Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

[Sète] Dans le silence, le commerce de proximité souffre

Article

le

La fin des commerces de proximité dans les campagnes mais aussi dans les quartiers historiques Sètois ?

Derrière le discours de façade et les bons chiffres du tourisme de masse, nos commerces de proximité continuent de souffrir dans l’ignorance de tous les responsables concernés. Après les salins où 90% des commerces flambant neufs ont fermé et tous les locaux vides qui ne trouvent pas preneurs, l’hécatombe continue tristement. Nous vous amenons aujourd’hui du coté du quartier le Barrou…

La boulangerie historique et facile d’accès pour de nombreux Sétois, n’ouvre plus que le matin depuis le confinement, serait ce le début de la fin ? Effectivement, ce qui semblait être des horaires de saison pour lutter contre les fortes chaleurs ou pour lutter contre le virus, semble être en réalité un constat alarmant de ce qui se profile dans les prochains mois pour l’un des plus anciens commerces du Barrou.

Le Barrou l’exemple parfait de l’incompatibilité avec le tourisme de masse

Le quartier du Barrou et cette fuite en avant de ces valeureux commerçants, nous démontre hélas que le tourisme de masse ne sauvera pas nos commerces de proximité. Cet été beaucoup d’aller-retour de touristes qui résidaient au Barrou, « On a jamais vu autant de touristes que cette année au Barrou » dit Gislaine (78 ans). Mais en réalité très peu ont fréquenté les commerces du Barrou, « j’en ai pas vu beaucoup s’arrêter au bar ou à la boulangerie c’est dommage. Il nous ramène le virus mais pas l’argent » nous raconte Michel (72 ans).

Une population âgée en danger

Un commerce de proximité ce n’est pas seulement un service qui disparaît, c’est aussi la vie et le maintien du lien social entre les habitants d’un quartier. Les échanges sont en danger dans ces quartiers Sétois historiques. Le quartier du Barrou compte une forte population de personnes âgées, le lien social est vital. La boulangerie ce n’était pas seulement l’endroit où l’on achète le pain, c’était aussi l’endroit où l’ont rencontre ses voisins sur le chemin, « c’est vrai que je voyais beaucoup mes voisines avant, là je les vois seulement le matin, c’est déjà bien non ? » raconte Annie (89 ans).

Que va pouvoir de faire « la ligne bleue » mis en place par la municipalité cette semaine censée lutter contre les angoisses et la solitude des séniors pour créer ses liens humains qui disparaissent peu à peu ?

Les personnes âgées livrées à elles-mêmes dans cette société expéditive tentent quand même de s’organiser pour faire face aux imprévus heureux. « Maintenant on s’appelle et on se prête du pain quand un petit vient manger par surprise », « si le petit vient manger sans prévenir, le soir je n’ai plus de pain mais l’essentiel c’est que lui en ait » nous dit Mireille (88 ans).

Malgré les difficultés rencontrées les valeurs sont toujours présentes chez nos ainées. L’essentiel c’est ce que nous avons, eux ce n’est pas trop grave et c’est peut-être ça le problème, ce n’est jamais grave…

3 Commentaires

1 Commentaire

  1. Echardour Pierre

    28 septembre 2020 at 19 h 46 min

    Il est vrai que nombreux furent les touristes au Barrou cet été , plus enclins à découvrir les lieux de tournages des soaps télévisés. Les commerces du quartier en eurent à pâtir puisque cet afflux les a ignorés. Les horaires de la charismatique boulangerie de quartier témoigne du désintéressement de la clientèle. Il est toutefois vrai que le pain n’y est plus fabriqué. Est dorénavant proposé un pain au goût industriel peu propice à être savouré. La fermeture de cet emblématique commerce est signée si son propriétaire ne réagit pas dans l’immédiateté.

  2. Marité Kassianides

    29 septembre 2020 at 7 h 06 min

    Absolument d’accord avec Pierre Echardour. La boulangerie a perdu énormément de clientèle car le pain est devenu mauvais. Avant les clients venaient même d’autres quartiers pour acheter leur pain ; maintenant, les gens partent du Barrou pour le prendre ailleurs.Le quartier mérite beaucoup mieux car,en plus des personnes âgées qui ne peuvent se déplacer trop loin , il y a de plus en plus de jeunes couples avec des enfants gros consommateurs de pain, viennoiseries etc.
    Le propriétaire doit installer là une vraie boulangerie !

  3. Liguori

    6 octobre 2020 at 16 h 57 min

    Dans cette boulangerie il y en a différentes variétés de pains , bien sûr la baguette simple n’est pas extraordinaire , libre à vous de faire le bon choix , mais ne pas dire qu’il est mauvais. Avec l’épidémie du COVID , le propriétaire a réduit les heures d’ouverture , ne vous inquiétez pas il a réouvrir les après-midi laissez lui le temps de mieux s’organiser Et puis pourquoi râler alors que vous critiquez la qualité de son pain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Énergie : la facture de gaz augmentera de 11,7 % au 1er juillet

Article

le

Énergie : la facture de gaz augmentera de 11,7 % au 1er juillet

Selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE), la facture annuelle du gaz passera de 1 060 à 1 184 euros dès le 1er juillet.

C’est une tendance qui va directement impacter le portefeuille des Français. Le prix du gaz va nettement augmenter dans l’Hexagone à partir du 1er juillet et s’établira à 129,20 euros par mégawattheure (MWh) TTC en moyenne pour les consommateurs. « Cela représente 13,50 euros de plus qu’en juin par MWh, soit une hausse de + 11,7 % », précise Emmanuelle Wargon, la présidente de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), qui fixe et actualise chaque mois le prix repère en fonction des cours du marché.

« Mais attention, cela fait suite à une série de baisses successives ces derniers mois et on ne revient pas à un niveau aussi élevé qu’en janvier », a tenu à souligner Emmanuelle Wargon. Comme l’explique l’ancienne ministre chargée du Logement, cette hausse des tarifs est la conséquence d’un rebond des cours et surtout d’une revalorisation du tarif des réseaux de distribution.

Selon le CRE, la facture annuelle moyenne d’un ménage français concernant le gaz devrait passer de 1 060 euros à 1 184 euros. Elle s’élevait à 1 227 euros au mois de janvier. Depuis plusieurs semaines, certains fournisseurs comme EDF et Engie ont informé leurs clients qu’ils allaient répercuter la hausse sur leurs factures. De son côté, TotalEnergies a affirmé qu’il la répercutera sur les offres indexées, mais pas sur celles à prix fixe.

Lire Plus

Économie

Économie : le prix du café s’envole avec une hausse de plus de 200 %

Article

le

Économie : le prix du café s'envole avec une hausse de plus de 200 %

Depuis quelques années, la production de café ne cesse de diminuer alors que la demande continue d’augmenter.

Le prix du café s’envole. En seulement deux ans, les cours du Robusta ont pris plus de 200 %. La tonne a même dépassé les 4 400 dollars. Ces hausses peuvent s’expliquer par plusieurs facteurs, notamment la production au Vietnam, qui est le premier producteur mondial de café Robusta (environ 40 %). Les vagues de chaleur et la pénurie inquiètent également les professionnels du secteur.

La croissance des caféiers n’est plus ce qu’elle était en raison du réchauffement climatique. L’année prochaine, les exportations pourraient ainsi chuter de 20 %, selon les estimations. Il faut même s’attendre à un nombre important de pénuries, d’ici une vingtaine d’années.

Les rendements diminuent alors que la demande ne cesse de croître. Par conséquent, les prix sont en hausse dans vos rayons : les dosettes ont par exemple augmenté de 20 % en seulement deux ans. Comme d’autres matières premières, on observe également une spéculation sur le café.

Les acteurs de la grande distribution pointaient déjà cette réalité il y a quelques semaines. Giuseppe Lavazza a ciblé la responsabilité des fonds spéculatifs qui ont pris l’habitude d’utiliser l’intelligence artificielle et des algorithmes afin de s’enrichir.

Toutefois, le groupe italien espère que la chute de la consommation va compenser la baisse de l’offre et freiner alors cette spéculation d’ici quelques mois. « Jamais nous n’avons vécu autant d’années incertaines », a déclaré le président du groupe, résumant parfaitement la situation que traverse l’industrie du café depuis trois ans maintenant.

Lire Plus

Économie

Le pétrole plonge au plus bas depuis février après l’Opep+

Article

le

Le pétrole plonge au plus bas depuis février après l'Opep+

Suite à la décision de l’Opep+ de lever progressivement ses réductions de production, le prix du Brent plonge à son plus bas niveau depuis février.

Le marché pétrolier a réagi avec force lundi après l’annonce de l’Opep+ de mettre fin à l’une de ses strates de réduction de production dès octobre. Le Brent de la mer du Nord, la référence du pétrole en Europe, a chuté de 3,39 %, glissant sous la barre des 80 dollars à 78,36 dollars. Son équivalent américain, le WTI, a également baissé de 3,59 % pour atteindre 74,22 dollars, marquant ainsi leur plus bas niveau depuis février.

Selon Tamas Varga, analyste de PVM Energy, la baisse des cours est attribuable à la réunion de l’Opep+ la veille, où « le marché a été déçu que le groupe relâche progressivement certaines de ses limitations de production malgré l’absence de signes tangibles d’amélioration de la demande ».

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés de l’alliance Opep+ ont prolongé les réductions de production en cours jusqu’à fin septembre, avant de réintroduire progressivement des barils sur le marché au cours des 12 mois suivants, débutant en octobre 2024. Cette réunion, dans un format hybride inédit à Ryad, a permis de clarifier les intentions du groupe concernant la fin de sa politique de réduction de l’offre.

Malgré le maintien des réductions de production au troisième trimestre, Goldman Sachs a décrit la décision comme « bearish » (accommodante), signalant que l’ouverture des vannes de pétrole dès octobre est perçue comme négative pour le marché. Cette décision intervient alors que l’incertitude sur la demande chinoise pèse sur les matières premières mondiales, souligne Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Actuellement, les membres de l’Opep+ réduisent leur production à trois niveaux : d’abord à l’échelle du groupe avec des quotas officiels réduits de 2 millions de barils par jour (mbj) depuis la fin 2022, quotas étendus jusqu’à fin 2025. Ensuite, des réductions volontaires de certains membres, annoncées en avril 2023, de 1,65 mbj au total, reconduites jusqu’à fin 2025. Enfin, huit membres ont procédé à des réductions supplémentaires de 2,2 mbj en novembre 2023, étendues jusqu’à fin septembre 2024.

En résumé, les trois coupes de l’Opep+ totalisent près de 6 mbj, reconduites au moins jusqu’en septembre. Ce complexe montage avait initialement laissé les cours du brut de marbre. Cependant, les Émirats arabes unis ont obtenu dimanche un relèvement de leur quota officiel de production de 300 000 barils par jour, mis en place progressivement de janvier à septembre 2025.

Avec la fin des réductions supplémentaires et l’augmentation de l’objectif de production des Émirats, l’Opep+ pourrait réintroduire 2,5 mbj de septembre 2024 à septembre 2025. Réintroduire ces barils sans inonder le marché ni faire plonger les cours dans le rouge s’annonce un véritable défi pour le groupe, surtout « si les perspectives de la demande restent négatives », selon Lukman Otunuga.

Les analystes de DNB prévoient même que le groupe des pays exportateurs devra faire le deuil du baril de Brent à plus de 80 dollars « si l’alliance agit comme prévu », ne voyant « pas de place pour des barils supplémentaires de l’Opep+ sur le marché ». Le groupe a néanmoins rappelé qu’il pouvait arrêter ou inverser la sortie de ses réductions de production si les conditions de marché se détériorent.

Lire Plus

Les + Lus