Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

William Sheller, les mille vies d’un homme heureux

-

le

william-sheller,-les-mille-vies-d’un-homme-heureux

C’est décidé, il ne chantera plus, mais William Sheller se raconte dans une autobiographie-feu d’artifice: secrets de famille, conseils de Barbara, soirées déjantées, cocaïne, intimité en mode hétéro ou « homo-romantique ».

C’est un coup dur pour les fans de l’auteur des « Filles de l’aurore » ou d' »Un homme heureux ». « Je ne veux plus chanter, je ne veux plus de scène, j’ai vendu le piano à queue, j’ai donné mes disques d’or et de platine, j’en ai filé à un copain médecin, j’ai débranché tous les synthés, les bazars… », détaille-t-il à l’AFP, volubile.

Il ne garde qu’un piano droit pour composer, mais c’en est fini de sa vie de chanteur à 74 ans. La faute à la tournée de trop, il y a quelques années. « Trop de concerts mal foutus, tu sors du train, tu montes sur scène pour jouer la même soupe que la veille car on n’a pas le temps d’écrire, de réfléchir. Et puis, c’est le burn-out, le vrai, qui attaque le coeur: l’arythmie cardiaque et l’oedème pulmonaire ».

Résultat, son corps gonfle tellement – guéri, il a depuis retrouvé sa silhouette de trentenaire – qu’il se voit alors comme « Oncle Fétide de la famille Addams » et qu’à l’hôpital on le confond « avec Jean-Pierre Coffe (rires) ».

« Tu ressembles à papa ! »

Son autobiographie, « William » (éditions Equateurs), se lit comme le scénario d’un film aux multiples rebondissements. Parfois cocasses, comme quand, musicien-arrangeur, il se rend chez Barbara. « La Dame en noir… en plus, je le savais, je l’avais lu, elle ne travaillait qu’avec des bruns, moi j’arrive, blond, les cheveux longs, habillé en blanc… ». La gêne de la star est visible mais ne dure qu’une « petite minute car elle était assez ouverte ». Et avait l’oreille, puisque c’est elle qui le poussera à chanter.

Mais le livre vaut surtout pour ce qu’il dit de sa vie romanesque. A commencer par sa mère qui lui révèle, sur son lit de mort, l’identité de son père biologique, un GI américain.

Quand il l’apprend, ce géniteur est déjà décédé mais il se rend dans sa famille aux Etats-Unis. A la descente d’avion, il tombe sur son demi-frère « qui a la même chemise que moi, exactement » et sa demi-soeur lui lance « qu’est-ce que tu ressembles à papa ! ».

Il porte désormais autour du cou la plaque de GI de son père, qui a participé au débarquement en 1944. « J’ai ça et aussi une timbale en alu où sont gravées toutes les villes où il est passé juste après le débarquement, comme Stuttgart, il est presque allé jusqu’en Russie ».

Deux objets qu’un de ses petits-enfants voudrait bien récupérer à sa disparition, sujet qui n’est pas tabou: « à mon âge, on pense au voyage d’après, je lui avais demandé ce qu’il voudrait, il m’a dit +la plaque de mon arrière grand-père et la timbale, c’est tout+ ».

 « Ca démonte »

William Sheller est cash, en interview comme dans son livre. Il parle ouvertement de sa consommation passée de cocaïne, du temps des hits radio. « Je n’avais pas de dealers, j’avais des fournisseurs de haut niveau qui fournissaient des gens de haut niveau, télévision, ministères, etc ». Et de se souvenir, amusé, d’un de ces fournisseurs, « 1,60 m, chapeau de cowboy, veste à franges, santiags, déclaré comme plombier et ayant une carte d’étudiant en art pré-colombien ! ».

Et c’est un soir qu’il rentre chez lui à pied, en plein trip après une soirée d’abus en tout genre, qu’il croise un homme, Peter, qui propose de le raccompagner chez lui.

L’artiste, qui a fréquenté jusqu’alors des femmes (il a deux enfants), se découvre « un homo-romantisme ». « Peut-être que je devais avoir un fond bi, même si ce n’est pas allé très loin ». Le chanteur mettra plus tard un terme à cette relation avec ce compagnon tombant plus qu’à son tour dans les excès. « Vivre avec moi, ça démonte: la vie est facile, logé, nourri, +jointé+, +cocaïné+, alcoolisé, pourquoi s’en faire ? ».

A-t-il dit tout ce qu’il avait à dire ? Non. « Bien sûr qu’il y aura un deuxième livre ! ».

Culture

Qui a tenu le pinceau pour le « Salvator Mundi »? Les spéculations relancées

-

le

qui-a-tenu-le-pinceau-pour-le-« salvator-mundi »?-les-speculations-relancees

Le « Salvator Mundi », tableau le plus cher du monde, serait-il bien finalement de la main de Léonard de Vinci? Les spéculations sont relancées de plus belle depuis quelques jours.

Un documentaire, diffusé mardi sur France 5, affirme que pour le Louvre, il s’agit d’une oeuvre d’atelier, avec un apport minime du maître de la Renaissance italienne. Mais plusieurs enquêtes parues ces dernières 48 heures dans les médias soutiennent l’inverse, en s’appuyant sur des documents confidentiels.

L’Arabie saoudite, propriétaire du tableau, avait demandé à la France d’expertiser la toile avant un prêt éventuel pour la grande rétrospective Léonard de Vinci au Louvre (octobre 2019 – février 2020).

Le Louvre abrite le C2RMF, laboratoire de pointe destiné à l’analyse des œuvres d’art. Le tableau y est resté trois mois, en 2018.

« Le Louvre et le C2RMF ont abouti à la conclusion inverse de celle du documentaire: pour eux, le tableau est effectivement de la main de Léonard, et seulement de lui », écrit Didier Rykner dans le magazine La Tribune de l’Art, à l’origine de plusieurs révélations sur le sujet. « La communication de cette information aux Saoudiens aurait eu lieu en septembre 2019 ».

Dans un article paru lundi, le New York Times ajoute: « Le Louvre a certifié que le tableau était une oeuvre de Léonard, mais il a gardé les conclusions secrètes après une dispute avec ses propriétaires ».

A côté de la Joconde

Dans un livre en coédition Hazan et Les Editions du Louvre, le patron du Louvre Jean-Luc Martinez et le commissaire d’exposition Vincent Delieuvin confirment l’attribution du tableau au maître italien. Mais ce livre n’est mis en vente qu’une seule journée à la librairie du musée, avant d’être précipitamment retiré, selon Didier Rykner, une fois tout espoir abandonné d’un prêt du tableau par l’Arabie saoudite.

L’expert en tableaux anciens Eric Turquin rapporte, lui, n’avoir jamais entendu les conservateurs du Louvre douter. « Certes, dit-il, le Salvator Mundi était très abîmé et une grande partie avait été refaite par une restauratrice américaine, mais il est authentique. La main du Christ est géniale, magnifique. »

Ce sont des exigences saoudiennes qui auraient empêché l’intégration du tableau à la grande exposition Léonard de Vinci de l’hiver 2019-2020.

Le prince saoudien Mohammed ben Salmane voulait que l’oeuvre soit exposée aux côtés de la Joconde, dans la salle des Etats.

Les conservateurs du musée y étaient opposés, indique Didier Rykner, en raison de « problèmes de sécurité et d’affluence », avec ces deux tableaux très médiatisés côte à côte.

D’autre part, s’ils estimaient que ce tableau avait bien évidemment toute sa place dans l’exposition, les conservateurs pensaient aussi qu’il n’y avait pas de raison d’en faire le tableau le plus important de la rétrospective, même s’il avait été vendu à un prix record, ajoute le journaliste et historien de l’art.

1.175 dollars

Il a été envisagé d’installer le Salvator Mundi au sein de l’exposition, puis de le monter dans la salle des Etats. Mais cette solution n’a pas été retenue et les Saoudiens ont refusé définitivement le prêt de la toile.

Le documentaire, qui sera diffusé sur France 5 mardi à 20H50, affirme que l’expertise réalisée au laboratoire C2RMF conclut à une « contribution » –et seulement cela– du grand maître italien.

Le Louvre se refuse à confirmer ou infirmer les informations de presse, invoquant l’interdiction de discuter l’authenticité d’une oeuvre qui n’a pas été exposée en son sein: le réalisateur du documentaire « Antoine Vitkine avait sollicité le Louvre mais nous n’avons pas souhaité répondre à ses questions, le tableau n’ayant pas été prêté lors de la rétrospective », indique-t-on.

Ce tableau garde son mystère et n’a pas été montré en public depuis sa vente. On ignore jusqu’à l’endroit où il se trouve. Certains évoquent sa présence sur le yacht privé du prince ben Salmane.

Rachetée en 2005 en mauvais état pour 1.175 dollars seulement par un marchand d’art new-yorkais, cette peinture avait été restaurée, présentée lors d’une exposition à la National Gallery en 2011, achetée par un oligarque russe, qui l’a ensuite revendue.

Il avait fait les gros titres de la presse mondiale lors de sa vente, aux enchères, en novembre 2017, pour le montant record de 450 millions de dollars. L’acheteur était resté anonyme mais ne serait autre que le jeune prince saoudien, « MBS ».

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

Lire Plus

Culture

« Résine » d’Ane Riel aux éditions Seuil : Capharnaüm

Tous les dimanches retrouvez Katia Panier pour sa chronique. Elle vous fait part de ses coups de coeur littéraires de la semaine. Chronique proposée par La Libraire Nomade.

-

le

Tous les dimanches retrouvez Katia Panier pour sa chronique. Elle vous fait part de ses coups de coeur littéraires de la semaine. Chronique proposée par La Libraire Nomade.

La famille Haarder vit sur une petite presqu’île, loin de la vie moderne et trépidante des villes. Jens, le père a une passion infinie pour la nature et surtout pour les arbres. Passion qu’il transmet à sa fille, Liv . La complicité du père et de la petite fille est parfaite. Il lui apprend tout, jusqu’à prélever la résine des arbres, véritable élixir pour lui.

C’est Liv qui va nous raconter leur histoire. Cette petite fille va nous expliquer comment sa mère va s’effacer doucement et surtout comment son père va complètement basculer … Atteint de syllogomanie, il va entrainer sa famille dans un voyage absurde et pervers. La puissance des sentiments de Liv pour son père va lui faire perdre tout espoir de rester dans la norme …

Ane Riel signe un roman puissant sur la manipulation. Peut-on par amour pour sa famille commettre l’irréparable ? Ce conte sépulcral est absolument envoûtant !

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

Lire Plus

Culture

DMX, vedette torturée du hip-hop, meurt à 50 ans

-

le

dmx,-vedette-torturee-du-hip-hop,-meurt-a-50-ans

Le rappeur DMX, l’une des figures les plus sombres du hip-hop dont le rap féroce chroniquait la violence urbaine, est mort vendredi à New York après une semaine d’hospitalisation due à un infarctus. Il avait 50 ans.

DMX, de son vrai nom Earl Simmons, était l’une des grandes figures du hip-hop de la fin des années 90 et début des années 2000, avec des tubes comme « X Gon’ Give It To Ya » ou « Party Up ».

« Earl était un combattant qui s’est battu jusqu’au bout », a indiqué sa famille dans un communiqué. « Il aimait sa famille de tout son coeur, et nous chérissons les moments passés avec lui. »

« DMX était un brillant artiste et une inspiration pour des millions de gens à travers le monde », a aussi souligné Def Jam Recordings, maison de disques avec laquelle il avait sorti plusieurs de ses albums les plus connus. « C’était un géant. »

Né à Baltimore le 18 décembre 1970, il avait grandi avec sa mère et ses frères et soeurs dans un HLM de la banlieue new-yorkaise de Yonkers, où il était fréquemment battu.

« Je n’ai pas vraiment eu d’enfance », confiait-il au magazine Rolling Stone en 2000. « C’était toujours sombre et déprimant chez nous. »

Il acquiert une réputation d’enfant difficile, connu pour ses explosions de rage, et passe une bonne partie de sa jeunesse dans des maisons d’accueil.

Dès l’âge de 14 ans, il enchaîne les séjours en prison, commettant notamment une série de cambriolages, et a des problèmes de drogues, qui l’accompagneront toute sa vie.

Même après être devenu célèbre, il continuera à avoir des démêlés avec la justice, avec des inculpations pour possession de stupéfiants, cruauté envers les animaux, conduite dangereuse, non-paiement de pension alimentaire, ou encore pour s’être fait passer pour un agent fédéral.

En 2017, il plaide coupable de fraude fiscale, écope d’un an de prison et doit restituer quelque 2,3 millions de dollars.

« Ce mec est vraiment dingue »

Mais ses déboires judiciaires ne l’ont pas empêché de marquer le rap de sa voix gutturale.

En 1984, il se met au beatbox, genre ancré dans la musique hip hop qui consiste à produire avec sa bouche une multitude de sons. Après un séjour en prison, il commence à écrire ses propres paroles et à se produire dans un centre d’animation de quartier.

A nouveau sorti de prison en 1988, il commence à faire et à vendre des mixtapes.

Charismatique, constamment bouillonnant d’énergie, il passe l’essentiel des années 1990 à se faire un nom sur la scène underground new-yorkaise.

C’est à la fin de cette décennie qu’il adopte cette voix grave et ce style menaçant, à la masculinité exacerbée, qui feront sa réputation.

Il participe aux « battles » de rappeurs dans lesquelles chacun s’affronte dans un exercice de style, avec notamment, au milieu des années 1990, un duel devenu célèbre contre un autre New-Yorkais, Jay-Z, alors en pleine ascension, dans une salle de billards enfumée du Bronx.

« C’était génial. A l’époque, je n’avais jamais vraiment entendu parler de DMX. Je ne savais pas qui était ce gamin », a raconté au site HipHopDX le producteur Ski Beatz, qui se trouvait alors dans le public.

« Mais de l’entendre rapper en live, je me suis dit: +Ce mec est vraiment dingue+. »

DMX aimait tellement les chiens qu’il intégrait dans ses sons aboiements et grognements. « Ton chien mourrait pour toi. Tu peux frapper ton chien, s’il te voit en difficulté et que tu vas mourir, il sera là pour toi », disait-il en 1999.

Son premier grand single, « Get At Me Dog », avec Def Jam, sort en 1998, tiré de son premier album en studio, « It’s Dark and Hell Is Hot. »

L’album, qui inclut un deuxième hit, « Ruff Ryders’ Anthem », se hisse à la première place du classement de Billboard. C’est le début d’un succès commercial qui durera plusieurs années.

« Energie atomique »

En tout, DMX aura sept albums officiels à son actif, plus un huitième non officiel sorti en 2015, et une autobiographie, « E.A.R.L.: The Autobiography of DMX » (2003). Il sera nominé trois fois aux Grammys, sans toutefois décrocher le précieux trophée.

Malgré sa réputation de rappeur féroce, ce père de nombreux enfants – 15 de plusieurs femmes différentes, selon plusieurs médias – pouvait parfois montrer un côté plus doux, comme dans le remix d’un classique de Noël « Rudolph the Red-Nosed Reindeer », qui devint viral en 2012.

Il affichait aussi sa foi chrétienne, disant même qu’il aimerait devenir pasteur.

Revenant en 2020, dans un podcast, sur son enfance difficile, il avait expliqué comment il lui paraissait alors impossible de parler de ses problèmes.

« Personne dans les quartiers ne veut entendre parler de ça… Parler de ses problèmes est un signe de faiblesse, alors qu’une des choses les plus courageuses qu’on puisse faire est de les mettre sur la table, et de les laisser sortir ».

Les hommages pleuvaient vendredi après l’annonce de sa mort. Le rappeur T.I. l’a qualifié d' »icône culturelle », tandis que Missy Elliott parlait de « lourde perte pour la famille du hip-hop ».

« Personne ne dégageait autant un sentiment de souffrance, de douleur et une énergie atomique », a tweeté le rappeur Biz Markie. Il représentait « l’adrénaline pure, le génie sans loi, l’abandon total. »

« Le poète de Dieu », a salué Nas. « Je t’aime. »

Lire Plus

Les + Lus