Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Un parc d’attractions à l’abandon raconte les maux de la Turquie

Article

le

un-parc-d’attractions-a-l’abandon-raconte-les-maux-de-la-turquie

Avec ses gigantesques statues de dinosaures et ses 17 montagnes russes, « Wonderland Eurasia », à Ankara, devait devenir le plus grand parc d’attractions d’Europe et une « source de fierté », selon le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Au lieu de cela, les coûteux manèges, qui rouillent depuis la fermeture du parc moins d’un an après son ouverture en mars 2019, sont devenus le symbole de la gabegie et de l’hubris de certains responsables du parti présidentiel, l’AKP.

L’indignation suscitée par la construction de ce méga-projet aussi inutile qu’onéreux a contribué à mettre un terme au long règne des islamo-conservateurs sur Ankara, ville remportée par l’opposition lors des dernières élections municipales en 2019.

Ce revers, inédit pour M. Erdogan, a aussi servi d’avertissement pour le chef de l’Etat qui se dirige vers un double scrutin présidentiel et législatif délicat en 2023, sur fond de difficultés économiques.

L’étendue des problèmes affectant Wonderland Eurasia est apparue très vite. Deux jours après l’inauguration du parc, un train est resté bloqué au sommet d’une montagne russe. Les passagers ont été contraints de descendre du manège à pied.

Les visiteurs ont aussi eu la mauvaise surprise de découvrir des sanitaires en piteux état, des attractions à moitié construites et des zones du parc interdites d’accès pour cause de chantier en cours.

En 2020, Wonderland Eurasia a baissé le rideau, laissant sur place des statues et des manèges en proie à la rouille et un vif sentiment d’amertume.

« Ce dont Ankara avait besoin, ce n’était pas d’un parc d’attractions. C’était (d’une amélioration) des transports », regrette Tezcan Karakus Candan, présidente de la Chambre des architectes d’Ankara.

« C’était un projet extravagant », ajoute-t-elle, soulignant qu’il existait déjà un autre parc d’attraction d’envergure dans la capitale turque.

« Caprice »

La municipalité a poursuivi en justice l’entreprise responsable de Wonderland Eurasia dans l’espoir d’en gagner le contrôle et de mettre le vaste terrain sur lequel il a été construit à profit. Une décision est attendue le 13 septembre.

Selon l’actuel maire issu de l’opposition, Mansur Yavas, ce projet hérité d’un de ses prédécesseurs, Melih Gökçek, a coûté plus de 680 millions d’euros.

M. Gökçek, qui a dirigé Ankara de 1994 à 2017, conteste ce chiffre, évoquant un coût de 420 millions d’euros.

Mais l’ancien édile, qui a été relevé de ses fonctions par M. Erdogan avant la fin de son dernier mandat, reste associé à plusieurs projets de construction controversés.

Wonderland Eurasia, qui fut d’abord appelé « Ankapark », était censé développer le tourisme à Ankara, une ville avant tout administrative, loin de posséder les charmes d’Istanbul ou des stations balnéaires du sud du pays.

M. Gökçek avait affirmé que le parc attirerait 10 millions de visiteurs annuels dans la capitale. Elle en a reçu la moitié en 2019.

Pour Güven Arif Sargin, professeur d’architecture à l’Université technique du Moyen-Orient, à Ankara, vouloir faire de la capitale un pôle touristique relevait d’un « caprice puéril ».

Héritage d’Atatürk

Pour les opposants de M. Erdogan, ce projet est aussi devenu le symbole du fossé qui existe selon eux entre la classe dirigeante et les préoccupations de la population.

« Melih Gökçek illustre la manière dont les administrations locales de l’AKP trahissent les villes, et la manière dont elles agissent pour mettre en place un processus de pillage » des fonds publics, estime Mme Candan.

Mais pour nombre d’habitants d’Ankara, le principal tort de M. Gökçek n’est pas de s’être livré à une coûteuse fantaisie. C’est d’avoir détruit un espace naturel associé au fondateur de la République, Mustafa Kemal Atatürk, dont il portait d’ailleurs le nom.

La « ferme de la forêt d’Atatürk », aménagée en 1925, accueillait un zoo et des potagers. Le fondateur de la République l’avait créée pour qu’elle puisse répondre aux futurs besoins de la capitale en produits agricoles.

Pour les détracteurs de M. Erdogan, la construction d’un parc d’attractions sur ce lieu symbolique participe de l’entreprise d’effacement de l’héritage d’Atatürk dont ils accusent le pouvoir.

Pour Mme Candan, seule une solution « radicale » permettrait de tourner la page.

« Il faut donner les manèges (du parc) aux régions qui en ont besoin, réclamer des indemnités à Melih Gökçek pour les sommes gaspillées et utiliser cet argent pour reboiser » la zone, dit-elle.

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre reçoit une amende pour ne pas avoir porté sa ceinture de sécurité

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre reçoit une amende pour ne pas avoir porté sa ceinture de sécurité

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a reçu une amende vendredi pour ne pas avoir porté la ceinture de sécurité la veille alors qu’il tournait une vidéo à l’arrière d’une voiture.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a reçu une amende, vendredi 20 janvier, pour ne pas avoir porté sa ceinture de sécurité. Dans une vidéo publiée sur son compte Instagram, mais qui a depuis été retirée, le chef du gouvernement conservateur évoque avec entrain sa politique de rééquilibrage territorial, assis à l’arrière d’une voiture sans porter sa ceinture de sécurité, lors d’un déplacement dans le Lancashire, dans le nord de l’Angleterre.

Rapidement, les critiques se sont multipliées sur les réseaux sociaux et Rishi Sunak a reconnu jeudi soir « une erreur de jugement ». La police du Lancashire a annoncé la sanction dans un tweet vendredi : « Après la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux montrant un individu ne portant pas sa ceinture de sécurité alors qu’il était passager d’une voiture en mouvement dans le Lancashire, nous avons aujourd’hui émis une offre conditionnelle de pénalité fixe à un homme de 42 ans de Londres ».

Le Premier ministre « reconnaît pleinement qu’il s’agissait d’une erreur et a présenté ses excuses. Il va bien sûr se conformer à l’amende fixée », n’a pas tardé à réagir un porte-parole de Downing Street. Selon la BBC, la contravention pour le non-port de la ceinture de sécurité en tant que passager d’une voiture s’élève à 100 livres sterling (114,20 euros) et peut monter jusqu’à 500 livres sterling (571 euros) si l’affaire est portée devant le tribunal.

Ce n’est pas la première fois que Rishi Sunak reçoit une amende. Quand il était ministre des Finances de Boris Johnson, il avait été sanctionné dans le scandale dit du « Partygate », pour avoir été présent lors d’un rassemblement pour l’anniversaire du Premier ministre, en violation des règles anti-Covid.

Lire Plus

Europe

Grève du 19 janvier : Macron, Darmanin et Le Maire seront en Espagne ce jeudi

Article

le

Grève du 19 janvier : Macron, Darmanin et Le Maire seront en Espagne ce jeudi

11 ministres seront en Espagne avec le président ce jeudi 19 janvier, jour de grève contre la réforme des retraites.

La France et l’Espagne vont célébrer en grande pompe l’étroitesse de leurs relations lors d’un sommet ce jeudi 19 janvier à Barcelone, où Paris espère afficher un front uni sur la riposte européenne au regain de protectionnisme américain. Le président français Emmanuel Macron signera avec le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez un « traité d’amitié et de coopération ». Ils devraient annoncer une coopération accrue sur les questions migratoires, la défense, l’énergie et la jeunesse.

Ce traité est le troisième de la sorte signé en Europe par la France après celui de l’Élysée, paraphé en 1963 avec l’Allemagne et complété par celui d’Aix-la-Chapelle en 2019, et celui du Quirinal, signé avec l’Italie en 2021. Cette signature intervient trois mois après un accord entre les deux pays et le Portugal pour enterrer le projet de gazoduc « Midcat », auquel s’opposait Paris, et le remplacer par un pipeline d’hydrogène « vert » reliant Barcelone à Marseille et baptisé « H2Med ».

Désaccords avec Berlin

Comme le traité du Quirinal, ce traité de Barcelone vise à graver dans le marbre le renforcement des relations de Paris avec d’autres voisins que l’Allemagne, au moment où le moteur franco-allemand de l’UE est souvent apparu essoufflé. Dans l’esprit d’Emmanuel Macron, il s’agit de concrétiser une « ligne commune avec Madrid » sur la réponse européenne à l’Inflation Reduction Act, le plan d’investissement massif des États-Unis dans la transition énergétique. La France veut une action tout aussi massive de l’UE, et des décisions rapides pour éviter la fuite d’entreprises européennes attirées par les aides américaines.

Le président français caresse l’espoir de rallier à sa position non seulement Pedro Sánchez jeudi, mais aussi, dans une certaine mesure, le chancelier allemand Olaf Scholz. Ce dernier sera reçu dimanche à Paris pour célébrer les 60 ans du Traité de l’Élysée et participer à un conseil des ministres franco-allemand censé solder les nombreux différends entre les deux premières puissances européennes.

Lire Plus

Les + Lus