Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Covid-19: Veille de couvre-feu dans les métropoles françaises

Article

le

virus:-veille-de-couvre-feu-dans-les-metropoles-francaises

Une dizaine de grandes villes françaises, dont Paris, vivent vendredi leur dernière soirée de liberté avant l’entrée en vigueur samedi du couvre-feu annoncé mercredi par le président Emmanuel Macron, alors qu’en Irlande les visites privées sont désormais interdites, afin de ralentir la propagation du Covid-19.

L’Irlande, où la mesure entre en application ce vendredi, rejoint ainsi le Royaume-Uni, qui a pris des mesures similaires à Londres et dans plusieurs autres zones d’Angleterre, symbole d’un nouveau tour de vis un peu partout en Europe, confrontée à une évolution de la pandémie jugée « très préoccupante » par l’Organisation mondiale de la santé.

Outre ces interdictions, de nouvelles restrictions drastiques ont été imposées dans les régions frontalières avec l’Irlande du Nord: les magasins non essentiels, centres de loisirs, piscines et salles de sports seront fermés dans les comtés de Donegal, Monaghan et Cavan, où vivent 300.000 personnes.

En France, Paris, ainsi que huit autres métropoles, dont Lyon et Marseille, soit un total de vingt millions de Français, seront soumis à partir de samedi à un couvre-feu nocturne entre 21H00 (19H00 GMT) et 06H00 (04H00 GMT).

« A 21H00, chacun devra être chez soi », a détaillé jeudi le Premier ministre Jean Castex, « tous les lieux, commerces ou services recevant du public seront fermés ».

Le Premier ministre a annoncé aussi que « toutes les fêtes privées » se tenant « dans des salles polyvalentes ou tout autre établissement recevant du public seront interdites » sur l’ensemble du territoire, et que tous les restaurants de France devront appliquer un protocole sanitaire renforcé.

Il s’agit pour le gouvernement français de ralentir la propagation du virus alors que le nombre de nouveaux cas de contaminations en 24 heures a dépassé la barre des 30.000 pour la première fois depuis le lancement des tests à grande échelle. Le taux de positivité des tests (la proportion des personnes positives sur l’ensemble des personnes testées) poursuit également sa hausse, à 12,6%.

Ces nouvelles mesures affectent particulièrement les restaurateurs, mais aussi les étudiants. C’est le cas d’Agathe, inscrite en première année de droit à Montpellier (sud), qui s’attend à « l’annulation de toutes (s)es soirées de babysitting ». « Je gardais des enfants une ou deux fois par semaine pendant que les parents sortaient au restaurant. Ca sera autant d’argent en moins pour moi, j’espère que ça ne va pas durer ».

La pandémie a fait plus de 1,09 million de morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP jeudi. Quelque 38,57 millions de cas ont été officiellement comptabilisés, dont plus de 26,6 millions ont été guéris.

Harris et von der Leyen en quarantaine

Signe de la détérioration de la situation sur l’ensemble du continent, la nouvelle carte sur les restrictions de voyage publiée jeudi par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a placé plus de la moitié des pays de l’Union européenne et le Royaume-Uni en rouge.

Seules la Norvège, la Finlande et la Grèce sont majoritairement en vert alors que cinq pays (Italie, Chypre, Estonie, Lituanie, Lettonie) sont principalement orange. L’Allemagne, l’Autriche, la Suède, le Danemark et l’Islande n’ont toutefois pas de code couleur du fait d’un « manque de données sur les tests », pour une raison non précisée.

En Argentine, la barre des 25.000 morts a été franchie jeudi, pour près de 950.000 contaminations, selon les derniers chiffres du ministère de la Santé. Selon les statistiques de l’AFP, l’Argentine se situe au cinquième rang mondial en nombre de cas et au douzième en nombre de décès.

Le virus continue également de perturber la vie politique, provoquant notamment le départ de la président de la Commission européenne Ursula von der Leyen d’un sommet à peine entamé à Bruxelles pour se mettre en quarantaine après la découverte d’un cas de coronavirus dans son équipe.

Maladies chroniques

Aux Etats-Unis, c’est la candidate démocrate à la vice-présidence Kamala Harris qui a dû suspendre ses déplacements jusqu’à dimanche, en raison de cas de Covid-19 dans son entourage. Testée deux fois, Mme Harris serait cependant négative, selon son équipe de campagne.

Plus largement, la nouvelle dégradation de la situation aux Etats-Unis, où le nombre de nouveaux cas recommence à progresser, et en Europe ainsi que l’absence d’accord sur un plan de relance dans la première économie mondiale inquiètent les marchés financiers, des deux côtés de l’Atlantique: à Wall Street le Dow Jones a terminé dans le rouge (0,07%) de même que le Nasdaq (0,47%) alors qu’à Paris le CAC40 a perdu 2,11%, Francfort 2,49% et le TFSE 100 de Londres 1,73%.

Pour la prestigieuse revue médicale britannique The Lancet, la hausse mondiale continue ces 30 dernières années des maladies chroniques et de leurs facteurs de risques, dont l’obésité, l’hyperglycémie (haut taux de sucre dans le sang, ndlr) et la pollution atmosphérique, a créé les conditions d’une « tempête », aggravant le bilan du Covid-19.

Pour autant, certains pays tentent de poursuivre l’assouplissement des règles: le Pérou a ainsi initié jeudi la réouverture progressive de ses musées et sites archéologiques, fermés depuis plusieurs mois, à commencer par la citadelle inca du Machu Picchu, qui rouvrira samedi pour les habitants de la région de Cuzco (sud) et le 1er novembre aux autres Péruviens et aux étrangers.

Monde

Gaza : La France soutient la Cour pénale internationale dans ses mandats d’arrêt contre des dirigeants israéliens et du Hamas

Article

le

Gaza : La France soutient la Cour pénale internationale dans ses mandats d'arrêt contre des dirigeants israéliens et du Hamas

Le Quai d’Orsay a réaffirmé le soutien de la France à la CPI après la demande de mandats d’arrêt contre Benjamin Netanyahu et des leaders du Hamas pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

La France a exprimé son soutien à la Cour pénale internationale (CPI) suite à la demande de mandats d’arrêt contre des dirigeants israéliens, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et des responsables du mouvement islamiste palestinien Hamas. Le Quai d’Orsay a publié un communiqué dans la nuit de lundi à mardi, soulignant l’importance de l’indépendance de la CPI et la lutte contre l’impunité.

« La France soutient la Cour pénale internationale, son indépendance, et la lutte contre l’impunité dans toutes les situations », a déclaré la diplomatie française. Le communiqué rappelle également la condamnation par la France, dès le 7 octobre, des massacres antisémites perpétrés par le Hamas, qualifiant ces actes de « barbares » et dénonçant les attaques contre des civils, accompagnées de tortures et de violences sexuelles.

Concernant Israël, le Quai d’Orsay a souligné l’impératif du respect strict du droit international humanitaire, dénonçant les pertes civiles inacceptables dans la bande de Gaza et l’accès humanitaire insuffisant. La France appelle à une « solution politique durable » comme seule voie pour rétablir la paix.

Le procureur de la CPI, Karim Khan, a annoncé lundi avoir réclamé des mandats d’arrêt contre Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense, Yoav Gallant, pour des crimes tels que « le fait d’affamer délibérément des civils », « homicide intentionnel » et « extermination et/ou meurtre » en lien avec l’opération israélienne à Gaza. Des mandats ont également été demandés contre Ismaïl Haniyeh, Mohammed Deif, et Yahya Sinouar, hauts dirigeants du Hamas, pour « extermination », « viol et autres formes de violence sexuelle », et « prise d’otages en tant que crime de guerre ».

Si Paris soutient la CPI, le président américain Joe Biden a fermement défendu Israël, qualifiant de « scandaleuse » la demande de mandats d’arrêt contre des dirigeants israéliens. Antony Blinken, secrétaire d’État américain, a également critiqué cette démarche, la qualifiant de « honte ». En France, plusieurs dirigeants de la gauche ont exprimé leur satisfaction suite à l’annonce de la CPI.

Lire Plus

Monde

Gaza : un mandat d’arrêt pour crime de guerre et crime contre l’humanité demandé contre Benjamin Netanyahu

Article

le

Gaza : un mandat d’arrêt pour crime de guerre et crime contre l’humanité demandé contre Benjamin Netanyahu

La Cour pénale internationale (CPI) a émis une demande de mandat d’arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour des crimes présumés commis lors de l’offensive à Gaza depuis octobre.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, a officiellement requis, ce lundi 20 mai, un mandat d’arrêt contre le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, pour crime de guerre et crimes contre l’humanité présumés commis dans la bande de Gaza. Cette demande concerne les actions menées par Israël depuis l’offensive lancée le 8 octobre 2023.

Dans un communiqué, la CPI a indiqué avoir « des motifs raisonnables de croire » que Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense, Yoav Galant, sont pénalement responsables de crimes de guerre et crimes contre l’humanité, incluant « le fait d’affamer délibérément des civils », « homicide intentionnel » et « extermination et/ou meurtre ».

La CPI a également demandé des mandats d’arrêt contre Yahya Sinouar, chef du Hamas à Gaza, Mohammed Diab Ibrahim Al-Masri, chef de la branche armée du Hamas, et Ismail Haniyeh, chef de la branche politique du mouvement. Ils sont accusés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis en Israël et dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre 2023, notamment extermination, meurtre, prise d’otages, viol, torture, et autres formes de violence sexuelle, traitements cruels et atteintes à la dignité humaine.

Selon la chaîne israélienne Channel 13, le Conseil national de sécurité israélien aurait tenu des discussions secrètes pour se préparer à l’éventualité de mandats d’arrêt internationaux contre les hauts dirigeants du pays. Israël aurait tenté de prévenir cette situation en menant une campagne politique auprès de divers présidents européens, sans succès.

Lire Plus

Monde

Iran : le président Ebrahim Raïssi meurt dans un accident d’hélicoptère

Article

le

Iran : le président Ebrahim Raïssi meurt dans un accident d’hélicoptère

Le président iranien, Ebrahim Raïssi, a perdu la vie dans un crash d’hélicoptère dimanche 19 mai. Sa disparition pourrait avoir des conséquences géopolitiques significatives dans la région.

Ebrahim Raïssi, président iranien élu depuis trois ans, est décédé dans un accident d’hélicoptère survenu dimanche 19 mai dans le nord-ouest de l’Iran. Son corps a été retrouvé lundi 20 mai sur les lieux du crash, dans une zone escarpée et boisée. L’accident est attribué à un épais brouillard et à de fortes pluies, selon un journaliste iranien présent sur place. Raïssi rentrait en hélicoptère après l’inauguration d’un barrage.

Face à cette tragédie, le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a décrété cinq jours de deuil national. Bien que le président Raïssi ait été une figure exécutive importante, c’est l’ayatollah Khamenei qui détient le véritable pouvoir en Iran. Il a assuré la continuité du gouvernement en déclarant qu’il n’y aurait « pas de perturbations dans le travail du pays ». Une élection présidentielle est prévue dans 50 jours pour choisir un nouveau dirigeant.

Malgré le deuil officiel, la réaction publique à Téhéran a été contrastée. Dimanche soir, des feux d’artifice ont été tirés pour célébrer l’accident. « Notre jeune génération est contente qu’il soit mort. Ça nous fait bien rire, et on le dit sur les réseaux sociaux », a confié un opposant au régime sous couvert d’anonymat.

La mort de Raïssi pourrait entraîner des répercussions géopolitiques dans la région, alors que l’Iran continue de jouer un rôle central au Moyen-Orient. La stabilité politique du pays et ses relations avec les voisins et les puissances mondiales seront étroitement surveillées dans les semaines à venir.

Lire Plus

Les + Lus