Nous rejoindre sur les réseaux

France

Avec Genevoix, Macron fait entrer les Poilus au Panthéon

Article

le

avec-genevoix,-macron-fait-entrer-les-poilus-au-pantheon

Après la traditionnelle cérémonie de l’Armistice, Emmanuel Macron préside mercredi l’entrée au Panthéon de l’écrivain Maurice Genevoix, l’occasion d’honorer tous les combattants de la Première guerre mondiale 100 ans après l’inhumation du Soldat inconnu.

Confinement oblige, les deux cérémonies se dérouleront en petit comité, avec la présence de 30 personnes au maximum. Mais celle du Panthéon, télévisée, sera « inédite » avec une célébration à la fois en extérieur, des images étant projetées sur l’immense façade et dans la nef.

Le premier temps fort de cette journée mémorielle est, à 11H, la commémoration du 102e anniversaire de l’Armistice de 1918, qui est aussi le centenaire de l’inhumation du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe.

Le 11 novembre 1920, le cercueil de ce soldat dont la dépouille reste non identifiée, avait été accueilli en grande pompe sous l’Arc, où il sera mis en terre deux mois plus tard. Depuis le 11 novembre 1923, la flamme de sa tombe est ravivée tous les soirs.

Cette cérémonie clôture le long cycle du centenaire de la Grande Guerre, dont le temps fort a été « l’itinérance » d’une semaine ayant conduit Emmanuel Macron en 2018 sur les lieux des grandes batailles de l’est et du nord du pays.

C’est lors d’une étape aux Eparges, un petit village proche de Verdun, qu’il avait annoncé l’entrée au Panthéon de Maurice Genevoix qui y avait été grièvement blessé le 25 avril 1915 lors de violents combats.

L’écrivain combattant a été le chantre de la mémoire des Poilus, dont il a fait le récit de la vie dans les tranchées dans son recueil « Ceux de 14 ». « Par lui, leur voix ne cesse de nous exhorter à ne pas baisser la garde et à conserver intacte notre vigilance quand le pire de nouveau réapparaît », avait déclaré le chef de l’Etat le 6 novembre 2018.

Cette entrée de Genevoix au Panthéon était souhaitée par la famille de l’auteur de Raboliot, décédé en 1980.

« à hauteur d’hommes »

Après un passage lundi aux Eparges, son cercueil, qui était jusque là enterré au cimetière de Passy à Paris, a passé la nuit à l’Ecole normale supérieure à Paris, dont Maurice Genevoix a été l’élève avant d’être mobilisé.

Après avoir remonté la rue Soufflot pavoisée, il rejoindra la nef puis la crypte, où il rejoindra les 70 hommes et 5 femmes inhumés dans le bâtiment. Emmanuel Macron y a déjà présidé l’entrée de l’ancienne ministre Simone Veil et de son époux le 1er juillet 2018.

Durant la cérémonie, seront inaugurées six sculptures du plasticien allemand Anselm Kiefer, les premières nouvelles oeuvres installées au Panthéon depuis un siècle.

Elles sont accompagnées par une oeuvre sonore du musicien Pascal Dusapin, mêlant un choeur et l’enregistrement de 15.000 noms de soldats morts durant la guerre, représentatifs de tous ceux tombés au combat. 70 haut-parleurs ont été disséminés sous l’immense dôme pour créer un mouvement du son inédit.

Emmanuel Macron clôturera la cérémonie par un discours où il devrait mettre l’accent sur la « résilience », la capacité des Français à surmonter les tragédies, comme un fil rouge entre 1914 et les « épreuves » actuelles que sont l’épidémie de coronavirus et les attaques terroristes de ces dernières semaines.

« Le président tient beaucoup à ce qu’on honore les héros à hauteur d’hommes, qui n’ont jamais flanché dans l’épreuve et ont fait bloc », une occasion de « créer une histoire, un imaginaire commun », explique son entourage.

Ces séquences ont été maintenues malgré la pandémie car « il est important de maintenir les grands moments de communion nationale et de rassembler les Français en tant que nation », conclut l’Elysée.

Depuis le début de la pandémie, Emmanuel Macron insiste sur ce même message d’unité, face aux critiques et divisions autour de sa gestion de la crise et face à un niveau de méfiance toujours très élevé.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Article

le

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Le Parti socialiste a finalement trouvé un accord ce samedi après-midi, après plusieurs jours de contestations internes sur les résultats de l’élection du premier secrétaire du parti.

Soumis de 14 à 16 heures au vote des délégués du Congrès socialiste à Marseille, un protocole d’accord a finalement été entériné vers 15 heures ce samedi, confirmant la victoire d’Olivier Faure comme premier secrétaire du PS, à l’issue de plusieurs jours de contestations internes. Les 186 délégués ont à la quasi-unanimité brandi leur carton rouge validant l’accord entre les deux rivaux, portant sur la composition de la direction notamment. « Cette maison, vous venez encore, une fois de plus, de la sauver », a réagi au micro, sous les applaudissements, le maire de Marseille Benoît Payan, qui a dit « avoir eu peur ces derniers jours ».

Le texte détermine que son rival Nicolas Mayer-Rossignol, sceptique vis-à-vis de l’alliance de gauche Nupes et qui contestait jusqu’à présent sa victoire, deviendra premier secrétaire délégué au côté de la maire de Nantes pro-Faure Johanna Rolland. Hélène Geoffroy, chef de file des anti-Nupes, prendra la présidence du conseil national, le parlement du parti.

Le maire de Rouen a contesté pendant plusieurs jours la victoire du premier secrétaire sortant (avec officiellement 51,09 %). Nicolas Mayer-Rossignol ne cache pas ses réticences vis-à-vis de LFI et d’un accord qui a déçu beaucoup de socialistes.

Organigramme

À l’issue d’un premier vote sur le texte d’orientation, Olivier Faure avait obtenu 49 % des voix et le maire de Rouen autour de 30 %, devant une troisième candidate, la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy (autour de 20 %).

Les négociations se sont notamment débloquées lorsque cette dernière, qui n’avait pas pu se maintenir et avait décidé de soutenir Nicolas Mayer-Rossignol, a indiqué qu’elle ne souhaitait pas intégrer la direction, mais rester dans l’opposition. « Ils assument d’être la minorité, mais ne sont plus avec Nicolas Mayer-Rossignol, ce qui change la donne » et le rapport de force, explique une proche d’Olivier Faure.

Lire Plus

Économie

Renault : Le groupe augmente de 110 euros net par mois ses salariés

Article

le

Renault : Le groupe augmente de 110 euros net par mois ses salariés

Il s’agit d’une mesure présentée aux syndicats dans le cadre des négociations annuelles obligatoires. Elle pourra toutefois être appliquée même sans leur accord.

Renault a proposé un budget en augmentation de 7,5 % pour soutenir le pouvoir d’achat de ses salariés en 2023 à l’issue des négociations annuelles obligatoires (NAO) achevées jeudi soir, ce qui garantit une augmentation moyenne de 110 euros net par mois pour chaque salarié.

Les hausses de salaires se divisent entre augmentations générales et individuelles, et une prime de soutien au pouvoir d’achat sera en outre versée aux ouvriers, techniciens, agents de maîtrise et cadres dans la limite d’un certain niveau de revenus, a précisé vendredi le constructeur automobile à l’AFP.

Cette prime, d’un montant de 700 euros, sera attribuée aux salariés gagnant jusqu’à trois fois le Smic. L’ensemble de ces mesures permet une augmentation moyenne de 110 euros net par mois en 2023, a assuré le groupe. Elles doivent entrer en vigueur à partir du 1er février.

La CFDT s’est réjouie de l’effort consenti par la direction de Renault, dans un communiqué.

Aucun syndicat (CFE-CGC, CGT, CFDT et FO) n’avait accepté en 2022 de valider l’accord trouvé au terme des négociations annuelles. Celui-ci proposait d’augmenter les salaires de 1,9 % en moyenne pour 2022, une mesure complétée par des distributions d’actions aux salariés mais bloquées pendant cinq ans.

Lire Plus

France

Des « mairies solidaires » fermées le 31 janvier contre la réforme des retraites

Article

le

Des "mairies solidaires" fermées le 31 janvier contre la réforme des retraites

Plusieurs maires ont annoncé la fermeture de leur mairie pour cette journée de grève, afin de permettre aux agents municipaux de participer à la mobilisation, mais aussi de protester eux-mêmes contre cette mesure.

Plusieurs mairies ont annoncé des actions pour le 31 janvier, journée d’appel à la grève générale contre la réforme des retraites, afin de permettre aux agents municipaux de se joindre à la mobilisation mais aussi de protester contre cette mesure.

Après l’appel lancé par Fabien Roussel de fermer les mairies le 31 janvier par « solidarité » envers les mobilisations prévues contre la réforme des retraites, Anne Hidalgo a annoncé fermer les portes de l’Hôtel de ville de Paris. Cette décision présentée comme symbolique revêt « un problème moral », voire « politique », a fait savoir le ministre du Travail Olivier Dussopt.

« J’ai un peu le sentiment que la maire de Paris confond les services municipaux avec une annexe du Parti socialiste », a ainsi dénoncé le ministre, ce vendredi matin. Le membre du gouvernement dénonce le fait que « l’engagement politique » de l’élue prive les Parisiens, parmi lesquels certains sont « favorables à la réforme » ou « n’y sont pas opposés ».

Cette initiative pose également pour Olivier Dussopt « une vraie question politique en termes de neutralité et de respect des convictions ». D’autres mairies ont annoncé interrompre leurs services le temps de la deuxième journée de mobilisation.

Lire Plus

Les + Lus