Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Sète : Phillipe Carabasse s’inquiète de l’externalisation des services

Article

le

©SèteAgglopôleMéditerranée

Lors du dernier conseil municipal de la ville de Sète, le budget primitif de l’année 2022 a été présenté. La majorité a déclaré vouloir réduire les dépenses de fonctionnement du service public. Et pour ce faire, elle a décidé d’augmenter les externalisations et de diminuer les effectifs de ses fonctionnaires.

Qu’est-ce que l’externalisation ? L’externalisation est un processus permettant à une collectivité de sous-traiter une partie d’un service, autrement dit de faire appel à un prestataire externe pour effectuer de l’action publique.

Pour Phillipe CARABASSE, ce processus fortement utilisé depuis le troisième mandat de François COMMEINHES est une lubie. « On part du postulat que l’externalisation génère des économies. Personnellement, j’estime que c’est une lubie. Dans les années 1970, pratiquement toutes les collectivités ont confié la gestion et le traitement de l’eau à des entreprises privées. En revanche, ça les a rendues incapables de connaître le coût réel de l’eau à la sortie du robinet, et par conséquent la part de bénéfice des entreprises. De plus, cette privatisation massive a engendré une perte de compétences techniques du service public, ce qui renforce la méconnaissance du sujet. Depuis quelques années, des villes comme Montpellier, Marseille, Toulouse ou Paris font machine arrière et récupèrent la gestion de l’eau pour maîtriser le coût.  L’eau est un besoin premier qui doit être sous la compétence directe des collectivités territoriales », souligne-t-il.

Des risques de détérioration du service public

Lors du dernier conseil municipal de la Ville de Sète, l’élu de l’opposition de gauche, explique que la recherche de rationalité extrême des services publics comporte des risques de détérioration. C’est par exemple le cas des hôpitaux. « Dans la plupart des cas, les économies qui découlent de la rationalisation d’un service public ne durent pas. Comparez les économies réalisées par les réformes de rationalisation des hôpitaux avec ce qu’elles nous coûtent aujourd’hui à cause de la pandémie. Ces 15 dernières années, les gouvernements ont remanié les hôpitaux : réduction drastique du nombre de lits, suppression massive de postes, calibrage du temps des opérations et des délais d’hospitalisation, détaille-t-il. Tout a été fait de sorte à rentabiliser, au détriment des soins accordés aux patients. Non seulement ces réformes ont détruit le système dont nous payons actuellement le prix, mais en plus elles ont mis des gens en difficulté », s’irrite Phillipe CARABASSE

Il soulève aussi l’incohérence de la situation. Bien que le maire veuille réduire les effectifs des agents publics, il réclame à l’État une hausse des effectifs de policiers nationaux. « M. Commeinhes réclame des moyens humains supplémentaires sur l’île de Thau. Malgré les plans de prévention de la délinquance, on s’aperçoit que pour que l’action publique ait du sens, il faut pérenniser la présence humaine sur le terrain. L’État a enlevé les services publics implantés sur l’île, et la ville lui a emboité le pas. Elle a supprimé concierges, policiers municipaux, médiateurs, et éducateurs de rue. Certes, elle a ainsi réalisé des économies. Mais elle a surtout coupé le lien humain de l’action publique, ce qui engendre, après quelques années, une série de phénomènes qui coûte à la collectivité. Le coût de ces décisions est bien supérieur aux économies de bout de chandelle qui ont été faites au départ », poursuit Philippe Carabasse.

Un manque de transparence et d’honnêteté envers le personnel municipal

Phillipe CARABASSE pointe du doigt une nouvelle fois le système opaque de la majorité municipale. « D’un côté, la municipalité affiche que les charges de personnel constituent près de 47% des dépenses de fonctionnement. Soit 33 millions d’euros. De l’autre, elle manque de transparence sur les frais que représentent réellement les externalisations. Dans les 110 pages du budget primitif, des monceaux de sommes apparaissent çà et là. C’est le seul moyen qu’on a pour estimer les dépenses d’externalisation, renseigne l’élu d’opposition. On les évalue à 7 360 432 €, ce qui représente 22% des 33 millions dédiés au personnel municipal. Comme il est rédigé, le budget primitif ne permet pas de comparer la part de l’externalisation avec la part du fonctionnement due au personnel municipal. Je trouve que ça reflète un manque de transparence et d’honnêteté envers le personnel municipal. Qu’on dise qu’il coûte 33 millions d’euros, c’est une chose. Je ne démens pas qu’on puisse effectuer des économies, mais des économies fonctionnelles d’organisation. » 

« Ce qui m’inquiète aujourd’hui, c’est l’appel d’un audit externe, continue Phillipe CARABASSE. C’est assez paradoxal quand on sait que le directeur général des services de la ville de Sète et ses cadres travaillent depuis 2 ans sur une réorganisation, dont le résultat me semblait efficace, pour le personnel comme pour les citoyens. Alors pourquoi faire cet audit qui va nous coûter des centaines de milliers d’euros, alors que la préoccupation est d’économiser ? Soit la municipalité estime que la réorganisation n’est pas efficace, ce que je ne crois pas. Soit elle veut se dédouaner des mesures coercitives qu’elle aura à prendre, en se cachant derrière le cabinet auteur de l’audit. Cette deuxième hypothèse est mon analyse personnelle. En aucun cas je ne prétends avoirs raison », rappelle-t-il.

Des alternatives économiques à la suppression d’emploi

« Il faut savoir que la municipalité maquille la suppression d’emploi. Pour ce faire, elle mutualise des services entiers et ne remplace aucun départ à la retraite. Sur l’année 2021, près de 90 personnes ont été transférées à l’Agglopôle. Ces personnes agissaient pour les Sétois et la Ville de Sète. Suite à leur mutualisation, quel va être, à long terme, la part de leurs actions sur le terrain sétois ? », interroge Phillipe CARABASSE.

Selon l’élu d’opposition de gauche, la baisse des effectifs n’est pas le seul moyen de diminuer les dépenses de fonctionnement. « On peut commencer par supprimer un certain nombre de dépenses symboliques. Je pense aux indemnités des élus, qui représentent 1% du budget de fonctionnement, aux frais de missions ou encore aux frais de communication, expose l’élu d’opposition. Malgré ces indemnités, on prévoit plus de 16 800€ de frais de voyages et déplacements et 16 071€ de frais de missions à leur disposition. Pourtant, les indemnités que touchent un élu lui servent dans l’exercice de sa fonction politique. Elles ne représentent pas un salaire politique. Je ne vois pas pourquoi le maire empoche des frais de réception d’un montant de 10 000€ », s’indigne-t-il.  

« Concernant les frais de communication, on peut remettre en cause l’intérêt général d’un journal municipal, poursuit-il. Est-ce une dépense d’intérêt général ou de promotion du maire ? Dans le deuxième cas, ça n’a pas à être financé par les frais de communication, mais par ses propres indemnités. Réaliser des économies passe aussi par la révision des priorités de la ville. Beaucoup d’actions sont mises en œuvre alors qu’elles ne sont pas prioritaires. Aujourd’hui, à Sète, beaucoup de gens sont en grande difficulté. Le CCAS fait ce qu’il peut, il n’y a aucune économie à faire là-dessus. Néanmoins, les propositions d’actions dispendieuses sont-elles réellement prioritaires ? », questionne Phillipe CARABASSE.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Économie

L’OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025

Article

le

L'OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025

La France devrait connaître une croissance de 0,7 % cette année, mais pourrait être à la traîne par rapport à la zone euro avec une croissance de 1,3 % en 2025.

L’OCDE a publié ses dernières perspectives économiques, offrant un aperçu encourageant mais nuancé de la croissance mondiale pour les années 2024 et 2025. Selon le rapport, la France devrait enregistrer une croissance de 0,7 % en 2024, mais pourrait être à la traîne par rapport à la zone euro avec une croissance de 1,3 % en 2025.

L’organisation a noté que malgré des signes d’amélioration des perspectives mondiales, la croissance reste modeste. L’impact du resserrement de la politique monétaire continue de se faire sentir, notamment sur les marchés du logement et du crédit, bien que l’activité économique mondiale reste relativement résiliente. De plus, l’inflation a diminué plus rapidement que prévu, et la confiance dans le secteur privé est en hausse.

Les déséquilibres entre l’offre et la demande sur les marchés du travail s’atténuent progressivement, avec des niveaux de chômage historiquement bas ou proches de ces niveaux dans de nombreux pays. Cependant, les évolutions économiques varient d’un pays à l’autre, avec une forte croissance aux États-Unis et dans de nombreuses économies émergentes, tandis que plusieurs économies avancées, en particulier en Europe, affichent des résultats moins bons.

Dans la zone euro, la croissance devrait être modeste, avec une projection de 0,7 % en 2024 et de 1,5 % en 2025. La France, l’Italie et l’Allemagne connaissent des perspectives de croissance similaires, bien que l’Allemagne puisse voir une légère amélioration l’année prochaine.

En dehors de l’Europe, l’Inde et l’Indonésie connaissent une croissance régulière, tandis que la Chine fait face à des défis persistants liés à une économie incertaine et à une demande en baisse.

Le rapport souligne également l’importance des mesures politiques pour garantir la stabilité macroéconomique et stimuler la croissance à moyen terme. La politique monétaire doit rester prudente, la politique budgétaire doit faire face aux pressions croissantes sur la soutenabilité de la dette, et des réformes politiques sont nécessaires pour stimuler l’innovation, les investissements et les opportunités sur le marché du travail.

L’OCDE prévoit une croissance mondiale stable pour les années à venir, bien que la croissance devrait rester inférieure à sa moyenne à long terme. Des politiques économiques appropriées sont nécessaires pour soutenir cette croissance et relever les défis économiques persistants à l’échelle mondiale.

Lire Plus

Économie

France : le gouvernement échappe à la sanction de Fitch et Moody’s

Article

le

France : le gouvernement échappe à la sanction de Fitch et Moody's

Malgré les inquiétudes concernant les finances publiques, Fitch et Moody’s laissent inchangées les notes de crédit de la France, reflétant une perspective stable mais soulignant la nécessité de réformes budgétaires.

Les agences de notation Fitch et Moody’s ont maintenu les notes de crédit de la France, malgré les préoccupations croissantes concernant ses finances publiques. Fitch a confirmé la note « AA- » avec une perspective stable, tandis que Moody’s n’a pas modifié sa note de « Aa2 » avec une perspective également stable.

Cette décision survient après que le déficit public de la France ait dépassé les prévisions en 2023, atteignant 5,5% du PIB, et que la dette publique représente 110,6% du PIB, plaçant la France derrière la Grèce et l’Italie en termes de ratio dette/PIB.

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a réagi en soulignant l’importance de redoubler d’efforts pour rétablir les finances publiques, conformément à l’objectif de ramener le déficit sous les 3% du PIB d’ici 2027. Cependant, ni Fitch ni Moody’s ne semblent convaincus par cet objectif, exprimant des doutes quant à sa réalisation.

Moody’s a déclaré que la perspective pourrait s’améliorer si des mesures significatives étaient prises pour réduire la dette, mais elle a également averti que la perspective et la note pourraient se détériorer si la situation de la dette s’aggravait. Fitch a souligné que la notation de la France est soutenue par une économie diversifiée et des institutions fortes, mais affaiblie par le niveau élevé de la dette publique.

Le maintien des notes par les agences est perçu comme un signal positif par certains, validant la politique de réduction du déficit du gouvernement. Cependant, d’autres estiment que cela ne change rien à la nécessité de poursuivre les réformes budgétaires.

La France attend maintenant la décision de l’agence S&P, prévue pour le 31 mai, ce qui sera un autre test crucial de la confiance des marchés dans l’économie française.

Lire Plus

Économie

Prix de l’électricité : la France 4e pays le plus cher du monde, selon une étude

Article

le

Prix de l’électricité : la France 4e grand pays le plus cher, selon une étude

Une analyse internationale place la France au quatrième rang des pays où le coût de l’électricité pèse lourd sur les ménages, en grande partie à cause des taxes.

Une récente étude menée dans 147 pays révèle que la France se classe au quatrième rang des pays où l’électricité est la plus chère. Avec un coût moyen de 28,3 centimes le kilowattheure pour les ménages français au premier trimestre 2024, la France se situe derrière l’Italie, les Bermudes et le Japon en termes de tarification de l’électricité.

Les données recueillies par Verivox, en collaboration avec GlobalPetrolPrices, indiquent que les ménages français dépensent près de deux fois plus que ceux des pays comparables tels que le Canada ou les États-Unis pour leur facture d’électricité. Cette situation s’explique principalement par le poids des taxes, qui représentent une part significative du coût total de l’électricité en France et en Allemagne.

Comparativement, des pays comme les États-Unis et le Japon affichent des tarifs inférieurs à 20 centimes le kilowattheure, tandis que la facture en Italie atteint les 41 centimes. À l’autre extrémité du spectre, la Chine, leader mondial de la production d’électricité, propose des tarifs aussi bas que 7 centimes.

L’étude révèle également que, en tenant compte du pouvoir d’achat national, la France se classe au 35e rang des pays où l’électricité est la plus chère. Toutefois, cette situation soulève des préoccupations quant à l’impact financier sur les ménages français, où le poids de l’électricité dans le budget familial reste considérable.

Lire Plus

Les + Lus