Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Sports – L1: Nice et Marseille, torts et points partagés (1-1)

Article

le

l1:-nice-et-marseille,-torts-et-points-partages-(1-1)

Nice et Marseille avaient partagé les torts, ils ont partagé les points (1-1) en match à rejouer de la 3e journée de Ligue 1, mercredi à Troyes et sans public, ratant chacun l’opportunité de chiper la deuxième place, deux mois après les débordements de l’Allianz-Riviera.

Pour refermer le dossier des graves incidents du 22 août à Nice, avec pluie de projectiles, envahissement du terrain puis bagarre générale impliquant supporters niçois et joueurs marseillais, le huis clos du stade de l’Aube a enfin accouché d’un verdict sportif: des buts d’Amine Gouiri (6e) et Dimitri Payet (42e), pour un nul qui ne fait les affaires de personne.

Ni celles de Nice (3e, 20 pts), sanctionné d’un retrait d’un point après les heurts du mois d’août et pour qui, mathématiquement, le résultat de mercredi est une opération à somme nulle. Ni celles de Marseille (4e, 19 pts), qui n’a gagné qu’une seule fois sur ses huit derniers matches officiels et n’avance plus, trois jours après le bon nul (0-0) obtenu face au Paris SG.

Il semble que le haut de classement de L1 se joue davantage devant la commission de discipline de la Ligue (LFP) que sur le terrain, ces temps-ci: l’instance, qui avait sanctionné à la fois l’OGCN et certains membres de la délégation marseillaise, doit encore se pencher le 17 novembre sur de nouveaux incidents survenus face au PSG. Et voilà l’OM lui aussi sous la menace d’écoper d’un point de retrait, pour l’heure infligé avec sursis…

En attendant, sur l’impeccable pelouse du stade de l’Aube, il y a eu un match et chaque club a eu sa période de domination, alors que Christophe Galtier et Jorge Sampaoli, contraints par l’absence de leurs joueurs non-qualifiés (Lirola, Delort…) ou indisponibles (Dolberg), avaient beaucoup fait tourner.

Sur la première demi-heure, l’addition aurait pu être lourde, très lourde, pour des Marseillais étouffés par le pressing tout-terrain des Aiglons, portés par l’intenable Evann Guessand, déjà buteur décisif dimanche lors de la renversante victoire contre Lyon (3-2).

Pau Lopez crucial

Sur une erreur de relance d’Alvaro Gonzalez, Guessand a accéléré et décalé Amine Gouiri, dont la frappe est entrée avec l’aide du poteau (6e), soit le 6e but en L1 cette saison de l’international Espoirs.

C’était mérité pour Nice, mais l’équipe de Galtier aurait dû accentuer sa mainmise face à un OM déboussolé. Elle n’y est pas parvenue, à l’image des tentatives manquées d’Atal (11e), Rosario (11e) ou de l’immense raté de Hassane Kamara seul face au but vide (36e).

Il y a eu aussi des parades cruciales du gardien Pau Lopez, avec un face-à-face gagné contre Gouiri parti seul au but (35e), un arrêt réflexe sur corner (50e) ou une sortie brûlante hors de sa surface (80e).

L’Espagnol confirme, match après match, qu’il mérite sa place de titulaire conquise aux dépens de l’icône Steve Mandanda: c’est lui qui a maintenu Marseille dans le match. Lui, mais aussi la connexion retrouvée du duo Milik-Payet, reconstitué avec le retour de blessure du Polonais.

Sevrés de ballons pendant de longues minutes, au point de voir Payet frapper du poing la pelouse en signe d’impuissance, les deux maestros n’ont eu besoin que d’une seule action pour ramener l’OM à hauteur: centre de Gerson que Milik, inspiré, laisse filer, et Payet qui conclut avec sang-froid (42e) pour inscrire son 6e but dans cette Ligue 1.

Cher payé pour Nice, bien payé pour Marseille, qui s’est toutefois montré plus entreprenant en seconde période.

Mais là, les inspirations de Payet (55e, 76e, 88e) étaient moins précises et les tentatives de Milik manquées de peu (64e, 72e).

Au moins, cette fois, le match est-il allé à son terme, même si les trois points de Troyes ont échappé aux deux équipes.

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus