Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

[Sète] Une jeune livreuse agressée au couteau pour une pizza au fromage

Article

le

Une jeune livreuse agressée au couteau pour une pizza au fromage

Une jeune livreuse de pizza victime d’un guet-apens a été agressée avec un couteau pour une pizza au fromage et un fond de caisse de 30€.

L’agression s’est produite samedi soir vers 20h15 –impasse de l’Arboraie– dans le quartier des métairies à Sète. Arrivée sur le lieu de livraison la victime découvre un homme dans une voiture et non à l’adresse indiquée. La livreuse effectue quand même sa livraison lorsqu’un homme au visage caché par une écharpe surgit derrière elle pour s’emparer de sa recette. La jeune étudiante résiste courageusement mais l’agresseur sort un couteau et le pose sous sa gorge. À la vue de l’arme blanche la jeune étudiante lâche sa caisse et l’agresseur prendra la fuite avec le butin avant de lui jeter le scooter dessus.

La victime en état de choc

La victime s’est présentée aux urgences après l’agression et y passera deux longues heures. Un arrêt maladie lui sera délivré par un médecin. Il vient d’être prolongé d’une semaine de plus aujourd’hui par son médecin traitant. D’après les propos recueillis auprès de sa patronne, « elle fait des cauchemars, elle a du mal à s’en remettre, elle est encore traumatisée ».

Une police sans solution

Après avoir rapidement alerté le commissariat de Sète de l’agression de son employée, Mélanie Grange va recevoir une réponse étonnante. D’après ses propos : « la police n’a pas pu envoyer de patrouille, les forces de l’ordre étaient en sous-effectif ce soir là ». Résultat l’agresseur est libre comme l’air avec comme butin une pizza au fromage et 30€ de caisse. Mais surtout une belle frayeur pour cette jeune fille qui a fêté ses 18 ans en mai dernier. 

La commerçante a exprimé sa colère sur Facebook. Le post a été partagé plus de 550 fois dans lequel elle décrit le climat d’insécurité qui règne sur Sète: « nous avons connu des agressions mais jamais d’une telle violence ». Plus de 150 commentaires se trouvent sur ce post à l’heure d’écrire cet article.

Une plainte a été déposée par la gérante qui a pu être auditionnée lundi en fin de matinée par les forces de l’ordre. L’enquête devra notamment nous dire si celui qui a commandé la pizza est un complice ou simple client ?

Un commerce mis en vente à cause de l’insécurité sur Sète

C’est une affaire rentable et pourtant Mélanie Grange a pris la décision de vendre son établissement.

Pour cette valeureuse commerçante du Boulevard Camille Blanc « c’est trop ». « En 12 ans j’ai vu la ville changer, nous avons atteint un degré de violence inimaginable, c’est pourquoi j’ai mis mon établissement en vente ». « On voit des choses surréalistes », nous explique-t-elle.

La Boîte à Pizza, une pizzeria d’insertion

C’est le hasard mais l’agresseur s’est attaqué à une pizzeria réputée dans les quartiers et connu pour insérer un nombre important de jeunes issus de quartiers. Mélanie Grange à travers son entreprise et sans aucune aide des pouvoirs publics a inséré seule bon nombre de jeunes en leur donnant « la première chance » et en transmettant son goût du travail avec rigueur et discipline. Plusieurs jeunes qui sont passés par son entreprise ont pu réussir leur émancipation et se sont insérés dans la société avec des résultas étonnants.

Espérons que des solutions soient trouvées rapidement et que cette belle entreprise qui oeuvre pour le bien commun avec son travail d’insertion ne parte pas s’installer ailleurs.

Patrick André l’élu en charge de la sécurité à Sète n’a pas souhaité répondre aux nombreuses sollicitations de nos journalistes.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

À LIRE AUSSI > Sète- Des ralentisseurs illégaux qui polluent et qui peuvent coûter cher

2 Commentaires

2 Comments

  1. Sapenis

    12 novembre 2020 at 13 h 49 min

    Lamentable… Des médiocres

  2. Jack

    12 novembre 2020 at 13 h 53 min

    Oups. Encore une fois un suédois. Lamentable….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sète

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Article

le

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024
©Paris2024

La flamme olympique sera de passage à Sète en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Plusieurs élus des territoires de Montpellier, Millau et Sète ont signé ce mercredi 18 janvier la convention « Relais de la flamme » au siège du COJOP à Paris.

Le parcours français de la flamme olympique, qui doit lancer les JO 2024 à son arrivée à Paris, se dessine. Elle passera par Sète, Montpellier et Millau. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris vient de l’officialiser, pour le printemps 2024.

Cette signature, réalisée en présence Tony ESTANGUET, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJOP) et Kévin MAYER, deux fois vice-champion olympique et recordman du monde du décathlon, acte officiellement le passage de la flamme olympique à Sète, Montpellier et Millau au printemps 2024, avant de rejoindre Paris pour le lancement des festivités.

Si le parcours de la flamme Olympique n’est pas encore connu, on sait d’ores et déjà qu’il visitera toutes les régions de France à partir d’avril 2024

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Article

le

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent à nouveau être consommées après de nouvelles analyses. Les moules et palourdes restent encore interdites à la consommation.

Les mesures de restrictions qui s’imposaient notamment aux huîtres de l’étang de Thau depuis le 30 décembre 2022, en raison d’une contamination par des norovirus, sont désormais levées par décision du préfet de l’Hérault.

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent donc à nouveau être consommées.

Les restrictions de récolte, pêche, transport, commercialisation et consommation sont toutefois maintenues pour les moules de l’étang Thau en raison d’une contamination par une toxine produite par un phytoplancton toxique (Dinophysis).

Par mesure de précaution, ces interdictions sont étendues aux palourdes. Les escargots provenant de l’étang de Thau n’ont pas montré de contamination et peuvent donc être consommés sans restriction.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Des conchyliculteurs brûlent palettes et déchets ostréicoles devant Sète Agglopôle Méditerranée

Lire Plus

Bassin de Thau

Sylvain Carrière : « Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle »

Article

le

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, le député de l’Hérault Sylvain Carrière, s’est exprimé au nom du groupe parlementaire LFI-Nupes, depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Sylvain CARRIÈRE, député de la 8e circonscription de l’Hérault, continue d’apprendre et de s’imposer au sein du groupe parlementaire de la Nupes. Ce mercredi 11 janvier 2023, une nouvelle étape a été franchie dans son début de parcours en s’exprimant depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, Sylvain CARRIÈRE, a détaillé depuis la tribune cette tribune, les motivations de la LFI-Nupes contre ce projet de loi.

« Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle car elle vont à l’encontre de l’écologie populaire et excluent les plus précaires », explique le député de la 8e circonscription de l’Hérault. «Nous sommes pour allier l’amélioration de la qualité l’air et la préservation du droit à la mobilité. Nous défendons l’idée d’un pays à très faible émission qui s’inscrit dans la grande planification écologique », a-t-il ajouté.

Pour rappel, les zones à faibles émissions (ZFE) visent à interdire les véhicules les plus polluants, diesel en tête. D’ici 2025, toutes les agglomérations de plus de 150.000 habitants devront en disposer, dans le cadre de la loi Climat et résilience.

Vous pouvez voir en vidéo l’intégralité de son intervention depuis la tribune de l’assemblée nationale.

Lire Plus

Les + Lus