Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

[Sète] Des ralentisseurs illégaux qui polluent et qui peuvent coûter cher

-

le

Ils poussent partout à Sète, sur le Bassin de Thau et partout en France. Pourtant, bon nombre de ces ralentisseurs sont illégaux. Le Singulier a fait analyser le dernier ralentisseur tout juste sorti de terre à Sète par Thierry Modolo Président de l’association « Pour Une Mobilité Sereine et Durable » et son analyse est accablante pour l’élu en charge de la voirie à Sète.

Thierry Modolo a relevé pas moins de 9 infractions sur ce seul ralentisseur. Comme le précise le président de cette association, « chaque point pris individuellement rend non conforme et donc illégal ce ralentisseur » :

  • implantation en virage,
  • implantation en bas d’une descente dont l’angle de pente est supérieur ou = a 4%,
  • hauteur supérieure à 10 cm
  • longueur supérieure à 4 m
  • angle d’attaque des rampants non conformes,
  • absence de passage piéton sur le ralentisseur
  • ralentisseur non affleurant au trottoir (danger pour les personnes mal voyantes, handicapées et âgées),
  • présence d’une ligne de bus,
  • volume de véhicules supérieur à 3000/jour

Pour le président de cette association « ce ralentisseur n’a pas le droit d’être là et en plus il est mal fait ». Selon le décret de loi de mai 1994 et la Norme NF P 98-300 qui l’accompagne, la réalisation de dos-d’âne ou de plateau trapézoïdal obéit à des règles de localisation et de construction.

Pour cette association de défense des conducteurs, nous sommes face à deux problématiques. Une éventualité accrue d’accidents corporels et un ralentisseur à proximité de son domicile. Dans les deux cas de figure le citoyen a la possibilité de mettre en demeure le maire de la ville responsable de la voirie pour faire supprimer ce ralentisseur.

Les ralentisseurs source de pollution

Sète est au coeur des débats sur la question de la mobilité douce. Là encore les incohérences sont démontrées par des faits. On investit massivement dans la mobilité douce et on autorise même les cyclistes à rouler dans le sens inverse de la circulation. Mais on entasse les ralentisseurs non conformes dans la ville qui sont une énorme source de pollution.

Thierry Modolo est catégorique sur la question,  » un ralentisseur c’est une multiplication par 4/5 de la pollution atmosphérique mais aussi une augmentation de 300 à 1000% des particules fines « . Avec les ferrys qui restent à quai moteurs allumés, Sète se passerait bien de cette pollution supplémentaire.

Un coût exorbitant

Ces ralentisseurs sont source de pollution mais coûtent aussi très cher au contribuable. Ce n’est pas moins de 25.000€ qu’il faut débourser pour mettre sur la voie publique ces ralentisseurs illégaux. Sur la Rue de la Caraussane c’est deux ralentisseurs qui ont sont sortis de terre le même jour. Ce business cache t’il quelque chose ? Ce qui est certain, c’est que cet argent aurait pu servir à entretenir la voirie là ou la ville en a le plus besoin. 

Comment se défendre

Comme nous l’explique Thierry Modolo, les élus souvent questionnés sur ces illégalités semblent avoir accordé leurs violons pour l’axe de défense. « Pour eux ce ne sont pas des ralentisseurs de types trapézoïdal mais des plateaux traversants », nous explique t’il. Malheureusement l’axe de défense est erroné d’après le président de cette association et ses avocats spécialisés en droit routier qui nous explique que: « Un plateau traversant ça n’existe pas, c’est une invention du guide du CERTU. Comme indiqué à la page 3, ce guide n’a aucune valeur réglementaire et il ne peut en aucun cas s’opposer à la loi. Il permet à tous les élus de France de contourner en toute illégalité la réglementation en vigueur ».

L’association « Pour une mobilité sereine et durable » (PUMSD), se bat depuis des années contre les ralentisseurs hors-la-loi, aux conséquences néfastes pour la sécurité routière et la pollution. Elle vient récement dotenir la condanation du maire de Lorgues (Var) avec indemnisation totale des plaignants à hauteur de 3 800 €.

Si vous aussi, vous êtes concerné par un aménagement de ce type, dont l’implantation ou la conception ne respecte pas la loi et/ou les normes et représente un danger pour les automobilistes, les motards, ou tout autre usager, Thierry Modolo, son association  et ses avocats spécialisés, vous expliquent la marche à suivre pour contester leur présence sur la chaussée.

L’association met à votre disposition un kit technico-juridique gratuit. Ce « kit » technico-juridique de mise en demeure, mis au point avec Maître Patrick Gaulmin, qui assiste la « PUMSD » depuis ses débuts, est disponible gratuitement sur le site de l’association et comprend des textes de loi, le détail des normes sur les ralentisseurs, un document démontant les arguments du Cerema (Centre d’études et d’expertises sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement), et un courrier type de mise en demeure, personnalisable. « Bien sûr, l’association peut assurer la relecture de ce qui a été écrit afin de s’assurer que le dossier est complet. »

A son actif, l’association « Pour une mobilité sereine et durable » compte bon nombre de victoires devant les tribunaux contre plusieurs municipalités qui sont répertoriées –>> ICI

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

À LIRE AUSSI > Va-t-on expulser 35 SDF en plein confinement d’un bâtiment appartenant à l’état ?

2 Commentaires

2 Comments

  1. scandiuzzi alain

    11 novembre 2020 at 15 h 15 min

    Parfaitement exact. le ralentisseur du quai de Bosc n’est pas aux normes , c’est une vulgaire bosse dangereuse…

  2. Pingback: [Sète] Une jeune livreuse agressée au couteau pour une pizza au fromage - Le Singulier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bassin de Thau

Sécurité : une visite de Gérald Darmanin à Sète prévue au mois de Mai

Le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin devrait se rendre à Sète dans la première quinzaine du mois de Mai pour faire des annonces.

-

le

Gérald Darmanin - Ministre de l'Intérieur

Les semaines se suivent et se ressemble à Sète encore marquées par plusieurs affaires de violences volontaires ces dernières semaines.

Dernier événement en date, ce vendredi 09 Avril 2021 un individu qui venait de fêter son 18ème anniversaire a été interpellé après des tirs avec arme à feu en pleine après-midi. Le suspect a été placé en garde à vue suite à une plainte d’un commerçant et déféré dimanche au parquet en vue d’une comparution immédiate devant le tribunal judiciaire de Montpellier. Il a été incarcéré hier à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone suite de son passage devant le juge pour violences volontaires avec arme.

Une visite du Ministre de l’intérieur Gérald Darmanin début Mai 2021

Malgré l’excellent travail des forces de l’ordre ces dernières semaines qui enchaînent les interpellations et les incarcérations, la situation reste très compliquée face à des effectifs insuffisants pour gérer la montée de violence sur le quartier de l’île de Thau. Il devient urgent de trouver des solutions.

Selon nos informations le Ministre de l’intérieur Gérald Darmanin qui était attendu à Sète le vendredi 02 Avril 2021 pour faire des annonces a dû reporter sa visite à la dernière minute pour des raisons personnelles. Un autre déplacement devrait être fixé les prochaines semaines dans l’agenda du Ministre de l’intérieur qui devrait se rendre sur l’île singulière au début du mois de Mai. Il y aurait une réelle volonté de la part du gouvernement de régler rapidement la question de la sécurité sur la Ville de Sète.

Le Ministère de l’intérieur qui fait rarement le voyage à vide, devrait annoncer des renforts supplémentaires lors de sa prochaine visite. Un classement du quartier de l’île de Thau en ZSP (Zone de sécurité prioritaire) n’est pas à exclure. L’ensemble de la classe politique Sétoise semble unanime sur le sujet de classer le quartier de l’île de Thau en ZSP.

Gérald Darmanin ira-t-il jusqu’à classer ce quartier en grande difficulté en ZSP ? Réponse lors de la premiers quinzaine du mois de Mai lors de sa prochaine visite.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

Lire Plus

Balaruc-le-Vieux

Villes où il fait bon vivre : Comment se classent les communes du bassin de Thau ?

Le traditionnel classement des villes où il fait bon vivre est paru. Regardons comment se placent les communes du bassin de Thau.

-

le

Port de la Ville de Marseillan

Porté par l’association Villes et Villages Où Il Fait Bon Vivre, le palmarès 2021 vient de paraître. Construit en fonction des priorités des Français, ce classement est établi par 183 critères différents mis à jour avec les dernières données disponibles (de sources officielles : Insee, organismes d’État…). Tous résultats du classement sont à découvrir sur le site de l’association ICI.

  • SÈTE

Sète est la 3e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 2e rang des villes de sa catégorie (entre 20 000 et 50 000 habitants) dans le département et 70e de sa catégorie au rang national. L’île Singulière se retrouve en 180e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • FRONTIGNAN

Frontignan est la 29e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 5e rang des villes de sa catégorie (entre 20 000 et 50 000 habitants) dans le département et 312e de sa catégorie au rang national. Frontignan se retrouve en 1 640e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • MÈZE

Mèze est la 28e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 6e rang des villes de sa catégorie (entre 10 000 et 20 000 habitants) dans l’Hérault et 417e de sa catégorie au rang national. Mèze se retrouve en 1 608e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • MARSEILLAN

Marseillan est la 26e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 12e rang des villes de sa catégorie (entre 5 000 et 10 000 habitants) dans l’Hérault et 437e de sa catégorie au rang national. Marseillan se retrouve en 1 561e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • BALARUC-LES-BAINS

Balaruc-les-Bains est la 19ème ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 8e rang des villes de sa catégorie (entre 5 000 et 10 000 habitants) dans l’Hérault et 338e de sa catégorie au rang national. La station thermale du bassin de Thau se retrouve en 1 315e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • GIGEAN

Gigean est la 70e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 28e rang des villes de sa catégorie (entre 5 000 et 10 000 habitants) dans l’Hérault et 986e de sa catégorie au rang national. Gigean se retrouve en 4 977e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • POUSSAN

Poussan est la 66e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 26e rang des villes de sa catégorie (entre 5 000 et 10 000 habitants) dans l’Hérault et 961e de sa catégorie au rang national. Poussan se retrouve en 4 702e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • VILLEVEYRAC

Villeveyrac est la 107e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 14e rang des villes de sa catégorie (entre 3 500 et 5 000 habitants) dans l’Hérault et 854e de sa catégorie au rang national. Villeveyrac se retrouve en 8 933e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • MIREVAL

Mireval est la 47ème ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 7ème rang des villes de sa catégorie (entre 2 000 et 3 500 habitants) dans l’Hérault et 536e de sa catégorie au rang national. Mireval se retrouve en 3 229e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • VIC-LA-GARDIOLE

Vic-la-Gardiole est la 100ème ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 26e rang des villes de sa catégorie (entre 2 000 et 3 500 habitants) dans l’Hérault et 1 493e de sa catégorie au rang national. Vic-la-Gardiole se retrouve en 8 064e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • MONTBAZIN

Montbazin est la 131ème ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 35e rang des villes de sa catégorie (entre 2 000 et 3 500 habitants) dans l’Hérault et 1892e de sa catégorie au rang national. Montbazin se retrouve en 11 992e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • BALARUC-LE-VIEUX

Balaruc-le-Vieux est la 31e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 2e rang des villes de sa catégorie (entre 2 000 et 3 500 habitants) dans l’Hérault et 160e de sa catégorie au rang national. Balaruc-le-Vieux se retrouve en 1 760e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • LOUPIAN

Loupian est la 46e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 6e rang des villes de sa catégorie (entre 2 000 et 3 500 habitants) dans l’Hérault et 512e de sa catégorie au rang national. Loupian se retrouve en 3 141e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • BOUZIGUES

Bouzigues est la 42e ville départementale où il fait bon vivre. Elle se classe au 2e rang des villes de sa catégorie (entre 500 et 2 000 habitants) dans l’Hérault et 340e de sa catégorie au rang national. Bouzigues se retrouve en 2 790e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

Lire Plus

Bassin de Thau

Sète : Nouvelle mobilisation de « Sète Animal Save » devant le port

L’association « Sète Animal Save » s’est réunit ce samedi devant le port de Sète afin de montrer les conditions déplorables dans lesquelles les animaux sont traités lors de leur transports en mer.

-

le

Sète Animal Save

L’association « Sète Animal Save » est la déclinaison du mouvement « Save » sur le bassin de Thau. Ce mouvement est né au Canada en décembre 2010. Il existe aujourd’hui plus de 330 groupes sous la bannière « Save » dans le monde entier. 

Ainsi, à l’occasion de la mobilisation de ce week-end, c’est aussi les associations « Alliance Éthique » et « L214 » qui sont venues prêter main forte. Malgré le mauvais temps, c’est tout de même 13 courageux qui se sont présentés à l’entrée du port pour la cause animale. Les mobilisations devant le port de l’île Singulière sont réalisés une fois par mois, auxquelles s’ajoutent de nombreuses autres action.

En effet, ces mobilisations sont très importantes comme nous l’explique Caty Ciancilla, présidente de l’association : « Le port de Sète est le premier port exportateur d’animaux vivants en Europe avec plus de 100 000 animaux embarqués chaque année. Ce qui nous choque c’est le non respect des lois quant au traitement des animaux, ce sont des êtres vivants, et non de simples marchandises ! ».

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

Lire Plus

Les + Lus