Nous rejoindre sur les réseaux

Urgent

Alerte enlèvement : dans les Vosges, Mia, une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes

Une enfant de 8 ans, Mia Montemaggi, a été enlevée ce mardi 13 avril par trois hommes dans la commune de Les Poulières près de Saint-Dié dans les Vosges. Les gendarmes lancent une alerte enlèvement. La fillette pourrait être accompagnée de sa mère, Lola, dont le signalement est également diffusé.

-

le

Les gendarmes déclenchent ce mardi 13 avril, une alerte enlèvement pour la disparition d’une fillette de 8 ans dans le département des Vosges. Mia Montemaggi « a été enlevée à Les Poulières, le 13 avril 2021 vers 11h30 par trois hommes, de type européen, deux âgés entre 25 et 35 ans, dont l’un serait porteur d’un tatouage en forme de croix au niveau du cou, et un troisième âgé de 45 à 50 ans ».

Voici le signalement de l’enfant : Mia Montemaggi, de type européen, mesurant 1,30m, yeux bruns, cheveux longs et bruns avec une frange, porteuse de petites boucles d’oreilles en or avec un dessin rouge, habillée d’un pantalon noir, d’un t-shirt, d’un gilet gris zippé avec des points dorés, d’une doudoune blanche avec des pois noirs et doublure en fourrure blanche.

Les auteurs de l’enlèvement sont susceptibles de circuler à bord d’un véhicule Volkswagen de type Transporter gris anthracite.

Mia pourrait être avec sa mère « qui n’a pas le droit de la voir seule »

La fillette pourrait être accompagnée de sa mère, Lola Montemaggi, qui n’a pas le droit de la voir seule, âgée de 28 ans, 1,70m, très mince, cheveux châtains clairs mi-longs, deux tatouages « étoiles » à l’intérieur d’un poignet, susceptible de circuler à bord d’un véhicule Peugeot 207 noir, immatriculé BZ 370 GZ. »  « La fillette a été enlevée alors qu’elle était confiée à sa grand-mère maternelle désignée tiers de confiance par le juge des enfants », a précisé le procureur de la République d’Epinal Nicolas Heitz qui prévoit de tenir une conférence de presse mercredi.

Si vous localisez l’enfant, n’intervenez pas vous-même, précisent encore les gendarmes : appelez immédiatement le 0 800 36 32 68 ou envoyez un courriel à alerte-enlevement@gendarmerie.interieur.gouv.fr

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Urgent

Mia et sa mère retrouvées dans un squat en Suisse

-

le

mia-et-sa-mere-retrouvees-dans-un-squat-en-suisse

Mia et sa mère, Lola Montemaggi, « viennent d’être découvertes dans un squat de la commune de Sainte-Croix » dans le canton de Vaud, en Suisse, a annoncé dimanche le procureur de la République de Nancy dans un communiqué.

« Les investigations ont permis de déterminer que Lola Montemaggi avait passé une première nuit en Suisse dans un hôtel à Estavyer-le-Lac (canton de Fribourg) avant d’être hébergée par une femme à Neufchatel (et) d’être déposée à cet immeuble squatté à Sainte-Croix », a-t-il précisé.

Mia, 8 ans, avait été enlevée mardi à la demande de sa mère par trois hommes alors que l’enfant était hébergée chez sa grand-mère maternelle aux Poulières, un village vosgien situé à une trentaine de kilomètres d’Epinal.

« Ce sont près de deux cents gendarmes qui sont intervenus à un titre ou un autre dans le cadre de cette enquête », souligne le procureur de Nancy.

« Deux gendarmes ont été missionnés sur le territoire suisse pour assister leurs collègues helvétiques », précise-t-il, remerciant « les autorités suisses de cet investissement hors normes qui a permis la localisation de la fugitive et de sa fille dans un temps très court ».

Lire Plus

Balaruc-le-Vieux

Covid-19 : Saturation des lits de réanimation et de médecine aux Hôpitaux du Bassin de Thau

Le nombre de patients hospitalisés pour Covid continue de croître, pour atteindre 47 patients à l’issue du week-end de Pâques.

-

le

Le week-end de Pâques a été très éprouvant pour les soignants de l’Hôpital Saint-Clair.

80 à 90 patients pris en charge chaque jour par le service des urgences, dont 15 à 20 pour Covid. Treize d’entre eux ont dû être hospitalisés, ce qui porte leur nombre ce mardi matin à 47 patients hospitalisés, 12 en soins critiques et 35 en médecine. Les lits de ces secteurs sont totalement saturés et les équipes médicales et paramédicales en très grande tension face à ce nouvel afflux.

La cellule de crise s’est réunie à nouveau ce matin. Elle a acté de nouvelles décisions pour augmenter le capacitaire en médecine et redéployer des professionnels de santé :

  • Après avoir limité l’activité chirurgicale à 4 salles d’opération la semaine passée, ce sont deux autres salles qui sont déprogrammées ; au cours des deux prochaines semaines, seules sont maintenues les interventions urgentes ou les interventions programmées susceptibles de générer une perte de chance pour les patients.
  • Aux 6 lits supplémentaires activés semaine passée en court séjour gériatrique, sont ajoutés 14 lits de médecine non Covid au sein d’une unité de chirurgie.
  • Sont également interrompus plusieurs activités transversales et de soins externes. Le plan blanc est maintenu à son niveau le plus élevé.Parmi ces patients, tous sont originaires du bassin de Thau, sauf un. Leur moyenne d’âge est toujours de 66 en réanimation et 79,8 ans en médecine.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

À LIRE AUSSI > La Peyrade : Les voleurs repartent avec le gazon synthétique du terrain de foot

Lire Plus

Bassin de Thau

Les Hôpitaux du Bassin de Thau ont activé leur plan blanc de niveau 3

Le nombre de patients hospitalisés pour Covid a été multiplié par 5 en 10 jours, avec 8 patients en réanimation et 26 en médecine. L’établissement a fait évoluer son plan blanc au niveau 3.

-

le

Hôpitaux Bassin de Thau Pont Covid

La situation sanitaire s’aggrave à un rythme très soutenu sur le bassin de Thau. L’Hôpital de Sète comptait 7 patients hospitalisés le 20 mars. Il en comptabilisait 23 hier et 34 aujourd’hui. Cette évolution très rapide l’a conduit à augmenter le niveau du plan blanc, pour accompagner la transformation de lits et le redéploiement des professionnels.

Un service de médecine est d’ores et déjà totalement dédié aux patients Covid. Un second service est en cours de sectorisation pour accueillir des patients Covid et non Covid. 6 à 8 lits supplémentaires seront activés en court séjour gériatrique pour les patients non Covid.

Trois lits de surveillance continue sont transformés en réanimation, portant à 11 les lits de réanimation sur 12 lits installés. La surveillance continue des patients Covid se déporte sur 3 lits de soins intensifs de cardiologie. Les patients stabilisés de cardiologie non Covid seront hospitalisés en Unité d’Hospitalisation de courte durée (UHCD).

L’objectif est de permettre à les patients de bénéficier d’une surveillance intensive monitorée.

La programmation chirurgicale qui avait été ramenée de 6 à 5 salles est désormais limitée à 4 salles. Les interventions urgentes sont maintenues. La chirurgie ambulatoire est préservée dans l’immédiat, mais pourrait être reconsidérée en fin de semaine. Les hospitalisations en chirurgie conventionnelle sont regroupées sur une seule unité.

Les professionnels médicaux et non médicaux sont en alerte maximale

Les professionnels médicaux et non médicaux sont en alerte maximale. Des redéploiements et renforts sont effectués dans les services de réanimation et de médecine. Les présences médicales sont également doublées dans ces secteurs.

L’inquiétude gagne l’ensemble de la communauté hospitalière face à l’afflux rapide et continu de patients : 10 à 11 par jour aux urgences. Près de la moitié d’entre eux requièrent une hospitalisation et leur mise sous oxygénation à haut débit, ce qui a conduit l’établissement à se doter de 4 équipements supplémentaires en quelques jours. Les patients sont globalement plus jeunes : 66 ans de moyenne d’âge en réanimation, 77 en médecine, le plus jeune d’entre eux étant âgé de 43 ans.

Des professionnels supplémentaires sont recherchés pour faire face à un afflux de patients.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

À LIRE AUSSI > Sète : Un carnaval sauvage réunit 200 personnes dans les rues, le Préfet de l’Hérault condamne

Lire Plus

Les + Lus