Nous rejoindre sur les réseaux

Balaruc-le-Vieux

Thau : Un 14 juillet sans pareil, avec de nombreuses animations dans toutes les communes

Article

le

©Ville de Sète

Après une fête nationale 2020 des plus tristes avec les conditions sanitaires, le Bassin de Thau prend sa revanche cette année avec de nombreuses animations, dans toutes les communes de l’agglopôle. 

A Balaruc-le-Vieux, la fête débutera dès 19 heures à l’esplanade Marcel Pradel, avec buvette et restauration à « La Caravelle » sur réservation, et le Foodtruck « le petit gourmand ». Dès 21 heures, une soirée concert variété française ou se produira l’orchestre Box Song Band prendra place.

Du côté de Vic la Gardiole, POPI M se représentera au Fiesta Parc de Vic la Gardiole à partir de 18h00. Un évènement gratuit, complété avec le Marché Nocturne de 18 heures à 23 heures, qui comptera de nombreux exposants proposant des produits locaux et du terroir.

Pour la Ville de Mireval, rendez-vous à l’esplanade Simone Veil pour une journée chargée ! Dès 9h30, des jeux familiaux seront organisés, suivis d’un apéritif offert par la mairie à midi. Dès 19 heures, Pena, food truck puis distribution des flambeaux, dont la retraite sera à 22 heures. La journée continuera avec le feu d’artifice à 22h30, puis le Grand Bal à 23 heures. 

A Sète, un concert jazz sera donné à 19 heures à la brasserie Le Victor sur réservation, puis un tournoi de joute à 21 heures au Cadre Royal, suivi du feu d’artifice tiré depuis la plage du Lido à 22h15 le 14 juillet. 

Quant à la commune de Frontignan, le programme détaillé reste à venir, mais seront organisés joutes, rames, pétanques, boules carrés etc. Dans la soirée, un grand feu d’artifice prendra place le 14 juillet, accompagné d’une retraite aux flambeaux ainsi qu’un grand bal. 

Pour finir, la Ville de Montbazin prévoit également un évènement le 13 juillet, mais le programme détaillé n’a pas encore été dévoilé.

Certaines communes prévoient un évènement sur deux jours 

Du côté de Balaruc-les-Bains, le Sétois Jean-Michel Rinaldi donnera un concert le 13 juillet, à 21 heures sur la scène du Théâtre de Verdure. Le lendemain, un bal est organisé, avec REPLAY & LIVE CALYPSO à 21h au Théâtre de verdure. 

Au programme Marseillanais, la fête commencera le 13 à 22 heures avec une retraite au flambeau à la Place de la République, puis un feu d’artifice sur le Port de Marseillan dès 22 heures 30. Après celui-ci, un bal prendra place sur la Place du théâtre avec l’orchestre Calypso, de 22 heures 45 à 2 heures du matin. 

Pour ceux qui ne se sont pas couché trop tard, rendez-vous en fin de matinée pour la cérémonie officielle Place de la République dès 11h30, suivi d’un apéritif à midi. Et la fête continue à 15 heures avec le jeu traditionnel marseillanais Capelet des jeunes (10/14 ans) et vétérans au Port, puis reprend à 21 heure 30 avec une soirée DJ. 

A Villeveyrac, un apéritif offert par la mairie débutera à 19 heures à la salle Marcel Peysson, rythmé par la musicalité de La Peña, puis un repas sur réservation à 21 heures (16€ par personne). La musique continuera avec un DJ Set par Joff Randall à 22 heures, avant le feu d’artifice de 22 heures 45. Au même endroit le lendemain, un concours de belote aura lieu à 10 heures, puis un concours de pétanque en doublet à 15 heures. 

Quant à la commune de Poussan, une retraite aux Flambeaux au départ de la mairie à 22 heures 30 prendra place le 13 juillet, suivie du feu d’artifice à 22 heures 30 au skate Park, avant un concert à la Mairie à 23 heures, et à minuit, un Vin à la Française. 

Pour le vendredi 14, il y aura des jeux pour enfants au Jardin Public à 10 heures, qui précèdent l’apéritif républicain au même endroit. 

A Gigean, les festivités commenceront le 13 également, avec des animations pour la jeunesse à la Place de Marché, tandis qu’à la Salle polyvalente, un sosie vocal de Michel Sardou accompagnera l’apéritif et le repas sur place. Après ça, il y aura une retraite aux flambeaux en musique au départ de la future école Laurent Ballesta à 21 heure 30, puis le feu d’artifice sera tiré de la maire à 22 heure, avant le début du bal à la salle polyvalente. 

Quant au 14 juillet, place aux hommages avec un rassemblement sur le parvis de la mairie à 10h45, cortège et Peña avant un dépôt de gerbe au Monument aux Morts, poursuivi du vin d’honneur au jardin public à midi. 

Du côté de la Ville de Mèze, une organisation au poil pour l’évènement sur deux jours. Le 13, les lampions seront distribués à 21 heures, puis à 22 heures, à la mairie, la retraite vénitienne, suivie du feu d’artifice à 22h30, qui précèdera le concert DJ Mix Laurent Pepper, place des Micocouliers. Le jour même de la fête nationale, la coupe de France lourds et moyens de joutes aura lieu à 15 heures, puis le Milonga sur l’esplanade de 16 à 19 heures avec DJ Jean Marc Marafante, avant un deuxième à 20h30 avec l’orchestre Roulotte Tango et DJ Patrick Bevilaqua. Au même endroit, une fête foraine prendra place du 10 au 14 juillet. 

Les évènements sur 3 jours 

A Bouzigues, on met les petits plats dans les grands avec une fête nationale sur 3 jours. Le 13 juillet aura lieu une distribution des flambeaux dès 20h45, puis un défilé dans le village avec la Peña Del Sol à 21h30, et pour terminer, « Le Grand Bal » à 22 heures, place Belvédère. Pour le mercredi 14, la fête débutera au même endroit dès 10h30, avec des animations pour enfants. Et pour les grands, des jeux de quille à 14 heures, et le concours du meilleur pâtissier amateur de Bouzigues à 16 heures. Pour le feu d’artifice, rendez-vous à 22 heures le 15 juillet. 

Du côté de Loupian, sera prévue une retraite aux flambeaux, au départ devant la mairie à 21h30, lâcher de ballon, suivi d’un bal animé par « Universal Show » le 13 juillet. Le lendemain, le loto de la délégation locale de la Ligue contre le cancer à 17h30, suivi dès 21h par un bal animé par l’orchestre Julien Monte. Le jour suivant, un autre bal, offert par le bar « Le QG » avec Joff Randal. 

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Balaruc-le-Vieux

Balaruc-le-Vieux : des médiévales un peu plus différentes cette année !

Article

le

©Jean-Claude Alliés

Ce samedi 17 juillet s’est déroulé la fête annuelle médiévale de Balaruc-le-Vieux. Un évènement traditionnel qui ne s’est pas laissé impressionner par le Covid-19.

Les ruelles de Balaruc se sont animées avec des tambours et des danses anciennes samedi dernier. La quatorzième édition des Médiévales a eu lieu et ce n’était pas  une édition comme les autres.

Une fête sous le signe de mesures sanitaires

Après l’année 2020 qui a été catastrophique pour tout le monde, les médiévales de Balaruc-le-Vieux n’ont pas été épargnées, pas d’édition 2020, mais cette année l’évènement etait de retour. Il n’a duré qu’une journée au lieu des deux habituelles, mais on pouvait circuler plus facilement dans les rues du village ou sur la promenade des remparts, du fait d’un public moins nombreux « On avait tout configuré pour ne pas attirer trop de monde » explique un employé de la mairie.

Au programme, de « courtes animations comme des combats de chevaliers », une conférence de Fabrice Bertrand sur les marchés du bassin de Thau du 16e au 18e siècle, une trentaine d’artisans de l’époque vous y attendait, des bijoutiers, vendeurs de boissons médiévales, produits locaux … Mais il y avait aussi une grande roue médiévale, venue s’installer pour la première fois à Balaruc le vieux.

Peu de communication

L’objectif de cette année était de faire l’évènement mais en comité réduit, c’est pour cela que vous n’avez pas pu voir dans les autres villes et villages de grandes affiches comme chaque année, « on a seulement distribué des affiches dans les boîtes aux lettres du village » explique un employé de mairie. On espère donc que c’était la première et dernière fois que la municipalité doit avoir recours à ce genre d’organisation. Rendez-vous donc en 2022 pour (on l’espère) pour la prochaine édition !

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Balaruc-le-Vieux

Thau – Point Covid : Une hausse du taux d’incidence, mais pas d’hospitalisation Covid depuis 15 jours

Article

le

©Hôpitaux du bassin de Thau

Comme chaque semaine, notre rédaction vous propose un point Covid-19 sur la situation dans les Hôpitaux du Bassin de Thau.

Selon le dernier bilan publié ce vendredi 09 Juillet 2021, toujours une patiente aux hôpitaux du bassin de Thau car son transfert a été reporté à la semaine prochaine.

À l’aube d’une quatrième vague, les contaminations augmentent mais ne semblent pas, pour l’instant,entraîner de nouvelles hospitalisations.

Claudie Greslon, directrice des Hôpitaux du bassin de Thau nous le confirme «Nous n’avons qu’un seul patient Covid, présent depuis plusieurs mois et qui doit sortir très prochainement. Nous n’avons pas eu d’admissions depuis une dizaine de jours ».

Face à la probable quatrième vague, évoquée par les autorités depuis quelques semaines maintenant, Claudie Greslon se dit être prête : « le taux d’incidence et le taux de positivité qui était stable depuis juin, remontent dans notre département et sur le bassin de Thau. Notre hôpital est toujours prêt pour accueillir des patients, tous nos services sont ouverts 24h/24 et 7j/7. Après quelle sera l’ampleur de cette vague, on l’ignore ».

À retenir cette semaine :

  • Pas d’hospitalisation Covid depuis 15 jours
  • Poursuite de la vaccination des résidents et des personnels avec : Un taux de vaccination de 67,8% pour l’ensemble des personnels. Les personnels des EHPAD et USLD sont vaccinés à hauteur de 75% bien au dessus de la moyenne nationale des établissements médico-sociaux. La palme revient à l’EHPAD Laurent Antoine d’Agde avec un taux de couverture vaccinale des personnels de 96 %
  • La vaccination est proposée à tous les patients hospitalisés qui ne sont pas vaccinés et dont l’état de santé permet de procéder à cette vaccination pendant le séjour

Depuis le début de la 2ème vague :

Depuis le début de la 2ème vague, les chiffres sont inchangés par rapport à ceux de la semaine précédente (911 patients dont 111 en Réanimation et 170 décès). Pour la totalité des 3 vagues de l’épidémie depuis mars 2020, ce sont : 1039 patients qui ont été pris en charge dont 137 (13%) en réanimation et 700 en médecine.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Balaruc-le-Vieux

Balaruc-les-Bains : « Les herbiers sont arrachés à la tractopelle », alerte une citoyenne

Article

le

L’étang de Thau est un site protégé Natura 2000. Pourtant sa biodiversité et son écosystème semblent être menacés. À Balaruc-les-Bains, Catherine Fradier conseillère municipale EELV, craint que les herbiers ne soient détruits par le tractopelle devant servir au nettoyage des plages.

« Les herbiers c’est le poumon de l’étang, c’est une nurserie, les petits animaux s’y réfugient », nous confie Catherine Fradier. Les herbiers, ce sont ces herbes et plantes aquatiques, immergées ou à la surface de l’eau. Elles sont en effet une nurserie. Une nurserie en danger, puisque selon Catherine Fradier, la commune de Balaruc-les-Bains les arrache à la tractopelle. Une technique contraire à la charte européenne Natura 2000 qui protège l’étang de Thau.

Un étang protégé

Depuis 2006, l’étang de Thau est un site Natura 2000, un label de protection environnemental européen. « Ces sites sont désignés pour protéger un certain nombre d’habitats et d’espèces représentatifs de la biodiversité européenne », peut-on lire sur la page web Natura 2000.

« Ils ont signé une charte qui interdit de piétiner les herbiers. S’il y avait une plainte, ça remonterait au niveau européen. Le fait que ce site soit Natura 2000, ça leur confère quand même des avantages », nous explique Catherine Fradier. En effet, le fait que l’étang de Thau soit un site protégé Natura 2000 restreint la marge de manoeuvre des communes du bassin, afin de protéger la biodiversité. En février 2020, la commune de Balaruc-les-Bains avait adressé une demande à la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement) concernant un projet de remodelage des plages.

La direction régionale avait rappelé à la commune que, en rapport avec la charte Natura 2000, il fallait veiller à ce que « la limite d’intervention pour les travaux soit définie à mi-épi, avec une remontée des sables sur la partie émergée des plages et hors herbiers »

L’alerte d’une opposante

« Hors herbiers », ce n’est pas ce que constate Catherine Fradier. Elle nous dit avoir vu de ses yeux un tractopelle dans l’eau : « En été, ils ont un système pour nettoyer la plage qui s’appelle « faire la vague », ce sont des anciens du service technique qui me l’ont confirmé. C’est un tractopelle qui va dans l’eau et qui fait des sortes de rodéos, ça fait des remous, des vagues qui quand elles se retirent amènent avec elles les algues du bord de l’eau ».

La mairie de Balaruc-les-Bains confirme, elle, respecter ses obligations avec : « une pratique d’entretien des plages validée par les autorités de tutelle : DREAL police de l’Eau, SMBT, DDTM Biodiversité, DDTM Domaine Public Maritime ».

Pourtant, Catherine Fradier l’affirme : « Ils ont découpé les herbiers comme des parts de gâteau », avant de poursuivre : « Le système le plus vertueux, c’est une équipe de personnes munies de râteaux qui enlèvent les herbiers avec respect. En plus, nous on est pas à Frontignan ou autre, on a de toutes petites plages ! »

La mairie déclare pour sa part que le nettoyage des plages, qui est réalisé trois fois par semaine par le service entretien, se fait dans le respect des enjeux environnementaux. Elle ajoute qu’il y a un : « ramassage mécanique préventif des algues s’accumulant à faible profondeur et pouvant dégager des odeurs nauséabondes en se décomposant ».

Un étang déjà fragile

L’étang de Thau, s’il comprend une : « grande diversité de milieux qui participent à l’intérêt majeur du site d’un point de vue écologique, faunistique et floristique » selon l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN), est extrêmement fragile. Selon ce même rapport : « les activités agricoles et industrielles ainsi que le développement de l’urbanisation autour de l’étang constituent les principaux facteurs de déséquilibre de l’étang ».

Ce ne sont pas les seuls « facteurs de déséquilibre ». En effet, selon la conseillère EELV de Balaruc-les-Bains : « Depuis le 28 novembre, on est en situation d’inversac, ça fait 7 mois que ça dure et ça a des conséquences sur le milieu marin ». L’inversac est défini ainsi par la préfecture de l’Hérault : « Un phénomène naturel d’inversion des courants, appelé inversac, est en cours sur la lagune de Thau. Il s’agit de l’inversion des courants entre les eaux douces et les eaux saumâtres de l’étang qui pénètrent dans l’aquifère souterrain ». Dans ce communiqué du 10 décembre 2020, le préfet note que les premières conséquences de cette inversac sont : « la résurgence d’eau souterraines sur la commune de Balaruc et un phénomène de siphon dont les remous sont visibles à la surface de l’étang ».

Heureusement, l’étang de Thau, bien que fragile, est protégé à la fois par l’Europe, mais aussi par des collectifs de citoyens soucieux de sa préservation.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus