Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Apple sous pression dévoile des concessions majeures sur l’App Store

Article

le

apple-sous-pression-devoile-des-concessions-majeures-sur-l’app-store

Apple va permettre aux éditeurs d’applications mobiles de proposer à leurs clients des moyens de paiement en-dehors de l’App Store, un changement radical annoncé jeudi par le géant américain des technologies, qui subit une forte pression des autorités et de nombreuses entreprises sur son approche de la concurrence.

La société californienne a proposé dans un communiqué plusieurs modifications des règles de son incontournable magasin d’applis. Elles doivent être approuvées par un tribunal pour mettre fin à des poursuites de petites entreprises qui conçoivent des applications.

« Cet accord précise que les développeurs peuvent faire part d’offres aux utilisateurs en-dehors de leurs applis iOS (le système d’exploitation d’Apple, ndlr) », indique le groupe.

Concrètement, les applications pourront envoyer un email à leurs usagers pour les informer qu’ils peuvent acheter un abonnement, par exemple, via leur site web. Dans ce cas, l’éditeur ne paie pas de commission à Apple.

Des services de streaming connus comme Spotify ou Netflix contournaient déjà la commission en n’offrant pas la possibilité de souscrire via l’appli. Mais ils ne pouvaient pas les orienter vers leur site internet.

Sur l’appli Spotify, ce message s’affiche ainsi à côté des formules payantes : « Vous ne pouvez pas prendre d’abonnement Premium sur l’appli. On sait, ce n’est pas idéal ».

A l’utilisateur de comprendre, comme pour Netflix, qu’il doit souscrire sur la plateforme en ligne. Ce qu’il faisait volontiers pour des services aussi populaires, mais pas forcément pour les petites applications.

Le nouvel accord prévoit aussi de donner plus de marge aux développeurs pour fixer les prix de leurs applis, des abonnements ou des achats au sein des applications.

Apple entend enfin créer un fonds d’aide aux petits éditeurs américains, gagnant moins d’un million de dollars par an pour toutes leurs applis aux Etats-Unis.

« Bazar » lucratif

Avec ces concessions, le fabricant de l’iPhone espère sans doute relâcher la pression sur différents fronts.

Du côté des tribunaux, Apple attend prochainement le verdict dans le procès que lui a intenté Epic Games.

L’éditeur du jeu Fortnite, comme de nombreux autres petits et grands développeurs, reproche à Apple d’abuser de sa position dominante en prélevant des commissions trop élevées sur les dépenses des consommateurs et en leur imposant l’App Store comme intermédiaire obligatoire entre eux et leurs utilisateurs.

Apple a toujours mis en avant l’impératif de sécurité et de confidentialité des données.

Si iOS mettait en place un système plus ouvert, l’App Store deviendrait « un grand bazar », avait assuré en mai Tim Cook, le patron du groupe, au tribunal.

La boutique numérique est le seul endroit où les utilisateurs d’iPhone ou d’iPad peuvent télécharger des applis tierces.

Comme iOS est le deuxième système d’exploitaton mobile au monde, après Android (Google), ces consommateurs représentent un marché juteux. Ils ont dépensé 643 milliards de dollars sur des applications en 2020, d’après Apple.

« Aucune chance »

Jusqu’à présent, le groupe avait principalement fait des concessions sur la commission, qui est de 30% sur les ventes dans l’App Store et sur les achats de biens et services numériques au sein des applis – le niveau standard dans l’industrie.

Depuis le 1er janvier 2021, Apple applique un taux réduit de 15% pour les nouveaux venus et les développeurs ayant réalisé moins d’un million de dollars de revenus (après commission) l’année précédente. C’était déjà le cas pour les abonnements, à partir de la deuxième année.

Pas sûr néanmoins que ces preuves de bonne volonté suffisent à amadouer les ennemis du groupe de Cupertino.

« Il est peu probable que (l’accord présenté jeudi) réussisse à satisfaire les développeurs », a réagi l’analyste Rich Greenfield, de Lightshed, sur Twitter.

« Aucune chance », a renchéri Benedict Evans, un analyste indépendant spécialiste de la Silicon Valley.

Quant aux autorités, elles ne semblent pas sur le point de changer de ton.

Saisie d’une plainte de Spotify, la Commission européenne a estimé en avril que le groupe à la pomme a bien « faussé la concurrence » pour évincer ses rivaux.

En août, des sénateurs américains ont proposé une loi pour réguler les deux boutiques dominantes et contraindre le duopole Google-Apple à s’ouvrir beaucoup plus à la concurrence.

Économie

Renault : Le groupe augmente de 110 euros net par mois ses salariés

Article

le

Renault : Le groupe augmente de 110 euros net par mois ses salariés

Il s’agit d’une mesure présentée aux syndicats dans le cadre des négociations annuelles obligatoires. Elle pourra toutefois être appliquée même sans leur accord.

Renault a proposé un budget en augmentation de 7,5 % pour soutenir le pouvoir d’achat de ses salariés en 2023 à l’issue des négociations annuelles obligatoires (NAO) achevées jeudi soir, ce qui garantit une augmentation moyenne de 110 euros net par mois pour chaque salarié.

Les hausses de salaires se divisent entre augmentations générales et individuelles, et une prime de soutien au pouvoir d’achat sera en outre versée aux ouvriers, techniciens, agents de maîtrise et cadres dans la limite d’un certain niveau de revenus, a précisé vendredi le constructeur automobile à l’AFP.

Cette prime, d’un montant de 700 euros, sera attribuée aux salariés gagnant jusqu’à trois fois le Smic. L’ensemble de ces mesures permet une augmentation moyenne de 110 euros net par mois en 2023, a assuré le groupe. Elles doivent entrer en vigueur à partir du 1er février.

La CFDT s’est réjouie de l’effort consenti par la direction de Renault, dans un communiqué.

Aucun syndicat (CFE-CGC, CGT, CFDT et FO) n’avait accepté en 2022 de valider l’accord trouvé au terme des négociations annuelles. Celui-ci proposait d’augmenter les salaires de 1,9 % en moyenne pour 2022, une mesure complétée par des distributions d’actions aux salariés mais bloquées pendant cinq ans.

Lire Plus

Économie

Une moitié des Français détient 92% du patrimoine du pays, selon l’Insee

Article

le

Une moitié des Français détient 92% du patrimoine du pays, selon l'Insee

Selon la dernière enquête de l’INSEE sur le patrimoine des Français, 50% des Français détiennent 92% du patrimoine. Un déséquilibre stable dans le temps.

Le patrimoine des Français reste très inégalement réparti. En témoigne cette nouvelle enquête de l’Insee menée entre octobre 2020 et mars 2021. La moitié de la population possède ainsi 92% du patrimoine brut des ménages, c’est-à-dire de l’ensemble de leurs ressources (immobilières, financières, professionnelles), avant déduction d’éventuels emprunts. L’autre moitié n’en possède que 8%. Cette répartition est stable par rapport à 2018.

Un patrimoine brut médian à 177.200€

D’après cette enquête, réalisée tous les trois ans par l’Institut national des statistiques auprès de 10.000 ménages, la moitié détiennent plus de 177.200€ de patrimoine brut (soit 124.800€ net), et la moitié, moins de 177.200€. Le patrimoine immobilier constitue l’essentiel du patrimoine des ménages (62%). Près de six ménages français sur dix sont propriétaires de leur résidence principale. Ceux-ci sont en moyenne plus de huit fois plus dotés en patrimoine que les locataires ou les personnes logées gratuitement.

Viennent ensuite le patrimoine financier et le patrimoine professionnel (terres, machines, bureaux, stocks), qui représentent respectivement 21% et 11% du patrimoine brut des Français. Plus le ménage est doté, plus la part du patrimoine immobilier diminue au profit des patrimoines professionnels et financiers. Ainsi, pour les 1% des ménages les plus dotés, le patrimoine est équilibré avec environ un tiers de patrimoine professionnel (34%), un tiers de patrimoine immobilier (36%) et un tiers de patrimoine financier (27%). Est également inclus dans ce calcul le patrimoine résiduel (voiture, équipements de maison, bijoux) qui ne constitue que 6% du patrimoine total des Français, mais 68% de celui des moins dotés, qui ne possèdent peu ou pas de patrimoine immobilier.

L’écart se creuse entre les 10% les mieux lotis et les 10% les moins bien dotés

L’enquête de l’INSEE révèle également que l’écart de patrimoine se creuse entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres, en termes de patrimoine. Les mieux dotés disposent en moyenne de 716.300€ d’actifs bruts, contre 4.400€ pour les plus pauvres, soit 163 fois plus. Le rapport est plus élevé qu’en 2018, où il était de 158. Globalement, les 5% des Français les mieux dotés détiennent 34% du patrimoine du pays, et les 1% les mieux dotés, 15%. Ces derniers, les plus favorisés, détiennent des patrimoines supérieurs à deux millions d’euros.

Dans le détail, les 5% des ménages les mieux dotés en patrimoine financier en possède 49% et les 5% les mieux dotés en patrimoine immobilier en détiennent 29%. Enfin, les 5% les mieux dotés en patrimoine professionnel en possèdent 95%.

L’Insee indique également que « le patrimoine brut augmente continûment avec l’âge jusqu’à 60 ans », avant de décroître légèrement. Le patrimoine immobilier d’un ménage connaît un pic entre 40 et 49 ans, et le patrimoine financier augmente régulièrement tout au long de la vie.

Lire Plus

Économie

Les syndicats de VTC signent un accord pour un revenu minimum de 7,65 euros par course

Article

le

A partir du 1er février, en incluant les commissions, le prix de la plus petite course devrait ainsi s’élever à environ 10,20 euros pour le passager sur une application comme Uber.

Les plateformes VTC et les représentants des chauffeurs VTC indépendants ont signé un accord sur le revenu minimum par trajet, ont annoncé mercredi Uber et des organisations syndicales, décrivant une démarche « inédite » pour renforcer la protection des travailleurs indépendants du secteur.

Dans un communiqué, le géant américain des VTC indique que l’accord fixe à 7,65 euros le revenu minimum net par trajet perçu par les chauffeurs, « quelle que soit l’application qu’ils utilisent ». L’accord concerne aussi les livreurs indépendants.

Uber fait savoir qu’il a pris la décision d’appliquer pour les passagers, dès le 1er février prochain, une hausse de 27% du tarif minimum des courses recommandées sur la plateforme. Ce montant va ainsi passer de 8 euros à 10,20 euros, précise l’entreprise.

Cet accord intervient dans un contexte de volonté de l’Union européenne de donner davantage de droits à ceux travaillant par l’intermédiaire de plateformes numériques.

Vantant un « accord inédit en France », les associations et organisations syndicales représentatives dans le secteur VTC ont déclaré dans un communiqué distinct qu’il s’agissait d’une « première étape », avec l’objectif de « négocier les autres problématiques que rencontrent les chauffeurs VTC » en intensifiant les discussions cette année.

Lire Plus

Les + Lus