Nous rejoindre sur les réseaux

Sète

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Article

le

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024
©Paris2024

La flamme olympique sera de passage à Sète en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Plusieurs élus des territoires de Montpellier, Millau et Sète ont signé ce mercredi 18 janvier la convention « Relais de la flamme » au siège du COJOP à Paris.

Le parcours français de la flamme olympique, qui doit lancer les JO 2024 à son arrivée à Paris, se dessine. Elle passera par Sète, Montpellier et Millau. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris vient de l’officialiser, pour le printemps 2024.

Cette signature, réalisée en présence Tony ESTANGUET, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJOP) et Kévin MAYER, deux fois vice-champion olympique et recordman du monde du décathlon, acte officiellement le passage de la flamme olympique à Sète, Montpellier et Millau au printemps 2024, avant de rejoindre Paris pour le lancement des festivités.

Si le parcours de la flamme Olympique n’est pas encore connu, on sait d’ores et déjà qu’il visitera toutes les régions de France à partir d’avril 2024

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Bassin de Thau

Des conchyliculteurs brûlent palettes et déchets ostréicoles devant Sète Agglopôle Méditerranée

Article

le

©LeSingulier

Les conchyliculteurs ont incendié des palettes et des déchets ostréicoles devant Sète Agglopôle. Ils vont également déposer plainte contre la communauté d’agglomération.

La colère ne retombe pas pour les conchyliculteurs du bassin de Thau face à l’interdiction de vente des huitres et des coquillages suite à la détection d’un norovirus.

Au lendemain d’une réunion d’urgence organisée par la préfecture de l’Hérault à Mèze, plusieurs conchyliculteurs se sont rendus en début de soirée devant les locaux de Sète Agglopôle Méditerranée (SAM), et ont incendié des palettes et des déchets ostréicoles, pour protester contre les déversements dans l’étang de Thau.

En effet, comme indiqué dans l’arrêté préfectoral du 30 décembre 2022, cette nouvelle crise de l’étang a été causée en partie par les rejets des eaux d’assainissement dans la lagune à partir des postes de refoulement des communes de Sète et Bouzigues. Ils tiennent donc pour responsable la communauté d’agglomération de l’apparition du norovirus dans la lagune pendant les fêtes de fin d’année.

Une plainte va être déposée contre Sète Agglopôle Méditerranée

Parallèlement à la manifestation de ce soir devant les locaux de la SAM, le Comité Régional de Conchyliculture de Méditerranée a annoncé son intention de déposer plainte dans les prochains jours contre la SAM, dans le cadre de la loi sur l’environnement et la biodiversité. Les cinq cents professionnels vont également déposer plainte en leur nom propre. Le Comité Régional de Conchyliculture Méditerranée a indiqué hier, lors d’une réunion d’urgence relative à la situation rencontrée par les entreprises conchylicoles, un préjudice estimé des professionnels à un minimum total de 6,8 M€.

C’est dans ce contexte que la Région Occitanie a annoncé une enveloppe de 1M€ pour soutenir les conchyliculteurs afin d’apporter une aide de trésorerie sous forme d’avance remboursable allant jusqu’à 10 000 € et plus dans les cas les plus critiques.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Thau : l’ensemble des coquillages interdits à la commercialisation

Lire Plus

Bassin de Thau

Sète / Bancs Publics : un rassemblement à 18h en présence de José Bové

Article

le

©BancsPublics

Le collectif Bancs Publics appelle à un rassemblement ce mercredi à 18h. La présence de José Bové est annoncée par l’organisation.

Le collectif reste très actif malgré l’autorisation donnée par le préfet de l’Hérault le 13 janvier dernier, à propos de l’arrachage des 52 tilleuls de la place Aristide Briand.

Alors que le collectif a déposé un nouveau référé en suspension pour contester cette autorisation devant le tribunal administratif, il tiendra à 18h un rassemblement pour faire entendre la voix des bénévoles avec un renfort de poids qui est annoncé par les organisateurs. En effet, les organisateurs annoncent la présence de José Bosé parmi les manifestants.

« La mobilisation générale est indispensable ce mercredi (…). Nous aurons le soutien et la présence de José Bové pour que cette manifestation démontre aux pouvoirs publics que l’arrêté préfectoral autorisant l’arrachage des arbres est une démission irresponsable. Il faut empêcher que la place du kiosque devienne une « Zone de Crime Climatique ». Venez très très nombreuses et nombreux », écrit le collectif.

Dans ce nouveau référé déposé par les bénévoles pour faire suspendre cette décision d’arrachage des tilleuls de la place, le collectif explique avoir noté « plusieurs erreurs évidentes » à l’intérieur de la procédure.

Cette manifestation organisée ce soir avec la présence de José Bové, arrive une semaine après la tenue d’une assemblée générale qui a réuni plus de 300 personnes. C’était l’occasion pour le collectif de faire le plein, « avec un record du nombre d’adhésions », précise un membre du collectif. « Nous allons continuer d’informer la population face à la démission des services de l’État », ajoute-t-il.

Lire Plus

Bassin de Thau

Sète Agglopôle : la grosse colère de Thierry Baëza contre le système Commeinhes

Article

le

Sète Agglopôle : la grosse colère de Thierry Baëza contre le système Commeinhes
@SèteAggloppôle

Pour la première fois un vice-président de Sète Agglopôle Méditerranée a dénoncé le système opaque de cette assemblée. Le prix de l’eau est au centre de cette polémique.

Sète Agglopôle Méditerranée (SAM), une assemblée surprenante, où la grande majorité des maires votent bien trop souvent, des délibérations contraires à l’intérêt de leur communes et de leurs habitants.

Mais le 15 décembre dernier, c’était sans compter sur Thierry BAËZA, maire de la Ville de Meze et vice président de la SAM. Ce dernier a piqué une grosse colère lors de la délibération numéro 30 qui porte sur le prix de l’eau potable et le rapport d’activité de la régie municipale mézoise, défendant ainsi les intérêts de ses administrés.

Dans un débat assez technique Thierry BAËZA a dénoncé un mode de gouvernance opaque, « je dénonce des décisions prises sans aucune concertation et qui feront bientôt augmenter le prix de l’eau au niveau de ce qui se pratique ailleurs dans l’Agglo. Il est hors de question que les habitants de ma commune payent les décisions dictatoriales et la mauvaise gestion », dénonce le maire de la Ville de Mèze qui pour rappel a été élu dès le premier tour des dernières élections municipales mézoise.

Face à cette protestation inédite, c’est Yves Michel –maire de Marseillan et vice-précisent de la SAM, en charge du grand et petit cycle de l’eau–, qui tente de donner des explications devant un François Commeinhes stupéfait. Jamais un vice-président de la SAM n’avait osé afficher un désaccord publiquement. Quelles en seront les conséquences dans les prochains mois pour la commune de Mèze ?

À noter que Nicolas GOUDARD, élu d’opposition de la Ville de Méze qui siège dans cette assemblée, a voté pour cette délibération et donc pour la hausse du prix de l’eau des mézois. Incompréhensible…

Contacté par notre rédaction, Nicolas GOUDARD n’a pas répondu à nos sollicitations.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus