Nous rejoindre sur les réseaux

Sète

Sète : Une piste cyclable expérimentale qui ne fait pas l’unanimité 

Article

le

©LeSingulier

Une piste cyclable provisoire a été mise en place sur l’échangeur Georges Clémenceau entre Sète et Balaruc-les-Bains. Cependant, elle agace autant les automobilistes que les cyclistes. Mais pour quelles raisons ?

Le 24 juin, Sète Agglopôle Méditerranée a annoncé la mise en place d’un tronçon de piste cyclable expérimentale sur l’échangeur Georges Clémenceau, entre Sète et Balaruc-les-Bains. Cet aménagement provisoire sera évalué sur la période estivale pour décider, à terme, de sa pérennisation ou de son abandon. Mise en place depuis près de 3 semaines, cette piste cyclable provisoire est loin de faire l’unanimité.

En effet, pour sa création, l’accès à une voie de l’échangeur a été interdit aux voitures, ce qui engendre davantage de bouchons. De plus, la nouvelle signalisation surprend les conducteurs et provoque de la confusion. Enfin, les bornes installées provisoirement pour séparer la voie routière de la voie cyclable empiètent régulièrement sur cette dernière. Ces obstacles suscitent le mécontentement des cyclistes.

L’association la Roue Libre de Thau, qui prône la transition aux modes de déplacements doux, est favorable à cette liaison. « Globalement La Roue Libre de Thau approuve tous les aménagements qui facilitent et sécurisent les déplacements à vélo. Cet aménagement est indispensable car il permet la continuité de la voie verte entre Sète et Balaruc. Il est très bien pour les cyclistes mais semble moins apprécié par les automobilistes. Cela dit, les plaintes des automobilistes sont récurrentes lorsqu’on réduit les voies automobiles pour les dédier à d’autres modes de déplacement », déclare Daniel Rigaud, secrétaire de l’association.

Sans les aménagements récents, s’aventurer sur cette portion de route à vélo est accidentogène. « L’échangeur a été construit dans les années 80. Il est dédié aux voitures, qui y roulent vite et prennent leurs virages rapidement avec peu de visibilité. Les plots actuellement mis en place pour délimiter la voie cyclable sont parfois renversés par des poids-lourds ou des bus parce qu’étant provisoire, l’aménagement n’a pas été calibré correctement », explique M. Rigaud. Les cyclistes ont cependant une alternative qui s’offre à eux. « Les cyclistes peuvent passer à pied par la Pointe Courte, sous le pont de chemin de fer. Néanmoins, c’est incohérent et contradictoire de construire un aménagement pour vélo qui n’est accessible qu’à pieds », poursuit-il.

La transition vers les modes de transports doux progresse difficilement

« Quand on construit des aménagements cyclables d’envergure comme la voie verte qui relie Sète à Balaruc, il est important de réfléchir à l’absence de discontinuités. Il y a un souci de cohérence globale au niveau du schéma d’aménagement cyclable. Néanmoins, on va dans le bon sens. Depuis que l’agglo et la chargée de mission vélo se sont saisis de ce dossier, la transition des modes de déplacement progresse. En effet, beaucoup de communes ont instauré des zones 30 et des zones de rencontres, limitées à 20km/h. Malheureusement, Sète résiste à cette évolution. Il y a peu d’ambition de la part de l’équipe municipale actuelle pour le développement du vélo », déplore Daniel Rigaud.

Cette initiative est pertinente puisqu’elle garantit la sécurité de ceux qui veulent faire un geste écoresponsable pour la planète. Cependant, son démarrage est tumultueux. « On espère que cette expérimentation se révèlera positive et engendrera le recalibrage de l’ensemble de l’échangeur pour en faire une vraie piste cyclable bidirectionnelle. Il y a la superficie suffisante pour permettre aux voitures et aux vélos de l’emprunter dans les 2 sens », conclut M. Rigaud.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Lepetit

    13 juillet 2021 at 17 h 56 min

    Ce n’est vraiment pas ingénieux d avoir fait ce passage sur le pont pour les vélos !!!!très dangereux ..et surtout très gênant pour les camions et les bus
    Qui peut avoir une tête pensante pareille !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sète

Sète : Les forces de gauche surpassent le RN, mais restent fragile

Article

le

Sète : Les forces de gauche surpassent le RN, mais reste fragile
©LeSingulier

Les résultats des élections européennes de 2024 à Sète montrent que si les forces de gauche s’unissent, elles surpassent le Rassemblement National. Une victoire de l’union de gauche sur la 7e circonscription de l’Hérault reste toutefois fragilisée par les excellents scores du RN à Agde, Bessan, Florensac, Servian et Pézénas.

Les élections européennes de 2024 ont révélé des dynamiques intéressantes dans la ville de Sète. Si les listes de gauche avaient uni leurs forces, elles auraient surpassé le Rassemblement National (RN), qui, bien que dominant en solo, n’aurait pas été en tête face à une coalition de gauche.

En effet, en totalisant les voix des différentes listes de gauche, celles-ci ont obtenu 6 559 voix, représentant 37,01 % des voix exprimées, dépassant ainsi la liste de Jordan Bardella avec une avance de 314 voix et 1,77%. Le RN, mené par Jordan Bardella, a recueilli 35,24 % des voix exprimées, soit 6 245 votes.La participation électorale à Sète a été significative, avec 53,77 % des inscrits ayant voté. Sur les 33 815 inscrits, 18 184 ont exercé leur droit de vote, malgré une abstention de 46,23 %.

Face à ce constat, les analyses des différentes personnalités politiques sétoises sur les résultats des élections européennes sont partagées. Pour la gauche sétoise, Sébastien Denaja, Véronique Calueba et Laura Seguin, l’heure est à la mobilisation et à un rassemblement rapide autour d’un seul candidat et des idées qui les unissent. À droite, Sébastien Pacull fixe le cap sur les élections législatives, en soutien au candidat sortant Aurélien Lopez-Liguori.

Sébastien Denaja, conseiller régional sétois de la majorité régionale, analyse les résultats des européennes de la façon suivante :  » Dans la 7e circonscription de l’Hérault, l’extrême-droite, tout confondu, a fait hier soir plus de 52 %. Le résultat est très inquiétant dans la 7e circonscription dont j’ai été le député parce qu’hier, l’extrême-droite a dépassé largement les 50 % sur la circonscription. Même s’il y a heureusement quelques résultats plus modérés à Sète ou Pézenas, par exemple. Cela appelle au rassemblement le plus large possible des forces de gauche, écologiques et républicaines pour se rassembler sur des valeurs fondamentales, celles de la république et de la laïcité. Mais également sur quatre, cinq grands chantiers sur lesquels le parlement élu le 7 juillet prochain pourra proposer des projets de loi qui apporteront des solutions aux Français qui se sont exprimés hier. Je pense au pouvoir d’achat, au travail, à l’accès au logement, à l’urgence climatique en gardant la question sociale à l’esprit. Il y a des sujets sur lesquels la gauche et toutes les forces politiques doivent apporter des réponses plus fortes, notamment sur la sécurité. Il faut également être très clair sur les sujets internationaux, comme la guerre en Ukraine d’un côté et, de l’autre, le conflit du Proche-Orient avec la solution traditionnelle de la France qui est une solution de paix à deux États vivant pacifiquement, ce qui présuppose la reconnaissance de l’État palestinien. »

Véronique Calueba, la vice-présidente du département de l’Hérault, appelle elle aussi au rassemblement : « Pour les prochaines heures, on doit se rassembler autour d’un programme de gauche pour envoyer un député de gauche à l’Assemblée nationale le 7 juillet prochain. Il faut que les électeurs se rappellent que le RN reste un parti d’extrême-droite, éloigné de la fraternité, de l’égalité des chances, de l’égalité hommes-femmes et des problématiques de l’environnement. » Laura Seguin, conseillère municipale et communautaire de Sète, ajoute : « Il nous faut tout mettre en œuvre pour éviter une assemblée nationale d’extrême droite. Nous avons su construire cette union après les dernières présidentielles, pour les législatives. C’est un extraordinaire socle de départ, il faut partir de là, et avancer. La gauche réellement unie est devant le RN. C’est notre seule chance de gagner ces élections. »

Cependant, les excellents scores du RN à Agde (49,31 %), Bessan (55,04 %), Florensac (48,29 %), Servian (51,58 %) et Pézénas (32,09 %) penchent en faveur du RN et d’Aurélien Lopez-Liguori, député sortant de la 7e circonscription et candidat à sa réélection le 30 juin prochain.

Pour le député RN sortant, « le verdict des urnes de ce dimanche 9 juin est sans appel : en octroyant à la liste de Jordan Bardella plus de 30 % des suffrages, les Français ont manifesté leur rejet net et cinglant de la politique conduite par Emmanuel Macron et leur aspiration au changement. Dans la 7ème circonscription de l’Hérault, le RN atteint 52 % des voix. J’ai pris acte de l’annonce faite par le Président de la République de dissoudre l’Assemblée nationale, ainsi que l’avait demandé Marine Le Pen. Depuis que je suis élu, je n’ai eu de cesse de me battre à l’Assemblée nationale et sur le terrain pour défendre les intérêts des Français, obtenant en deux ans nombre de victoires significatives. J’ai réussi à obtenir des financements pour nos infrastructures locales, à améliorer la sécurité et à soutenir nos agriculteurs. C’est pour continuer ce combat pour la France et pour mon territoire que j’annonce remettre entre les mains des électeurs héraultais la confiance qu’ils m’avaient accordée il y a deux ans. J’appelle les Héraultais désireux d’engager le redressement de la Nation à me rejoindre pour constituer une majorité parlementaire patriote appelée à exercer le pouvoir. »

Sébastien Pacull, conseiller municipal et communautaire de Sète, exprime le même sentiment et appelle dès aujourd’hui à soutenir le député sortant, Aurélien Lopez-Liguori : « Le score réalisé par la liste menée par Jordan Bardella sur Sète est une excellente nouvelle. Les électeurs ont eu la lucidité et le courage de refuser les injustices qui leur sont imposées chaque jour par des politiciens hors sol. Nous devons désormais travailler autour de la réélection de notre député Aurélien Lopez-Liguori en rassemblant tous les patriotes. »

Cette fusion virtuelle des listes de gauche à Sète montre que la gauche, si elle était unie, pourrait surpasser le RN à Sète. Cependant, les scores élevés du RN dans les autres communes de la 7e circonscription penchent en faveur du RN et du député sortant, Aurélien Lopez-Liguori, qui semble se diriger tout droit vers un second mandat.

Lire Plus

Sète

Sète : Le Collectif Bancs Publics célèbre 33 mois de combat citoyen

Article

le

Sète Le Collectif Bancs publics célèbre 33 mois de combat citoyen
©CollectifBancsPublics

Un mouvement persévérant en quête de justice écologique et de transparence, qui organise une soirée festive pour marquer son engagement et sa résilience face à un projet controversé de construction de parking souterrain.

Depuis octobre 2021, le Collectif Bancs Publics se réunit inlassablement chaque samedi matin sur la place Aristide Briand à Sète. Cela fait désormais 143 semaines que, malgré les intempéries et les obstacles, environ 150 personnes manifestent pour protester contre la construction du parking souterrain en plein centre-ville. Ce projet, mené par la Société Publique Locale du Bassin de Thau, est jugé comme une aberration écologique par les membres du Collectif.

Leur lutte incarne la résistance face au clientélisme politique et à des projets nuisibles pour l’environnement et la communauté locale. Le Collectif met en avant l’importance des mouvements citoyens dans la défense de l’intérêt public. Ils rappellent que leur engagement ne se limite pas à la contestation, mais s’inscrit dans une démarche constructive visant à proposer des alternatives durables et respectueuses de l’écosystème urbain.

Les membres du Collectif ont dû faire face à de nombreuses rumeurs infondées visant à ternir leur image et ont même été victimes d’un fichage illégal de manifestants de la part du maire de Sète, François Commeinhes, et de son cabinet. Une enquête est toujours en cours concernant cette infraction. [lire ici].

Leur mobilisation a attiré l’attention des médias nationaux, au point que TF1 prépare un reportage à leur sujet, prévu pour la rentrée 2024. Ce reportage, fruit de longues semaines de suivi par les équipes de TF1, promet de mettre en lumière la détermination et la résilience de ces citoyens engagés.

Pour célébrer ces 33 mois de mobilisation, le Collectif Bancs Publics organise une soirée festive le vendredi 7 juin à 18h, à la salle Georges Brassens à Sète. Au programme : un buffet, une tombola et des performances artistiques. La soirée verra la participation du Théâtre Forum (Agropolis), de la chanteuse Flavia Perez, de BRK avec ses musiques occitanes, et du chansonnier Hervé Tirefort. Des surprises musicales et dansantes sont également annoncées, promettant une ambiance chaleureuse et conviviale. Comme à chaque rassemblement du Collectif, une forte affluence est attendue, il est donc conseillé d’arriver tôt pour garantir sa place.

Cette célébration sera non seulement une occasion de festoyer, mais aussi de renforcer les liens entre les membres du Collectif et de galvaniser leurs efforts pour les mois à venir. Le combat du Collectif Bancs Publics illustre parfaitement la puissance et la persévérance des mouvements citoyens dans la quête d’une justice écologique et d’une gouvernance transparente. Leurs actions, loin d’être de simples protestations, sont le reflet d’une volonté collective de protéger et d’améliorer leur cadre de vie des sétois.

*Entrée 15€ pour soutenir les actions du Collectif Bancs Publics.

À LIRE AUSSI > Sète – Bancs Publics : François Commeinhes fiche et matraque les opposants au parking

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Sète

Sète : Aurélien Lopez-Liguori, réclame plus de policiers après l’opération « Place nette »

Article

le

Sète : Aurélien Lopez Liguori, réclame plus de policiers après l'opération "Place nette"
©Aurélien Lopez-Liguori

Aurélien Lopez-Liguori, le député RN de l’Hérault, appelle à un renforcement des effectifs de police après une opération anti-drogue dans le quartier de l’Île de Thau.

Ce matin, le quartier de l’Île de Thau à Sète et plusieurs autres communes du bassin de Thau ont été le théâtre d’une vaste opération policière baptisée « Place nette ». Cette action, menée par une centaine de policiers, a permis l’interpellation de quinze individus impliqués dans des trafics de stupéfiants. Saluée pour son efficacité immédiate, l’opération a néanmoins suscité des réactions quant à sa durabilité, notamment de la part du député de la 7e circonscription de l’Hérault, Aurélien Lopez-Liguori.

Aurélien Lopez-Liguori a exprimé son soutien à cette intervention, soulignant l’importance de telles actions pour lutter contre le sentiment d’impunité des trafiquants. « Le déploiement massif des forces de l’ordre dans l’Île de Thau, tristement célèbre pour ses activités illicites, est une manifestation bienvenue de la détermination de l’État, » a-t-il déclaré. Cependant, il a aussi rappelé les limites de ces actions ponctuelles, en se référant aux opérations similaires menées dans d’autres villes comme Marseille, Toulouse, Strasbourg et Nantes. « Aussitôt les effectifs de police partis, les réseaux démantelés se sont reconstitués, » a-t-il ajouté.

Depuis son élection, Aurélien Lopez-Liguori milite pour que l’Île de Thau soit classée en Zone de sécurité prioritaire (ZSP), une désignation qui permettrait un renforcement permanent de la présence policière. Il a renouvelé cet appel auprès du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, soulignant que seules des actions soutenues peuvent réellement endiguer le fléau du trafic de drogue. « En 2023, le trafic de drogue a généré en France 3 milliards d’euros. Plus que des actions coups de poing, il est impératif d’exiger un renforcement continu de nos effectifs de police pour stopper définitivement ce fléau, » a-t-il affirmé.

L’opération de ce matin, bien que fructueuse, met en lumière la nécessité de solutions pérennes pour des problèmes récurrents. Les interventions ponctuelles, bien que spectaculaires et médiatiquement efficaces, ne suffisent pas à éradiquer durablement les réseaux de trafiquants. La demande d’Aurélien Lopez-Liguori pour un renforcement permanent des forces de l’ordre résonne comme un appel à une stratégie plus cohérente et à long terme.

À LIRE AUSSI > Sète : Quinze interpellations lors d’une opération « Place nette »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus