Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Roland-Garros: Swiatek-Kenin, face-à-face entre têtes dures

Article

le

roland-garros:-swiatek-kenin,-face-a-face-entre-tetes-dures

La finale dames de Roland-Garros entre la Polonaise Iga Swiatek (54e), 19 ans seulement, et la lauréate de l’Open d’Australie 2020 Sofia Kenin (6e), s’annonce comme un duel entre deux jeunes joueuses qui n’ont pas froid aux yeux samedi.

Quand on lui demande en conférence de presse de se définir en un mot, Kenin répond « bagarreuse ».

« Très bagarreuse. J’ai le sentiment d’avoir progressé, je me bats sur chaque point, ce n’est pas facile. Je suis bagarreuse, sans aucun doute », répète la jeune Américaine.

La preuve en deux illustrations. A 21 ans, la Floridienne ne comptait que six victoires sur terre battue depuis le début de sa carrière, contre onze défaites, avant cette édition 2020 de Roland-Garros. Elle a doublé ce total pour se hisser jusqu’en finale. Et elle a bataillé trois sets dans quatre de ses six matches.

« Vous devez adorer la compétition, vous devez avoir ce tempérament bagarreur. Je l’ai déjà dit: je déteste vraiment perdre et j’adore gagner. Alors j’essaie de faire tout ce que je peux pour gagner », expose Kenin.

Swiatek, elle, est « une bête de compétition », selon son entraîneur polonais Piotr Sierzputowski, qui travaille avec elle depuis 2016. « Elle adore la compétition, elle n’aime pas s’entraîner, c’est ennuyeux pour elle. Mais quand arrivent les matches, elle est là », décrit-il.

Swiatek meilleure « sous pression »

« En général, je suis le genre de joueuse qui joue mieux sous pression », complète la jeune Polonaise.

A 19 ans seulement, la native de Varsovie s’apprête à disputer sa toute première finale en Grand Chelem.

Son accession en finale majeure est déjà une rareté pour le tennis polonais, s’y imposer serait une première. Elle n’est que la deuxième joueuse polonaise à accéder à une finale en Grand Chelem dans l’ère Open (1968), la troisième au total. Avant elle, seules Jadwiga Jedrzejowska à trois reprises (Wimbledon et US Open 1937, Roland-Garros 1939), et Agnieszka Radwanska à Wimbledon en 2012, s’y étaient hissées. Sans succès.

Jusque-là, Swiatek s’est montrée irrésistible tout au long de la quinzaine parisienne: en six tours, elle n’a pas cédé le moindre set et a laissé échapper moins de quatre jeux en moyenne par match. Son principal fait d’armes: avoir éjecté sans ménagement (6-1, 6-2) Simona Halep, tête de série N.1 et favorite du tournoi, en huitièmes de finale.

« Je gère assez bien la tension », résume Swiatek sans frimer.

« Si je ne suis pas étranglée par l’émotion, je pense que tout ira bien, anticipe-t-elle. Il y a une raison pour laquelle j’ai été si efficace: je reste hyper concentrée, je mets beaucoup de pression sur mes adversaires et je ne les laisse pas jouer leur meilleur tennis. J’espère faire la même chose samedi. »

Kenin « sait à quoi s’attendre »

D’autant que « finaliste, c’est déjà un super résultat, donc je n’ai pas de pression », souligne celle qui ne compte encore aucun titre, et une seule autre finale, perdue à Lugano (Suisse) en 2019, à son palmarès et qui n’avait jamais dépassé les huitièmes de finale en Grand Chelem jusque-là.

Sacrée à l’Open d’Australie début février, Kenin compte justement profiter de sa plus grande expérience, et de l’éventuelle nervosité de Swiatek.

« Je serai forcément un peu nerveuse avant la finale. Mais je sais ce que c’est, et je l’ai déjà fait. Je sais quelles émotions on ressent quand on joue sa première finale en Grand Chelem. J’espère qu’elle va être un peu nerveuse. Moi, je sais à quoi m’attendre », explique l’Américaine.

Si Swiatek a « toujours su que si (elle) devai(t) jouer une finale en Grand Chelem, ce serait à Roland-Garros », Kenin ne s’est elle mise à apprécier la terre battue qu’à la faveur de sa victoire face à Serena Williams l’an dernier, au troisième tour de Roland-Garros justement (6-2, 7-5).

« Avant, je n’aimais pas du tout la terre battue. En juniors déjà, ce n’était pas ma meilleure surface, j’avais l’impression de manquer de puissance, je n’arrivais pas à contrôler les points, je ne bougeais pas très bien. C’était un peu une bataille pour moi », raconte-t-elle.

Battre Serena Williams, « ça m’a donné un surplus de confiance ». Et tout a changé depuis : « J’adore la terre battue maintenant », tranche Kenin.

Europe

Daniel Alves condamné à quatre ans et demi de prison pour viol

Article

le

Daniel Alves condamné à quatre ans et demi de prison pour viol

Le Brésilien était accusé du viol d’une femme de 23 ans dans les toilettes d’un club de Barcelone à la fin de l’année 2022. Il écope de 4 ans et demi de prison.

L’ancien international brésilien Dani Alves a été condamné jeudi à une peine de quatre ans et demi de prison pour le viol en 2022 d’une jeune femme dans une discothèque de Barcelone, a annoncé le tribunal de la ville catalane. Les faits se sont déroulés dans la nuit du 30 au 31 décembre 2022 dans les toilettes d’un carré VIP de la discothèque Sutton, à Barcelone.

Le parquet avait requis neuf ans de prison contre l’ancien joueur du FC Barcelone et du Paris-Saint-Germain. Dani Alves a également été condamné à verser 150 000 euros à la victime et à cinq ans de liberté surveillée une fois sa peine purgée. Durant le procès, ce dernier a réfuté toute forme de violence à l’encontre de la plaignante.

En détention provisoire depuis plus d’un an, l’ancien arrière droit de 40 ans s’était défendu en affirmant que la plaignante n’avait « à aucun moment (…) dit quoi que ce soit » pour s’en aller. « Si elle avait voulu partir, elle pouvait partir à tout moment, elle n’était pas obligée d’être là », a-t-il ajouté, affirmant qu’il n’était « pas un homme violent ».

La procureure a rétorqué en déclarant que « Si à un moment donné, [la femme] dit ‘pas plus loin’, c’est ‘pas plus loin’. Monsieur Alves ne peut pas continuer si la victime ne donne pas son consentement ». Le tribunal a considéré comme prouvé le fait que l’accusé a brusquement saisi la plaignante, l’a jetée au sol et l’a pénétrée vaginalement, en évitant qu’elle ne bouge, alors que la plaignante disait non et qu’elle voulait s’en aller.

La victime avait témoigné à huis clos, afin de protéger son identité, et derrière un paravent pour éviter tout contact visuel avec Dani Alves. Sa voix avait été modifiée et son visage pixellisé sur l’enregistrement, destiné à l’usage exclusif des juges, au cas où il viendrait à fuiter.

La défense de Dani Alves avait aussi été fragilisée par de nombreux changements de version. Après avoir affirmé dans une vidéo, au début de janvier 2023, n’avoir jamais rencontré la plaignante, il avait justifié son mensonge en expliquant avoir voulu protéger son mariage, avant de finir par reconnaître une relation sexuelle avec la plaignante, selon lui consentie.

Lire Plus

Sports

NFL – Super Bowl LVIII : Kansas City remporte son deuxième titre de suite

Article

le

NFL - Super Bowl LVIII : Kansas City remporte son deuxième titre de suite

Dans une finale haletante, les Kansas City Chiefs ont triomphé dans la nuit de dimanche à lundi contre les San Francisco 49ers après une prolongation, remportant ainsi leur deuxième titre consécutif au Super Bowl.

Dans une bataille acharnée où les enjeux étaient à leur paroxysme, les Kansas City Chiefs ont réussi à surmonter les obstacles pour s’adjuger une victoire historique au Super Bowl LVIII. Menés par leur quarterback vedette Patrick Mahomes, les Chiefs ont fait face à une opposition farouche des San Francisco 49ers tout au long de la rencontre.

Le match a été marqué par des moments de tension et de nervosité chez les Kansas City Chiefs, notamment au cours des deux premiers quarts-temps. Cependant, malgré les difficultés initiales et les erreurs commises, l’équipe a su rester concentrée et déterminée à renverser la situation. Grâce à des performances exceptionnelles de joueurs clés comme Travis Kelce, les Chiefs ont su rattraper leur retard et égaliser à plusieurs reprises.

La prolongation a été le théâtre d’un duel intense entre les deux équipes. Alors que les San Francisco 49ers semblaient avoir l’avantage après un field goal, les Kansas City Chiefs ont su saisir l’opportunité et conclure le match de manière magistrale. Sous la direction de Patrick Mahomes, l’équipe a réussi à marquer le touchdown décisif à trois secondes de la fin, assurant ainsi leur victoire et leur titre consécutif au Super Bowl.

Cette victoire consacre les Kansas City Chiefs comme une équipe dominante dans la NFL, avec trois titres remportés au cours des cinq dernières années. Leur détermination et leur capacité à surmonter les obstacles font désormais d’eux une véritable dynastie dans le monde du football américain.

Lire Plus

Sports

Ligue des Nations : la France dans un groupe relevé avec l’Italie, la Belgique et Israël

Article

le

Ligue des Nations : la France dans un groupe relevé avec l'Italie, la Belgique et Israël

Les Bleus affronteront des adversaires redoutables lors de l’édition 2024-2025 de la compétition européenne.

Le tirage au sort de la phase de groupes de la Ligue des Nations a été effectué jeudi 8 février, plaçant l’équipe nationale française dans une poule relevée aux côtés de l’Italie, de la Belgique et d’Israël. Après une performance décevante lors de la campagne précédente, les Bleus se préparent à affronter des défis de taille dans l’édition 2024-2025 de cette compétition.

L’Italie en nouveau départ

L’Italie, actuelle tenante du titre de l’Euro, se trouve dans une phase de reconstruction après avoir manqué les deux dernières Coupes du monde. Malgré des résultats mitigés lors des éliminatoires de l’Euro, la Squadra Azzurra reste une équipe redoutable. Sous la direction de Luciano Spalletti, elle cherche à s’affirmer et à trouver un nouvel élan, notamment en attaque. Bien que la dernière confrontation officielle entre la France et l’Italie remonte à 2008, les rencontres amicales récentes ont toutes penché en faveur des Bleus.

La Belgique, un adversaire solide

Les Belges, toujours en quête de revanche depuis leurs échecs en Coupe du monde et en Ligue des Nations, restent un adversaire redoutable. Sous la direction de leur nouvel entraîneur Domenico Tedesco, les Diables Rouges ont réalisé une performance solide lors des éliminatoires de l’Euro, se plaçant en tête de leur groupe. Avec des joueurs de talent tels que Kevin De Bruyne et Romelu Lukaku, la Belgique s’annonce comme l’un des défis les plus coriaces pour les Français.

Israël, un adversaire méconnu

Israël, bien que moins connu en tant qu’adversaire, ne doit pas être sous-estimé. Promu en Ligue A après une performance solide en Ligue B, Israël a montré sa capacité à rivaliser avec des équipes plus importantes. Malgré une dernière confrontation officielle remontant à 2005, les Israéliens sont déterminés à prouver leur valeur sur la scène internationale.

En résumé, les Bleus devront se préparer à des rencontres difficiles contre des adversaires redoutables lors de la prochaine édition de la Ligue des Nations.

Lire Plus

Les + Lus