Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Coronavirus: Trump testé positif au Covid-19, l’Europe en alerte

Article

le

coronavirus:-trump-teste-positif-au-covid-19,-l’europe-en-alerte

Donald Trump et son épouse Melania ont été testés positifs au Covid-19 dans la nuit de jeudi à vendredi, alors qu’en Europe la situation épidémique continuait de se dégrader, notamment en France et en Espagne où de nouvelles restrictions sont entrées en vigueur ou imminentes.

« Le président et la Première dame vont tous les deux bien à cette heure, et ils prévoient de rester chez eux à la Maison Blanche durant leur convalescence », écrit  le médecin de la présidence américaine  Sean Conley dans un communiqué publié tôt vendredi matin annonçant que Donald Trump et son épouse Melania ont été testés positifs au coronavirus.

Il a ajouté s’attendre « à ce que le président » en quarantaine « continue à assumer ses fonctions sans perturbations pendant sa convalescence », ainsi que le maitien « d’une surveillance étroite » médicale sur le couple présidentiel.

Auparavant, le président américain avait confirmé sur Fox News une information de presse, selon laquelle Hope Hicks, sa proche conseillère, avait été testée positive. Hope Hicks était à bord d’Air Force One avec le président pour se rendre mardi dans l’Ohio au débat face à Joe Biden, puis mardi dans le Minnesota pour un meeting de campagne.

En Europe, Paris pourrait passer lundi en alerte maximale. La capitale française et sa proche banlieue pourraient se voir imposer de nouvelles restrictions si la progression de l’épidémie s’y confirme, a déclaré jeudi le ministre français de la Santé, Olivier Véran.

Un tel classement « supposera que les habitants de Paris et de la petite couronne réduisent temporairement leurs interactions sociales de manière drastique, en tout cas plus importante que ce qu’ils font déjà: plus de fêtes de famille, plus de soirées, fermeture totale des bars », a-t-il indiqué.

Le ministre a également relevé une « dégradation » de la situation dans « cinq métropoles, Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse et Saint-Etienne », où « l’évolution des derniers jours reste très préoccupante ».

La barre des 32.000 morts a été dépassée jeudi en France.

« Si les mesures (de restrictions déjà prises) ne produisent pas suffisamment d’effet, nous pourrions être conduit à les placer (ces métropoles) en zone d’alerte maximale la semaine prochaine », a prévenu le ministre.

Bouclage par décret

Pour Madrid, c’est déjà fait. Un décret du ministère espagnol de la Santé publié jeudi étend à toute la capitale les mesures déjà en vigueur depuis une semaine dans les zones de la région les plus touchées par le virus et interdit aux habitants de Madrid d’entrer ou de sortir de la ville sauf pour aller travailler, chez le médecin ou emmener les enfants à l’école.

Il ne s’agit donc pas d’un confinement strict comme l’Espagne l’a vécu au printemps.

Cette annonce, qui intervient après un bras de fer de deux semaines entre le gouvernement central de gauche et l’exécutif régional madrilène de droite, a été rejetée par ce dernier. Mais malgré le refus de Madrid et d’autres régions, ces mesures sont obligatoires dans les 48 heures selon le décret.

En Grande-Bretagne, de nouvelles restrictions ont été décrétées à Liverpool: dans cette région de 1,5 million d’habitants, les rencontres entre différents foyers seront interdites en intérieur. Il est recommandé de ne pas assister à des événements sportifs ni de se rendre dans les maisons de retraite ou d’entreprendre des déplacements non essentiels.

De telles restrictions étaient entrées en vigueur mercredi dans une partie du nord-est de l’Angleterre. Elles s’ajoutent à celles déjà valables pour l’ensemble du pays, qui stipulent que les pubs, restaurants et bars doivent fermer à 22H00 et que les réunions sont limitées à six personnes, en intérieur comme en extérieur.

« Alerte rouge »

La pandémie a fait au moins 1.018.634 morts dans le monde, selon un bilan établi par l’AFP. Plus de 34 millions de cas d’infection ont été diagnostiqués.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché, tant en nombre de morts (207.743) que de cas (7.273.943). Suivent le Brésil (144.680 morts), l’Inde (98.678), le Mexique (77.646) et le Royaume-Uni (42.143).

Le nombre de nouveaux cas de coronavirus augmente également au Canada, à 1.572 en moyenne au cours de la dernière semaine, enregistrés très majoritairement dans les deux provinces les plus peuplées, l’Ontario et le Québec.

« La situation est critique au Québec », a déclaré le Premier ministre de la province, François Legault, en faisant état de 16 nouveaux décès ces derniers jours, chiffre inégalé depuis la fin de la première vague de la pandémie, mi-juin. « Comparativement à mi-août, on est passés de 50 nouveaux cas par jour à 900 par jour (…), d’une centaine d’hospitalisations à 275 », a-t-il dit.

Dans cette province la plus durement touchée dans le pays par l’épidémie, les bars, restaurants, cinémas et musées ont refermé leurs portes jeudi dans les régions de Montréal et Québec, passées en « alerte rouge », le plus haut niveau de surveillance.

Les habitants de ces régions, où vivent la majorité des Québécois, ne peuvent plus recevoir d’invités chez eux jusqu’à fin octobre et les rassemblements publics extérieurs sont pratiquement interdits.

Flambée de cas également en Tunisie, dans les régions côtières de Sousse et de Monastir (est), où un couvre-feu a été réinstauré pour 15 jours.

Mais dans certains pays, l’heure est à l’assouplissement.

Tous les voyageurs africains peuvent de nouveau voyager en Afrique du Sud, ainsi que ceux venant de pays jugés à risque « faible ou moyen » en termes d’infections au nouveau coronavirus.

A La Havane, le couvre-feu nocturne en vigueur depuis un mois a été levé et l’activité va être relancée, sans recevoir pour le moment de touristes étrangers.

Dans le monde du sport, l’UEFA a autorisé le retour immédiat du public en compétitions européennes de football, dont la Ligue des champions, dans une limite de 30% des sièges, sans autoriser le déplacement de supporteurs visiteurs.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre reçoit une amende pour ne pas avoir porté sa ceinture de sécurité

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre reçoit une amende pour ne pas avoir porté sa ceinture de sécurité

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a reçu une amende vendredi pour ne pas avoir porté la ceinture de sécurité la veille alors qu’il tournait une vidéo à l’arrière d’une voiture.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a reçu une amende, vendredi 20 janvier, pour ne pas avoir porté sa ceinture de sécurité. Dans une vidéo publiée sur son compte Instagram, mais qui a depuis été retirée, le chef du gouvernement conservateur évoque avec entrain sa politique de rééquilibrage territorial, assis à l’arrière d’une voiture sans porter sa ceinture de sécurité, lors d’un déplacement dans le Lancashire, dans le nord de l’Angleterre.

Rapidement, les critiques se sont multipliées sur les réseaux sociaux et Rishi Sunak a reconnu jeudi soir « une erreur de jugement ». La police du Lancashire a annoncé la sanction dans un tweet vendredi : « Après la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux montrant un individu ne portant pas sa ceinture de sécurité alors qu’il était passager d’une voiture en mouvement dans le Lancashire, nous avons aujourd’hui émis une offre conditionnelle de pénalité fixe à un homme de 42 ans de Londres ».

Le Premier ministre « reconnaît pleinement qu’il s’agissait d’une erreur et a présenté ses excuses. Il va bien sûr se conformer à l’amende fixée », n’a pas tardé à réagir un porte-parole de Downing Street. Selon la BBC, la contravention pour le non-port de la ceinture de sécurité en tant que passager d’une voiture s’élève à 100 livres sterling (114,20 euros) et peut monter jusqu’à 500 livres sterling (571 euros) si l’affaire est portée devant le tribunal.

Ce n’est pas la première fois que Rishi Sunak reçoit une amende. Quand il était ministre des Finances de Boris Johnson, il avait été sanctionné dans le scandale dit du « Partygate », pour avoir été présent lors d’un rassemblement pour l’anniversaire du Premier ministre, en violation des règles anti-Covid.

Lire Plus

Les + Lus