européen, en disposant des Irlandais du Leinster (24-21), samedi à Marseille, en finale de la Champions Cup, grâce à un essai inscrit à la dernière minute.

Battus en Challenge européen par Clermont (36-16) en 2019 puis par Toulouse en Top 14 (18-8) et en Coupe d’Europe (22-17) la saison dernière, les Maritimes ont enfin fait exploser le plafond de verre. Un authentique exploit face à une des équipes les plus titrées de la compétition.

Quand le capitaine Grégory Alldritt a soulevé la coupe dans le ciel marseillais, il a sans doute eu une pensée pour toutes ces défaites, désormais oubliées.

« On a appris qu’arriver en finale, ce n’est pas une finalité (sourire). L’an dernier, c’était presque une surprise d’arriver en finale à Twickenham. On ne s’y attendait pas, c’était merveilleux. Maintenant, ce n’est plus une surprise. L’an dernier, on nous a pris quelque chose », avouait d’ailleurs le troisième ligne international avant cette cinquième finale franco-irlandaise.

« J’ai encore cette image des Toulousains qui soulèvent la coupe devant nous. Cela a vraiment été notre motivation toute la saison. On a gravi les échelons et on s’est tous retrouvés plus motivés que jamais », avait-il poursuivi, assurant ne pas vouloir goûter de nouveau à la défaite.

C’est chose faite: le Stade rochelais désormais est champion d’Europe. Il est le 13e club titré dans la compétition de clubs la plus prestigieuse du rugby européen.

Les hommes de Ronan O’Gara empêchent également Cian Healy et Jonathan Sexton de devenir les joueurs les plus titrés de la Coupe d’Europe. Les deux internationaux irlandais devront encore attendre un an pour coudre une cinquième étoile, comme les Toulousains, sur leur maillot.

‘Marseille-Deflandre’

O’Gara, lui, a joué un tour pendable à ses compatriotes: l’ancien ouvreur du Munster, déjà meilleur réalisateur (1365 pts en 110 matches) d’une compétition qu’il a gagnée en 2006 et 2008 en tant qu’ouvreur du Munster, rejoint le coach de Toulouse Ugo Mola (1996 et 2021) et son homologue du Leinster Leo Cullen (2009, 2011, 2012, 2018), les seuls hommes sacrés comme joueur et comme entraîneur.

Dans un Vélodrome acquis à sa cause, le club à la caravelle devient également la quatrième formation française à s’installer sur le toit de l’Europe après Toulouse (1996, 2003, 2005, 2010, 2021) évidemment mais également Toulon (2013, 2014, 2015) et Brive (1997).

Cette fois, le duel entre l’ambitieux aux dents longues et l’ogre insatiable a tourné à l’avantage des Français, avec un essai, à une minute de la fin du remplaçant Arthur Retière.

Car les Rochelais, courageux, ont tenu tête au rouleau compresseur irlandais, qui avait pourtant assommé le leader du Top 14 Montpellier (89-7) puis le tenant Toulouse (40-17) auparavant.

Malgré leur indiscipline (13 pénalités dont quatre pour le seul Dany Priso), ils ont même fait mieux que résister, la franchise de Dublin ne répondant aux essais de Raymond Rhule (10e), Pierre Bourgarit (61e) et Retière (79e) que par le pied de Sexton et Byrne.

Et si les Rochelais tiennent leur étoile, ils le doivent à leur abnégation et le travail de leurs avants.

Que de chemin parcouru pour en arriver là. Encore en Pro D2 en 2014, le club rochelais a gravi les échelons, petit à petit, jusqu’à devenir un cador tant sur la scène nationale que sur la scène continentale. Le voilà installé à la table des grands.

Le roi d’Europe va devoir désormais confirmer. Quatrième du Top 14, La Rochelle va devoir s’imposer à Lyon lors de la 26e et dernière journée, dans une semaine, pour valider son billet pour la phase finale. Mais, depuis samedi, impossible n’est pas rochelais.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus