Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

Soirée pyjama chez les stars d’Hollywood pour des Emmy Awards sous le signe de la pandémie

Article

le

soiree-pyjama-chez-les-stars-d’hollywood-pour-des-emmy-awards-sous-le-signe-de-la-pandemie

Les stars des séries télé se préparaient dimanche à enfiler leur pyjama préféré en vue de la soirée des Emmy Awards, équivalent des Oscars pour le petit écran aux Etats-Unis, où les vainqueurs recevront cette année leur récompense à domicile, pandémie oblige.

La 72e édition des Emmy Awards doit relever le pari d’un show 100% virtuel, avec l’humoriste Jimmy Kimmel seul aux commandes dans une salle de Los Angeles déserte, sans tapis rouge ni tenues de soirée clinquantes.

Pour cette édition sans précédent, des caméras ont été dépêchées à domicile auprès des quelque 130 candidats en lice, qui ont été invités à rivaliser d’inventivité dans leurs discours.

« Depuis des années, les scores d’audience sont en berne pour les cérémonies de remise de prix. C’est l’occasion ou jamais de changer la donne, de faire une cérémonie qui ne ressemble à aucune autre », estime Libby Hill, spécialiste des prix télévisuels à la rédaction du site IndieWire.

« Même si dimanche soir s’avère être un désastre, au moins ce sera un désastre intéressant. Et c’est vraiment tout ce qu’on peut demander à 2020 », ajoute-t-elle.

La mini-série « Watchmen » part favorite avec 26 nominations dans sa catégorie, et son univers sombre et chaotique reflète à merveille l’ère du temps.

Axée autour du massacre de plusieurs centaines d’habitants noirs de la ville de Tulsa (Oklahoma) en 1921 par des émeutiers blancs, « Watchmen » plonge en effet au coeur des violences racistes et brutalités policières, des thèmes qui sont cruellement d’actualité aux Etats-Unis depuis la fin mai.

La revanche de Netflix ?

Avec l’arrêt de la série à succès « Game of Thrones », elle aussi produite par HBO, la compétition s’annonce enfin plus ouverte cette année dans la catégorie des séries dramatiques.

« C’est une chance pour HBO d’avoir +Succession+ qui déboule au bon moment », selon Pete Hammond, du site spécialisé Deadline.

Cette comédie noire mettant en scène les déchirements d’une puissante famille pour prendre le contrôle d’un empire médiatique avait remporté un Emmy Award pour sa première saison l’an dernier. Elle a été sélectionnée à 18 reprises cette fois-ci, à égalité avec la série « Ozark » produite par Netflix.

Le géant de la vidéo à la demande, qui a été sélectionné 160 fois cette année, attend toujours de décrocher un Emmy Award dans une catégorie majeure.

En embuscade, on trouvera dimanche « The Crown », consacrée à la famille royale britannique, et « The Mandalorian », première série tirée de l’univers de « Star Wars », qui a déjà valu à la nouvelle plateforme Disney+ cinq Emmy Awards dans des catégories techniques décernées plus tôt dans la semaine.

Dans la catégorie des comédies, la série produite par Amazon « La Fabuleuse Mme Maisel », mettant en scène une épouse juive bafouée qui se lance dans le stand-up à New York dans les années 1950, fait figure de favorite.

Elle pourrait toutefois trouver sur son chemin l’inattendue « Schitt’s Creek ». Comédie canadienne sur une famille de privilégiés déchus, la série est passée quasiment inaperçue pour ses quatre premières saisons avant de devenir un succès en étant diffusée sur Netflix.

Parmi la centaine de nominations pour les acteurs et actrices, les artistes noirs représentent plus d’un tiers du contingent en 2020, un nouveau record.

La lutte contre le racisme devrait figurer en bonne place dimanche dans la cérémonie des Emmys, et on peut compter sur les stars d’Hollywood, souvent très militantes, pour ne pas épargner le président Donald Trump, en pleine campagne pour sa réélection. Elles devraient aussi rendre hommage à la défunte juge de la Cour suprême, Ruth Bader Ginsburg, icône de la gauche américaine décédée vendredi à l’âge de 87 ans.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Culture : le secteur de l’édition demande d’interdire la pub télé pour les livres

Article

le

Culture : le secteur de l'édition demande d'interdire la pub télé pour les livres

Le Syndicat national de l’édition demande l’abrogation d’un décret autorisant la publicité télévisée pour les livres, craignant un impact négatif sur la création littéraire.

Le Syndicat national de l’édition (SNE) a lancé un appel au gouvernement mercredi pour interdire la publicité télévisée pour les livres, arguant qu’une telle mesure pourrait entraîner « un appauvrissement de la création littéraire ».

Cette prise de position fait suite à un décret du 5 avril qui autorise la publicité télévisée pour les livres à titre expérimental pendant deux ans. Le SNE, inquiet des conséquences potentielles de cette décision, demande fermement son abrogation.

Le décret en question suscite des préoccupations au sein de l’industrie de l’édition, notamment quant à la fragilisation du secteur et à l’éventuelle réduction de la diversité littéraire. Le ministère de la Culture avait ouvert une consultation publique sur cette mesure en janvier et février, mais les résultats de cette consultation n’ont pas été rendus publics avant la publication du décret au Journal officiel, ce qui a pris de court de nombreux acteurs du secteur.

Le SNE a exprimé son désaccord lors de cette consultation, soulignant la nécessité de maintenir l’équilibre dans une industrie caractérisée par sa grande diversité. Il déplore également le manque d’encadrement précis et d’engagement en faveur de la promotion du livre et de la lecture à la télévision dans le cadre de cette expérimentation.

Jusqu’à présent, une seule maison d’édition, les éditions XO, a diffusé un spot télévisé, affirmant avoir toujours milité en faveur de cette forme de publicité.

Cette opposition à la publicité télévisée pour les livres n’est pas seulement portée par les éditeurs, mais également par l’organisation des libraires, le Syndicat de la librairie française, qui s’aligne sur la position du SNE. « Avec l’ensemble de la filière, nous avons toujours été fermement opposés à la publicité télévisée pour les livres. Et nous l’avons réaffirmé lors de la consultation publique », a déclaré Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la librairie française.

Lire Plus

Culture

Emmanuel Macron soutient la participation d’Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Article

le

Emmanuel Macron soutient la participation d'Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Le Président de la République estime que la chanteuse a « tout à fait sa place » lors de la cérémonie olympique.

Lors de l’inauguration du centre aquatique olympique de Saint-Denis, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur de la participation de la chanteuse Aya Nakamura à la cérémonie des Jeux olympiques de Paris 2024, affirmant qu’elle avait « tout à fait sa place ».

Face à la presse, le président de la République a déclaré que la présence d’Aya Nakamura lors de la cérémonie d’ouverture ou de clôture des Jeux serait « une bonne chose si elle en fait partie avec d’autres », soulignant que l’artiste « parle à bon nombre de nos compatriotes ».

Cependant, Emmanuel Macron a rappelé que la décision finale revenait à la direction artistique, dirigée par Monsieur Thomas Joly, responsable des cérémonies des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Cette prise de position intervient après plusieurs semaines de polémique autour d’une possible participation d’Aya Nakamura, la chanteuse franco-malienne étant la cible de critiques de la part de la droite et de l’extrême droite.

Toutefois, la situation semble évoluer favorablement pour l’artiste, puisque les belles-sœurs et héritières d’Édith Piaf ont exprimé leur soutien à l’idée qu’Aya Nakamura interprète une chanson de la Môme lors des JO de Paris, après avoir été sollicitées pour l’utilisation de « L’Hymne à l’amour » lors d’une cérémonie.

Lire Plus

Culture

Oliver Stone annonce un documentaire sur Lula, après Castro et Chavez

Article

le

Oliver Stone annonce un documentaire sur Lula, après Castro et Chavez

Oliver Stone, le renommé réalisateur américain, a annoncé la finalisation de son nouveau documentaire portant sur l’ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva.

Le célèbre cinéaste Oliver Stone a révélé avoir terminé le tournage d’un documentaire sur le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, qui explore son incarcération entre 2018 et 2019 ainsi que son retour au pouvoir.

Dans une déclaration à Paris, Stone a expliqué que le documentaire traiterait des poursuites judiciaires contre Lula, ainsi que de son emprisonnement pour corruption, un événement qui, selon le cinéaste, n’est pas rare dans certains pays.

Bien que aucune date de sortie n’ait été annoncée, le film devrait être présenté dans des festivals de cinéma, comme Cannes, où Stone est un habitué.

Oliver Stone, qui a déjà réalisé plusieurs films et documentaires sur l’Amérique latine, dont certains ont été controversés, comme ceux sur Fidel Castro et Hugo Chavez, voit en Lula, Chavez et Castro des « humanistes » qui ont travaillé pour le bien de leur pays malgré les poursuites politiques à leur encontre.

Interrogé sur les similitudes entre les trois dirigeants, Stone les décrit comme des originaux qui ont cherché à servir leur pays du mieux qu’ils pouvaient.

Le cinéaste, connu pour son franc-parler et son indépendance d’esprit, refuse de se conformer à la politique américaine traditionnelle et a déjà été qualifié de complotiste. Malgré ses trois Oscars et sa réputation bien établie, Stone admet que le retour aux longs métrages pourrait être difficile pour lui.

Lire Plus

Les + Lus