Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Tesla entre dans un club select de Wall Street, une opportunité pour les petits porteurs

Article

le

tesla-entre-dans-un-club-select-de-wall-street,-une-opportunite-pour-les-petits-porteurs

Tesla fera lundi son entrée au sein du prestigieux indice S&P 500, ce qui va consacrer son ascension boursière, lui donner accès aux portefeuilles financiers les plus garnis et augmenter l’exposition des petits porteurs au constructeur de véhicules électriques haut de gamme.

Le groupe dirigé par le fantasque milliardaire Elon Musk sera en effet intégré, avant l’ouverture de Wall Street, au sein de cet indice regroupant les 500 plus grandes sociétés cotées aux Etats-Unis, ce qui contraint de nombreux fonds de placement à des rééquilibrages pour tenir compte de cette nouvelle donne.

Avec une valeur en Bourse de 606 milliards de dollars à la clôture de la place new-yorkaise jeudi, le constructeur est l’entreprise la plus chère à jamais intégrer le S&P 500.

Tesla, dont l’action s’est envolée de plus de 680% depuis le début de l’année, est la 9e capitalisation boursière au monde et se rapproche peu à peu de Facebook.

La compagnie pèse davantage que General Motors, Ford, Fiat-Chrysler, Toyota, Honda et Volkswagen cumulés.

Ajustements

En rejoignant le S&P 500, l’action Tesla va systématiquement figurer dans des fonds indiciels cotés (exchange-traded funds ou ETF), qui suivent de manière passive les fluctuations de l’indice.

Cela signifie que ces organismes vont accorder au groupe automobile une place équivalente à son poids au sein du S&P, actuellement proche de 1%, et, par conséquent, se délester d’autres valeurs.

Les petits porteurs, particulièrement friands des ETF, vont dès lors voir leur exposition à l’action Tesla augmenter, celle-ci étant déjà très recherchée par les boursicoteurs.

Des fonds gérés de manière plus active par des gestionnaires de portefeuille, dont l’objectif est d’être au moins aussi performant que les grands indices boursiers, devraient aussi faire la part belle à Tesla.

Ces rééquilibrages s’avèrent d’autant plus complexes que l’entreprise que Tesla va remplacer, Apartment Investment, pèse seulement 0,02% de la valeur totale du S&P 500: la part de toutes les autres entreprises représentées dans les fonds va donc diminuer une fois Tesla ajoutée.

Au total, la société S&P Dow Jones Indices, qui gère l’indice S&P 500, s’attend à des mouvements de capitaux d’environ 80 milliards de dollars pour préparer l’arrivée du groupe de Palo Alto (Californie), un record.

Les montants anticipés sont tellement gargantuesques que S&P Dow Jones Indices avait lancé fin novembre une consultation auprès des acteurs du marché pour savoir s’il valait mieux intégrer Tesla en une seule fois ou en deux temps. La première option a été retenue.

« Messianique »

Si elle représente une consécration boursière, l’entrée de Tesla au S&P 500 ne va pas nécessairement se traduire par une envolée immédiate de l’action, estiment plusieurs analystes.

« Le marché se prépare probablement à l’inclusion au sein du S&P 500 et cela a sans doute énormément porté le titre ces dernières semaines et ces derniers mois », écrit Pierre Ferragu de New Street Research dans une note récente. « Après l’inclusion, les investisseurs n’auront plus besoin d’acheter autant. »

Si M. Ferragu reste confiant dans la progression de l’action à long terme, estimant qu’elle pourrait atteindre les 1.200 dollars en 2025 (contre 655,90 dollars actuellement), il est plus prudent sur le court terme.

Ryan Brinkman de JP Morgan se montre bien plus sévère, jugeant l’action surcotée et réitérant des avertissements de longue date sur une bulle spéculative entourant le groupe d’Elon Musk.

« Nous recommandons aux investisseurs de ne pas pondérer les actions Tesla de leur portefeuille proportionnellement à son poids dans le S&P car, de notre point de vue et en vertu de toutes les mesures traditionnelles, les actions Tesla sont non seulement surévaluées, mais le sont de manière dramatique », assène M. Brinkman.

Le ton n’est pas aussi alarmiste du côté de Jefferies: « Nous ne pensons pas que Tesla puisse dominer le secteur automobile étant donné la structure et la politique de cette industrie », estime Philippe Houchois.

« Mais les multiples défis posés par Tesla au modèle d’entreprise automobile (véhicules électriques, batteries, logiciel, autonomie, conception et fabrication et vente directe) lui assurent un avantage compétitif via une marque +messianique+ dont la portée va bien au-delà du secteur automobile », ajoute-t-il.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

L’OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025

Article

le

L'OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025

La France devrait connaître une croissance de 0,7 % cette année, mais pourrait être à la traîne par rapport à la zone euro avec une croissance de 1,3 % en 2025.

L’OCDE a publié ses dernières perspectives économiques, offrant un aperçu encourageant mais nuancé de la croissance mondiale pour les années 2024 et 2025. Selon le rapport, la France devrait enregistrer une croissance de 0,7 % en 2024, mais pourrait être à la traîne par rapport à la zone euro avec une croissance de 1,3 % en 2025.

L’organisation a noté que malgré des signes d’amélioration des perspectives mondiales, la croissance reste modeste. L’impact du resserrement de la politique monétaire continue de se faire sentir, notamment sur les marchés du logement et du crédit, bien que l’activité économique mondiale reste relativement résiliente. De plus, l’inflation a diminué plus rapidement que prévu, et la confiance dans le secteur privé est en hausse.

Les déséquilibres entre l’offre et la demande sur les marchés du travail s’atténuent progressivement, avec des niveaux de chômage historiquement bas ou proches de ces niveaux dans de nombreux pays. Cependant, les évolutions économiques varient d’un pays à l’autre, avec une forte croissance aux États-Unis et dans de nombreuses économies émergentes, tandis que plusieurs économies avancées, en particulier en Europe, affichent des résultats moins bons.

Dans la zone euro, la croissance devrait être modeste, avec une projection de 0,7 % en 2024 et de 1,5 % en 2025. La France, l’Italie et l’Allemagne connaissent des perspectives de croissance similaires, bien que l’Allemagne puisse voir une légère amélioration l’année prochaine.

En dehors de l’Europe, l’Inde et l’Indonésie connaissent une croissance régulière, tandis que la Chine fait face à des défis persistants liés à une économie incertaine et à une demande en baisse.

Le rapport souligne également l’importance des mesures politiques pour garantir la stabilité macroéconomique et stimuler la croissance à moyen terme. La politique monétaire doit rester prudente, la politique budgétaire doit faire face aux pressions croissantes sur la soutenabilité de la dette, et des réformes politiques sont nécessaires pour stimuler l’innovation, les investissements et les opportunités sur le marché du travail.

L’OCDE prévoit une croissance mondiale stable pour les années à venir, bien que la croissance devrait rester inférieure à sa moyenne à long terme. Des politiques économiques appropriées sont nécessaires pour soutenir cette croissance et relever les défis économiques persistants à l’échelle mondiale.

Lire Plus

Économie

France : le gouvernement échappe à la sanction de Fitch et Moody’s

Article

le

France : le gouvernement échappe à la sanction de Fitch et Moody's

Malgré les inquiétudes concernant les finances publiques, Fitch et Moody’s laissent inchangées les notes de crédit de la France, reflétant une perspective stable mais soulignant la nécessité de réformes budgétaires.

Les agences de notation Fitch et Moody’s ont maintenu les notes de crédit de la France, malgré les préoccupations croissantes concernant ses finances publiques. Fitch a confirmé la note « AA- » avec une perspective stable, tandis que Moody’s n’a pas modifié sa note de « Aa2 » avec une perspective également stable.

Cette décision survient après que le déficit public de la France ait dépassé les prévisions en 2023, atteignant 5,5% du PIB, et que la dette publique représente 110,6% du PIB, plaçant la France derrière la Grèce et l’Italie en termes de ratio dette/PIB.

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a réagi en soulignant l’importance de redoubler d’efforts pour rétablir les finances publiques, conformément à l’objectif de ramener le déficit sous les 3% du PIB d’ici 2027. Cependant, ni Fitch ni Moody’s ne semblent convaincus par cet objectif, exprimant des doutes quant à sa réalisation.

Moody’s a déclaré que la perspective pourrait s’améliorer si des mesures significatives étaient prises pour réduire la dette, mais elle a également averti que la perspective et la note pourraient se détériorer si la situation de la dette s’aggravait. Fitch a souligné que la notation de la France est soutenue par une économie diversifiée et des institutions fortes, mais affaiblie par le niveau élevé de la dette publique.

Le maintien des notes par les agences est perçu comme un signal positif par certains, validant la politique de réduction du déficit du gouvernement. Cependant, d’autres estiment que cela ne change rien à la nécessité de poursuivre les réformes budgétaires.

La France attend maintenant la décision de l’agence S&P, prévue pour le 31 mai, ce qui sera un autre test crucial de la confiance des marchés dans l’économie française.

Lire Plus

Économie

Prix de l’électricité : la France 4e pays le plus cher du monde, selon une étude

Article

le

Prix de l’électricité : la France 4e grand pays le plus cher, selon une étude

Une analyse internationale place la France au quatrième rang des pays où le coût de l’électricité pèse lourd sur les ménages, en grande partie à cause des taxes.

Une récente étude menée dans 147 pays révèle que la France se classe au quatrième rang des pays où l’électricité est la plus chère. Avec un coût moyen de 28,3 centimes le kilowattheure pour les ménages français au premier trimestre 2024, la France se situe derrière l’Italie, les Bermudes et le Japon en termes de tarification de l’électricité.

Les données recueillies par Verivox, en collaboration avec GlobalPetrolPrices, indiquent que les ménages français dépensent près de deux fois plus que ceux des pays comparables tels que le Canada ou les États-Unis pour leur facture d’électricité. Cette situation s’explique principalement par le poids des taxes, qui représentent une part significative du coût total de l’électricité en France et en Allemagne.

Comparativement, des pays comme les États-Unis et le Japon affichent des tarifs inférieurs à 20 centimes le kilowattheure, tandis que la facture en Italie atteint les 41 centimes. À l’autre extrémité du spectre, la Chine, leader mondial de la production d’électricité, propose des tarifs aussi bas que 7 centimes.

L’étude révèle également que, en tenant compte du pouvoir d’achat national, la France se classe au 35e rang des pays où l’électricité est la plus chère. Toutefois, cette situation soulève des préoccupations quant à l’impact financier sur les ménages français, où le poids de l’électricité dans le budget familial reste considérable.

Lire Plus

Les + Lus