Nous rejoindre sur les réseaux

France

Voiture électrique à 100 euros par mois : On vous explique tout sur le dispositif

Article

le

Voiture électrique à 100 euros par mois : On vous explique tout sur le dispositif

Emmanuel Macron lance un projet de leasing de voitures électriques pour les ménages modestes, favorisant la production locale et la lutte contre le réchauffement climatique.

Emmanuel Macron a annoncé jeudi le lancement de son projet de leasing de voitures électriques à 100 euros par mois, à destination des plus modestes. Les premières livraisons devraient avoir lieu l’an prochain. C’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Le président de la République a annoncé jeudi 14 décembre le lancement de son projet de leasing, une location longue durée avant un éventuel rachat, de voitures électriques à 100 euros par mois.

Ce projet, destiné exclusivement aux ménages les plus modestes et qui sera effectif l’an prochain, a pour buts affichés de lutter contre le réchauffement climatique et de favoriser la production française et européenne. Il doit aussi et surtout accélérer la démocratisation de la voiture électrique, encore très largement achetée à l’heure actuelle par les classes favorisées. Ce leasing, dont la réussite constitue un gros défi pour Emmanuel Macron, sera mis en place concrètement en 2024 et ne concernera au début que quelques milliers de véhicules. Voici ce qu’il faut savoir sur ce projet.

Qui et comment bénéficier du dispositif ?

Le gouvernement a lancé jeudi un site internet pour permettre aux personnes intéressées de savoir, via un questionnaire en ligne, si elles sont éligibles : https://www.ecologie.gouv.fr/mon-leasing-electrique. Quatre conditions sont fixées, à destination des ménages les plus modestes:

  • Avoir plus de 18 ans et résider en France.
  • Un revenu fiscal de référence par part inférieur à 15.400 euros.
  • Habiter à plus de 15 kilomètres du lieu de travail et utiliser sa voiture personnelle pour s’y rendre.
  • Faire plus de 8.000 kilomètres par an en voiture dans le cadre de votre activité professionnelle. Les ménages qui pourront être éligibles sont donc, pour le moment, ceux qui utilisent beaucoup la voiture.

Mais « le dispositif a vocation à être élargi courant 2024 à l’ensemble des Français dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 15.400 euros », précise le site gouvernemental.

Comment y souscrire ?

Concrètement, les voitures pourront être réservées à partir du 1er janvier directement auprès des loueurs conventionnés. La plateforme gouvernementale va également mettre à disposition, dès vendredi 15 décembre normalement, des liens vers les sites de l’ensemble des loueurs autorisés à prêter des véhicules. Un forfait de 12.000 kilomètres par an minimum est inclus.

Combien cela coûtera-t-il ?

Le système de leasing, qui sera mis en place au 1er janvier 2024, est une aide à la location pour une durée d’au moins trois ans. Les loyers versés sont généralement de 100 euros par mois, mais ils pourront monter à 150 euros pour « les véhicules familiaux », écrit le site gouvernemental. « Le seul prix à supporter par le client sont les mensualités d’un montant maximal de 150 euros », est-il précisé. Les bénéficiaires n’auront donc pas à verser un apport initial.

Le montant du leasing ne pourra cependant pas excéder les 13.000 euros « pour une voiture électrique neuve ». L’assurance et l’entretien ne sont bien évidemment pas compris dans le contrat.

Quelles voitures (et combien) seront disponibles ?

Lors de la présentation de ce leasing, Emmanuel Macron a insisté sur sa volonté de privilégier les voitures électriques françaises et européennes. Les véhicules de fabrication chinoise ne devraient donc pas être disponibles, comme la Dacia Spring, l’électrique la moins chère du marché, mais aussi les MG et Smart. Une liste de voitures éligibles est disponible sur la plateforme gouvernementale : les Peugeot E-208 et E-2008, les Renault Twingo E-Tech et Megane E-Tech, la Citroën ë-C4 ou la Fiat 500e. Ces modèles, quasiment tous fabriqués en Europe, sont donc en majorité des voitures citadines.

Mais le nombre de véhicules disponibles sera limité au lancement du dispositif. En 2024, le gouvernement s’attend en effet à la livraison de seulement 20.000 à 25.000 véhicules électriques aux clients de ce leasing. L’entourage d’Emmanuel Macron espère doubler ce chiffre d’ici 2025.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

France

JO Paris 2024 : des clés USB contenant des plans de sécurisation volés dans un train à Paris

Article

le

JO Paris 2024 : des clés USB contenant des plans de sécurisation volés dans un train à Paris

Les données ont été dérobées dans la sacoche d’un ingénieur de la mairie de Paris, qui a déposé plainte lundi soir au commissariat de la gare du Nord.

Dans un incident préoccupant pour la sécurité des Jeux Olympiques de Paris 2024, une sacoche contenant un ordinateur et deux clés USB renfermant des plans de sécurisation a été dérobée dans un train à Paris. L’ingénieur de la mairie de Paris, propriétaire de la sacoche, a déposé plainte lundi soir au commissariat de la gare du Nord.

Selon les informations fournies à la police, la sacoche appartenant à cet ingénieur municipal a été volée alors qu’il se rendait à Creil, dans l’Oise. Ayant placé ses effets dans le compartiment à bagages au-dessus de son siège, il a constaté le vol après un changement de train motivé par un retard.

L’ingénieur a souligné que l’ordinateur professionnel ainsi que les deux clés USB dérobés contenaient des données sensibles, à savoir les plans de sécurisation des Jeux Olympiques de Paris 2024 par la police municipale. Une situation qui suscite une grande inquiétude alors que la compétition internationale approche à grands pas.

Face à cet incident, une enquête a été diligentée et confiée à la police régionale des transports. Les autorités françaises se mobilisent pour retrouver les données volées et assurer la sécurité des événements à venir. Cet événement met également en lumière l’importance cruciale de renforcer les mesures de sécurité autour des données sensibles liées à des événements d’une telle envergure.

Lire Plus

Économie

L’émir du Qatar s’engage à investir 10 milliards d’euros en France

Article

le

L'émir du Qatar s'engage à investir 10 milliards d'euros en France

L’émir du Qatar Tamim ben Hamad Al-Thani et le président Macron renforcent les liens économiques et humanitaires lors de la visite d’État.

Lors de sa première visite d’État en France, l’émir du Qatar, Tamim ben Hamad Al-Thani, a marqué le premier jour de son séjour en signant un accord historique portant sur des engagements d’investissements qataris massifs dans l’économie française. Cette entente sans précédent promet d’injecter 10 milliards d’euros dans divers secteurs économiques français d’ici 2030.

La signature de cet accord a été annoncée lors d’un dîner officiel à l’Élysée, où le président Emmanuel Macron a chaleureusement accueilli son hôte. Macron a souligné l’importance de ces investissements pour renforcer les partenariats stratégiques entre les deux nations. Les domaines ciblés incluent la transition énergétique, les semi-conducteurs, l’aérospatial, l’intelligence artificielle, le numérique, la santé et les industries culturelles.

Cette visite marque un tournant dans les relations franco-qataries, étant la première visite d’État d’un émir du Qatar en France depuis 15 ans et la première pour Tamim ben Hamad Al-Thani depuis son accession au trône en 2013. Emmanuel Macron a souligné l’honneur que représente cette visite pour la France, saluant le Qatar en tant qu’ami et partenaire fidèle.

L’ancien président Nicolas Sarkozy, qui a joué un rôle central dans le renforcement des liens avec le Qatar pendant son mandat, était présent lors du dîner, aux côtés de personnalités influentes telles que l’homme d’affaires Nasser Al-Khelaïfi, président du Paris Saint-Germain, et des figures emblématiques comme Kylian Mbappé.

En marge des festivités, des discussions ont eu lieu sur des questions cruciales telles que la situation au Proche-Orient, notamment le conflit entre Israël et le Hamas à Gaza. Macron et l’émir ont exprimé leur engagement à travailler ensemble pour parvenir à un cessez-le-feu rapide dans la région.

En signe de solidarité, la France et le Qatar ont également convenu de renforcer leur coopération humanitaire, avec un engagement conjoint de 200 millions d’euros en faveur des Palestiniens, notamment à Gaza. Des efforts ont également été déployés pour fournir une aide humanitaire et médicale essentielle à la population affectée par le conflit.

Cette visite historique scelle non seulement des accords économiques majeurs, mais témoigne également de l’engagement des deux nations en faveur de la paix et de la coopération internationale.

Lire Plus

Europe

Emmanuel Macron appelle à un « sursaut » pour assurer la « défaite » de la Russie lors d’une conférence sur l’Ukraine à Paris

Article

le

Emmanuel Macron appelle à un "sursaut" pour assurer la "défaite" de la Russie lors d'une conférence sur l'Ukraine à Paris

Le président français annonce de nouvelles mesures pour renforcer le soutien à l’Ukraine et refuse d’exclure la possibilité d’un envoi de troupes occidentales à l’avenir.

Lors d’une conférence d’urgence à Paris réunissant vingt-sept pays alliés de l’Ukraine, Emmanuel Macron a lancé un appel à un « sursaut » pour garantir la « défaite » de la Russie, annonçant de nouvelles mesures pour fournir davantage d’armes à Kiev.

Le président français a souligné l’urgence d’agir face à la situation critique en Ukraine, où l’absence d’armes occidentales compromet la capacité de défense du pays. Il a rappelé le rôle crucial de l’Union européenne dans le soutien à l’Ukraine et a évoqué la nécessité d’intensifier l’effort en faveur de l’armée ukrainienne.

Emmanuel Macron a également abordé la possibilité d’un envoi de troupes occidentales sur le sol ukrainien, affirmant que la défaite de la Russie était indispensable à la sécurité et à la stabilité en Europe. Cette déclaration a suscité des réactions mitigées, certains la considérant comme une mesure nécessaire pour contrer l’agression russe, tandis que d’autres l’ont qualifiée de « folie » et ont exprimé des inquiétudes quant aux conséquences d’un tel engagement militaire.

La conférence de Paris a été l’occasion pour les pays alliés de discuter de nouvelles initiatives pour soutenir l’Ukraine, notamment en renforçant les approvisionnements en armes et en coordonnant les efforts de défense. Emmanuel Macron a souligné l’importance de maintenir la pression sur la Russie et de faire front commun pour contrer ses agressions.

Alors que les tensions persistent en Ukraine et que les Ukrainiens font face à de nouveaux revers dans l’Est du pays, la conférence de Paris a revêtu une importance cruciale pour réaffirmer l’engagement des pays alliés envers l’Ukraine et pour contredire toute impression de désintégration de l’unité internationale face à l’agression russe.

Lire Plus

Les + Lus