Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Ski alpin: le magnifique printemps de Pinturault

Article

le

ski-alpin:-le-magnifique-printemps-de-pinturault

Le Français Alexis Pinturault est rentré dans l’histoire du sport français en remportant le classement général de la Coupe du monde de ski alpin avec la manière samedi, grâce à une victoire lors du géant des finales de Lenzerheide (Suisse).

20 mars 2021. La date restera gravée un moment dans la tête d’Alexis Pinturault. Le jour de ses 30 ans, le skieur de Courchevel est enfin parvenu au bout de sa quête du gros globe de cristal.

Agenouillé, la tête dans les mains après avoir coupé la ligne d’arrivée, Alexis Pinturault a compris petit à petit. Oui, il vient de gagner la course, la 34e de sa carrière, la 5e cette saison. Oui il remporte le petit globe du géant, son premier, fort de ces 4 succès dans la spécialité cet hiver. Et oui, son rival suisse Marco Odermatt s’est raté (11e), il décroche donc le gros globe.

Sur ses 30 premières années, Pinturault le bosseur en a consacré au moins 10 à la quête de ce trophée, le plus prestigieux du ski alpin, qu’il est le premier Français à remporter depuis Luc Alphand en 1997, seulement le quatrième de l’histoire après Jean-Claude Killy, Michèle Jacot et donc Alphand.

Le polyvalent skieur avait été barré par l’Autrichien Marcel Hirscher en 2019, dominé par le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde l’hiver dernier après une fin de saison frustrante, gâchée par le Covid-19. Cette fois, c’était pour lui.

« C’est sûr que c’est le plus beau jour de ma carrière, c’est en plus mon anniversaire (30 ans). Depuis le début de la saison je me disais que les choses pouvaient se finir de la plus belle des manières à Lenzerheide, le jour de mon anniversaire, c’est ce qu’il s’est passé avec le petit globe, le gros globe aujourd’hui, le meilleur cadeau que je pouvais me faire », a-t-il savouré.

« Heureux d’être à ses côtés »

Et pourtant, le jeune Suisse Marco Odermatt (23 ans), annoncé comme le monstre du ski de demain, lui a rendu la vie difficile.

A la faveur d’une fin de saison canon, il était revenu à seulement 31 points du Français qui, à l’inverse, se délitait petit à petit et avait craqué le week-end dernier en Slovénie en sortant du slalom.

Pinturault était arrivé moribond dans le canton des Grisons lundi pour cette semaine des finales, mais a bénéficié d’un petit coup de pouce du destin avec l’annulation de la descente et du super-G, qui ne lui étaient pas favorables, à cause de la météo.

Samedi, il a éteint tous les débats possibles.

Parti avec le dossard N.1, il a d’abord écrasé la première manche. Solide, il a fini le travail sans erreur sur le second tracé et une neige difficile pour devancer le Croate Filip Zubcic de 20/100 et son compatriote champion du monde Mathieu Faivre de 21/100. Tout ce qu’il n’avait pas su faire aux Mondiaux de Cortina.

Dans la même position il était sorti du géant et avait manqué l’immense occasion de devenir champion du monde. De quoi faire vivre une nouvelle désillusion à ce champion à fleur de peau, capable du meilleur comme du pire quand il est sous pression.

Mais Pinturault s’est toujours nourri des échecs: après des Mondiaux catastrophiques en 2017 il avait créé sa structure d’entraînement personnalisée, en accord avec la fédération, celle qui l’a porté au sommet cette saison.

« C’est un bon mec, donc on est heureux pour lui. Je ne le connaissais pas tellement en tant qu’individu avant de m’occuper de lui, et le côtoyer tous les jours, voir comment il fonctionne, le respect qu’il a pour tous les gens qui travaillent pour et autour de lui, c’est tout à son honneur. On est heureux d’être à ses côtés, c’est pour ça qu’on se lève le matin », a salué de sa voix tendre, étranglée par l’émotion, son entraîneur Fabien Munier.

Première pour Vlhova

Avec 34 victoires en carrière, dont 18 en géant, un titre mondial en combiné en 2019 et donc un gros globe de cristal, il peut sereinement aborder les Jeux olympiques l’an prochain à Pékin pour compléter son palmarès (il compte deux médailles mais aucun titre).

Dimanche, il pourra profiter lors du slalom, dernière course de la saison, qu’il aborde sans autre enjeu que celui de recevoir officiellement son gros globe à la fin de la course.

Chez les femmes, le gros globe de cristal a également été attribué samedi pour une grande première.

La Slovaque Petra Vlhova a parfaitement fini le travail en terminant 6e du slalom (elle devait finir dans les 15 premières), non sans se faire une frayeur en première manche.

Elle devient à 25 ans la première skieuse de son pays à décrocher le trophée. Elle a par contre perdu le petit globe du slalom, revenu à la championne du monde autrichienne Katharina Liensberger, vainqueure samedi.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

Euro 2024 : Didier Deschamps dévoile la liste des 25 Bleus

Article

le

Euro 2024 : Didier Deschamps dévoile la liste des 25 Bleus
©TF1

La sélection pour l’Euro 2024 inclut les surprises de Bradley Barcola et le retour inattendu de N’Golo Kanté après plus de deux ans d’absence.

Didier Deschamps, sélectionneur de l’équipe de France, a annoncé ce jeudi la liste des 25 joueurs qui représenteront les Bleus à l’Euro 2024 en Allemagne. Parmi les sélectionnés, on note l’intégration de Bradley Barcola, récompensé pour sa remarquable saison au PSG, et le retour surprise de N’Golo Kanté, absent depuis juin 2022.

La présence de N’Golo Kanté, qui évolue désormais à Al-Ittihad en Arabie Saoudite, a surpris de nombreux observateurs. Après une longue absence due à des blessures, Kanté, champion du monde en 2018, n’avait plus joué en Bleu depuis un match contre le Danemark en juin 2022. Son inclusion s’explique par la nécessité de renforcer le leadership de l’équipe, surtout après la blessure de Lucas Hernandez. Kanté, malgré le niveau controversé du championnat saoudien, a cumulé près de 4000 minutes de jeu cette saison, convainquant Deschamps de sa capacité à contribuer efficacement à l’Euro.

Bradley Barcola, convoqué pour la première fois en équipe nationale, a également été une surprise. Sa saison impressionnante avec le PSG, notamment une performance marquante contre Nice, lui a valu cette opportunité. Barcola était initialement destiné à jouer un rôle clé dans l’équipe de France olympique, mais ses récentes démonstrations lui ont ouvert les portes des A, où il pourrait servir de doublure à Kylian Mbappé.

En défense, Ferland Mendy fait son retour après une absence prolongée. Absent depuis septembre 2022, il a retrouvé sa forme avec le Real Madrid, remplaçant Lucas Digne. Théo Hernandez, vice-champion du monde, conserve sa place, tout comme 18 autres membres de l’équipe finaliste de la Coupe du monde 2022, formant le socle de l’équipe.

Kingsley Coman, malgré une récente blessure à l’adducteur, sera également présent après avoir repris l’entraînement avec le Bayern Munich. Moussa Diaby, malgré une fin de saison réussie avec Aston Villa, ne fait pas partie de la liste.

Didier Deschamps espère que cette sélection, marquée par des retours significatifs et des nouveaux talents, permettra aux Bleus de briller à l’Euro 2024.

LA LISTE DES BLEUS POUR L’EURO 2024 :

Gardiens :

Mike Maignan
Brice Samba
Alphonse Areola

Défenseurs :

Jonathan Clauss
Jules Koundé
William Saliba
Ibrahima Konaté
Dayot Upamecano
Benjamin Pavard
Théo Hernandez
Ferland Mendy

Milieux :

Aurélien Tchouaméni
Youssouf Fofana
Adrien Rabiot
Eduardo Camavinga
Warren Zaïre-Emery
Antoine Griezmann
N’Golo Kanté

Attaquants :

Kylian Mbappé
Olivier Giroud
Ousmane Dembélé
Randal Kolo Muani
Bradley Barcola
Marcus Thuram
Kingsley Coman

Lire Plus

Sports

Ligue 1 : Marseille s’impose face à Lorient malgré une prestation en demi-teinte

Article

le

Ligue 1 : Marseille s'impose face à Lorient malgré une prestation en demi-teinte

Les Olympiens restent en lice pour une qualification européenne tandis que Lorient se rapproche dangereusement de la relégation.

Après leur élimination décevante en demi-finale de la Ligue Europa contre l’Atalanta, l’Olympique de Marseille devait se ressaisir rapidement pour garder ses chances de qualification européenne pour la saison prochaine. L’affrontement contre Lorient ce dimanche s’avérait crucial à cet égard.

Le début de la rencontre a vu les Lorientais se créer les premières occasions, mais sans réussite. C’est pourtant Marseille qui a ouvert le score grâce à Aubameyang, bien servi par Murillo (36e), suivi d’un but de Gigot (41e). Malgré une réduction de l’écart par Benjamin Mendy pour Lorient (43e), l’OM a rapidement creusé l’écart en seconde période sur un penalty transformé par Aubameyang (54e).

Bien que Lorient ait continué à se battre avec des occasions, notamment une frappe sur la barre de Katseris (65e), et une tentative de Bouanani (88e), Marseille a conservé son avance jusqu’au bout pour remporter le match.

Malgré cette victoire, Lorient se rapproche dangereusement de la relégation, tandis que Marseille reste en lice pour une place européenne. Avec une rencontre en retard à venir contre Reims, les Olympiens peuvent encore espérer accrocher la sixième ou la septième place au classement.

Lire Plus

France

Marseille : La flamme olympique embrasée pour les JO de Paris 2024

Article

le

Marseille : La flamme olympique embrasée pour les JO de Paris 2024

L’événement marqué par une parade maritime spectaculaire et l’allumage du chaudron par la star du rap Jul, mais aussi par des manifestations et des sifflets contre Emmanuel Macron.

La flamme olympique a illuminé le Vieux-Port de Marseille lors d’une cérémonie somptueuse, marquant ainsi son arrivée en France pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. L’événement, précédé d’une parade maritime grandiose, a été célébré avec faste, mais n’a pas manqué de susciter des réactions mitigées.

Le mythique trois-mâts Belem a été le vaisseau porteur de la flamme, qui a été accueilli par une foule enthousiaste sous un magnifique arc-en-ciel. La descente de la flamme, entre les mains du champion olympique de natation Florent Manaudou, a été un moment empreint d’émotion, symbolisant le lien entre la tradition maritime de la ville et l’esprit olympique.

La flamme a ensuite été transmise à la championne paralympique Nantenin Keita, soulignant ainsi l’importance de l’inclusion et de la diversité aux Jeux Olympiques. C’est finalement Jul, l’artiste rap marseillais, qui a eu l’honneur d’allumer le chaudron olympique pour la nuit, au milieu des acclamations de la foule.

Cependant, l’événement n’a pas été sans controverse. Alors que le président Emmanuel Macron assistait à la cérémonie, des sifflets ont retenti, témoignant de la polarisation politique autour de l’événement. Malgré cela, la flamme a symbolisé l’unité et la fierté pour de nombreux spectateurs.

Les festivités se sont poursuivies avec un concert gratuit, mettant en vedette des artistes locaux comme Soprano et Alonzo, rassemblant ainsi les communautés dans une célébration de la diversité culturelle de Marseille.

Cependant, des voix discordantes se sont également fait entendre. Des manifestants ont exprimé leur opposition aux Jeux Olympiques en raison de leurs préoccupations environnementales et ont demandé l’exclusion d’Israël, suscitant ainsi des débats sur les questions politiques et sociales liées à l’événement.

Malgré ces tensions, la flamme olympique a brillé de tout son éclat, annonçant le début d’un voyage à travers la France, symbolisant l’esprit de compétition, d’inclusion et de célébration qui caractérise les Jeux Olympiques.

Lire Plus

Les + Lus