Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Sous-marins français: l’Australie dédommage Naval Group pour rupture de contrat

Article

le

sous-marins-francais:-l’australie-dedommage-naval-group-pour-rupture-de-contrat

L’Australie a dévoilé samedi un accord de compensation massive avec le fabricant français de sous-marins Naval Group, pour mettre fin à un conflit financier et diplomatique, la France espérant désormais l’ouverture d’une nouvelle page dans les relations entre Paris et Canberra.

Le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese a déclaré que l’entreprise française avait accepté un « règlement juste et équitable » de 555 millions d’euros, pour la rupture du gigantesque contrat de 56 milliards d’euros, qui avait occasionné une crise diplomatique entre Paris et Canberra à l’automne dernier.

La France, par la voix du ministre des Armées, « prend acte » de cet accord. « Cet accord est important parce qu’il va nous permettre d’ouvrir une nouvelle page dans notre relation bilatérale avec l’Australie et de regarder vers l’avant », a indiqué Sébastien Lecornu à des journalistes à Singapour, où se tient le forum sur la défense et la sécurité en Asie-Pacifique Shangri-La Dialogue.

Le ministre devait rencontrer samedi son homologue australien Richard Marles, issu du gouverment travailliste australien nouvellement élu, en marge du forum.

Un peu plus tôt, Naval Group avait salué un accord « équitable », reprenant le terme du chef du gouvernement australien. Le groupe, détenu en majorité par l’Etat, précise avoir « accompagné » ses partenaires et sous-traitants français et australiens dans leurs démarches.

Pour le syndicat CFDT, première organisation syndicale chez Naval Group, « c’est plutôt une bonne nouvelle que ça se termine assez vite, plutôt que de partir dans des contentieux qui pourraient durer des années », selon David Robin, délégué syndical central à Cherbourg (Manche). Depuis la rupture du contrat, « on a bien rebondi » et « on ne désespère pas non plus d’avoir un autre contrat export comme on l’a eu pour le Brésil, l’Inde, la Malaisie », a-t-il dit.

En septembre 2021, le Premier ministre australien d’alors Scott Morrison avait mis fin soudainement au contrat français en préparation depuis une dizaine d’années.

Le chef du gouvernement annonçait que son pays achèterait des sous-marins à propulsion nucléaire américains ou britanniques, un changement majeur pour un pays aux faibles capacités nucléaires.

M. Morrison s’était alors attiré les foudres du président français Emmanuel Macron. Les relations entre les deux pays sont restées glaciales jusqu’à l’élection en mai de M. Albanese, de centre gauche.

Celui-ci s’est empressé de rétablir les relations tendues avec la France, la Nouvelle-Zélande et les nations insulaires du Pacifique qui reprochaient au gouvernement conservateur précédent sa lenteur en matière de changement climatique.

M. Albanese a déclaré qu’il se rendrait bientôt en France pour « réinitialiser » la relation.

S’exprimant en marge du forum Shangri-La Dialogue, M. Lecornu a déclaré que la France appréciait son « amitié » avec l’Australie. « Ce n’est pas parce qu’un gouvernement dans l’histoire a manqué à sa parole que nous devons oublier notre relation stratégique », a souligné M. Lecornu.

Pièce maîtresse

Au total, l’échec du contrat des sous-marins français aura coûté 2,4 milliards de dollars aux contribuables australiens, a précisé leur Premier ministre.

Le contrat de sous-marins constitue la pièce maîtresse de la stratégie australienne de défense face à une Chine à l’influence grandissante dans la région sous la présidence de Xi Jinping.

Les sous-marins à propulsion nucléaire pourraient permettre à l’Australie d’opérer de façon plus furtive et plus dissuasive vis-à-vis de la Chine.

Mais une grande incertitude règne sur l’échéance à laquelle l’Australie pourra effectivement posséder ces appareils. Le premier sous-marin américain ou britannique ne sera vraisemblablement pas en service avant des décennies.

L’ancien ministre de la Défense et actuel leader de l’opposition, Peter Dutton, a déclaré cette semaine qu’il avait décidé de s’approvisionner auprès des États-Unis, une révélation inhabituelle compte tenu de la sensibilité des négociations en cours.

Le gouvernement actuel a insisté sur le fait qu’aucune décision n’avait encore été prise.

« Pas une alliance »

Dans le même temps, M. Albanese a pris des mesures pour la reprise du dialogue au niveau ministériel avec la Chine.

Le ministre australien de la Défense Richard Marles a déclaré samedi à Singapour que l’Australie souhaitait entretenir des relations « respectueuses » avec tous les pays de la région, ajoutant : « cela inclut la Chine ».

« L’Australie attache de l’importance à une relation productive avec la Chine. La Chine ne va pas partir, et nous avons tous besoin de vivre ensemble et, espérons-le, de prospérer ensemble », a-t-il déclaré.

Interrogé par un responsable militaire chinois pour savoir si l’accord dit AUKUS avec les États-Unis et la Grande-Bretagne pour la fourniture de technologie de sous-marins était une nouvelle alliance de défense, M. Marles a affirmé que l' »AUKUS n’est pas une mini-OTAN ».

« Ce n’est pas une alliance », a-t-il ajouté.

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Monde

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Article

le

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Ces attentats ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté ce dimanche 29 janvier Israéliens et Palestiniens à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence » après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est et la mort d’un Palestinien, tué par des gardes israéliens.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « le président de la République a rappelé la nécessité pour tous d’éviter des mesures susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

« Il a, une nouvelle fois, exprimé sa disponibilité à contribuer à la reprise du dialogue entre les Palestiniens et les Israéliens », a souligné la présidence française.

Un « attentat abject »

Le chef de l’État a présenté ses condoléances au peuple israélien pour « les victimes de l’attaque terroriste » dans laquelle sept personnes ont trouvé la mort vendredi près d’une synagogue à Jérusalem-est.

Il a une nouvelle fois condamné cet « attentat abject », « fait part de la solidarité pleine et entière de la France avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme » et répété « l’attachement indéfectible de la France à la sécurité » de ce pays.

Samedi, un Palestinien de 13 ans a également blessé par balles deux Israéliens à Silwan, à deux pas des remparts de la Vieille Ville.

Une attaque en réponse à un raid israélien meurtrier

Benjamin Netanyahu a promis une réponse « forte » et « solide » au « terrorisme » après les deux attaques. Dimanche, des gardes israéliens ont aussi tué un Palestinien en Cisjordanie.

Les attentats perpétrés à Jérusalem-Est ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier jeudi en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Lire Plus

Les + Lus