Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Sète : Phillipe Carabasse s’inquiète de l’externalisation des services

Article

le

©SèteAgglopôleMéditerranée

Lors du dernier conseil municipal de la ville de Sète, le budget primitif de l’année 2022 a été présenté. La majorité a déclaré vouloir réduire les dépenses de fonctionnement du service public. Et pour ce faire, elle a décidé d’augmenter les externalisations et de diminuer les effectifs de ses fonctionnaires.

Qu’est-ce que l’externalisation ? L’externalisation est un processus permettant à une collectivité de sous-traiter une partie d’un service, autrement dit de faire appel à un prestataire externe pour effectuer de l’action publique.

Pour Phillipe CARABASSE, ce processus fortement utilisé depuis le troisième mandat de François COMMEINHES est une lubie. « On part du postulat que l’externalisation génère des économies. Personnellement, j’estime que c’est une lubie. Dans les années 1970, pratiquement toutes les collectivités ont confié la gestion et le traitement de l’eau à des entreprises privées. En revanche, ça les a rendues incapables de connaître le coût réel de l’eau à la sortie du robinet, et par conséquent la part de bénéfice des entreprises. De plus, cette privatisation massive a engendré une perte de compétences techniques du service public, ce qui renforce la méconnaissance du sujet. Depuis quelques années, des villes comme Montpellier, Marseille, Toulouse ou Paris font machine arrière et récupèrent la gestion de l’eau pour maîtriser le coût.  L’eau est un besoin premier qui doit être sous la compétence directe des collectivités territoriales », souligne-t-il.

Des risques de détérioration du service public

Lors du dernier conseil municipal de la Ville de Sète, l’élu de l’opposition de gauche, explique que la recherche de rationalité extrême des services publics comporte des risques de détérioration. C’est par exemple le cas des hôpitaux. « Dans la plupart des cas, les économies qui découlent de la rationalisation d’un service public ne durent pas. Comparez les économies réalisées par les réformes de rationalisation des hôpitaux avec ce qu’elles nous coûtent aujourd’hui à cause de la pandémie. Ces 15 dernières années, les gouvernements ont remanié les hôpitaux : réduction drastique du nombre de lits, suppression massive de postes, calibrage du temps des opérations et des délais d’hospitalisation, détaille-t-il. Tout a été fait de sorte à rentabiliser, au détriment des soins accordés aux patients. Non seulement ces réformes ont détruit le système dont nous payons actuellement le prix, mais en plus elles ont mis des gens en difficulté », s’irrite Phillipe CARABASSE

Il soulève aussi l’incohérence de la situation. Bien que le maire veuille réduire les effectifs des agents publics, il réclame à l’État une hausse des effectifs de policiers nationaux. « M. Commeinhes réclame des moyens humains supplémentaires sur l’île de Thau. Malgré les plans de prévention de la délinquance, on s’aperçoit que pour que l’action publique ait du sens, il faut pérenniser la présence humaine sur le terrain. L’État a enlevé les services publics implantés sur l’île, et la ville lui a emboité le pas. Elle a supprimé concierges, policiers municipaux, médiateurs, et éducateurs de rue. Certes, elle a ainsi réalisé des économies. Mais elle a surtout coupé le lien humain de l’action publique, ce qui engendre, après quelques années, une série de phénomènes qui coûte à la collectivité. Le coût de ces décisions est bien supérieur aux économies de bout de chandelle qui ont été faites au départ », poursuit Philippe Carabasse.

Un manque de transparence et d’honnêteté envers le personnel municipal

Phillipe CARABASSE pointe du doigt une nouvelle fois le système opaque de la majorité municipale. « D’un côté, la municipalité affiche que les charges de personnel constituent près de 47% des dépenses de fonctionnement. Soit 33 millions d’euros. De l’autre, elle manque de transparence sur les frais que représentent réellement les externalisations. Dans les 110 pages du budget primitif, des monceaux de sommes apparaissent çà et là. C’est le seul moyen qu’on a pour estimer les dépenses d’externalisation, renseigne l’élu d’opposition. On les évalue à 7 360 432 €, ce qui représente 22% des 33 millions dédiés au personnel municipal. Comme il est rédigé, le budget primitif ne permet pas de comparer la part de l’externalisation avec la part du fonctionnement due au personnel municipal. Je trouve que ça reflète un manque de transparence et d’honnêteté envers le personnel municipal. Qu’on dise qu’il coûte 33 millions d’euros, c’est une chose. Je ne démens pas qu’on puisse effectuer des économies, mais des économies fonctionnelles d’organisation. » 

« Ce qui m’inquiète aujourd’hui, c’est l’appel d’un audit externe, continue Phillipe CARABASSE. C’est assez paradoxal quand on sait que le directeur général des services de la ville de Sète et ses cadres travaillent depuis 2 ans sur une réorganisation, dont le résultat me semblait efficace, pour le personnel comme pour les citoyens. Alors pourquoi faire cet audit qui va nous coûter des centaines de milliers d’euros, alors que la préoccupation est d’économiser ? Soit la municipalité estime que la réorganisation n’est pas efficace, ce que je ne crois pas. Soit elle veut se dédouaner des mesures coercitives qu’elle aura à prendre, en se cachant derrière le cabinet auteur de l’audit. Cette deuxième hypothèse est mon analyse personnelle. En aucun cas je ne prétends avoirs raison », rappelle-t-il.

Des alternatives économiques à la suppression d’emploi

« Il faut savoir que la municipalité maquille la suppression d’emploi. Pour ce faire, elle mutualise des services entiers et ne remplace aucun départ à la retraite. Sur l’année 2021, près de 90 personnes ont été transférées à l’Agglopôle. Ces personnes agissaient pour les Sétois et la Ville de Sète. Suite à leur mutualisation, quel va être, à long terme, la part de leurs actions sur le terrain sétois ? », interroge Phillipe CARABASSE.

Selon l’élu d’opposition de gauche, la baisse des effectifs n’est pas le seul moyen de diminuer les dépenses de fonctionnement. « On peut commencer par supprimer un certain nombre de dépenses symboliques. Je pense aux indemnités des élus, qui représentent 1% du budget de fonctionnement, aux frais de missions ou encore aux frais de communication, expose l’élu d’opposition. Malgré ces indemnités, on prévoit plus de 16 800€ de frais de voyages et déplacements et 16 071€ de frais de missions à leur disposition. Pourtant, les indemnités que touchent un élu lui servent dans l’exercice de sa fonction politique. Elles ne représentent pas un salaire politique. Je ne vois pas pourquoi le maire empoche des frais de réception d’un montant de 10 000€ », s’indigne-t-il.  

« Concernant les frais de communication, on peut remettre en cause l’intérêt général d’un journal municipal, poursuit-il. Est-ce une dépense d’intérêt général ou de promotion du maire ? Dans le deuxième cas, ça n’a pas à être financé par les frais de communication, mais par ses propres indemnités. Réaliser des économies passe aussi par la révision des priorités de la ville. Beaucoup d’actions sont mises en œuvre alors qu’elles ne sont pas prioritaires. Aujourd’hui, à Sète, beaucoup de gens sont en grande difficulté. Le CCAS fait ce qu’il peut, il n’y a aucune économie à faire là-dessus. Néanmoins, les propositions d’actions dispendieuses sont-elles réellement prioritaires ? », questionne Phillipe CARABASSE.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Économie

Une moitié des Français détient 92% du patrimoine du pays, selon l’Insee

Article

le

Une moitié des Français détient 92% du patrimoine du pays, selon l'Insee

Selon la dernière enquête de l’INSEE sur le patrimoine des Français, 50% des Français détiennent 92% du patrimoine. Un déséquilibre stable dans le temps.

Le patrimoine des Français reste très inégalement réparti. En témoigne cette nouvelle enquête de l’Insee menée entre octobre 2020 et mars 2021. La moitié de la population possède ainsi 92% du patrimoine brut des ménages, c’est-à-dire de l’ensemble de leurs ressources (immobilières, financières, professionnelles), avant déduction d’éventuels emprunts. L’autre moitié n’en possède que 8%. Cette répartition est stable par rapport à 2018.

Un patrimoine brut médian à 177.200€

D’après cette enquête, réalisée tous les trois ans par l’Institut national des statistiques auprès de 10.000 ménages, la moitié détiennent plus de 177.200€ de patrimoine brut (soit 124.800€ net), et la moitié, moins de 177.200€. Le patrimoine immobilier constitue l’essentiel du patrimoine des ménages (62%). Près de six ménages français sur dix sont propriétaires de leur résidence principale. Ceux-ci sont en moyenne plus de huit fois plus dotés en patrimoine que les locataires ou les personnes logées gratuitement.

Viennent ensuite le patrimoine financier et le patrimoine professionnel (terres, machines, bureaux, stocks), qui représentent respectivement 21% et 11% du patrimoine brut des Français. Plus le ménage est doté, plus la part du patrimoine immobilier diminue au profit des patrimoines professionnels et financiers. Ainsi, pour les 1% des ménages les plus dotés, le patrimoine est équilibré avec environ un tiers de patrimoine professionnel (34%), un tiers de patrimoine immobilier (36%) et un tiers de patrimoine financier (27%). Est également inclus dans ce calcul le patrimoine résiduel (voiture, équipements de maison, bijoux) qui ne constitue que 6% du patrimoine total des Français, mais 68% de celui des moins dotés, qui ne possèdent peu ou pas de patrimoine immobilier.

L’écart se creuse entre les 10% les mieux lotis et les 10% les moins bien dotés

L’enquête de l’INSEE révèle également que l’écart de patrimoine se creuse entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres, en termes de patrimoine. Les mieux dotés disposent en moyenne de 716.300€ d’actifs bruts, contre 4.400€ pour les plus pauvres, soit 163 fois plus. Le rapport est plus élevé qu’en 2018, où il était de 158. Globalement, les 5% des Français les mieux dotés détiennent 34% du patrimoine du pays, et les 1% les mieux dotés, 15%. Ces derniers, les plus favorisés, détiennent des patrimoines supérieurs à deux millions d’euros.

Dans le détail, les 5% des ménages les mieux dotés en patrimoine financier en possède 49% et les 5% les mieux dotés en patrimoine immobilier en détiennent 29%. Enfin, les 5% les mieux dotés en patrimoine professionnel en possèdent 95%.

L’Insee indique également que « le patrimoine brut augmente continûment avec l’âge jusqu’à 60 ans », avant de décroître légèrement. Le patrimoine immobilier d’un ménage connaît un pic entre 40 et 49 ans, et le patrimoine financier augmente régulièrement tout au long de la vie.

Lire Plus

Économie

Les syndicats de VTC signent un accord pour un revenu minimum de 7,65 euros par course

Article

le

A partir du 1er février, en incluant les commissions, le prix de la plus petite course devrait ainsi s’élever à environ 10,20 euros pour le passager sur une application comme Uber.

Les plateformes VTC et les représentants des chauffeurs VTC indépendants ont signé un accord sur le revenu minimum par trajet, ont annoncé mercredi Uber et des organisations syndicales, décrivant une démarche « inédite » pour renforcer la protection des travailleurs indépendants du secteur.

Dans un communiqué, le géant américain des VTC indique que l’accord fixe à 7,65 euros le revenu minimum net par trajet perçu par les chauffeurs, « quelle que soit l’application qu’ils utilisent ». L’accord concerne aussi les livreurs indépendants.

Uber fait savoir qu’il a pris la décision d’appliquer pour les passagers, dès le 1er février prochain, une hausse de 27% du tarif minimum des courses recommandées sur la plateforme. Ce montant va ainsi passer de 8 euros à 10,20 euros, précise l’entreprise.

Cet accord intervient dans un contexte de volonté de l’Union européenne de donner davantage de droits à ceux travaillant par l’intermédiaire de plateformes numériques.

Vantant un « accord inédit en France », les associations et organisations syndicales représentatives dans le secteur VTC ont déclaré dans un communiqué distinct qu’il s’agissait d’une « première étape », avec l’objectif de « négocier les autres problématiques que rencontrent les chauffeurs VTC » en intensifiant les discussions cette année.

Lire Plus

Économie

Carburants : la fin des remises fait s’envoler les prix à la pompe, l’essence bondit de 19 centimes

Article

le

Carburants : la fin des remises fait s'envoler les prix à la pompe, l'essence bondit de 19 centimes

Depuis le 1er janvier dernier, le gouvernement a mis fin à son soutien financier aux automobilistes, en supprimant sa ristourne de 10 centimes. En conséquence, les prix à la pompe se sont envolés.

Les prix des carburants routiers ont fortement augmenté en France la semaine dernière. Dans le détail, d’après les données du ministère de la Transition écologique arrêtés vendredi et publiés lundi 9 janvier, le gazole s’est vendu au prix moyen de 1,8994 euro le litre, soit 13,29 centimes de plus que la semaine précédente.

L’essence sans plomb 95 a augmenté pour sa part de 17,28 centimes, affichée à la pompe à 1,8516 euro le litre en moyenne, et le sans plomb 95-E10 était en hausse de 19,23 centimes, vendu à un prix moyen national de 1,8346 euro le litre.

Les ristournes de TotalEnergies et de l’État ont pris fin le 1er janvier

L’Etat avait prolongé sa remise de 30 centimes par litre à la pompe jusqu’à la mi-novembre, avant qu’elle ne tombe à 10 centimes jusqu’à la fin de l’année. Mais, au 1er janvier, cette ristourne générale a été remplacée par « une indemnité carburant » de 100 euros, attribuée aux actifs les plus modestes qui utilisent leur véhicule à des fins professionnelles et qui en feront la demande sur le site impots.gouv.fr, entre le 16 janvier et le 28 février. Réservée aux 10 millions de ménages ayant un revenu fiscal de référence inférieur à 14 700 euros en 2021, cette aide est versée en une fois, pour 2023.

Cette nouvelle aide représente une enveloppe d’environ un milliard d’euros, a précisé la Première ministre, Elisabeth Borne. En 2022, la ristourne générale a coûté à l’Etat 8 milliards d’euros, soit l’équivalent du budget du ministère de la Justice

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus