Nous rejoindre sur les réseaux

Société

Société: Appels d’urgence: une plateforme unique à l’essai dès 2022, annonce Macron

Article

le

appels-d’urgence:-une-plateforme-unique-a-l’essai-des-2022,-annonce-macron

Dès début 2022, une plateforme unique rassemblant tous les appels aux numéros d’urgence sera expérimentée, pendant deux ans, pour évaluer la « méthode la plus efficace », a annoncé Emmanuel Macron samedi à Marseille au congrès des pompiers de France.

« Trois types de plateformes regroupant numéros d’urgence et permanence des soins » seront testées, « pour améliorer la prise en charge des victimes », et ce « dès le début de l’année prochaine », a insisté le chef de l’Etat samedi à Marseille, au lendemain d’une manifestation des sapeurs-pompiers à Paris pour obtenir davantage de moyens.

En annonçant cette expérimentation pour regrouper les appels vers le 15, le 17 et le 18, le président acte ainsi par avance une disposition phare de la proposition de loi Matras en passe d’être adoptée au Parlement.

« Dans notre pays qui adore les débats théoriques », a décrit le président, « nous allons essayer le chemin du pragmatisme, et peut-être que nous inventerons collectivement une solution à laquelle nous n’avions pas pensé ».

L’expérimentation sera menée dans « une zone de défense », a indiqué M. Macron, soit « une grande région ». A son terme, « nous évaluerons méthodiquement quel est la méthode la plus efficace », en termes de « temps de réponse et de qualité de l’accompagnement des usagers » notamment.

« Avec le 112, c’est si facile de réussir ce que tous les pays européens ont réussi », avait lancé le président des sapeurs-pompiers de France, Grégory Allione, dans son intervention, avant le chef de l’Etat: « Vingt départements ont déjà réussi à rassembler les numéros d’urgence » et « n’ont pas attendu la loi pour être intelligents ».

Avant l’ouverture du congrès, M. Allione avait dénoncé ces appels inutiles aux pompiers, se demandant s’il est vraiment « logique de déplacer un véhicule toutes sirènes hurlantes pour arriver et trouver une femme enceinte dont la valise est prête pour l’hôpital, avec le mari qui suit derrière avec sa voiture ».

« Une vision européenne »

Les déclarations de M. Macron samedi officialisent l’accord début octobre, en commission mixte paritaire, par les députés et sénateurs, sur la proposition de loi Matras. Objectif de ce texte: « consolider » le modèle de sécurité civile français qui repose largement sur le volontariat, 80% des 250.000 pompiers n’étant pas des professionnels.

Le consensus atteint par les parlementaires visant à une expérimentation de plusieurs modèles avait satisfait l’association Samu-Urgences de France, selon qui il permettra « de démontrer l’efficacité du Service d’accès aux soins (SAS) » face à un numéro unique d’urgence qui entraînerait « une perte de chance » pour les malades. Les urgentistes du Samu étaient soutenus par la Fédération hospitalière de France.

Le Président de la République a également annoncé une revalorisation du remboursement des carences ambulancières, à au moins 200 euros au lieu de 124 euros actuellement, ainsi qu’une  réforme des gardes ambulancières, afin de diminuer le nombre de ces carences.

« Les sapeurs-pompiers sont trop souvent sollicités par les services hospitaliers d’urgence, quand aucune ambulance privée n’est disponible », a constaté le président: or « cette situation réduit vos capacités d’action en cas de catastrophe », a-t-il regretté.

Une revalorisation saluée par le contre-amiral Patrick Augier, chef des marins-pompiers de Marseille : « une augmentation de 50% c’est conséquent, sur des milliers d’interventions par an, ça va compter d’un point de vue budgétaire », a-t-il expliqué face à cette « grosse feuille de route assez concrète ».

Mais toutes les revendications des pompiers n’ont pas été satisfaites, au niveau de la bonification des retraites par exemple: « Après 20 ans d’engagement citoyen, 488 euros par an… Je pense que l’engagement citoyen (comme pompier bénévole) mérite meilleure mesure », avait plaidé Grégory Allione dans son discours.

Annonçant le renouvellement de l’ensemble de la flotte des hélicoptères de la sécurité civile, ainsi que la commande de deux hélicoptères supplémentaires dès début 2022, M. Macron a également souligné la nécessité d’une « vision européenne » en matière d’organisation des secours, avec « une solidarité européenne dans l’urgence ».

Le chef de l’Etat a ainsi souligné la montée en puissance du Plan Rescue de l’Union européenne, avec le financement de deux avions à 90% par l’UE.

Société

Hausse alarmante des plaintes pour violences sexuelles en France en 2023

Article

le

Hausse alarmante des plaintes pour violences sexuelles en France en 2023

Les statistiques du ministère de l’Intérieur révèlent une augmentation de 7 % des plaintes, principalement déposées par des femmes et des mineurs.

Les chiffres publiés par le Service statistique de la sécurité intérieure (SSMI) ne laissent aucun doute sur la gravité de la situation : en 2023, le nombre de plaintes pour violences sexuelles en France a atteint un niveau alarmant. Avec 114 100 victimes recensées, soit une hausse de 7 % par rapport à l’année précédente, ces statistiques soulèvent de sérieuses préoccupations quant à la sécurité des citoyens.

Principalement touchées par ces crimes, les femmes représentent 85 % des plaignantes, tandis que les mineurs constituent la majorité des victimes, avec 57 % des cas. Il est également révélé que trois quarts des dépôts de plainte concernent des violences sexuelles survenues en dehors du cadre familial. Cependant, une tendance inquiétante émerge : une augmentation plus prononcée des violences au sein de la famille (+ 11 %) par rapport à celles survenues en dehors du cercle familial (+ 7 %).

Les violences sexuelles englobent un large éventail de crimes et de délits, allant des viols aux agressions sexuelles, y compris le harcèlement et les exhibitions. Cette hausse alarmante des plaintes révèle l’urgence d’actions concrètes pour protéger les plus vulnérables et punir les coupables.

Parallèlement, une augmentation de 7 % des violences physiques a également été enregistrée, totalisant 444 700 cas. Ces violences, souvent perpétrées au sein de la famille, montrent une disparité en fonction du genre : les hommes étant majoritaires dans les plaintes relatives aux violences hors du cadre familial (69 %), tandis que les femmes restent les principales victimes des violences intrafamiliales (75 %).

Face à cette montée préoccupante de la violence, il est impératif que les autorités intensifient leurs efforts pour garantir la sécurité et la protection de tous les citoyens, en particulier des femmes et des enfants, contre ces crimes odieux.

Lire Plus

Société

Prisons: 76.258 personnes détenues au 1er février, nouveau record

Article

le

Prisons: 76.258 personnes détenues au 1er février, nouveau record

Le nombre de détenus atteint des sommets, mettant en lumière les défis persistants du système pénitentiaire français.

Les chiffres publiés par le ministère de la Justice mettent en évidence une situation alarmante : le nombre de personnes incarcérées en France a atteint un niveau record au 1er février, avec 76 258 détenus, soit une augmentation de 5,5 % par rapport à l’année précédente.

Cette hausse continue de la population carcérale a conduit à une surpopulation criante dans les établissements pénitentiaires du pays. Avec seulement 61 737 places opérationnelles, la densité carcérale globale s’élève désormais à 123,5 %. Dans les maisons d’arrêt, où sont détenus les prévenus en attente de jugement et ceux condamnés à de courtes peines, le taux d’occupation atteint un niveau alarmant de 147,7 %, dépassant même les 200 % dans 16 établissements ou quartiers.

Cette surpopulation a des conséquences directes sur les conditions de détention, avec 3 059 détenus contraints de dormir sur des matelas posés à même le sol, soit une augmentation de 50,2 % par rapport à l’année précédente.

Parmi les personnes incarcérées, près de 20 254 sont des prévenus en attente de jugement, ce qui souligne la pression croissante sur le système judiciaire français.

Au total, 92 641 personnes étaient placées sous écrou au 1er février, dont 16 383 bénéficiaient d’un placement sous bracelet électronique ou à l’extérieur. On note une augmentation significative de 21,6 % du nombre de condamnés en placement extérieur hébergés.

Face à cette surpopulation carcérale persistante, le gouvernement français a annoncé son intention de construire 15 000 nouvelles places de prison d’ici à 2027. Cette mesure vise à répondre à l’urgence de la situation et à remédier aux violations récurrentes des droits de l’homme constatées dans les établissements pénitentiaires français.

Lire Plus

France

Audition musclée à la commission d’enquête sur les fréquences TNT : CNews et Canal+ sur la sellette

Article

le

Audition musclée à la commission d'enquête sur les fréquences TNT : CNews et Canal+ sur la sellette

Les figures de CNews et de Canal+ confrontées aux critiques lors d’une audition houleuse.

Lors de leur passage devant la commission d’enquête sur les fréquences TNT, les représentants de CNews et de sa maison-mère, Canal+, ont été confrontés à une série de questions pointues et à des critiques acerbes. Organisée par les députés de la France Insoumise, cette commission vise à examiner de près les pratiques médiatiques, mettant ainsi en lumière les tensions existantes entre les chaînes et certains secteurs de la classe politique.

Propriété du groupe Vivendi, dirigé par le milliardaire conservateur Vincent Bolloré, Canal+ est sous le feu des projecteurs, en particulier en raison de son contrôle sur CNews, une chaîne qui a récemment fait l’objet de controverses.

Les échanges ont été particulièrement tendus avec les représentants de CNews, notamment ses personnalités vedettes comme Pascal Praud, Laurence Ferrari et Sonia Mabrouk. La récente polémique autour de la présentation de l’avortement comme la « première cause de mortalité dans le monde » a suscité un tollé, contraignant la chaîne à présenter des excuses publiques. Cependant, les responsables ont souligné qu’une enquête interne était en cours pour clarifier les circonstances de cet incident.

Les débats ont également porté sur la nature de CNews en tant que chaîne d’information ou d’opinion. Alors que certains députés ont critiqué la tendance de la chaîne à privilégier les points de vue plutôt que les faits, les responsables se sont défendus en mettant en avant la décision récente du Conseil d’État, qui a demandé un renforcement du contrôle régulateur des médias, en particulier sur CNews.

La question de l’interventionnisme supposé de Vincent Bolloré dans la programmation des chaînes a également été abordée. Les dirigeants ont nié toute pression directe de sa part, mais ont reconnu des échanges fréquents sur les audiences et les performances des émissions.

En outre, l’audition a mis en lumière les enjeux liés au renouvellement des fréquences TNT en 2025, avec Canal+ exprimant son intention de candidater pour l’ensemble de ses chaînes. Malgré les critiques et les défis, les représentants de Canal+ ont affirmé leur engagement à respecter les obligations réglementaires et à contribuer au pluralisme des médias.

Lire Plus

Les + Lus