Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Coupe de l’America: Team New Zealand assoit sa domination en remportant son quatrième sacre

Article

le

coupe-de-l’america:-team-new-zealand-assoit-sa-domination-en-remportant-son-quatrieme-sacre

Team New Zealand a remporté mercredi à Auckland la 36e Coupe de l’America, conservant la prestigieuse Aiguière d’argent à la faveur d’une septième victoire, décisive, face au défi italien Luna Rossa.

Mené initialement 3 manches à 2, l’équipage kiwi a enchaîné cinq succès d’affilée depuis samedi pour s’imposer finalement 7-3.

Il offre à l’archipel un quatrième sacre, après 1995, 2000 et 2017, dans l’une des compétitions les plus anciennes au monde, une institution qui fête cette année ses 170 ans.

« C’est complètement irréel, c’est une satisfaction immense pour l’équipe », a confié juste après la victoire le barreur néo-zélandais Peter Burling.

Les Néo-Zélandais avaient espéré tuer le match mardi, mais Eole a entretenu le suspense et contraint les dizaines de milliers de fans rassemblés sur les berges d’Auckland à remiser le champagne. Une bascule dans la direction du vent avait en effet poussé les organisateurs à reporter la 10e manche d’un jour.

Et mercredi, Luna Rossa n’a jamais semblé en mesure de faire douter les Kiwis, Team New Zealand coupant finalement la ligne d’arrivée avec 46 secondes d’avance, plongeant dans la liesse une ville sortie de confinement lié au coronavirus il n’y a que 11 jours.

Cette victoire vient asseoir le statut de la Nouvelle-Zélande en tant que force dominante sur une épreuve, à laquelle elle a pris part lors de sept des huit dernières éditions.

 « La coupe de la Nouvelle-Zélande »

L’archipel est le deuxième pays le plus titré après les Etats-Unis qui ont régné sans partage sur la compétition entre de 1851 à 1983. D’où la satisfaction de la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern.

« Team New Zealand nous rend à nouveau tellement fiers en faisant de la Coupe de l’America la coupe de la Nouvelle-Zélande », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

La sixième campagne italienne s’achève, elle, de nouveau dans l’amertume pour Luna Rossa, qui avait remporté en février la Prada Cup -qualificative pour la Coupe de l’America- face aux défis britannique et américain.

« Ce n’est pas fini », a déclaré le co-barreur italien Francesco Bruni. « Je suis sûr que Luna Rossa essaiera à nouveau. »

Le défi italien aura au moins réussi à faire mentir ses contempteurs qui annonçaient un 7-0 pour les Néo-Zélandais.

Il aurait même pu menacer un peu plus les Kiwis sans quelques erreurs tactiques fatales à plusieurs moments clés des cinq dernières manches.

« De beaux bateaux »

L’autre co-barreur de Luna Rossa, l’Australien Jimmy Spithill, qui avait torpillé les espoirs néo-zélandais lors de la Cup remportée 9-8 par Oracle en 2013, a jugé la victoire « méritée » pour Team New Zealand.

« Bien sûr qu’il faudra aller boire une bière avec les Kiwis pour leur rendre hommage », a dit le natif de Sydney.

« Mais il faut remercier tous nos équipiers qui ont fait tellement d’efforts pour nous permettre d’être ici et de nous battre pour la Coupe de l’America. »

Mme Ardern, elle, a annoncé que son gouvernement débloquerait cinq millions de dollars néo-zélandais (trois millions d’euros) pour permettre à Team New Zealand de défendre la Coupe lors de sa prochaine édition, attendue en 2024.

Le but sera avant tout d’éviter de se faire dépouiller de ses meilleurs éléments par les défis étrangers aux budgets plus conséquents.

Toute la question, désormais, sera de connaître le format de la prochaine édition.

En tant que tenants du titre, les Kiwis auront le choix des armes, des règles et du plan d’eau. Ils ont déjà fait savoir qu’ils étudieraient les candidatures de villes étrangères pour accueillir les manches.

Ils devraient garder, au moins dans l’esprit, les bateaux qui ont fait le spectacle lors de cette édition.

La Coupe s’est cette année gagnée sur des monocoques futuristes de 75 pieds (23 mètres) dotés de foils leur permettant de « voler » au-dessus des flots à 53 noeuds (près de 100km/h) en pointe.

Le skipper de Team New Zealand Glenn Ashby a parlé cette semaine de montures « absolument phénoménales ».

« Ce sont de beaux bateaux, beaux à voir au repos, et beaux à voir quand ils se déchaînent », a-t-il dit.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

Euro 2024 : Didier Deschamps dévoile la liste des 25 Bleus

Article

le

Euro 2024 : Didier Deschamps dévoile la liste des 25 Bleus
©TF1

La sélection pour l’Euro 2024 inclut les surprises de Bradley Barcola et le retour inattendu de N’Golo Kanté après plus de deux ans d’absence.

Didier Deschamps, sélectionneur de l’équipe de France, a annoncé ce jeudi la liste des 25 joueurs qui représenteront les Bleus à l’Euro 2024 en Allemagne. Parmi les sélectionnés, on note l’intégration de Bradley Barcola, récompensé pour sa remarquable saison au PSG, et le retour surprise de N’Golo Kanté, absent depuis juin 2022.

La présence de N’Golo Kanté, qui évolue désormais à Al-Ittihad en Arabie Saoudite, a surpris de nombreux observateurs. Après une longue absence due à des blessures, Kanté, champion du monde en 2018, n’avait plus joué en Bleu depuis un match contre le Danemark en juin 2022. Son inclusion s’explique par la nécessité de renforcer le leadership de l’équipe, surtout après la blessure de Lucas Hernandez. Kanté, malgré le niveau controversé du championnat saoudien, a cumulé près de 4000 minutes de jeu cette saison, convainquant Deschamps de sa capacité à contribuer efficacement à l’Euro.

Bradley Barcola, convoqué pour la première fois en équipe nationale, a également été une surprise. Sa saison impressionnante avec le PSG, notamment une performance marquante contre Nice, lui a valu cette opportunité. Barcola était initialement destiné à jouer un rôle clé dans l’équipe de France olympique, mais ses récentes démonstrations lui ont ouvert les portes des A, où il pourrait servir de doublure à Kylian Mbappé.

En défense, Ferland Mendy fait son retour après une absence prolongée. Absent depuis septembre 2022, il a retrouvé sa forme avec le Real Madrid, remplaçant Lucas Digne. Théo Hernandez, vice-champion du monde, conserve sa place, tout comme 18 autres membres de l’équipe finaliste de la Coupe du monde 2022, formant le socle de l’équipe.

Kingsley Coman, malgré une récente blessure à l’adducteur, sera également présent après avoir repris l’entraînement avec le Bayern Munich. Moussa Diaby, malgré une fin de saison réussie avec Aston Villa, ne fait pas partie de la liste.

Didier Deschamps espère que cette sélection, marquée par des retours significatifs et des nouveaux talents, permettra aux Bleus de briller à l’Euro 2024.

LA LISTE DES BLEUS POUR L’EURO 2024 :

Gardiens :

Mike Maignan
Brice Samba
Alphonse Areola

Défenseurs :

Jonathan Clauss
Jules Koundé
William Saliba
Ibrahima Konaté
Dayot Upamecano
Benjamin Pavard
Théo Hernandez
Ferland Mendy

Milieux :

Aurélien Tchouaméni
Youssouf Fofana
Adrien Rabiot
Eduardo Camavinga
Warren Zaïre-Emery
Antoine Griezmann
N’Golo Kanté

Attaquants :

Kylian Mbappé
Olivier Giroud
Ousmane Dembélé
Randal Kolo Muani
Bradley Barcola
Marcus Thuram
Kingsley Coman

Lire Plus

Sports

Ligue 1 : Marseille s’impose face à Lorient malgré une prestation en demi-teinte

Article

le

Ligue 1 : Marseille s'impose face à Lorient malgré une prestation en demi-teinte

Les Olympiens restent en lice pour une qualification européenne tandis que Lorient se rapproche dangereusement de la relégation.

Après leur élimination décevante en demi-finale de la Ligue Europa contre l’Atalanta, l’Olympique de Marseille devait se ressaisir rapidement pour garder ses chances de qualification européenne pour la saison prochaine. L’affrontement contre Lorient ce dimanche s’avérait crucial à cet égard.

Le début de la rencontre a vu les Lorientais se créer les premières occasions, mais sans réussite. C’est pourtant Marseille qui a ouvert le score grâce à Aubameyang, bien servi par Murillo (36e), suivi d’un but de Gigot (41e). Malgré une réduction de l’écart par Benjamin Mendy pour Lorient (43e), l’OM a rapidement creusé l’écart en seconde période sur un penalty transformé par Aubameyang (54e).

Bien que Lorient ait continué à se battre avec des occasions, notamment une frappe sur la barre de Katseris (65e), et une tentative de Bouanani (88e), Marseille a conservé son avance jusqu’au bout pour remporter le match.

Malgré cette victoire, Lorient se rapproche dangereusement de la relégation, tandis que Marseille reste en lice pour une place européenne. Avec une rencontre en retard à venir contre Reims, les Olympiens peuvent encore espérer accrocher la sixième ou la septième place au classement.

Lire Plus

France

Marseille : La flamme olympique embrasée pour les JO de Paris 2024

Article

le

Marseille : La flamme olympique embrasée pour les JO de Paris 2024

L’événement marqué par une parade maritime spectaculaire et l’allumage du chaudron par la star du rap Jul, mais aussi par des manifestations et des sifflets contre Emmanuel Macron.

La flamme olympique a illuminé le Vieux-Port de Marseille lors d’une cérémonie somptueuse, marquant ainsi son arrivée en France pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. L’événement, précédé d’une parade maritime grandiose, a été célébré avec faste, mais n’a pas manqué de susciter des réactions mitigées.

Le mythique trois-mâts Belem a été le vaisseau porteur de la flamme, qui a été accueilli par une foule enthousiaste sous un magnifique arc-en-ciel. La descente de la flamme, entre les mains du champion olympique de natation Florent Manaudou, a été un moment empreint d’émotion, symbolisant le lien entre la tradition maritime de la ville et l’esprit olympique.

La flamme a ensuite été transmise à la championne paralympique Nantenin Keita, soulignant ainsi l’importance de l’inclusion et de la diversité aux Jeux Olympiques. C’est finalement Jul, l’artiste rap marseillais, qui a eu l’honneur d’allumer le chaudron olympique pour la nuit, au milieu des acclamations de la foule.

Cependant, l’événement n’a pas été sans controverse. Alors que le président Emmanuel Macron assistait à la cérémonie, des sifflets ont retenti, témoignant de la polarisation politique autour de l’événement. Malgré cela, la flamme a symbolisé l’unité et la fierté pour de nombreux spectateurs.

Les festivités se sont poursuivies avec un concert gratuit, mettant en vedette des artistes locaux comme Soprano et Alonzo, rassemblant ainsi les communautés dans une célébration de la diversité culturelle de Marseille.

Cependant, des voix discordantes se sont également fait entendre. Des manifestants ont exprimé leur opposition aux Jeux Olympiques en raison de leurs préoccupations environnementales et ont demandé l’exclusion d’Israël, suscitant ainsi des débats sur les questions politiques et sociales liées à l’événement.

Malgré ces tensions, la flamme olympique a brillé de tout son éclat, annonçant le début d’un voyage à travers la France, symbolisant l’esprit de compétition, d’inclusion et de célébration qui caractérise les Jeux Olympiques.

Lire Plus

Les + Lus