Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Sports – C1: le Paris SG et la MNM restent sur leur faim à Bruges

Article

le

c1:-le-paris-sg-et-la-mnm-restent-sur-leur-faim-a-bruges

Pour la première de son trio magique, le Paris Saint-Germain s’est fait secouer par le Club Bruges et n’a ramené qu’un nul (1-1) de Belgique, sans but de Messi, ni Neymar, ni Mbappé, mercredi pour l’entrée en Ligue des champions.

Tout n’est pas si facile pour la suprême MNM. Contre un adversaire en feu et dans un stade en fusion, le PSG a beaucoup subi et n’a pas tenu longtemps l’avantage obtenu par l’homme en forme, Ander Herrera (15e), déjà double buteur contre Clermont (4-0), samedi.

Hans Vanaken (27e) a égalisé, et Bruges a dominé l’essentiel du match contre un des grands favoris de la C1, après son recrutement royal de cet été.

La MNM a déçu, pour sa première. Elle n’a d’ailleurs vécu que 50 minutes, quand son membre le plus en vue, Kylian Mbappé, est sorti, remplacé par Mauro Icardi (51e).

En fin de première période, le champion du monde s’est fait longuement soigner après avoir été touché à la cheville droite par Stanley Nsoki (39e).

Mbappé a tout de même eu le temps de donner la balle de but à Herrera, après avoir effacé Clinton Mata avec un de ses crochets ravageurs et centré pour la demi-volée du buteur en série espagnol.

Encore Herrera

Messi, le plus souvent à droite, a beaucoup cherché à combiner avec les autres membres de la MNM. Il a trouvé la barre transversale après un bon service de Neymar (29e), et les gants de Simon Mignolet sur une percée (70e).

Neymar a été le plus décevant du trio, cherchant trop souvent l’action individuelle.

Bref, le PSG a été bien contenu par un champion de Belgique qui a disputé un match superbe.

Bruges aurait pu ouvrir le score sur un contrôle manqué de Leandro Paredes, qui a lancé Charles De Ketelaere vers le but.

L’Argentin l’a fauché et récolté un carton jaune qui aurait pu virer au rouge (12e)… Le bouillant stade Jan-Breydel était en tout cas de cet avis.

Pourtant, en vieux briscards, les Parisiens ont frappé au cœur du premier moment fort du Club. Si le trio MNM n’a pas encore ses repères, le duo Mbappé-Herrera fonctionne bien. Le N.7 avait déjà amené un but de l’Espagnol contre Clermont et lui-même marqué un but aux Auvergnats.

Mais Bruges n’a pas baissé d’intensité et a obtenu une égalisation méritée, signée du trésor des Flandres, Hans Vanaken, sur un centre de l’Ukrainien Eduard Sobol.

Navas décisif

Le Club aurait pu prendre l’avantage sans deux beaux arrêts de Keylor Navas, sur un coup franc de Vanaken au ras de son poteau (33e), puis pour cueillir une frappe enroulée de Charles De Ketelaere (39e).

Le Costaricien prend l’avantage sur Gianluigi Donnarumma dans la lutte pour le poste de gardien chef. L’Italien n’a pour l’instant joué que le match contre Clermont, dans une rencontre tranquille pour un portier.

Au rayon des choix de Mauricio Pochettino, comme les choses n’allaient pas à la pause pour le PSG, l’entraîneur a procédé à deux changements, sortant les deux joueurs les plus effacés, Georginio Wijnaldum et Paredes, pour faire entrer Julian Draxler et Danilo Pereira (46e).

Mais la physionomie n’a pas beaucoup changé. Bruges s’est créé plus d’occasions, par Vanaken (49e) ou Noa Lang, qui a tenté un retourné (75e).

Le PSG a mieux fini le match, quand Messi a joué en N.10 derrière « Ney » et Icardi, mais sans être dangereux, à l’image de cette frappe dans les nuages de la « Pulga » (79e).

Le public de Bruges a fêté ce nul comme une victoire. Il faudra faire mieux contre Manchester City dans 15 jours au Parc des Princes. Les « Citizens » eux ont marqué six fois face à Leipzig (6-3)…

Sports

NFL – Super Bowl LVIII : Kansas City remporte son deuxième titre de suite

Article

le

NFL - Super Bowl LVIII : Kansas City remporte son deuxième titre de suite

Dans une finale haletante, les Kansas City Chiefs ont triomphé dans la nuit de dimanche à lundi contre les San Francisco 49ers après une prolongation, remportant ainsi leur deuxième titre consécutif au Super Bowl.

Dans une bataille acharnée où les enjeux étaient à leur paroxysme, les Kansas City Chiefs ont réussi à surmonter les obstacles pour s’adjuger une victoire historique au Super Bowl LVIII. Menés par leur quarterback vedette Patrick Mahomes, les Chiefs ont fait face à une opposition farouche des San Francisco 49ers tout au long de la rencontre.

Le match a été marqué par des moments de tension et de nervosité chez les Kansas City Chiefs, notamment au cours des deux premiers quarts-temps. Cependant, malgré les difficultés initiales et les erreurs commises, l’équipe a su rester concentrée et déterminée à renverser la situation. Grâce à des performances exceptionnelles de joueurs clés comme Travis Kelce, les Chiefs ont su rattraper leur retard et égaliser à plusieurs reprises.

La prolongation a été le théâtre d’un duel intense entre les deux équipes. Alors que les San Francisco 49ers semblaient avoir l’avantage après un field goal, les Kansas City Chiefs ont su saisir l’opportunité et conclure le match de manière magistrale. Sous la direction de Patrick Mahomes, l’équipe a réussi à marquer le touchdown décisif à trois secondes de la fin, assurant ainsi leur victoire et leur titre consécutif au Super Bowl.

Cette victoire consacre les Kansas City Chiefs comme une équipe dominante dans la NFL, avec trois titres remportés au cours des cinq dernières années. Leur détermination et leur capacité à surmonter les obstacles font désormais d’eux une véritable dynastie dans le monde du football américain.

Lire Plus

Sports

Ligue des Nations : la France dans un groupe relevé avec l’Italie, la Belgique et Israël

Article

le

Ligue des Nations : la France dans un groupe relevé avec l'Italie, la Belgique et Israël

Les Bleus affronteront des adversaires redoutables lors de l’édition 2024-2025 de la compétition européenne.

Le tirage au sort de la phase de groupes de la Ligue des Nations a été effectué jeudi 8 février, plaçant l’équipe nationale française dans une poule relevée aux côtés de l’Italie, de la Belgique et d’Israël. Après une performance décevante lors de la campagne précédente, les Bleus se préparent à affronter des défis de taille dans l’édition 2024-2025 de cette compétition.

L’Italie en nouveau départ

L’Italie, actuelle tenante du titre de l’Euro, se trouve dans une phase de reconstruction après avoir manqué les deux dernières Coupes du monde. Malgré des résultats mitigés lors des éliminatoires de l’Euro, la Squadra Azzurra reste une équipe redoutable. Sous la direction de Luciano Spalletti, elle cherche à s’affirmer et à trouver un nouvel élan, notamment en attaque. Bien que la dernière confrontation officielle entre la France et l’Italie remonte à 2008, les rencontres amicales récentes ont toutes penché en faveur des Bleus.

La Belgique, un adversaire solide

Les Belges, toujours en quête de revanche depuis leurs échecs en Coupe du monde et en Ligue des Nations, restent un adversaire redoutable. Sous la direction de leur nouvel entraîneur Domenico Tedesco, les Diables Rouges ont réalisé une performance solide lors des éliminatoires de l’Euro, se plaçant en tête de leur groupe. Avec des joueurs de talent tels que Kevin De Bruyne et Romelu Lukaku, la Belgique s’annonce comme l’un des défis les plus coriaces pour les Français.

Israël, un adversaire méconnu

Israël, bien que moins connu en tant qu’adversaire, ne doit pas être sous-estimé. Promu en Ligue A après une performance solide en Ligue B, Israël a montré sa capacité à rivaliser avec des équipes plus importantes. Malgré une dernière confrontation officielle remontant à 2005, les Israéliens sont déterminés à prouver leur valeur sur la scène internationale.

En résumé, les Bleus devront se préparer à des rencontres difficiles contre des adversaires redoutables lors de la prochaine édition de la Ligue des Nations.

Lire Plus

Sports

Paris 2024 : enquête ouverte autour de la rémunération de Tony Estanguet

Article

le

JO 2024 : enquête ouverte autour de la rémunération de Tony Estanguet

La justice a ouvert une enquête sur les conditions de rémunération de Tony Estanguet, en tant que président du comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop).

À quelques mois de la cérémonie d’ouverture des JO 2024, une nouvelle enquête vient entacher les préparatifs. Le parquet national financier a initié une enquête concernant les conditions de rémunération de Tony Estanguet, président du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (Cojop) de Paris. Cette investigation a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance économique de la police judiciaire parisienne.

Selon les informations communiquées par le Cojop en 2018, Estanguet aurait perçu une rémunération annuelle brute de 270.000 euros jusqu’en 2020. Cependant, le Cojop, étant une association de type loi 1901, est soumis à des plafonnements légaux concernant la rémunération de ses dirigeants.

Face à ces révélations, le Cojop a exprimé son étonnement, affirmant que la rémunération de son président était strictement encadrée et validée par son conseil d’administration en 2018, en l’absence d’Estanguet. La décision de rémunération avait été basée sur la proposition d’un comité des rémunérations composé d’experts indépendants. De plus, le comité affirme que le versement a été validé par le contrôleur général économique et financier et l’URSSAF, et que les montants ont fait l’objet d’un audit annuel.

Cette enquête s’ajoute à trois autres investigations financières visant les Jeux Olympiques de Paris. Une première procédure pénale concernant des soupçons de « prise illégale d’intérêt, favoritisme et détournement de fonds publics » a été lancée en 2017, suivie d’une autre en 2022. En octobre dernier, une perquisition a eu lieu au Cojop dans le cadre d’une enquête sur des « prises illégales d’intérêts, favoritisme et recel » liés à plusieurs marchés des JO 2024.

Au-delà de ces aspects judiciaires, l’organisation des Jeux soulève également des questions pratiques, notamment concernant le fonctionnement des transports et le manque de logements.

Lire Plus

Les + Lus