Nous rejoindre sur les réseaux

Société

Au procès des attentats de 2015, l’esprit de liberté resté intact de « Charlie »

Article

le

au-proces-des-attentats-de-2015,-l’esprit-de-liberte-reste-intact-de-« charlie »

Meurtrie mais pas « soumise »: l’équipe de Charlie Hebdo s’est livrée mercredi au procès des attentats de janvier 2015 à un plaidoyer en faveur de la liberté d’expression et contre « le fanatisme religieux », « le combat d’une vie » pour le journal satirique.

« Au fond ce qu’on veut, c’est pouvoir dessiner ce qu’on veut, sans subir quoi que ce soit », résume le directeur de l’hebdomadaire Riss, Laurent Sourisseau de son vrai nom, devant la cour d’assises spéciale de Paris.

Cinq ans après la tuerie du 7 janvier 2015 qui a décimé la rédaction et grièvement blessé plusieurs de ses membres, la douleur physique demeure et la souffrance psychologique est omniprésente pour ces « survivants ».

Mais les caricaturistes et journalistes du journal assurent n’avoir rien renié de ce qu’est « l’esprit Charlie ».

« On vit pour être libre ou on vit pour être un esclave? Moi je veux vivre libre et pas soumis à l’arbitraire démentiel des fanatiques », déclare Riss d’une voix neutre.

Blessé à l’épaule droite après avoir reçu une balle de kalachnikov, il a lutté pour retrouver l’usage de son bras et continuer à dessiner. Depuis les attentats, il est suivi en permanence par un garde du corps, comme d’autres figures du journal.

L’attaque, qui a fait dix morts dans les locaux de Charlie Hebdo, l’a « stupéfait par la violence » mais aussi par le fait qu’elle « arrive à ce moment-là », le climat n’étant pas alors celui de « la menace permanente » selon lui.

Le journal était devenu la cible des jihadistes en publiant en 2006 les caricatures de Mahomet, le « mobile du crime » pour l’avocat historique de Charlie Hebdo, Richard Malka.

Depuis 2013, son directeur de la rédaction, le dessinateur Charb –l’une des victimes de l’attentat– figurait sur une liste de cibles publiée par Al-Qaïda et était sous protection policière.

« On croyait toujours avec beaucoup d’optimisme qu’en France on pouvait dessiner ce qu’on voulait, mais autour de nous l’environnement changeait. On voyait resurgir des obscurantismes, et il faut le dire de nouvelles formes de totalitarisme », souligne Laurent Sourisseau.

A sa suite, l’urgentiste Patrick Pelloux, ancien chroniqueur du journal et resté proche de Charlie, s’en est pris aux idéologies « obscurantistes » et au « fanatisme religieux ».

« Personne n’empêche de croire. Mais qu’on ne nous empêche pas de penser, qu’on ne nous empêche pas de créer », a martelé le médecin, saluant à la barre le « courage de toute l’équipe pour faire vivre la liberté d’expression ».

« La liberté, ça se défend! »

Gravement blessé dans l’attaque, le webmaster Simon Fieschi doit toujours s’aider d’une béquille pour marcher. Ses séquelles, « physiques, sensorielles, psychologiques », sont « à vie », mais il assure néanmoins « regarder le verre à moitié plein ».

« Cette balle ne m’a pas raté, mais je dirais aussi qu’elle ne m’a pas eu. Et c’est pareil pour le journal: on s’en est relevé », lance-t-il à la barre.

Grand reporter pour l’hebdomadaire, Fabrice Nicolino préfère lui aussi se projeter vers l’avenir lorsqu’il parle de l’attaque. « Charlie, ce n’est pas que la culture de la mort, ce n’est pas que les attentats. C’est aussi un gigantesque appel à la vie », martèle le journaliste.

Déjà blessé lors d’un précédent attentat islamiste à Paris en 1985, Fabrice Nicolino a été touché aux jambes et à l’abdomen lors de l’attaque de Charlie, et marche lui aussi avec une béquille. Une souffrance qui passe après son « combat » pour Charlie.

Ce journal, « on a le droit de l’aimer ou de le détester, toute l’équipe de Charlie s’en contrefout », mais « il s’agit de liberté, et la liberté concerne tout le monde! », s’emporte le sexagénaire, avant de fustiger le manque d’intérêt de ses confrères pour l’hebdomadaire.

« Les gens épouvantables qui nous attaquent, franchement je les déteste, je les vomis. La liberté ça ne se discute pas, ça se défend! »

Quatorze accusés sont jugés jusqu’au 10 novembre devant la cour d’assises spéciale de Paris pour leurs soutiens logistique aux auteurs des attaques contre l’hebdomadaire, des policiers et le magasin Hyper Cacher entre le 7 et le 9 janvier 2015 qui avaient fait 17 morts.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

Article

le

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

La moitié des enseignants du premier degré (maternelle et élémentaire) devrait faire grève mardi 31 janvier, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

Le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, a prévu ce lundi 30 janvier que la moitié des enseignants du premier degré seraient grévistes dans le cadre de la deuxième journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites, mardi 31 janvier.

« Il n’y a pas d’étonnement, on savait que nous n’irions pas jusqu’à 70 % comme lors de la première mobilisation [le 19 janvier, ndlr]. Mais 50 % reste un très bon chiffre qui montre qui le mouvement de contestation contre la réforme des retraites s’installe dans les écoles », a expliqué à l’AFP Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU.

Lire Plus

Coronavirus

La pandémie est toujours une urgence internationale selon l’OMS

Article

le

La pandémie est toujours une urgence internationale selon l'OMS

Ce niveau d’alerte est maintenu, trois ans jour pour jour après que l’OMS ait déclaré la maladie en tant qu’urgence de santé publique de portée internationale

L’Organisation mondiale de la santé a décidé de maintenir son niveau d’alerte maximal sur la pandémie de Covid-19, trois ans jour pour jour après avoir déclaré la maladie en tant qu’urgence de santé publique de portée internationale.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a suivi les recommandations du Comité d’urgence sur le Covid-19, des experts qui se réunissaient pour la 14ème fois vendredi, selon un communiqué. Le docteur Tedros avait déjà fait savoir qu’il jugeait prématurée la levée du niveau d’alerte le plus élevé.

Selon le tableau de bord de l’OMS, la maladie avait officiellement fait 6.804.491 morts au 27 janvier, mais l’OMS comme les experts s’accordent à dire que le nombre de morts est beaucoup plus élevé. L’OMS comptait 752.517.552 personnes infectées, là aussi un nombre très inférieur à la réalité, d’autant qu’avec la chute des tests, les nouveaux cas sont loin d’être toujours enregistrés.

Lire Plus

France

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

Article

le

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

La circulation des trains sera « très fortement perturbée » mardi, pour la deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, en particulier pour les trains régionaux TER et Transilien, et sera « fortement perturbée » pour les TGV, a annoncé la SNCF.

La grève de mardi, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, sera encore très suivie dans les transports ferroviaires, avec très peu de trains régionaux TER et Transilien et une circulation des TGV « fortement perturbée », a annoncé dimanche la SNCF.

Sur les TGV, la SNCF s’attend à voir circuler un train sur trois en moyenne : deux TGV sur cinq sur l’axe Nord, un sur deux dans l’Est comme dans le Sud-Est, un sur quatre sur l’arc Atlantique et deux sur cinq pour ses Ouigo. Sur les lignes province à province, seul un train sur trois circulera.

Le trafic des trains régionaux sera encore plus affecté avec deux TER sur 10 en moyenne. Un plan de transport sera communiqué ultérieurement par la SNCF dans chacune des régions.

En Ile-de-France, la SNCF prévoit un train sur trois sur les lignes de RER A, B, et les Transiliens H et U ; un train sur quatre sur la ligne de Transilien K ; et un train sur 10 pour les lignes de RER C et D (en partie fermées), le RER E, et les Transiliens J, L, N, P et R, selon un communiqué. Les lignes 4, 11 et 13 du tramway fonctionneront normalement.

Le trafic des Intercités sera également « très fortement perturbé » : aucun train ne circulera à l’exception d’un aller-retour sur les liaisons Paris-Clermont-Ferrand, Paris-Limoges-Toulouse et Bordeaux-Marseille. Les trains de nuit seront eux totalement interrompus les nuits de lundi à mardi et de mardi à mercredi.

Côté international, les trains connaîtront des sorts divers : la circulation des Eurostar et Thalys fonctionnera quasi normalement mais le trafic des TGV sera « fortement perturbé » entre la France et la Suisse (Lyria).

« Les prévisions sont globalement similaires » à celles de jeudi dernier, qui marquait la première journée de mobilisation, a indiqué la SNCF à l’AFP.

Dans son communiqué, SNCF voyageurs recommande aux voyageurs qui le peuvent « d’annuler ou reporter leurs déplacements » et de « privilégier le télétravail ».

Les usagers sont invités à « vérifier la circulation des trains » lundi dès 17H sur les sites et applications de la SNCF.

Lire Plus

Les + Lus