Nous rejoindre sur les réseaux

Faits Divers

[Urgent] Sète : Coups de feu au centre commercial de l’île de Thau, les tireurs en fuite

Article

le

« J’ai vécu les cinq minutes les plus longues de ma vie ». Cette mère de famille présente sur les lieux avec ses deux enfants en bas âge est encore sous le choc.

Situation hallucinante cet après-midi vers 17h15 dans un centre commercial bondé, quand un véhicule arrive avec à l’intérieur deux hommes cagoulés et armés.

Les deux hommes sortent du véhicule et tirent plusieurs coups de feu vers un groupe de jeunes présents à proximité du centre commercial. 

Par chance cette fusillade ne fait aucun blessé alors que des enfants de 3 ans ont assisté à la scène et étaient au coeur même de cette fusillade. Plusieurs impacts de balles sont visibles sur les rideaux des commerces.

Une voiture de police en patrouille à proximité

Une voiture de police en patrouille à proximité a pu intervenir rapidement sur les lieux sans pour autant interpeller les deux tireurs qui sont en fuite à cette heure ci. 

À 19h30 ce soir la police était toujours sur les lieux, flash ball à la main pour sécuriser et procéder à des contrôles.

Cette fusillade survient presque deux semaines après le coup de filet de la police judiciaire qui à eu lieu lundi 07 Septembre 2020

2 Commentaires

2 Comments

  1. josette cargol

    21 septembre 2020 at 11 h 30 min

    zup ces des gans voila la police ces toujour pareil cm pour la drongue police elle fait koie ier de bon la pour temper des jeunes a 3 il font des homme pour prendre des tranfir de drogue on tire ien de bon un jour tire sur un enfant les pauvres ces une bombe quil explosera la police sera tout sera fini commme toujour

  2. Anonyme

    21 septembre 2020 at 17 h 16 min

    En français Josette le texte ça donne quoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faits Divers

Dunkerque : l’épouse du professeur poignardé avoue l’avoir tué

Article

le

Dunkerque : l'épouse du professeur poignardé avoue l'avoir tué

L’épouse du professeur retrouvé mort le 18 septembre dernier près de Dunkerque a avoué l’avoir tué.

L’épouse du professeur poignardé à mort à son domicile près de Dunkerque a avoué l’avoir tué au cours de sa garde à vue qui a débuté mercredi et se poursuit encore, ont confirmé des sources concordantes. Cette femme d’une trentaine d’années, maître de conférences en littérature et enseignante à l’Université du Littoral Côte d’Opale comme son mari défunt, avait initialement alerté la police en prétendant que son mari était victime de cambrioleurs. Elle a ensuite avoué avoir commis le meurtre.

L’homicide a été découvert lundi dans un quartier résidentiel de Rosendaël, dans l’agglomération de Dunkerque, après la découverte d’un homme poignardé chez lui. Une enquête pour homicide volontaire avait été ouverte.

L’épouse, conseillère municipale de Dunkerque et élue en 2020 sur la liste du maire Patrice Vergriete, actuellement ministre chargé du Logement, avait été placée en garde à vue mercredi afin de confronter sa version des faits aux éléments recueillis dans l’enquête.

Des éléments matériels suspects ont été retrouvés près du domicile, notamment deux couteaux ensanglantés, une paire de gants, une lampe torche, un ordinateur portable, et une entaille sur la main gauche de la femme correspondant à celle d’un gant retrouvé sur place. L’analyse des smartphones laissait supposer des tensions dans le couple, et des incohérences ont été relevées dans le récit des faits.

Le maire de Dunkerque, Patrice Vergriete, a exprimé sa profonde émotion et ses sincères condoléances aux proches de la victime suite à ce terrible drame.

Lire Plus

Faits Divers

Fusillade à Béziers : Un jeune homme de 21 ans tué dans une possible affaire liée au trafic de drogue

Article

le

Fusillade à Béziers : Un jeune homme de 21 ans tué dans une possible affaire liée au trafic de drogue
©VilledeBéziers

Une fusillade survenue dans le quartier de La Devèze à Béziers a entraîné la mort d’un homme de 21 ans et la blessure d’un autre de 18 ans. La police soupçonne un règlement de comptes lié au trafic de drogue.

Une fusillade s’est déroulée dans la nuit de mardi à mercredi à Béziers, dans le quartier de La Devèze, près d’un point de deal. Un jeune homme de 21 ans a été mortellement touché au sternum par des tireurs descendus d’une autre voiture alors qu’il était à bord d’un véhicule avec d’autres personnes. Malgré son transfert à l’hôpital, il n’a pas survécu à ses blessures. Un autre individu âgé de 18 ans a également été blessé dans la fusillade.

L’enquête, confiée à la police judiciaire, a révélé la présence d’une centaine de douilles sur les lieux, principalement de calibre 7.62, qui correspond au calibre des fusils d’assaut tels que les Kalachnikov. Une voiture potentiellement liée aux tireurs a été découverte incendiée près de Béziers.

Le maire de Béziers, Robert Ménard, a qualifié cet incident de règlement de comptes. Il a souligné que le lieu de la fusillade était un point de deal bien connu dans le quartier. Il a également mis en avant les enjeux financiers importants liés au trafic de drogue, qui peuvent parfois dégénérer en violence extrême. Le maire a appelé à un renforcement de la présence policière dans ces zones pour prévenir de tels événements tragiques.

Robert Ménard a également évoqué la responsabilité des consommateurs de drogue dans ce type de situation, en soulignant que sans demande, il n’y aurait pas d’offre de drogue. Il a souligné que le trafic de drogue impliquait non seulement des individus criminels, mais également des consommateurs issus de divers milieux.

Cette fusillade met en lumière les problèmes liés au trafic de drogue et à la violence qui en découle, ainsi que les défis auxquels les autorités locales et nationales sont confrontées pour tenter de contrôler ces activités illégales et prévenir les incidents violents.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Faits Divers

Nîmes : un enfant de 10 ans, « victime collatérale », tué dans une fusillade

Article

le

Nîmes : un enfant de 10 ans, « victime collatérale », tué dans une fusillade

La voiture d’un homme, qui rentrait du restaurant avec ses neveux à bord, a été pris dans une fusillade. Une enquête pour assassinat en bande organisée est ouverte.

Une nuit tragique à Nîmes, où une fusillade a ôté la vie à un enfant de 10 ans dans le quartier Pissevin, situé en ZUP. La procureure de la République de Nîmes, Cécile Gensac, a annoncé l’ouverture d’une enquête pour assassinat en bande organisée suite à cet incident survenu entre le lundi 21 et le mardi 22 août.

Selon les détails rapportés, l’incident s’est produit vers 23 heures lorsque l’oncle de l’enfant rentrait chez lui en voiture après un repas au restaurant avec ses deux neveux, âgés de 7 et 10 ans. Alors qu’il se garait, quatre individus cagoulés sont apparus, et l’un d’eux a ouvert le feu.

Touché par plusieurs balles dans le dos, l’homme a démarré en urgence sa voiture en direction de l’hôpital. Malheureusement, l’enfant de 10 ans avait également été blessé par balle. À leur arrivée au CHU, les médecins ont déclaré le décès du jeune garçon. L’oncle, dont le pronostic vital est engagé, n’était pas connu des services de police. Son second neveu est, quant à lui, sorti indemne de cette tragédie.

Les assaillants se sont enfuis dans une voiture volée, retrouvée peu après non loin du lieu de la fusillade, laissant derrière eux une dizaine de douilles. La police judiciaire de Nîmes est maintenant chargée de l’enquête et traque activement ces suspects.

Lire Plus

Les + Lus