Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Belén Garijo, à la tête de Merck, première femme à diriger un grand groupe allemand

Article

le

belen-garijo,-a-la-tete-de-merck,-premiere-femme-a-diriger-un-grand-groupe-allemand

Le laboratoire Merck est devenu ce week-end la première grande entreprise allemande à nommer à sa tête une femme, l’Espagnole Belén Garijo, au moment où le pays discute de quotas dans les directions des groupes nationaux.

« Pour moi, il est plus important de ne pas être la dernière femme à la tête d’une entreprise du Dax », l’indice vedette de la Bourse Francfort, « que d’être la seule », confiait récemment cette médecin de formation, âgée de 60 ans, dans un entretien au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Entreprise familiale installée à Darmstadt, au sud de Francfort, Merck n’a jamais eu de patron féminin en 350 ans d’existence. Mme Garijo succède à Stefan Oschmann, 63 ans.

Cette mère de deux enfants, supportrice du club de football Real Madrid, prend les rênes d’un groupe solide financièrement – il a dégagé l’an dernier un bénéfice net de près de 2 milliards d’euros – et à l’avant-garde de la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Il est ainsi fournisseur de fabricants de vaccins tels que l’alliance BioNtech-Pfizer et Belén Garijo a dit ce weekend vouloir encore augmenter les livraisons dans les mois qui viennent.

Opposée aux quotas

La responsable dit devoir sa nomination uniquement au fait d’avoir travaillé « dur » tout au long de sa carrière et d’avoir saisi les opportunités « quand elles se présentaient ».

Si les rares femmes siégeant dans les états-majors des groupes allemand coiffent le plus souvent des fonctions de ressources humaines ou juridiques, qui ne les positionnent pas idéalement pour accéder à la direction suprême, Mme Garijo s’est rapidement imposée.

Elle a tenu la barre du pôle santé de Merck et, avant de faire son entrée en 2011 dans le groupe, elle avait dirigé les opérations européennes de Sanofi-Aventis (aujourd’hui Sanofi).

Aussi, Mme Garijo rejette l’idée en débat de quotas de femmes, se disant « contre toute forme de discrimination, y compris la discrimination positive ».

Selon un projet de loi sur lequel le Parlement allemand doit encore se prononcer, au moins une femme devra obligatoirement siéger dans les directoires des grandes entreprises comptant plus de trois membres.

Soixante-treize entreprises seraient concernées par le changement de règle, dont trente-deux ne comptent actuellement aucune femme dans leur instance de direction, selon le ministère allemand de la Famille. La date butoir de fin décembre 2025 est avancée.

Merkel longtemps hésitante

En 2016, l’Allemagne avait déjà dans une première étape poussé les entreprises à féminiser leurs conseils de surveillance, les instances de contrôle.

La part y est désormais de 35%. En revanche dans les directions exécutives, les résultats se font attendre, d’où le texte de loi.

« Il est temps qu’après les conseils de surveillance, quelque chose se passe enfin au sein des directoires, également dans l’intérêt des entreprises », commente Katharina Wrohlich, directrice de la recherche sur le genre à l’Institut allemand d’études économiques (DIW).

Fin 2020, sur un échantillon de 200 entreprises représentant 468 postes de direction, on comptait 4 femmes seulement comme PDG en Allemagne et 64 siégeant au directoire.

L’Américaine Jennifer Morgan avait bien été nommée co-directrice du fabricant de logiciels SAP en octobre 2019 mais elle a quitté ce poids-lourd du Dax en avril 2020, laissant les commandes à l’Allemand Christian Klein.

Côté institutions, la Banque centrale européenne, qui siège à Francfort, est dirigée pour la première fois avec Christine Lagarde par une femme.

Et la chancellerie allemande est occupée depuis 16 ans par Angela Merkel, qui quittera ses fonctions après les élections de septembre.

Cette dernière a longtemps été hésitante à légiférer sur le sujet avant de se rallier au texte en discussion.

« J’estime qu’il n’est absolument pas satisfaisant de ne pas avoir une seule femme dans un directoire » du Dax, « c’est une situation dont on ne peut se satisfaire », disait-elle ainsi l’an dernier.

Économie

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l’idée de «préférence européenne»

Article

le

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l'idée de «préférence européenne»

Pour préserver l’industrie européenne face aux puissances américaine et chinoise, les Vingt-Sept doivent « éliminer les charges administratives inutiles », ont fait valoir ce lundi les ministres allemand et français de l’Économie et italien des Entreprises, lors d’une réunion organisée à Meudon.

Les ministres de l’Économie français, italien et allemand se sont réunis le lundi 8 avril en région parisienne pour définir une politique industrielle commune, notamment dans des secteurs clés tels que l’intelligence artificielle et la transition énergétique.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, a souligné le déficit commercial croissant entre la Chine et l’Europe, qui a triplé au cours des dix dernières années, passant de 100 à 300 milliards d’euros. Il a mis en avant l’inondation du marché européen par des produits chinois, notamment dans les domaines des panneaux solaires, des voitures électriques et des batteries.

Pour rééquilibrer la balance commerciale, Bruno Le Maire a proposé d’imposer une préférence européenne dans les marchés publics, suggérant des quotas de contenu européen allant jusqu’à 60% dans les appels d’offres, ainsi que des normes environnementales et de qualité plus strictes.

Si l’Italie soutient cette position, le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, s’est montré plus réservé. Il a exprimé des préoccupations quant au protectionnisme, soulignant l’importance de l’ouverture des marchés et de la mondialisation. L’Allemagne, exportatrice majeure vers la Chine, craint les mesures de rétorsion et souhaite éviter une escalade dans les tensions commerciales avec Pékin.

Lire Plus

Europe

Relève de la garde croisée entre l’Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale

Article

le

Relève de la garde croisée entre l'Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l'Entente cordiale

Pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale entre la France et le Royaume-Uni les deux pays organisent lundi une relève croisée entre l’Élysée et Buckingham Palace.

Signé en 1904, l’accord de l’Entente cordiale a joué un rôle crucial dans l’amélioration des relations franco-britanniques après les guerres napoléoniennes, établissant ainsi un fondement solide pour l’alliance entre les deux pays au sein de l’Otan.

Des Grenadiers de la maison royale britannique ont participé au cérémonial de la relève de la garde dans la cour d’honneur du Palais de l’Élysée, en présence du président français Emmanuel Macron et de l’ambassadrice du Royaume-Uni en France, Menna Rowlings. Pendant ce temps, les gardes français ont effectué le même rituel devant le palais de Buckingham, résidence du roi Charles III.

Pour la première fois dans l’histoire de l’Élysée, une troupe étrangère a été invitée à participer à ce rituel militaire, souligne la présidence française.

La cérémonie à Buckingham Palace a été suivie par des membres de la famille royale britannique, dont le duc et la duchesse d’Édimbourg, le prince Édouard et son épouse Sophie, accompagnés des chefs d’état-major britannique et français.

L’événement marque également la première participation d’un pays non membre du Commonwealth à la cérémonie de relève de la garde, habituellement réservée aux anciennes colonies britanniques anglophones.

La signature de l’Entente cordiale en 1904 a été un tournant majeur dans l’histoire franco-britannique, préparant le terrain à leur alliance pendant la Première Guerre mondiale.

Cette célébration souligne les liens historiques forts entre la France et le Royaume-Uni, malgré les tensions et les antagonismes qui ont parfois marqué leur relation au fil du temps.

Lire Plus

Europe

Cigarettes : plus de limite pour ramener des cartouches d’un autre pays de l’UE

Article

le

Cigarettes : plus de limite pour ramener des cartouches d'un autre pays de l'UE

Le gouvernement lève les restrictions sur les quantités de tabac autorisées pour les voyageurs en provenance d’autres pays européens.

À partir de maintenant, les voyageurs entrant en France depuis un autre pays de l’Union européenne ne seront plus soumis à des restrictions sur les quantités de cigarettes qu’ils peuvent transporter. Le gouvernement a aboli ces limites dans un décret entré en vigueur le vendredi 29 mars, tel que publié au Journal officiel.

Auparavant, les voyageurs étaient limités à une cartouche de cigarettes, 50 cigares, 250 grammes de tabac à fumer et 100 cigarillos lors de leur retour d’un pays de l’UE. Cependant, ces restrictions ont été levées pour se conformer au droit européen, qui autorise des limites plus élevées : quatre cartouches, 200 cigares, un kilo de tabac à fumer et 400 cigarillos.

La décision de lever ces limites s’explique en partie par les différences de prix du tabac entre la France et ses voisins européens, incitant certains voyageurs à se livrer à des trafics illégaux de cigarettes. En levant ces restrictions, le gouvernement français facilite les déplacements des voyageurs et harmonise sa réglementation avec le droit européen.

Thomas Cazenave, le ministre délégué chargé des comptes publics, a souligné lors d’une conférence de presse que malgré cette décision, les douaniers pourront toujours agir contre le trafic illégal de tabac en s’appuyant sur des indices et en saisissant les contrevenants. Il a également exprimé la volonté du ministère des Finances d’harmoniser la fiscalité du tabac au niveau européen.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus