Nous rejoindre sur les réseaux

France

Cash Investigation dénonce à son tour les manquements des Ehpad privés

Article

le

cash-investigation-denonce-a-son-tour-les-manquements-des-ehpad-prives

Personnel non diplômé, repas rationnés, effectifs insuffisants: après le séisme provoqué par le livre « Les Fossoyeurs » sur le « système Orpea », le magazine « Cash investigation » de France 2 s’est attaqué à son tour aux Ehpad à but lucratif, avec une enquête diffusée mardi soir, centrée cette fois sur le groupe Korian.

Préparé depuis un an et demi, ce reportage devait initialement être diffusé au printemps, mais la chaîne a avancé sa diffusion pour mieux s’inscrire dans l’actualité, marquée par les révélations du livre de Victor Castanet.

Comme dans « Les Fossoyeurs », Elise Lucet et l’équipe de « Cash » expliquent avoir voulu « révéler les méthodes » des groupes d’Ehpad privés « pour maximiser leurs bénéfices, souvent au détriment du bien-être des résidents et des conditions de travail de leurs salariés ».

Dans le livre comme dans « Cash », « les questions soulevées se rejoignent, notamment autour des coûts qu’on cherche constamment à baisser », a expliqué la réalisatrice de l’enquête, Marie Maurice.

La journaliste s’est fait embaucher pendant trois jours dans un Ehpad Korian en tant qu’auxiliaire de vie, mais a été affectée à l’équipe des aide-soignantes, alors qu’elle n’a pas de diplôme pour exercer cette profession.

En caméra discrète, elle a filmé le quotidien harassant de salariés débordés, contraints de conseiller à une vieille dame de « faire pipi dans sa protection » car le personnel manque pour l’accompagner aux toilettes.

Deux anciens directeurs d’Ehpad affirment que le groupe Korian soumet ses cadres à une pression constante pour qu’ils réduisent les coûts et maximisent le bénéfice de l’entreprise.

L’un d’eux, qui témoigne à visage découvert, a quitté l’entreprise en 2016 et est donc « assez mal placé pour évaluer comment la politique du groupe a évolué depuis six ans », a cependant raillé la directrice générale du groupe Korian, Sophie Boissard, lors d’une interview en plateau diffusée après le reportage.

Pas de croûtons dans la soupe

Selon des documents internes à Korian, que les journalistes de Cash se sont procurés, la politique de réduction des coûts allait si loin que la direction avait même donné pour instruction de supprimer les croûtons dans la soupe des résidents.

Ces documents montrent également que la direction de l’entreprise veille à ne remplacer que partiellement le personnel soignant lorsqu’il prend ses congés, et qu’elle transmet de fausses déclarations aux autorités de tutelle quant à ses effectifs, afin de maximiser ses dotations publiques, affirment les journalistes de Cash.

Interrogée par Elise Lucet, Mme Boissard a réfuté toutes ces accusations. Le reportage s’apparente à un « réquisitoire » qui contient des « choses parfaitement trompeuses », a-t-elle soutenu.

La plupart des difficultés rencontrées dans les établissements de Korian sont dues à une « grave pénurie de personnels formés et qualifiés », a souligné la directrice générale, réfutant toute tricherie dans les déclarations du groupe sur ses effectifs.

Dans un long communiqué publié après la diffusion de l’émission, Korian a également démenti « formellement » tout rationnement dans l’alimentation des résidents. La suppression alléguée des croûtons dans la soupe ne correspond « absolument pas à la politique de l’entreprise », affirme Korian, qui dénonce la présentation « totalement tronquée » d’un document interne. Pour appuyer ses dires, l’entreprise a même publié les copieux menus servis à ses résidents pour les fêtes des grands mères 2021 et 2022.

Dans la seconde partie de leur enquête, les journalistes de Cash se sont intéressés à DomusVi, autre poids lourd privé du secteur, dont ils dénoncent les méthodes d’optimisation fiscale via le Luxembourg et Jersey.

L’enquête montre aussi comment l’entreprise convainc des particuliers d’investir dans des chambres d’Ehpad achetées à prix fort, à qui elle verse ensuite un loyer défiscalisé.

Lorsque DomusVi déménage son Ehpad dans un bâtiment plus moderne, les anciens murs sont laissés à l’abandon, et les petits propriétaires se retrouvent « le bec dans l’eau », se désole un agent immobilier.

Dans un communiqué diffusé mercredi, le groupe a dénoncé des allégations « mensongères », affirmant respecter « l’ensemble des obligations légales et fiscales des pays dans lesquels il est implanté, dont bien sûr la France ». Il a aussi réfuté la  « présentation inexacte et trompeuse retenue par Cash Investigation sur le sujet des propriétaires immobiliers particuliers ».

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

France

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Article

le

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Un décret paru au Journal officiel stipule que la résidence en France devra désormais dépasser neuf mois pour bénéficier de certaines prestations familiales, dans le cadre d’une lutte accrue contre la fraude sociale.

Le gouvernementa pris des mesures pour durcir les conditions d’accès à certaines aides familiales. Selon un décret paru au Journal officiel ce dimanche 21 avril, à partir de l’année 2025, il sera nécessaire de résider en France pendant plus de neuf mois au cours de l’année civile de versement, contre six mois actuellement, pour pouvoir prétendre à certaines prestations familiales telles que les allocations familiales et la prime à la naissance d’un enfant. Cette règle s’étendra également aux personnes âgées souhaitant bénéficier du minimum vieillesse.

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’un vaste plan de lutte contre la fraude sociale engagé par le gouvernement. Bien que la fraude aux aides sociales ait été évaluée à 2,8 milliards d’euros selon les données de la Cour des comptes entre 2018 et 2020, elle reste nettement inférieure à la fraude aux cotisations sociales non versées par les employeurs aux Urssaf, estimée à 8 milliards d’euros.

Il est important de noter que certaines aides, telles que la protection universelle maladie, ne sont pas concernées par cette mesure.

Lire Plus

France

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

Article

le

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

La météo capricieuse met en péril les cultures alors que les températures chutent brutalement.

Le retour du froid suscite l’inquiétude parmi les agriculteurs français, qui redoutent les conséquences dévastatrices du gel sur leurs récoltes. Les variations météorologiques de ces dernières semaines ont un impact dramatique sur l’agriculture, avec des températures nocturnes approchant parfois le point de congélation dans certaines régions.

Alors que les semaines précédentes ont été marquées par des conditions estivales et des pluies bienvenues pour la croissance des plantes, le froid soudain menace désormais les bourgeons précoces. Pour les agriculteurs, cette situation est critique : la perte de la récolte est une éventualité redoutée. Un producteur, exprime son angoisse en déclarant : « Le risque, c’est de perdre la récolte entièrement. Nous ne pouvons qu’espérer que les températures ne descendent pas davantage. »

Face à cette menace, certains agriculteurs ont recours à des solutions coûteuses, telles que l’utilisation de bougies entre les rangées de vignes pour maintenir une température minimale la nuit. Cependant, ces méthodes ne garantissent pas une protection totale contre le gel. Les éoliennes, qui permettent de faire descendre de l’air chaud sur les cultures, offrent également une alternative, mais leur efficacité est limitée dans le temps.

Les prévisions de Météo France ne laissent que peu d’espoir aux agriculteurs, avec des températures froides persistantes prévues jusqu’au samedi 27 avril. De plus, de la pluie est annoncée sur la majeure partie du territoire jusqu’au vendredi 3 mai, prolongeant ainsi la période critique pour les cultures.

Dans ce contexte, l’incertitude règne dans les milieux agricoles, alors que les agriculteurs redoublent d’efforts pour protéger leurs récoltes contre les caprices du temps.

Lire Plus

France

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Article

le

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Des camions jaunes sillonnent les territoires isolés pour offrir des services postaux, bancaires et numériques aux habitants des régions éloignées.

La Poste lance une initiative ambitieuse pour renforcer sa présence dans les zones rurales françaises en introduisant des bureaux de poste itinérants sous forme de camions jaunes. Cette nouvelle approche vise à revitaliser un concept historique de La Poste datant des années 1960-70, où les célèbres fourgons jaunes de Citroën allaient à la rencontre des Français sur leurs lieux de travail et de loisirs.

L’expérimentation débutera le vendredi 19 avril à Champosoult (Orne) et se déploiera dans trois départements – l’Orne, la Creuse et la Haute-Marne – le mardi 23 avril, puis dans le Gers et le Jura le samedi 27 avril. Cinq camions jaunes Renault Trucks Masters sillonneront les routes pendant un an, couvrant 40 communes et touchant environ 13 000 habitants.

Avec un budget d’un million d’euros, cette initiative comprend une gamme de services accessibles aux usagers, notamment l’achat de produits postaux, l’affranchissement de lettres et de colis, la souscription à des services téléphoniques et Internet, ainsi que des opérations bancaires pour les clients de la Banque Postale. Il sera également possible de prendre rendez-vous avec un conseiller bancaire pour les particuliers et les professionnels.

Nathalie Collin, directrice générale adjointe de La Poste, a expliqué à Ouest-France que bien que les retraits de liquide ne soient pas possibles, sauf dans le camion circulant dans la Creuse, La Poste teste néanmoins cette fonctionnalité dans un souci d’innovation et de service accru aux usagers. Elle a souligné que l’installation de distributeurs de billets dans les camions représente un défi technique et de sécurité, mais La Poste est déterminée à explorer cette possibilité, même si elle implique des coûts supplémentaires liés à la sécurité.

Cette initiative s’inscrit dans la volonté de La Poste de moderniser ses services et de répondre aux besoins des populations rurales en offrant un accès amélioré aux services postaux, bancaires et numériques, tout en préservant le lien social et économique dans les régions éloignées.

Lire Plus

Les + Lus