Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

USA : Choc, incompréhension et colère après une tuerie raciste dans l’Etat de New York

Article

le

choc,-incomprehension-et-colere-apres-une-tuerie-raciste-dans-l’etat-de-new-york

Sous le choc, les habitants de la ville de Buffalo dans l’Etat de New York ont rendu hommage dimanche aux dix personnes tuées la veille dans un supermarché, dont une majorité d’Afro-Américains, par un homme blanc dans une fusillade décrite par les autorités comme « un crime raciste motivé par la haine ». 

« Certains d’entre nous sont très en colère » a lancé le pasteur T. Anthony Bronner, lors d’une veillée devant le parking du supermarché Tops où un jeune, équipé d’une arme d’assaut et d’un gilet pare-balle, a fait feu samedi après-midi faisant dix morts et trois blessés.

Onze des victimes étaient des personnes noires et deux étaient blanches, dans ce quartier majoritairement afro-américain de Buffalo, une ville septentrionale au bord du lac Erié, à la frontière avec le Canada.

Joe Biden s’y rendra mardi « pour partager la douleur d’une communauté qui a perdu dix des siens dans une tuerie de masse horrible et insensée », a annoncé la Maison Blanche.

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a de son côté fermement condamné cette tuerie, qu’il a qualifiée d’acte « ignoble d’extrémisme raciste et violent », a indiqué dimanche son porte-parole.

Une large foule était réunie dimanche sur le lieu du drame, priant, déposant des gerbes de fleurs et scandant le mot « unité » tandis qu’une autre veillée avait lieu dans une église où le maire de Buffalo, Byron Brown, s’est dit « dévasté » face à cette « attaque raciste et violente ».

Le tireur identifié comme Payton Gendron, 18 ans, a conduit plus de 300 km depuis son lieu de résidence à Conklin dans le sud de l’Etat pour perpétrer ce massacre, effectuant même « une opération de reconnaissance » la veille des faits, selon les autorités.

« Comment un garçon de 18 ans peut se procurer une arme? », s’est exclamé Derryl Long, né à Buffalo et habitant dans la ville voisine de Chautauqua.

« Je n’arrive pas à comprendre ce qui a bien pu se passer dans la tête de cet homme, pour conduire trois heures jusqu’ici, jusqu’à ce (supermarché) Tops parce qu’il savait que c’était un quartier noir », a poursuivi, M. Long, 67 ans.

« Tache sur l’âme de l’Amérique »

« Cet individu est venu avec l’objectif de tuer le plus de personnes noires possible », a résumé Byron Brown lors d’une conférence de presse.

« Les preuves que nous avons réunies jusqu’à présent ne laissent aucun doute sur le fait que c’est un crime raciste motivé par la haine et qu’il sera jugé comme tel », a précisé le chef de la police de Buffalo, Joseph Gramaglia.

Le « crime motivé par la haine » désigne aux Etats-Unis un acte dirigé contre une personne visée en raison d’éléments de son identité comme la race, la religion, la nationalité, l’orientation sexuelle ou un handicap. Considéré comme une infraction fédérale aux circonstances aggravantes, il entraîne des condamnations plus dures.

« Nous devons travailler ensemble pour combattre la haine qui demeure une tache sur l’âme de l’Amérique », a martelé dimanche Joe Biden à Washington.

Payton Gendron a menacé de se suicider avant de se rendre aux forces de l’ordre. Poursuivi pour « meurtre avec préméditation », il a plaidé non-coupable lors d’une première comparution devant un juge.

Le jeune homme portait une caméra et a diffusé son crime en direct sur Twitch même si la plateforme a assuré avoir supprimé le contenu « deux minutes » après le début de sa diffusion.

Il a aussi publié un « manifeste » de 180 pages à caractère raciste avant les faits, selon les médias américains.

Le journal Buffalo News a par ailleurs révélé qu’un mot injurieux, raciste et tabou aux Etats-Unis pour désigner les personnes noires avait été peint en blanc sur le canon de l’arme.

« Terrorisme intérieur »

« C’était du terrorisme intérieur, purement et simplement », a déclaré la procureure générale de New York, Letitia James, qui s’est rendue à Buffalo pour assister à la veillée.

« Les réseaux sociaux permettent à cette haine de fermenter et de se répandre comme un virus », a dénoncé de son côté la gouverneure de l’Etat de New York, Katy Hochul, originaire de Buffalo.

Cette tuerie raciste en rappelle deux autres: celle d’El Paso au Texas en 2019 où 23 personnes avaient été tuées par un militant d’extrême droite, dont huit Mexicains et des personnes « hispaniques », et celle de Charleston en Caroline du Sud où un suprémaciste blanc avait tué neuf fidèles afro-américains dans une église en 2015.

Dans ces deux cas, des manifestes haineux avaient été mis en ligne avant les attaques.

Un jour après cette tuerie, une église en Californie a fait l’objet d’une attaque. Une personne est décédée et quatre grièvement blessées dans une fusillade dont la motivation n’est pour l’heure pas connue.

Les fusillades dans les lieux publics sont quasiment quotidiens aux Etats-Unis et la criminalité par armes à feu est en augmentation dans les grandes villes comme New York, Chicago, Miami ou San Francisco, notamment depuis la pandémie de 2020.

Plusieurs initiatives d’élus pour renforcer la législation sur les armes ont échoué au Congrès ces dernières années, le puissant lobby des armes NRA restant très influent.

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

Monde

Attaque de l’Iran contre Israël : plus de 300 drones et missiles lancés par Téhéran

Article

le

Attaque de l’Iran contre Israël : plus de 300 drones et missiles lancés par Téhéran

L’Iran a lancé une attaque de drones contre son pays ce samedi 13 avril au soir, marquant ainsi une escalade dans les tensions régionales.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël, près de deux semaines après un raid contre le consulat iranien à Damas, une action attribuée à Israël. Cette série d’événements suscite des inquiétudes quant à une possible escalade des tensions au Moyen-Orient.

À Téhéran, des médias d’État ont confirmé une attaque de drones en cours contre Israël, considéré comme l’ennemi juré de l’Iran.

En réponse, les alliés de l’Iran, notamment le Hezbollah libanais et les rebelles yéménites houthis, ont également mené des attaques contre Israël. Le Hezbollah a tiré des roquettes sur le Golan occupé par Israël, tandis que les Houthis ont lancé des drones en direction du territoire israélien.

Les États-Unis ont été appelés à rester à l’écart du conflit par l’Iran, mais la défense anti-aérienne américaine aurait abattu des drones iraniens visant Israël, selon un responsable américain.

Des sirènes d’alerte ont retenti dans plusieurs régions d’Israël, notamment à Jérusalem, au Néguev (sud) et dans le nord du pays, signalant une possible attaque imminente.

Une heure après le début de l’opération iranienne, l’agence officielle Irna à Téhéran a rapporté le lancement d’une première vague de missiles balistiques « profondément à l’intérieur des territoires occupés (Israël, NDLR) ».

Cette attaque est considérée comme une réponse à une frappe sur le consulat iranien à Damas le 1er avril, qui a causé la mort de deux hauts gradés des Gardiens de la Révolution. L’Iran a accusé Israël d’être derrière cette attaque, bien que ce dernier n’ait ni confirmé ni nié sa responsabilité.

Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, a rapidement convoqué une réunion de crise avec son état-major et ses collaborateurs, tandis que les États-Unis ont réaffirmé leur soutien « inébranlable » à Israël.

La Jordanie, le Liban et l’Irak ont fermé leur espace aérien, tandis que l’Égypte a placé ses défenses aériennes en alerte maximale.

Les gouvernements britannique, français et allemand ont condamné l’attaque iranienne, exprimant leurs préoccupations quant à une possible escalade du conflit au Moyen-Orient.

Israël a fermé son espace aérien et suspendu les activités scolaires pour les deux prochains jours en raison de la menace sécuritaire.

L’Iran, ennemi déclaré d’Israël et allié du Hamas, auteur d’attaques contre Israël par le passé, souligne le risque d’une escalade régionale majeure suite à ces récents événements.

Lire Plus

Les + Lus