Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Vendée Globe: Alex Thomson a déjà la tête dans l’hémisphère sud

Article

le

vendee-globe:-alex-thomson-a-deja-la-tete-dans-l’hemisphere-sud

Comme un chef ! Le Gallois Alex Thomson, en tête sans discontinuer depuis dimanche matin, a franchi le premier l’Equateur mercredi pour entrer dans l’hémisphère sud, au dixième jour du Vendée Globe.

Thomson (Hugo Boss), grand favori pour son cinquième tour du monde en solitaire et sans escale, emmène dans son sillage deux autres sérieux prétendants à la victoire: Thomas Ruyant (LinkedOut), deuxième, et Charlie Dalin (Apivia), troisième, qui tous les deux, n’avaient pas encore passé l’Equateur mercredi à 18h (heure française).

Détenteur du record entre les Sables d’Olonne (point de départ) et l’Equateur, soit 9 jours et 7 heures en 2016, Thomson n’a pas réussi à faire mieux. Il a mis cette fois 9 jours 23 heures et 59 minutes.

Le Britannique, qui devance Ruyant de 189 km (70 milles nautiques), est pourtant à la barre d’un foiler dernière génération. Il s’agit d’un bateau dont la coque s’élève au maximum au dessus de l’eau pour filer à vive allure, tout comme ceux de Ruyant et Dalin.

Mais les conditions météo rencontrées depuis le départ n’ont pas permis à Thomson et son voilier noir et rose – dont le cockpit est entièrement fermé – de mieux s’exprimer sur l’eau.

A quelque 200 km de Thomson, Dalin est à l’aise dans son bateau +volant+ au cockpit presque entièrement fermé.

« Un autre décor »

« En ce moment, il fait chaud, mais ça va. Il ne fait que 28 degrés dans le bateau. 27°C dans le cockpit. Je ne souffre pas trop de la chaleur. J’ai un petit ventilateur et mon autre arme anti chaleur: un petit brumisateur rechargeable », a-t-il raconté lors d’une vacation.

« Je suis en short et T-shirt jour et nuit, on ne se pose pas de question sur la façon de s’habiller. J’en profite d’autant plus qu’on va passer à un autre décor d’ici à quelques jours », a-t-il prévenu.

Isabelle Joschke (MACSF), 16e au classement de mercredi (18h) à près de 1.000 kilomètres de Thomson (531 nm), se prépare elle aussi à ce changement brutal de températures, à la barre d’un bateau équipé de foils mais d’ancienne génération.

« Là, ça file tout droit. Ces journées, c’est du pain béni. Après ça ne va pas être aussi facile. Là, ce sont sûrement les deux ou trois jours les plus sereins de mon tour du monde. Bientôt ce sont les mers du sud, il faudra que le bateau soit costaud, j’aurai très froid », a souligné la navigatrice franco-allemande, actuellement dans les alizés et qui devrait traverser le Pot-au-Noir dans les 24 à 48 prochaines heures.

Bien plus loin, le Japonais Kojiro Shiraishi (DMG Mori Global One), qui pointe à 2.637 km de Thomson (1.424 milles nautiques) à bord d’un bateau de dernière génération, se débat pour réparer sa grand-voile, qui s’est déchirée il y a plus de trois jours.

« Je n’ai pas trop le moral depuis que ma grand-voile est déchirée. J’ai découpé tous les bords endommagés de la voile pour faire des bords propres et ensuite j’ai collé le haut et le bas avec du Sikaflex. Mon bateau est une vraie voilerie ! », a expliqué le marin, passé en mode exclusivement bricoleur depuis trois jours.

En toute fin de flotte, Jérémie Beyou (Charal), qui a pris un second départ mardi après avoir été contraint de rentrer pour réparer, fait son « bonhomme de chemin » dans le golfe de Gascogne.

Après dix jours de course, la flotte ne compte qu’un abandon, celui de Nicolas Troussel (Corum L’Epargne) après un démâtage lundi au large du Cap-Vert.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

NFL – Super Bowl LVIII : Kansas City remporte son deuxième titre de suite

Article

le

NFL - Super Bowl LVIII : Kansas City remporte son deuxième titre de suite

Dans une finale haletante, les Kansas City Chiefs ont triomphé dans la nuit de dimanche à lundi contre les San Francisco 49ers après une prolongation, remportant ainsi leur deuxième titre consécutif au Super Bowl.

Dans une bataille acharnée où les enjeux étaient à leur paroxysme, les Kansas City Chiefs ont réussi à surmonter les obstacles pour s’adjuger une victoire historique au Super Bowl LVIII. Menés par leur quarterback vedette Patrick Mahomes, les Chiefs ont fait face à une opposition farouche des San Francisco 49ers tout au long de la rencontre.

Le match a été marqué par des moments de tension et de nervosité chez les Kansas City Chiefs, notamment au cours des deux premiers quarts-temps. Cependant, malgré les difficultés initiales et les erreurs commises, l’équipe a su rester concentrée et déterminée à renverser la situation. Grâce à des performances exceptionnelles de joueurs clés comme Travis Kelce, les Chiefs ont su rattraper leur retard et égaliser à plusieurs reprises.

La prolongation a été le théâtre d’un duel intense entre les deux équipes. Alors que les San Francisco 49ers semblaient avoir l’avantage après un field goal, les Kansas City Chiefs ont su saisir l’opportunité et conclure le match de manière magistrale. Sous la direction de Patrick Mahomes, l’équipe a réussi à marquer le touchdown décisif à trois secondes de la fin, assurant ainsi leur victoire et leur titre consécutif au Super Bowl.

Cette victoire consacre les Kansas City Chiefs comme une équipe dominante dans la NFL, avec trois titres remportés au cours des cinq dernières années. Leur détermination et leur capacité à surmonter les obstacles font désormais d’eux une véritable dynastie dans le monde du football américain.

Lire Plus

Sports

Ligue des Nations : la France dans un groupe relevé avec l’Italie, la Belgique et Israël

Article

le

Ligue des Nations : la France dans un groupe relevé avec l'Italie, la Belgique et Israël

Les Bleus affronteront des adversaires redoutables lors de l’édition 2024-2025 de la compétition européenne.

Le tirage au sort de la phase de groupes de la Ligue des Nations a été effectué jeudi 8 février, plaçant l’équipe nationale française dans une poule relevée aux côtés de l’Italie, de la Belgique et d’Israël. Après une performance décevante lors de la campagne précédente, les Bleus se préparent à affronter des défis de taille dans l’édition 2024-2025 de cette compétition.

L’Italie en nouveau départ

L’Italie, actuelle tenante du titre de l’Euro, se trouve dans une phase de reconstruction après avoir manqué les deux dernières Coupes du monde. Malgré des résultats mitigés lors des éliminatoires de l’Euro, la Squadra Azzurra reste une équipe redoutable. Sous la direction de Luciano Spalletti, elle cherche à s’affirmer et à trouver un nouvel élan, notamment en attaque. Bien que la dernière confrontation officielle entre la France et l’Italie remonte à 2008, les rencontres amicales récentes ont toutes penché en faveur des Bleus.

La Belgique, un adversaire solide

Les Belges, toujours en quête de revanche depuis leurs échecs en Coupe du monde et en Ligue des Nations, restent un adversaire redoutable. Sous la direction de leur nouvel entraîneur Domenico Tedesco, les Diables Rouges ont réalisé une performance solide lors des éliminatoires de l’Euro, se plaçant en tête de leur groupe. Avec des joueurs de talent tels que Kevin De Bruyne et Romelu Lukaku, la Belgique s’annonce comme l’un des défis les plus coriaces pour les Français.

Israël, un adversaire méconnu

Israël, bien que moins connu en tant qu’adversaire, ne doit pas être sous-estimé. Promu en Ligue A après une performance solide en Ligue B, Israël a montré sa capacité à rivaliser avec des équipes plus importantes. Malgré une dernière confrontation officielle remontant à 2005, les Israéliens sont déterminés à prouver leur valeur sur la scène internationale.

En résumé, les Bleus devront se préparer à des rencontres difficiles contre des adversaires redoutables lors de la prochaine édition de la Ligue des Nations.

Lire Plus

Sports

Paris 2024 : enquête ouverte autour de la rémunération de Tony Estanguet

Article

le

JO 2024 : enquête ouverte autour de la rémunération de Tony Estanguet

La justice a ouvert une enquête sur les conditions de rémunération de Tony Estanguet, en tant que président du comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop).

À quelques mois de la cérémonie d’ouverture des JO 2024, une nouvelle enquête vient entacher les préparatifs. Le parquet national financier a initié une enquête concernant les conditions de rémunération de Tony Estanguet, président du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (Cojop) de Paris. Cette investigation a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance économique de la police judiciaire parisienne.

Selon les informations communiquées par le Cojop en 2018, Estanguet aurait perçu une rémunération annuelle brute de 270.000 euros jusqu’en 2020. Cependant, le Cojop, étant une association de type loi 1901, est soumis à des plafonnements légaux concernant la rémunération de ses dirigeants.

Face à ces révélations, le Cojop a exprimé son étonnement, affirmant que la rémunération de son président était strictement encadrée et validée par son conseil d’administration en 2018, en l’absence d’Estanguet. La décision de rémunération avait été basée sur la proposition d’un comité des rémunérations composé d’experts indépendants. De plus, le comité affirme que le versement a été validé par le contrôleur général économique et financier et l’URSSAF, et que les montants ont fait l’objet d’un audit annuel.

Cette enquête s’ajoute à trois autres investigations financières visant les Jeux Olympiques de Paris. Une première procédure pénale concernant des soupçons de « prise illégale d’intérêt, favoritisme et détournement de fonds publics » a été lancée en 2017, suivie d’une autre en 2022. En octobre dernier, une perquisition a eu lieu au Cojop dans le cadre d’une enquête sur des « prises illégales d’intérêts, favoritisme et recel » liés à plusieurs marchés des JO 2024.

Au-delà de ces aspects judiciaires, l’organisation des Jeux soulève également des questions pratiques, notamment concernant le fonctionnement des transports et le manque de logements.

Lire Plus

Les + Lus