Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Thau / Politique : Christophe Euzet « je serai candidat à ma propre succession »

Article

le

Ukraine : Christophe Euzet « La situation en Ukraine est extrêmement compliquée, inquiétante et délicate »
©LeSingulier

À l’approche des élections présidentielles et législatives, Christophe Euzet, le député de la 7ème circonscription de l’Hérault, a accordé une interview au Singulier. L’occasion de faire le bilan de son action politique sur le bassin de Thau et d’officialiser sa candidature aux prochaines élections législatives 2022.

Comment abordez-vous les grands enjeux de l’année 2022 ?

« La priorité absolue c’est l’élection du chef de l’État. Avec toute mon équipe et tout le réseau de citoyens, associatifs, les gens avec qui on travaille, sur Sète, Agde, Pézenas et les villages des alentours, on œuvre à la réélection du Président de la République. Bien évidemment si sa réélection devrait être une réalité, se posera rapidement la question des législatives et pour ne rien vous cacher je serai candidat à ma propre succession. »

On reproche souvent à la majorité présidentielle son manque d’ancrage local. Avez-vous solutionné ce problème avant les prochaines échéances électorales ?

« Il ne faut pas perdre de vu qu’on est arrivé dans une classe politique qu’on a dessoudée en 2017 et que la classe politique traditionnelle du pays à mal vécu cette arrivée. Et donc son angle d’attaque a été de dire, « qu’on était coupé du territoire et qu’on n’avait pas d’ancrage local ». L’ancrage on ne risquait pas de l’avoir, vu que nous venions d’arriver. Cinq ans après je peux vous dire que quand les élus locaux ont besoin de nous ils savent nous trouver. Les citoyens et les réseaux associatifs également. C’est-à-dire que les gens qui veulent travailler avec nous travaillent avec nous. Nous avons tenu notre engagement de travailler avec tout le monde y compris les élus et quel que soit leur engagement politique pour essayer de faire avancer le pays. »

Comment, sur le plan politique, appréhendez-vous cette année 2022 qui se trouve une nouvelle fois plongée dans une crise sanitaire ?

« L’individu que je suis, le citoyen lambda est aussi fatigué par tout ça. Mon espoir est qu’on arrive à passer à autre chose et s’orienter vers l’avenir. Je veux rester optimiste. Quoi qu’on en dise on se trouve dans un pays qui s’en tire plutôt bien. Et je pense, quand je fréquente des commerçants sur le territoire, que les gens ne semblent pas mécontents. On nous annonçait un cataclysme, un désastre, la catastrophe, elle n’a pas eu lieu. Le chômage, les fermetures rien de tout ça n’a eu lieu. J’ai le sentiment qu’on a été bien accompagnés, que ça a été bien géré et qu’on peut avoir espoir de sortir de là dans des conditions que je veux optimiste. Emmanuel Macron est le mieux préparé pour garantir cet avenir que j’espère meilleur. »

Pourquoi Emmanuel Macron est-il le mieux armé pour garantir cet avenir ?

« Car il a fait ses preuves en matière de capacité de travail, de capacité de mobilisation de sa majorité. On disait que nous n’étions pas expérimentés et que ça allait se défaire. Au contraire nous nous sommes renforcés. Il y a une majorité qui a fait son travail. Ensuite, il a une capacité à se projeter vers l’avenir. Je vois beaucoup de candidat qui regardent dans le rétroviseur mais je n’en vois pas beaucoup qui regardent vers l’avenir. Or le président regarde vers l’avenir et c’est ce qui m’intéresse. C’est la raison pour laquelle je vais « mouiller le maillot » pour contribuer à sa réélection. »

Êtes-vous personnellement satisfait de vos 5 ans passés sur la 7ème circonscription de l’Hérault ?

« Globalement je suis satisfait de mon action. Je fais partie d’une majorité présidentielle, on a mis en place un programme national qui aujourd’hui passe par un plan de relance qui est phénoménal, et dont on espère bien qu’il va relancer le pays. Au niveau local j’ai tenu tous mes engagements. Je m’étais par exemple engagé auprès de l’hôpital d’Agde pour obtenir un IRM. Nous l’avons eu ! Je rappelle que c’est la seule IRM qui échappe à Montpellier. Dans ma circonscription les principaux sujets ont été traités. Vous ne trouverez pas une seule personne qui nous a sollicité et à qui nous n’avons pas répondu. »

Le Singulier reviendra prochainement dans un article sur le bilan complet de Christhophe Euzet à la tête de la 7ème circonscription de l’Hérault.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Sète

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Article

le

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024
©Paris2024

La flamme olympique sera de passage à Sète en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Plusieurs élus des territoires de Montpellier, Millau et Sète ont signé ce mercredi 18 janvier la convention « Relais de la flamme » au siège du COJOP à Paris.

Le parcours français de la flamme olympique, qui doit lancer les JO 2024 à son arrivée à Paris, se dessine. Elle passera par Sète, Montpellier et Millau. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris vient de l’officialiser, pour le printemps 2024.

Cette signature, réalisée en présence Tony ESTANGUET, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJOP) et Kévin MAYER, deux fois vice-champion olympique et recordman du monde du décathlon, acte officiellement le passage de la flamme olympique à Sète, Montpellier et Millau au printemps 2024, avant de rejoindre Paris pour le lancement des festivités.

Si le parcours de la flamme Olympique n’est pas encore connu, on sait d’ores et déjà qu’il visitera toutes les régions de France à partir d’avril 2024

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Article

le

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent à nouveau être consommées après de nouvelles analyses. Les moules et palourdes restent encore interdites à la consommation.

Les mesures de restrictions qui s’imposaient notamment aux huîtres de l’étang de Thau depuis le 30 décembre 2022, en raison d’une contamination par des norovirus, sont désormais levées par décision du préfet de l’Hérault.

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent donc à nouveau être consommées.

Les restrictions de récolte, pêche, transport, commercialisation et consommation sont toutefois maintenues pour les moules de l’étang Thau en raison d’une contamination par une toxine produite par un phytoplancton toxique (Dinophysis).

Par mesure de précaution, ces interdictions sont étendues aux palourdes. Les escargots provenant de l’étang de Thau n’ont pas montré de contamination et peuvent donc être consommés sans restriction.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Des conchyliculteurs brûlent palettes et déchets ostréicoles devant Sète Agglopôle Méditerranée

Lire Plus

Bassin de Thau

Sylvain Carrière : « Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle »

Article

le

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, le député de l’Hérault Sylvain Carrière, s’est exprimé au nom du groupe parlementaire LFI-Nupes, depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Sylvain CARRIÈRE, député de la 8e circonscription de l’Hérault, continue d’apprendre et de s’imposer au sein du groupe parlementaire de la Nupes. Ce mercredi 11 janvier 2023, une nouvelle étape a été franchie dans son début de parcours en s’exprimant depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, Sylvain CARRIÈRE, a détaillé depuis la tribune cette tribune, les motivations de la LFI-Nupes contre ce projet de loi.

« Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle car elle vont à l’encontre de l’écologie populaire et excluent les plus précaires », explique le député de la 8e circonscription de l’Hérault. «Nous sommes pour allier l’amélioration de la qualité l’air et la préservation du droit à la mobilité. Nous défendons l’idée d’un pays à très faible émission qui s’inscrit dans la grande planification écologique », a-t-il ajouté.

Pour rappel, les zones à faibles émissions (ZFE) visent à interdire les véhicules les plus polluants, diesel en tête. D’ici 2025, toutes les agglomérations de plus de 150.000 habitants devront en disposer, dans le cadre de la loi Climat et résilience.

Vous pouvez voir en vidéo l’intégralité de son intervention depuis la tribune de l’assemblée nationale.

Lire Plus

Les + Lus