Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Ukraine : 33 morts dans une frappe russe, accord sur des couloirs humanitaires

Article

le

ukraine:-33-morts-dans-une-frappe-russe,-accord-sur-des-couloirs-humanitaires

Les négociateurs russes et ukrainiens se sont entendus jeudi sur des « couloirs humanitaires » pour l’évacuation des civils, alors que l’armée russe intensifie ses frappes sur les villes ukrainiennes, dont l’une a fait 33 morts dans une zone résidentielle de Tcherniguiv, dans le nord du pays.

Les négociateurs des deux pays s’étaient retrouvés à la frontière entre la Pologne et le Bélarus pour cette deuxième tentative, lors de laquelle Kiev espérait obtenir une trêve. « Malheureusement, il n’y a pas encore les résultats escomptés pour l’Ukraine. Il n’y a qu’une solution pour organiser des couloirs humanitaires », a écrit sur Twitter Mikhaïlo Podoliak, un membre de la délégation ukrainienne.

Au même moment, dans des déclarations retransmises à la télévision russe, Vladimir Poutine n’avait donné aucun espoir.

« Néonazis et mercenaires étrangers »

« L’opération militaire spéciale se déroule strictement selon le calendrier, selon le plan », a-t-il déclaré, rendant hommage aux soldats russes et à leur « précieux combat contre des néonazis » et des « mercenaires étrangers » qui utilisent selon lui les civils comme « boucliers humains » en Ukraine.

C’est bien une zone résidentielle que la partie ukrainienne accuse l’armée russe d’avoir visé jeudi à Tcherniguiv, sur la route de Kiev, faisant 33 morts selon un denier bilan.

Outre des habitations, « l’aviation russe a attaqué deux écoles du quartier de Stara Podsoudovka », a écrit le gouverneur local, Viatcheslav Tchaous sur son compte Telegram, publiant des images de bâtiments éventrés.

Des images du service des situations d’urgence montraient notamment des sauveteurs transportant des corps.

Quelques heures auparavant, M. Poutine avait douché les espoirs de médiation du président français Emmanuel Macron, lui déclarant au téléphone que la Russie avait « l’intention de poursuivre sans compromis son combat contre les membres des groupes nationalistes qui commettent des crimes de guerre », et répétant son exigence d’une démilitarisation et d’un statut neutre pour l’Ukraine, selon le Kremlin.

« Le pire est à venir », M. Poutine veut « prendre le contrôle » de toute l’Ukraine, avait jugé le président français après cet appel, selon l’Elysée.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, devenu un héros dans son pays, a de son  côté mis le maître du Kremlin au défi de le rencontrer. « Je dois parler à Poutine (…) car c’est le seul moyen d’arrêter cette guerre », a-t-il lancé à Kiev.

« Jusqu’au mur de Berlin »

Il a de nouveau exhorté les Occidentaux à accroître leur soutien, à « fermer le ciel » ukrainien aux avions russes, et les a mis en garde : « Si nous disparaissons, que Dieu nous protège, ensuite ce sera la Lettonie, la Lituanie, l’Estonie etc… Jusqu’au mur de Berlin, croyez-moi »..

Sur le terrain, l’armée russe semble avoir encore renforcé sa puissance de feu pour accélérer la prise de villes stratégiques.

Après que l’armée russe a pris le contrôle de Kherson, métropole de 290.000 habitants proche de la péninsule de Crimée, après de violents bombardements, le chef de l’administration régionale, Guennadi Lagouta, a appelé sur Telegram les habitants à rester chez eux : « Les occupants sont dans tous les quartiers de la ville et très dangereux », a-t-il mis en garde.

« Blocus » de Marioupol

Plus à l’est, à Marioupol, le maire a accusé la Russie de vouloir assiéger la ville.

« Ils ont détruit les ponts, détruit les trains pour nous empêcher de sortir nos femmes, enfants et vieillards (…) Ils cherchent à imposer un blocus, comme à Léningrad », l’actuelle Saint-Péterbourg, victime d’un siège dramatique de l’armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale, a déclaré Vadym Boïtchenko sur Telegram.

Ce grand port ukrainien de la mer d’Azov, site clé pour la progression des forces russes, « résiste » pour l’instant, selon l’armée ukrainienne.

A l’autre bout du pays, dans le nord-est près de la frontière russe, la grande ville de Kharkiv, frappée par des bombardements meurtriers mardi et mercredi, a été pilonnée toute la nuit, selon les autorités régionales.

A 200 km au sud, le centre industriel de Dnipro, fort d’un million d’habitants, se préparait à son tour à un assaut russe, des habitants y entassant des sacs de sable et préparant des cocktails Molotov.

Des troupes russes se trouvaient aussi près de Zaporijjia, à 200 km au sud de Dnipro, où se trouve la plus grande centrale nucléaire ukrainienne.

A Kiev, où de fortes explosions ont été entendues dans la nuit de mercredi à jeudi, les habitants qui n’ont pas fui se préparent depuis des jours à un assaut. Des milliers de femmes et enfants dorment dans le métro pour échapper aux bombes.

« Des centaines voire des milliers » de victimes

Les Etats-Unis « soutiendront les efforts diplomatiques » pour obtenir un cessez-le-feu avec Moscou, même si « c’est beaucoup plus difficile d’y parvenir quand les tirs résonnent et les chars avancent », avait déclaré avant le nouveau round de négociations le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

« Des centaines voire des milliers de civils ont été tués et blessés », a-t-il déploré. Personne n’a avancé jusqu’ici d’estimation pour le bilan global du conflit.

M. Blinken entamait jeudi une tournée incluant Pologne, pays baltes et Moldavie.

Cette dernière, qui craint d’être la prochaine cible de Moscou, a annoncé jeudi avoir déposé offciellement sa candidature à l’entrée dans l’Union européenne, tout comme la Géorgie.

Un million de réfugiés

Le pilonnage meurtrier des villes ukrainiennes suscite une vive émotion dans le monde, où s’enchaînent manifestations et élans de solidarité avec les Ukrainiens.

Le chef humanitaire de l’ONU, Martin Griffiths, a indiqué jeudi avoir récolté 1,5 milliard de dollars d’aide d’urgence, et les cloches des cathédrales à Paris, Berlin, Madrid ou Vienne ont sonné à 11h00 GMT pour l’Ukraine.

Plus d’un million de personnes ont fui le pays, selon les derniers chiffres du Haut commissariat aux réfugiés de l’ONU, surtout vers la Pologne, la Hongrie, la Roumanie et la Moldavie.

Les ministres européens de l’Intérieur se sont mis d’accord à Bruxelles pour accorder à ces réfugiés une « protection temporaire » dans l’UE.

L’isolement de la Russie est apparu clairement mercredi à l’Assemblée générale des Nations unies, qui a voté à une écrasante majorité une résolution exigeant la fin de l’offensive russe. Cinq pays sur 193 s’y sont opposés, 35 s’abstenant, dont la Chine.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mercredi soir l' »ouverture immédiate » d’une enquête pour crimes de guerre contre la Russie, et l’OSCE va mettre en place une mission d’experts indépendants pour enquêter sur les violations du droit international perpétrées par Moscou.

Effondrement du rouble

Les sanctions économiques infligées par le camp occidental à Moscou et aux proches de Poutine sont de plus en plus dures.

L’UE a confirmé que sept banques russes seraient, à compter du 12 mars, exclues du système de messagerie Swift, un rouage-clé de la finance internationale. La Banque mondiale a coupé tous ses programmes d’aide en Russie et au Bélarus.

Les agences de notation financière Fitch et Moody’s ont rétrogradé la Russie dans la catégorie des pays risquant de ne pas pouvoir rembourser leur dette.

Après avoir perdu plus du tiers de sa valeur en devises étrangères, le rouble a plongé à nouveau jeudi.

Le numéro deux du pétrole russe, Loukoïl a déclaré jeudi prôner « un arrêt rapide du conflit armé » et une issue diplomatique, alors que ses titres en bourse, comme ceux d’autres groupes, se sont effondrés ces derniers jours.

Une source à Washington a cependant indiqué que les Etats-Unis s’apprêtaient à imposer de nouvelles sanctions contre les oligarques russes.

Un yacht de 86 mètres identifié comme appartenant via une société au patron d’Igor Setchine, un proche de Vladimir Poutine placé à la tête du géant pétrolier Rosneft, a été saisi jeudi dans le sud de la France.

Moscou multiplie les mesures pour défendre son économie, mais aussi pour étouffer toute voix opposée à la guerre: la radio indépendante Ekho Moskvy, a dû acter sa fermeture jeudi après avoir été interdite d’antenne, et la chaîne de télévision internet d’opposition Dojd, également interdite, a annoncé suspendre son travail.

Conséquence de l’isolement économique de la Russie, les prix des hydrocarbures et de l’aluminium, dont Moscou est un gros exportateur, continuent à s’envoler. Le baril de pétrole WTI dépassait les 115 dollars, un record depuis 2008.

La Russie est aussi désormais quasi-bannie du monde sportif et culturel. Le Comité international paralympique (CIP) a annoncé jeudi exclure les sportifs russes et bélarusses des Jeux d’hiver qui démarrent vendredi à Pékin.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Europe

Royaume-Uni : le système de santé confronté à la grève la plus importante de son histoire

Article

le

Royaume-Uni : le système de santé confronté à la grève la plus importante de son histoire

Des dizaines de milliers d’infirmières et d’ambulanciers ont arrêté de travailler pour la première fois le même jour.

C’est la plus importante journée de grève de son histoire. Le système de santé public britannique a décidé de débrayer, lundi 6 février, pour réclamer des augmentations de salaires. Comme l’avaient fait la semaine dernière enseignants, cheminots et gardes-frontières lors d’une journée de mobilisation sociale sans équivalent depuis une décennie au Royaume-Uni, le personnel du NHS, le service de santé public et gratuit, a rejoint les piquets de grève tôt lundi matin.

« Sous-effectif. Sous-évalué. Sous-payé », dénonçait par exemple une pancarte brandie par deux infirmières de l’hôpital Saint-Thomas, à Londres.

Opérations repoussées, urgences totalement débordées, attentes de plusieurs heures pour les ambulances.. Le NHS, qui faisait il y a quelques années encore la fierté des Britanniques, traverse une profonde crise, affaibli par les politiques d’austérité en œuvre depuis plus de 10 ans et les conséquences de la pandémie. Depuis sa création en 1948, il n’avait jamais été confronté à une grève d’une telle ampleur, avec des dizaines de milliers d’infirmières et d’ambulanciers arrêtant de travailler pour la première fois le même jour.

Ils réclament une augmentation de salaire alors que le Royaume-Uni, où l’inflation dépasse les 10%, fait face à une grave crise du coût de la vie. Mais ils se heurtent à un gouvernement conservateur qui refuse toute négociation face à ce mouvement soutenu par l’opinion

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Europe

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

Article

le

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

En janvier, les Russes ont très légèrement avancé en prenant le contrôle de 278 km2, selon les calculs d’un cartographe français

Au 31 janvier 2023, la Russie occupait toujours 18 % du territoire de l’Ukraine. Ce chiffre est le fruit du travail d’un cartographe français. Les 18,08 % (exactement) du territoire ukrainien représentent 109 105 km2, soit l’équivalent d’une vingtaine de départements français. Au cours du mois de janvier et au prix de pertes colossales, les forces russes sont parvenues à prendre 278 km2 à l’armée ukrainienne. Cette superficie équivaut à un carré de 16 kilomètres de côté, alors que le front entre les deux armées s’étend sur plus de 1 000 kilomètres.

A la veille de l’invasion, le 24 février 2022, et depuis 2014, la Russie contrôlait directement (la Crimée) ou indirectement (une partie du Donbass) 7,15 % du territoire de son voisin. Au maximum de l’offensive russe, fin mars, l’Ukraine avait perdu un quart (25,11 %) de son sol. Puis, après l’échec de l’opération sur Kiev, ce chiffre s’est stabilisé autour de 20-21%, avant de passer à l’automne sous la barre de 18 %, grâce au succès de la double offensive ukrainienne, d’abord vers Kharkhiv, puis vers Kherson. Depuis novembre, la Russie regrignote un peu de terrain, surtout dans le secteur très disputé de Bakhmut.

Dans le détail, la Russie ne contrôle totalement qu’une seule région, la Crimée, et la quasi-totalité d’une autre, l’oblast de Louhansk (97,78 %). Trois sont partiellement occupées : Zaporijjia (72,94 %), Kherson (72,02 %) et Donetsk (56,65 %). Ces quatre derniers oblasts font, sur le papier, partie de la Fédération de Russie depuis leur annexion illégale en septembre. Enfin, les forces russes n’occupent plus qu’une infime partie (1,88 %) de l’oblast de Kharkiv (nord) et 0,56 % de celui de Mykolaïv (sud).

L’objectif de Kiev est de reprendre la totalité de son territoire (603 554 km2), plus vaste que la France : on mesure l’ampleur de la tâche.

Lire Plus

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Les + Lus