Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Accident d’avion au Népal : 21 corps retrouvés, un manquant

Article

le

accident-d’avion-au-nepal:-21-corps-retrouves,-un-manquant

Vingt-et-un corps ont été retrouvés sur le versant d’une montagne dans l’Himalaya au Népal, où s’est écrasé dimanche un avion avec 22 personnes à son bord dans l’Himalaya au Népal ont été retrouvés, a annoncé l’armée lundi.

« Vingt-et-un corps ont été récupérés et des équipes sont à la recherche du dernier », a déclaré Narayan Silwal, porte-parole de l’armée népalaise au lendemain de l’accident du bimoteur Twin Otter de la compagnie aérienne Tara Air.

« Dix corps ont été descendus et on s’efforce de les ramener à Katmandou. Les équipes de secours travaillent pour rapprocher les autres corps de l’hélicoptère », a-t-il précisé.

L’Autorité avait confirmé plus tôt lundi que l’avion avait « subi un accident » à 4.420 mètres, dans la zone de Sanosware de la municipalité rurale de Thasang dans le district de Mustang. Elle n’a pas donné de détails sur la cause.

« En analysant les images que nous avons reçues, il semble que le vol n’a pas pris feu. Tout est éparpillé sur le site. Le vol paraît être entré en collision avec un gros rocher sur la colline », a déclaré Dev Raj Subedi, porte-parole de l’aéroport de Pokhara.

Une soixantaine de personnes sont à pied d’oeuvre sur le site, dont des militaires, des policiers, des guides de montagne et des habitants, qui ont parcouru pour la plupart des kilomètres à pied pour l’atteindre.

Une famille indienne

Outre les trois membres d’équipage, l’appareil transportait 19 passagers dont deux Allemands, quatre Indiens et dix Népalais.

Les quatre Indiens étaient un couple, leur fille et leur fils, âgés de 15 et 22 ans, a déclaré un responsable de la police indienne, Uttam Sonawane.

Selon Pradeep Gauchan, un fonctionnaire local, l’épave se trouve à environ 3.800-4.000 mètres d’altitude.

Le bimoteur Twin Otter de la compagnie aérienne Tara Air avait décollé de la ville de Pokhara (centre-ouest du Népal) à 09H55 (04H10 GMT), deuxième ville du pays, à 200 km à l’ouest de la capitale Katmandou, avant de perdre le contact radio.

Il se rendait à Jomsom, une zone prisée des randonneurs dans l’Himalaya, à 20 minutes de vol Pokhara.

Une photo partagée par Narayan Silwal, porte-parole de l’armée népalaise, sur Twitter a  montré des débris d’avion éparpillés sur le flanc d’une montagne.

Le numéro d’immatriculation 9N-AET était clairement visible sur ce qui semblait être un morceau d’aile.

Selon le site Internet de l’Aviation Safety Network, l’avion a été fabriqué par la société canadienne De Havilland et a effectué son premier vol il y a plus de 40 ans, en 1979.

Les opérations de recherche avaient repris lundi matin après avoir été interrompues dimanche à la tombée de la nuit.

Tara Air est une filiale de Yeti Airlines, une compagnie intérieure privée qui dessert de nombreuses régions reculées du Népal.

L’aviation civile népalaise a connu un véritable essor ces dernières années, transportant des touristes, des marcheurs et des alpinistes, ainsi que des marchandises, dans des endroits éloignés et difficiles d’accès par voie routière.

Sinistre bilan de sécurité

Le Népal, pays pauvre de l’Himalaya, affiche un sinistre bilan en matière de sécurité aérienne, en raison d’une formation des pilotes et d’une maintenance insuffisantes.

L’Union européenne a interdit à toutes les compagnies aériennes népalaises l’accès à son espace aérien pour des raisons de sécurité.

Le pays possède également certaines des pistes d’atterrissage les plus dangereuses au monde, situées au milieu de pics enneigés.

En mars 2018, un avion de la compagnie bangladaise US-Bangla Airlines s’était écrasé à proximité de l’aéroport de Katmandou, faisant 51 morts.

L’accident le plus meurtrier remonte à 1992: 167 personnes avaient été tuées à bord d’un vol de Pakistan International Airlines près de l’aéroport de Katmandou.

Deux mois auparavant, un appareil de Thai Airways s’était écrasé dans la même zone, faisant 113 morts.

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

Monde

Attaque de l’Iran contre Israël : plus de 300 drones et missiles lancés par Téhéran

Article

le

Attaque de l’Iran contre Israël : plus de 300 drones et missiles lancés par Téhéran

L’Iran a lancé une attaque de drones contre son pays ce samedi 13 avril au soir, marquant ainsi une escalade dans les tensions régionales.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël, près de deux semaines après un raid contre le consulat iranien à Damas, une action attribuée à Israël. Cette série d’événements suscite des inquiétudes quant à une possible escalade des tensions au Moyen-Orient.

À Téhéran, des médias d’État ont confirmé une attaque de drones en cours contre Israël, considéré comme l’ennemi juré de l’Iran.

En réponse, les alliés de l’Iran, notamment le Hezbollah libanais et les rebelles yéménites houthis, ont également mené des attaques contre Israël. Le Hezbollah a tiré des roquettes sur le Golan occupé par Israël, tandis que les Houthis ont lancé des drones en direction du territoire israélien.

Les États-Unis ont été appelés à rester à l’écart du conflit par l’Iran, mais la défense anti-aérienne américaine aurait abattu des drones iraniens visant Israël, selon un responsable américain.

Des sirènes d’alerte ont retenti dans plusieurs régions d’Israël, notamment à Jérusalem, au Néguev (sud) et dans le nord du pays, signalant une possible attaque imminente.

Une heure après le début de l’opération iranienne, l’agence officielle Irna à Téhéran a rapporté le lancement d’une première vague de missiles balistiques « profondément à l’intérieur des territoires occupés (Israël, NDLR) ».

Cette attaque est considérée comme une réponse à une frappe sur le consulat iranien à Damas le 1er avril, qui a causé la mort de deux hauts gradés des Gardiens de la Révolution. L’Iran a accusé Israël d’être derrière cette attaque, bien que ce dernier n’ait ni confirmé ni nié sa responsabilité.

Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, a rapidement convoqué une réunion de crise avec son état-major et ses collaborateurs, tandis que les États-Unis ont réaffirmé leur soutien « inébranlable » à Israël.

La Jordanie, le Liban et l’Irak ont fermé leur espace aérien, tandis que l’Égypte a placé ses défenses aériennes en alerte maximale.

Les gouvernements britannique, français et allemand ont condamné l’attaque iranienne, exprimant leurs préoccupations quant à une possible escalade du conflit au Moyen-Orient.

Israël a fermé son espace aérien et suspendu les activités scolaires pour les deux prochains jours en raison de la menace sécuritaire.

L’Iran, ennemi déclaré d’Israël et allié du Hamas, auteur d’attaques contre Israël par le passé, souligne le risque d’une escalade régionale majeure suite à ces récents événements.

Lire Plus

Les + Lus