Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Après 18 mois de travaux, point d’orgue pour l’enquête parlementaire sur l’assaut du Capitole

Article

le

apres-18-mois-de-travaux,-point-d’orgue-pour-l’enquete-parlementaire-sur-l’assaut-du-capitole

C’est l’aboutissement de 18 mois d’enquête et de révélations parfois explosives: la commission d’enquête parlementaire sur l’assaut du Capitole livre lundi ses conclusions et doit voter pour recommander ou non des poursuites pénales contre Donald Trump et certains de ses proches.

Les élus qui la composent – sept démocrates et deux républicains – tiennent une audition publique à 13H00 (18H00 GMT) pour présenter les huit chapitres de leur longue investigation sur le 6 janvier 2021.

Ce jour-là, des partisans de l’ancien président Donald Trump, affirmant comme lui que la présidentielle de 2020 lui avait été « volée » par Joe Biden, avaient violemment attaqué le siège du Congrès à Washington, envoyant une onde de choc dans tout le pays et à l’étranger.  

Les membres de la commission doivent également décider lundi s’ils recommandent ou pas au ministère de la Justice d’inculper Donald Trump d’appel à l’insurrection, d’entrave à une procédure officielle (de certification du scrutin présidentiel) et de complot à l’encontre de l’Etat américain.

Trois chefs d’accusation pouvant entraîner des peines de prison et l’interdiction d’assumer toute fonction publique aux Etats-Unis, alors que l’ancien président a annoncé qu’il se relançait dans la course à la Maison Blanche pour 2024.

D’autres personnes dans l’entourage de Donald Trump devraient être concernées. Le rapport d’enquête final sera publié le 21 décembre.

« Preuves »

Non contraignant, le vote de la commission est largement symbolique, car ses membres ne peuvent pas inculper eux-mêmes l’ex-magnat de l’immobilier.

Ce sera au ministère de la Justice, qui a nommé un procureur spécial pour enquêter de façon indépendante sur Donald Trump, de décider s’il poursuit l’ancien président ou non.

« Je pense que les preuves sont là, que Donald Trump a commis des infractions pénales dans le cadre de ses efforts pour renverser l’élection », a affirmé dimanche sur CNN l’élu démocrate Adam Schiff, membre de la commission.

M. Schiff n’a pas voulu donner de détails sur les chefs d’accusation sur lesquels doit porter le vote ou dire comment lui-même allait voter.

« Mais je peux dire que je pense que le président a violé plusieurs lois pénales. Et je pense que vous devez être traité comme n’importe quel autre Américain qui enfreint la loi, c’est-à-dire que vous devez être poursuivi », a-t-il lancé.

D’ores et déjà, Donald Trump a plusieurs fois tempêté sur sa plateforme, Truth Social, contre la possible recommandation que s’apprêterait à émettre la commission – qualifiée dans le style habituel du milliardaire de groupe de « démocrates, de cas sociaux et de voyous ».

M. Trump a notamment défendu le discours qu’il a prononcé le 6 janvier 2021 et ses autres actes ce jour-là comme étant « modérés et pleins d’amour ».

Il avait à l’époque appelé ses partisans à se « battre comme des diables ».

Pressions

Chargés de faire la lumière sur les faits et gestes de l’ancien président avant et pendant le 6 janvier 2021, les élus ont rassemblé depuis un an et demi un millier de témoignages en cherchant à montrer que Donald Trump avait tenté de garder le pouvoir alors qu’il se savait battu.

Donald Trump était « au centre » d’une « tentative de coup d’Etat » a déclaré le chef de la commission dite du « 6 janvier », Bennie Thompson.

Lors d’une série d’auditions très médiatisées, la commission a assuré qu’il était impossible que le républicain ne sache pas qu’il avait perdu l’élection face à Joe Biden. 

Son ministre de la Justice, une série de conseillers, et même sa propre fille, Ivanka… Dans des témoignages face caméra, plusieurs membres de la garde rapprochée de Donald Trump disent ne pas avoir cru à ses théories de « fraude électorale ».

Pour essayer d’invalider la présidentielle, Donald Trump a fait pression sur son vice-président Mike Pence et sur des responsables électoraux, notamment en Géorgie et dans l’Arizona. La commission a révélé l’étendue de ces intimidations, en invitant plusieurs d’entre eux à témoigner en personne.

Et d’après une ancienne collaboratrice de la Maison Blanche, Cassidy Hutchinson, le président savait que, dans la foule réunie à quelques encablures de la Maison Blanche, certains manifestants étaient armés et potentiellement dangereux.

Selon le témoignage explosif de cette jeune femme, le dirigeant a malgré tout cherché à se joindre à la foule en route vers le Congrès, tentant même de prendre le volant de la voiture présidentielle à un agent de son service de protection.

Monde

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Article

le

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Ces attentats ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté ce dimanche 29 janvier Israéliens et Palestiniens à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence » après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est et la mort d’un Palestinien, tué par des gardes israéliens.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « le président de la République a rappelé la nécessité pour tous d’éviter des mesures susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

« Il a, une nouvelle fois, exprimé sa disponibilité à contribuer à la reprise du dialogue entre les Palestiniens et les Israéliens », a souligné la présidence française.

Un « attentat abject »

Le chef de l’État a présenté ses condoléances au peuple israélien pour « les victimes de l’attaque terroriste » dans laquelle sept personnes ont trouvé la mort vendredi près d’une synagogue à Jérusalem-est.

Il a une nouvelle fois condamné cet « attentat abject », « fait part de la solidarité pleine et entière de la France avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme » et répété « l’attachement indéfectible de la France à la sécurité » de ce pays.

Samedi, un Palestinien de 13 ans a également blessé par balles deux Israéliens à Silwan, à deux pas des remparts de la Vieille Ville.

Une attaque en réponse à un raid israélien meurtrier

Benjamin Netanyahu a promis une réponse « forte » et « solide » au « terrorisme » après les deux attaques. Dimanche, des gardes israéliens ont aussi tué un Palestinien en Cisjordanie.

Les attentats perpétrés à Jérusalem-Est ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier jeudi en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Les + Lus