Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Tour de France: Ineos sauve l’honneur et signe un doublé

Article

le

tour-de-france:-ineos-sauve-l’honneur-et-signe-un-double

Michal Kwiatkowski, arrivé bras dessus bras dessous avec son coéquipier Richard Carapaz pour gagner la 18e étape, a sauvé l’honneur dans la dernière journée alpestre du Tour de France pour l’équipe Ineos, orpheline d’Egan Bernal.

A l’écart de la lutte pour le maillot jaune, qui est toujours porté par le Slovène Primoz Roglic avec un avantage inchangé (57 sec) sur son compatriote Tadej Pogacar, l’équipe britannique s’est reconvertie dans la chasse aux étapes. Pour le bonheur de Kwiatkowski, l’un des grands coureurs du peloton souvent cantonné à un rôle de capitaine de route ou de lieutenant dans le Tour.

Le Polonais a franchi la ligne quelques centimètres avant Carapaz, l’Equatorien vainqueur du dernier Giro, dans un scénario rappelant la mémorable arrivée de Bernard Hinault et de l’Américain Greg LeMond dans l’étape de l’Alpe d’Huez du Tour 1986.

« On l’a décidé entre nous, Richard me l’a proposé », a expliqué ensuite Kwiatkowski. « On a gagné à deux. Le public criait les encouragements, c’était une ambiance extraordinaire. Je n’oublierai jamais ! »

Le Polonais de 30 ans, dont le palmarès comporte des courses aussi importantes que le championnat du monde 2014 et Milan-Sanremo 2017, a eu une pensée pour Bernal, le vainqueur sortant du Tour qui a abandonné mercredi matin: « On était très triste pour lui, on lui souhaite bonne chance pour la suite. »

Van Aert transformé en grimpeur

« Depuis trois jours, on fait tout pour être à l’avant », a souligné Kwiatkowski, dont l’équipe a placé quatre coureurs dans l’échappée initiale d’une trentaine de coureurs. A l’avant, un quatuor a fini par se dégager après le premier col (Cormet de Roselend). La chute du Suisse Marc Hirschi dans la descente du col des Saisies a laissé ensuite l’Espagnol Pello Bilbao pris en tenaille entre Carapaz et Kwiatkowski.

Sur les pentes très raides de la montée vers le plateau des Glières (6 kilomètres à 11,2 % de moyenne), Bilbao a lâché prise à quelque 37 kilomètres de l’arrivée. Ses deux compagnons ont creusé ensuite l’écart pour rallier l’arrivée ensemble, avec 1 min 51 sec d’avance sur le Belge Wout Van Aert, troisième de cette étape de montagne.

Dans le groupe des candidats au podium, l’Espagnol Mikel Landa a pris les devants. L’allure dictée par Van Aert, transformé en grimpeur, a poussé plusieurs coureurs du top 10 (A. Yates, Uran, Valverde) à la rupture et provoqué l’échec de la tentative de Landa.

L’hommage à Portal

Roglic, titillé quelques instants par Pogacar, a tenu à sortir en tête du secteur empierré suivant la montée dans lequel l’Australien Richie Porte a été retardé sur crevaison, à l’approche du Monument national de la Résistance française pendant la Seconde guerre.

Porte, 4e du classement, est parvenu à rentrer dans le final sans dommage. A l’inverse du Britannique Adam Yates (désormais 7e du classement) et du Colombien Rigoberto Uran (8e), qui ont été lâchés dans la montée et ont reculé de deux places.

Pour Ineos, le nom depuis l’année passée de l’équipe Sky qui a raflé sept des huit dernières éditions du Tour, le succès de Kwiatkowski assorti d’un doublé adoucit un bilan jusque-là catastrophique. L’équipe la plus puissante et la plus riche du peloton a été surclassée par la Jumbo de Roglic et de Van Aert.

Tournée exclusivement vers le classement général (Bernal 1er et Thomas 2e l’an passé), la formation de Dave Brailsford a obtenu jeudi son premier succès depuis le départ de Nice, une journée après l’abandon de son leader et tenant du titre, Egan Bernal. Son premier aussi dans une étape du Tour depuis la victoire du Britannique Geraint Thomas à L’Alpe d’Huez le 19 juillet 2018.

« Beaucoup de gens ont porté un jugement sur ce que nous faisons dans ce Tour, sur l’absence de Nico (Portal) dans la voiture », a déclaré Kwiatkowski à propos du directeur sportif de l’équipe décédé en début d’année. « Il nous manque beaucoup, c’est vrai. Succès ou pas, nous nous souvenons toujours de lui. Il aurait certainement apprécié ce qu’on a fait et notre état d’esprit dans ce Tour. Nous sommes inspirés par lui ».

Vendredi, la 19e étape s’adresse aux sprinteurs et aux baroudeurs, en conclusion des 166,5 kilomètres menant de Bourg-en-Bresse à Champagnole. A la veille du seul contre-la-montre de l’épreuve.

Sports

Rafael Nadal se prépare pour Roland-Garros et évoque ses adieux imminents à Barcelone

Article

le

Rafael Nadal se prépare pour Roland-Garros et évoque ses adieux imminents à Barcelone

Malgré sa défaite à Barcelone, Nadal reste concentré sur son objectif ultime : briller une dernière fois à Roland-Garros.

À quelques semaines de Roland-Garros, Rafael Nadal se prépare pour ce qui pourrait être son dernier tournoi majeur. Malgré sa défaite face à Alex De Minaur à Barcelone, Nadal estime avoir fait un pas en avant dans sa préparation pour le tournoi parisien.

Pour Nadal, Barcelone n’était pas l’endroit pour tout donner. Il réserve son énergie et sa détermination pour Roland-Garros, où il a établi un héritage légendaire. Il décrit son passage à Barcelone comme des « adieux », soulignant l’importance émotionnelle de ce tournoi où il a triomphé à douze reprises.

De retour sur le court après plus de trois mois d’absence, Nadal se concentre sur ses sensations et sa forme physique en vue de Roland-Garros. Il admet qu’il lui est difficile d’être compétitif sur de longs matchs pour l’instant, mais reste optimiste quant à sa progression.

Nadal reconnaît qu’il a encore du chemin à parcourir pour retrouver son meilleur niveau, mais il se sent plus fort après chaque séance d’entraînement. Son objectif est de se sentir plus à l’aise et mieux préparé pour affronter les défis à venir, notamment à Madrid la semaine prochaine.

À bientôt 38 ans, Nadal se prépare à affronter ce qui pourrait être sa dernière campagne à Roland-Garros. Malgré les défis physiques, il reste déterminé à briller sur la terre battue parisienne et à laisser une dernière empreinte indélébile dans l’histoire du tennis.

Lire Plus

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Les + Lus