Nous rejoindre sur les réseaux

Faits Divers

Tabassage de Yuriy: 9 jeunes mis en examen dont 5 pour « tentative d’assassinat »

Article

le

tabassage-de-yuriy:-9-jeunes-mis-en-examen-dont-5-pour-« tentative-d’assassinat »

Neuf jeunes ont été mis en examen dans la soirée de samedi par un juge d’instruction dans l’enquête sur l’agression mi-janvier du jeune Yuriy dont cinq pour « tentative d’assassinat » et cinq ont été placés dans la nuit en détention provisoire.

Dans cette affaire qui a suscité l’émoi dans la classe politique mais aussi de la part de célébrités, « les neuf personnes présentées au juge d’instruction samedi ont été mises en examen pour les infractions visées par le parquet à leur égard lors de l’ouverture de l’information judiciaire », a indiqué une source judiciaire dimanche.

Cinq sont mis en cause pour « tentative d’assassinat » et un sixième pour « complicité » de ce crime.

Quatre mineurs et un majeur ont été placés en détention provisoire, tandis que les quatre autres ont été placés sous contrôle judiciaire, selon la source judiciaire.

Le parquet de Paris a ouvert samedi une information judiciaire des chefs de tentative d’assassinat et complicité de tentative d’assassinat, participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime et vol avec violence ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à huit jours.

Jeudi et vendredi, onze mineurs, âgés de 15 à 17 ans, et un majeur, âgé de 18 ans, majoritairement domiciliés à Vanves (92), avaient été placés en garde à vue dans cette enquête, dont quatre qui s’étaient « spontanément présentés aux services de police » selon le procureur de Paris Rémy Heitz.

Deux ont été relâchés vendredi sans poursuite à ce stade.

Un avocat de l’un des mis en cause, a indiqué samedi que « le degré de l’implication des neuf est très divers ».

De son côté, Me Francis Szpiner, l’avocat de la mère de Yuriy, Nataliya Kruchenyk, a indiqué que « dès lundi », il se constituerait « partie civile pour Yuriy et sa mère ». « Elle remercie la police de la rapidité avec laquelle les auteurs présumés ont été identifiés et interpellés ainsi que le parquet pour avoir retenu la qualification de tentative d’assassinat », écrit-il dimanche sur Twitter.

Le soir du 15 janvier, Yuriy, collégien âgé de 15 ans, est conduit à l’hôpital dans un état grave après avoir été roué de coups sur la dalle de Beaugrenelle, le toit aménagé d’un centre commercial du XVe arrondissement, un quartier aisé de la capitale, où il se trouvait avec des amis.

Le 22 janvier, une vingtaine de secondes d’images de son agression ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

On y voit une dizaine de jeunes en blouson à capuche s’acharnant à coups de pied et de battes, ou de bâtons, avant de l’abandonner.

Selon une source proche du dossier, Yuriy avait « un tournevis dans sa poche » lors de son agression.

Six morts en 2017 et 2018

Selon le procureur de Paris Rémy Heitz, les neuf mis en examen « sont soupçonnés d’avoir constitué un groupe afin de préparer une action collective violente à l’égard d’un autre groupe de personnes en réaction à une précédente rixe », le 10 janvier, dans le XVe arrondissement, qui fait elle-même l’objet d’une enquête distincte, et « d’avoir dans ce cadre commis des violences sur Yuriy et de lui avoir volé son téléphone portable ».

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait dénoncé « une attaque d’une sauvagerie inouïe », tandis que plusieurs célébrités, dont le footballeur Antoine Griezmann et l’acteur Omar Sy, s’étaient émues du sort de Yuriy et lui ont apporté leur soutien.

L’Élysée avait annoncé dimanche 24 janvier avoir eu « un échange » avec la mère de Yuriy.

Le passage à tabac de Yuriy a braqué les projecteurs sur les phénomènes des bandes dans la capitale, dont la rivalité peut dégénérer en affrontements pour des motifs parfois futiles.

Ces rivalités entre bandes ont coûté la vie à six jeunes en 2017 et 2018 à Paris selon les autorités qui ont recensé 83 affrontements en 2020 dans la capitale (contre 159 en 2016).

Vendredi, la mairie de Paris, la préfecture de police, le rectorat et le parquet de Paris ont annoncé un prochain renforcement de la stratégie anti-rixes, via une coopération avec les communes limitrophes et une augmentation du nombre de médiateurs.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faits Divers

Zoo de Thoiry : une femme attaquée par des loups évacuée en urgence absolue

Article

le

Zoo de Thoiry : une femme attaquée par des loups évacuée en urgence absolue

Une cliente du parc zoologique de Thoiry a été grièvement blessée par une meute de loups alors qu’elle faisait un jogging dans une zone interdite aux piétons. Une enquête est ouverte.

Le drame s’est produit dimanche 23 juin dans la matinée. En week-end au parc zoologique de Thoiry, dans les Yvelines, qui offre une expérience immersive au milieu des animaux, une femme de 36 ans est partie faire son jogging dans une zone non autorisée, pour une raison encore indéterminée. Logée dans une « loudge », un logement situé au milieu du territoire des loups, elle a croisé le chemin de la meute qui l’a attaquée, la blessant gravement.

La zone où la femme s’est fait attaquer est normalement strictement réservée aux visiteurs en voiture, car trop dangereuse pour les piétons. Selon les informations, confirmées par la procureure de Versailles, elle a subi de graves blessures et a été transportée à l’hôpital en état d’urgence absolue. Elle a été sauvée par des soigneurs du parc.

La meute de loups vivant dans le parc est composée de six loups, dont une femelle et un mâle dominant. Une enquête a été ouverte et confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Mantes. « Nous n’avons pu entendre pour l’instant que les premiers intervenants », a confié la procureure. Il est donc impossible de déterminer pour le moment s’il s’agit d’une erreur de la part de la femme ou d’un manquement du parc dans le balisage des zones autorisées aux piétons.

Lire Plus

Faits Divers

Affaire Jubillar : la cour d’appel de Toulouse statuera le 26 septembre sur le renvoi aux assises

Article

le

Affaire Jubillar : la cour d'appel de Toulouse statuera le 26 septembre sur le renvoi aux assises

La cour d’appel de Toulouse examinera en septembre le renvoi de Cédric Jubillar aux assises, accusé d’avoir tué son épouse Delphine en décembre 2020. Le parquet général insiste sur la gravité des éléments à charge malgré l’absence de corps, d’aveux et de témoins.

La cour d’appel de Toulouse a fixé au 26 septembre la décision concernant le renvoi aux assises de Cédric Jubillar, accusé du meurtre de son épouse Delphine en décembre 2020. Lors d’une audience à huis clos tenue jeudi, la chambre de l’instruction a examiné les résultats d’un supplément d’information ordonné en février ainsi que l’appel des avocats de Cédric Jubillar contre l’ordonnance de mise en accusation prise en novembre dernier.

Les nouvelles investigations n’ont pas altéré la ligne de l’accusation dans cette affaire sans corps, ni aveux, ni témoins, selon Philippe Pressecq, avocat d’une partie civile. Le parquet général a réitéré les éléments graves et concordants justifiant un renvoi devant la cour d’assises. « Tout cela mérite un débat public devant une cour d’assises pour qu’enfin une juridiction prenne une décision sur la culpabilité de Cédric Jubillar, » a-t-il ajouté.

Pour les enfants du couple Jubillar, représentés par Me Malika Chmani, l’avancée de la procédure est cruciale. « Il faut avancer, » a déclaré l’avocate, rappelant que cela fait trois ans et demi que les enfants ont perdu leur mère. Actuellement, ils sont pris en charge par leur tante maternelle et son conjoint. Un procès pourrait se tenir au premier semestre 2025, selon une source judiciaire.

Du côté de la défense, Me Jean-Baptiste Alary a dénoncé une instruction biaisée contre son client, qualifiant l’ordonnance de mise en accusation d’ « horreur judiciaire. » Les avocats ont également demandé une présentation plus claire des fadettes du téléphone de Delphine Jubillar, perçue comme une « nouvelle manœuvre » par Me Pressecq.

En parallèle, les avocats de Cédric Jubillar ont annoncé une nouvelle demande de remise en liberté pour leur client, en détention depuis juin 2021. « On ne pourra pas nous opposer la nécessité de l’instruction puisque celle-ci est terminée, » a souligné Me Martin.

Delphine Jubillar, infirmière et mère de deux enfants, a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, en plein couvre-feu lié à la pandémie de Covid-19, après avoir annoncé son intention de divorcer. Cette disparition avait suscité un grand émoi en France, quelques semaines après la condamnation de Jonathann Daval pour le meurtre de son épouse, qu’il avait nié en endossant le rôle du mari éploré.

Lire Plus

Faits Divers

Courbevoie : deux adolescents mis en examen pour viol et violences antisémites sur une mineure

Article

le

Courbevoie : deux adolescents mis en examen pour viol et violences antisémites sur une mineure

Deux adolescents ont été mis en examen pour viol en réunion, menaces de mort, injures et violences antisémites sur une jeune fille de 12 ans à Courbevoie (Hauts-de-Seine).

Deux adolescents de 13 ans ont été mis en examen mardi soir pour viol en réunion, menaces de mort, injures et violences antisémites sur une jeune fille de 12 ans à Courbevoie (Hauts-de-Seine), près de Paris. Un troisième mineur, âgé de 12 ans, a été placé sous le statut de témoin assisté pour viol et mis en examen pour les autres infractions, selon le parquet de Nanterre.

Les faits ont été dénoncés par la victime samedi soir. La jeune fille a expliqué aux policiers avoir été abordée par trois adolescents alors qu’elle se trouvait dans un parc proche de son domicile avec un ami. Selon ses déclarations, elle a été entraînée dans un hangar où elle aurait été frappée, violée et insultée en raison de sa confession juive. Les agresseurs auraient également proféré des menaces de mort.

Interpellés lundi, les trois adolescents ont été placés en garde à vue et rétention en fonction de leur âge. Mardi après-midi, ils ont été présentés à un juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire ouverte pour viol et agression sexuelle en réunion sur mineure de 15 ans, tentative d’extorsion, atteinte à l’intimité de la vie privée et menace de mort. Deux des adolescents ont été placés sous mandat de dépôt par un juge des libertés et de la détention, tandis que le troisième a fait l’objet d’une mesure éducative judiciaire provisoire.

La jeune fille a été prise en charge par les sapeurs-pompiers et transportée à l’unité médico-judiciaire de Garches pour y recevoir les premiers soins. Le président du Consistoire central, Elie Korchia, a exprimé son « soutien à cette jeune victime », déplorant « un crime sexuel sordide et ignoble ». Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, s’est dit « horrifié » par cet acte antisémite.

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a également exprimé son « immense émotion face au viol tragique de cette jeune fille », ajoutant qu’il suivra « avec vigilance tous les développements de cette affaire extrêmement inquiétante ».

Les actes antisémites ont flambé en France au premier trimestre 2024, selon des chiffres du gouvernement, qui a fait état de « 366 faits antisémites » recensés entre janvier et mars, en hausse de 300% par rapport aux trois premiers mois de l’année 2023.

Lire Plus

Les + Lus