Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Ukraine : 33 morts dans une frappe russe, accord sur des couloirs humanitaires

Article

le

ukraine:-33-morts-dans-une-frappe-russe,-accord-sur-des-couloirs-humanitaires

Les négociateurs russes et ukrainiens se sont entendus jeudi sur des « couloirs humanitaires » pour l’évacuation des civils, alors que l’armée russe intensifie ses frappes sur les villes ukrainiennes, dont l’une a fait 33 morts dans une zone résidentielle de Tcherniguiv, dans le nord du pays.

Les négociateurs des deux pays s’étaient retrouvés à la frontière entre la Pologne et le Bélarus pour cette deuxième tentative, lors de laquelle Kiev espérait obtenir une trêve. « Malheureusement, il n’y a pas encore les résultats escomptés pour l’Ukraine. Il n’y a qu’une solution pour organiser des couloirs humanitaires », a écrit sur Twitter Mikhaïlo Podoliak, un membre de la délégation ukrainienne.

Au même moment, dans des déclarations retransmises à la télévision russe, Vladimir Poutine n’avait donné aucun espoir.

« Néonazis et mercenaires étrangers »

« L’opération militaire spéciale se déroule strictement selon le calendrier, selon le plan », a-t-il déclaré, rendant hommage aux soldats russes et à leur « précieux combat contre des néonazis » et des « mercenaires étrangers » qui utilisent selon lui les civils comme « boucliers humains » en Ukraine.

C’est bien une zone résidentielle que la partie ukrainienne accuse l’armée russe d’avoir visé jeudi à Tcherniguiv, sur la route de Kiev, faisant 33 morts selon un denier bilan.

Outre des habitations, « l’aviation russe a attaqué deux écoles du quartier de Stara Podsoudovka », a écrit le gouverneur local, Viatcheslav Tchaous sur son compte Telegram, publiant des images de bâtiments éventrés.

Des images du service des situations d’urgence montraient notamment des sauveteurs transportant des corps.

Quelques heures auparavant, M. Poutine avait douché les espoirs de médiation du président français Emmanuel Macron, lui déclarant au téléphone que la Russie avait « l’intention de poursuivre sans compromis son combat contre les membres des groupes nationalistes qui commettent des crimes de guerre », et répétant son exigence d’une démilitarisation et d’un statut neutre pour l’Ukraine, selon le Kremlin.

« Le pire est à venir », M. Poutine veut « prendre le contrôle » de toute l’Ukraine, avait jugé le président français après cet appel, selon l’Elysée.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, devenu un héros dans son pays, a de son  côté mis le maître du Kremlin au défi de le rencontrer. « Je dois parler à Poutine (…) car c’est le seul moyen d’arrêter cette guerre », a-t-il lancé à Kiev.

« Jusqu’au mur de Berlin »

Il a de nouveau exhorté les Occidentaux à accroître leur soutien, à « fermer le ciel » ukrainien aux avions russes, et les a mis en garde : « Si nous disparaissons, que Dieu nous protège, ensuite ce sera la Lettonie, la Lituanie, l’Estonie etc… Jusqu’au mur de Berlin, croyez-moi »..

Sur le terrain, l’armée russe semble avoir encore renforcé sa puissance de feu pour accélérer la prise de villes stratégiques.

Après que l’armée russe a pris le contrôle de Kherson, métropole de 290.000 habitants proche de la péninsule de Crimée, après de violents bombardements, le chef de l’administration régionale, Guennadi Lagouta, a appelé sur Telegram les habitants à rester chez eux : « Les occupants sont dans tous les quartiers de la ville et très dangereux », a-t-il mis en garde.

« Blocus » de Marioupol

Plus à l’est, à Marioupol, le maire a accusé la Russie de vouloir assiéger la ville.

« Ils ont détruit les ponts, détruit les trains pour nous empêcher de sortir nos femmes, enfants et vieillards (…) Ils cherchent à imposer un blocus, comme à Léningrad », l’actuelle Saint-Péterbourg, victime d’un siège dramatique de l’armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale, a déclaré Vadym Boïtchenko sur Telegram.

Ce grand port ukrainien de la mer d’Azov, site clé pour la progression des forces russes, « résiste » pour l’instant, selon l’armée ukrainienne.

A l’autre bout du pays, dans le nord-est près de la frontière russe, la grande ville de Kharkiv, frappée par des bombardements meurtriers mardi et mercredi, a été pilonnée toute la nuit, selon les autorités régionales.

A 200 km au sud, le centre industriel de Dnipro, fort d’un million d’habitants, se préparait à son tour à un assaut russe, des habitants y entassant des sacs de sable et préparant des cocktails Molotov.

Des troupes russes se trouvaient aussi près de Zaporijjia, à 200 km au sud de Dnipro, où se trouve la plus grande centrale nucléaire ukrainienne.

A Kiev, où de fortes explosions ont été entendues dans la nuit de mercredi à jeudi, les habitants qui n’ont pas fui se préparent depuis des jours à un assaut. Des milliers de femmes et enfants dorment dans le métro pour échapper aux bombes.

« Des centaines voire des milliers » de victimes

Les Etats-Unis « soutiendront les efforts diplomatiques » pour obtenir un cessez-le-feu avec Moscou, même si « c’est beaucoup plus difficile d’y parvenir quand les tirs résonnent et les chars avancent », avait déclaré avant le nouveau round de négociations le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

« Des centaines voire des milliers de civils ont été tués et blessés », a-t-il déploré. Personne n’a avancé jusqu’ici d’estimation pour le bilan global du conflit.

M. Blinken entamait jeudi une tournée incluant Pologne, pays baltes et Moldavie.

Cette dernière, qui craint d’être la prochaine cible de Moscou, a annoncé jeudi avoir déposé offciellement sa candidature à l’entrée dans l’Union européenne, tout comme la Géorgie.

Un million de réfugiés

Le pilonnage meurtrier des villes ukrainiennes suscite une vive émotion dans le monde, où s’enchaînent manifestations et élans de solidarité avec les Ukrainiens.

Le chef humanitaire de l’ONU, Martin Griffiths, a indiqué jeudi avoir récolté 1,5 milliard de dollars d’aide d’urgence, et les cloches des cathédrales à Paris, Berlin, Madrid ou Vienne ont sonné à 11h00 GMT pour l’Ukraine.

Plus d’un million de personnes ont fui le pays, selon les derniers chiffres du Haut commissariat aux réfugiés de l’ONU, surtout vers la Pologne, la Hongrie, la Roumanie et la Moldavie.

Les ministres européens de l’Intérieur se sont mis d’accord à Bruxelles pour accorder à ces réfugiés une « protection temporaire » dans l’UE.

L’isolement de la Russie est apparu clairement mercredi à l’Assemblée générale des Nations unies, qui a voté à une écrasante majorité une résolution exigeant la fin de l’offensive russe. Cinq pays sur 193 s’y sont opposés, 35 s’abstenant, dont la Chine.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mercredi soir l' »ouverture immédiate » d’une enquête pour crimes de guerre contre la Russie, et l’OSCE va mettre en place une mission d’experts indépendants pour enquêter sur les violations du droit international perpétrées par Moscou.

Effondrement du rouble

Les sanctions économiques infligées par le camp occidental à Moscou et aux proches de Poutine sont de plus en plus dures.

L’UE a confirmé que sept banques russes seraient, à compter du 12 mars, exclues du système de messagerie Swift, un rouage-clé de la finance internationale. La Banque mondiale a coupé tous ses programmes d’aide en Russie et au Bélarus.

Les agences de notation financière Fitch et Moody’s ont rétrogradé la Russie dans la catégorie des pays risquant de ne pas pouvoir rembourser leur dette.

Après avoir perdu plus du tiers de sa valeur en devises étrangères, le rouble a plongé à nouveau jeudi.

Le numéro deux du pétrole russe, Loukoïl a déclaré jeudi prôner « un arrêt rapide du conflit armé » et une issue diplomatique, alors que ses titres en bourse, comme ceux d’autres groupes, se sont effondrés ces derniers jours.

Une source à Washington a cependant indiqué que les Etats-Unis s’apprêtaient à imposer de nouvelles sanctions contre les oligarques russes.

Un yacht de 86 mètres identifié comme appartenant via une société au patron d’Igor Setchine, un proche de Vladimir Poutine placé à la tête du géant pétrolier Rosneft, a été saisi jeudi dans le sud de la France.

Moscou multiplie les mesures pour défendre son économie, mais aussi pour étouffer toute voix opposée à la guerre: la radio indépendante Ekho Moskvy, a dû acter sa fermeture jeudi après avoir été interdite d’antenne, et la chaîne de télévision internet d’opposition Dojd, également interdite, a annoncé suspendre son travail.

Conséquence de l’isolement économique de la Russie, les prix des hydrocarbures et de l’aluminium, dont Moscou est un gros exportateur, continuent à s’envoler. Le baril de pétrole WTI dépassait les 115 dollars, un record depuis 2008.

La Russie est aussi désormais quasi-bannie du monde sportif et culturel. Le Comité international paralympique (CIP) a annoncé jeudi exclure les sportifs russes et bélarusses des Jeux d’hiver qui démarrent vendredi à Pékin.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Europe

L’Allemagne est sur le point de légaliser le cannabis à des fins récréatives

Article

le

L’Allemagne est sur le point de légaliser le cannabis à des fins récréatives

Le projet-phare du gouvernement Scholz pourrait faire de l’Allemagne l’un des pays les plus libéraux d’Europe en matière de cannabis.

L’Allemagne est sur le point d’adopter une loi historique qui légaliserait le cannabis à des fins récréatives, marquant ainsi un tournant significatif dans la politique allemande sur les drogues. Ce projet, l’un des piliers de l’administration d’Olaf Scholz, placerait l’Allemagne parmi les pays les plus progressistes d’Europe en matière de législation sur le cannabis, rejoignant ainsi Malte et le Luxembourg, qui ont déjà franchi ce cap respectivement en 2021 et 2023.

Les députés de la coalition au pouvoir ont salué cette réforme comme une avancée majeure vers une politique moderne sur les drogues, soulignant également son potentiel pour lutter plus efficacement contre le marché noir. La loi, annoncée pour entrer en vigueur le 1er avril 2024, doit toutefois être adoptée par le Parlement allemand, une étape qui reste incertaine.

Des résistances se sont manifestées lors des débats au Bundestag, notamment parmi les députés Verts et les libéraux du FDP, pourtant alliés au gouvernement. Le projet de loi prévoit la création d’associations à but non lucratif, baptisées « clubs de cannabis », autorisées à cultiver et à fournir du cannabis à leurs membres, sous le strict contrôle du gouvernement.

Ces clubs, limités à 500 membres adultes et interdits de proximité avec des établissements sensibles tels que les crèches ou les écoles, seront régis par des règles strictes interdisant la consommation sur place. Les adultes pourront posséder individuellement jusqu’à 25 grammes de cannabis et cultiver trois plants de cannabis femelle, tandis que la consommation dans des lieux publics sera permise dans la plupart des cas, à l’exception des zones sensibles.

La loi prévoit également une mesure rétroactive, permettant la suppression des amendes pour possession de cannabis inférieure à 25 grammes des casiers judiciaires des contrevenants. Cependant, la mise en œuvre de cette législation pourrait poser des défis pour les autorités, notamment en ce qui concerne le respect des zones interdites de consommation, selon les experts allemands.

Lire Plus

Europe

Daniel Alves condamné à quatre ans et demi de prison pour viol

Article

le

Daniel Alves condamné à quatre ans et demi de prison pour viol

Le Brésilien était accusé du viol d’une femme de 23 ans dans les toilettes d’un club de Barcelone à la fin de l’année 2022. Il écope de 4 ans et demi de prison.

L’ancien international brésilien Dani Alves a été condamné jeudi à une peine de quatre ans et demi de prison pour le viol en 2022 d’une jeune femme dans une discothèque de Barcelone, a annoncé le tribunal de la ville catalane. Les faits se sont déroulés dans la nuit du 30 au 31 décembre 2022 dans les toilettes d’un carré VIP de la discothèque Sutton, à Barcelone.

Le parquet avait requis neuf ans de prison contre l’ancien joueur du FC Barcelone et du Paris-Saint-Germain. Dani Alves a également été condamné à verser 150 000 euros à la victime et à cinq ans de liberté surveillée une fois sa peine purgée. Durant le procès, ce dernier a réfuté toute forme de violence à l’encontre de la plaignante.

En détention provisoire depuis plus d’un an, l’ancien arrière droit de 40 ans s’était défendu en affirmant que la plaignante n’avait « à aucun moment (…) dit quoi que ce soit » pour s’en aller. « Si elle avait voulu partir, elle pouvait partir à tout moment, elle n’était pas obligée d’être là », a-t-il ajouté, affirmant qu’il n’était « pas un homme violent ».

La procureure a rétorqué en déclarant que « Si à un moment donné, [la femme] dit ‘pas plus loin’, c’est ‘pas plus loin’. Monsieur Alves ne peut pas continuer si la victime ne donne pas son consentement ». Le tribunal a considéré comme prouvé le fait que l’accusé a brusquement saisi la plaignante, l’a jetée au sol et l’a pénétrée vaginalement, en évitant qu’elle ne bouge, alors que la plaignante disait non et qu’elle voulait s’en aller.

La victime avait témoigné à huis clos, afin de protéger son identité, et derrière un paravent pour éviter tout contact visuel avec Dani Alves. Sa voix avait été modifiée et son visage pixellisé sur l’enregistrement, destiné à l’usage exclusif des juges, au cas où il viendrait à fuiter.

La défense de Dani Alves avait aussi été fragilisée par de nombreux changements de version. Après avoir affirmé dans une vidéo, au début de janvier 2023, n’avoir jamais rencontré la plaignante, il avait justifié son mensonge en expliquant avoir voulu protéger son mariage, avant de finir par reconnaître une relation sexuelle avec la plaignante, selon lui consentie.

Lire Plus

Europe

Pollution de l’air: l’UE durcit ses normes mais sans suivre l’OMS

Article

le

Pollution de l'air: l'UE durcit ses normes mais sans suivre l'OMS

Les eurodéputés expriment des réserves alors que les nouvelles réglementations environnementales sont débattues.

L’Union européenne a annoncé mardi des mesures pour renforcer les normes sur la qualité de l’air d’ici 2030, dans le cadre de son objectif de « zéro pollution » d’ici 2050. Cependant, ces mesures ne sont pas alignées sur les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce qui suscite des réserves parmi les eurodéputés.

Alors que la pollution atmosphérique est responsable de 300 000 décès prématurés chaque année dans l’UE, les Vingt-Sept se sont fixé l’objectif ambitieux de parvenir à un environnement sans pollution d’ici 2050.

La première étape vers cet objectif consiste en des limites plus strictes pour 2030 pour plusieurs polluants, notamment les particules fines, le dioxyde d’azote et le dioxyde de soufre. Ces mesures ont été saluées comme « une étape majeure pour garantir un avenir plus sain » par l’eurodéputé social-démocrate Javi Lopez, rapporteur du texte.

Chaque pays devra élaborer une feuille de route détaillée conformément à cet accord, qui doit encore être formellement confirmé par les États membres et les eurodéputés.

Pour le dioxyde d’azote et les particules fines inférieures à 2,5 micromètres (PM2.5), les valeurs limites annuelles permises seront abaissées de plus de moitié d’ici 2030 par rapport à aujourd’hui. Cependant, ces objectifs restent en deçà des recommandations de l’OMS, ce qui suscite des critiques de la part des eurodéputés.

Dans leur mandat initial, les eurodéputés avaient demandé un alignement strict avec les lignes directrices de l’OMS d’ici 2035. Cependant, les États membres ont soutenu des valeurs moins drastiques proposées par la Commission européenne pour 2030.

Malgré ces avancées, des réserves persistent quant au calendrier précipité et à l’impact potentiel sur des secteurs tels que l’agriculture et les transports. Certains estiment que cet équilibre entre la protection de l’environnement et la préservation de l’économie n’a pas été atteint.

La législation permet désormais de saisir les tribunaux en cas de dépassement des normes de qualité de l’air, et les citoyens touchés par la pollution pourront réclamer une indemnisation devant la justice. Elle prévoit également une augmentation des points de mesure de la qualité de l’air et l’harmonisation des indices dans toute l’UE pour les rendre plus clairs et accessibles au public.

Malgré ces avancées, de nombreux États membres éprouvent déjà des difficultés à respecter les normes actuelles de qualité de l’air, comme en témoigne la récente mise en demeure adressée à la France par la Commission européenne pour dépassement des limites de dioxyde d’azote dans plusieurs villes.

Lire Plus

Les + Lus