Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Roland-Garros: morne automne pour les Français

Article

le

roland-garros:-morne-automne-pour-les-francais

Triste journée mardi à Roland-Garros: le ciel lui-même a versé des larmes froides alors que les Français, à commencer par Kristina Mladenovic qui a perdu après avoir semblé prendre l’ascendant, quittaient le tournoi les uns après les autres.

Pas de problème en revanche pour Novak Djokovic (N.1 mondial) qui s’est joué du Suédois Mikael Ymer (80e) 6-0, 6-2, 6-3.

« Mon objectif est plus grand: mon ambition est de me battre pour le titre », a-t-il prévenu en souriant, devant le très raréfié public du court Philippe-Chatrier.

En cas de titre le 11 octobre, le Serbe deviendrait le premier joueur de l’ère Open, et seulement le troisième de l’histoire, après les Australiens Rod Laver et Roy Emerson, à s’offrir au moins deux fois chacun les quatre trophées du Grand Chelem.

Dans le camp des Français, sur les quatre premiers en lice mardi, seule Fiona Ferro a atteint le deuxième tour. Car, outre Mladenovic, Ugo Humbert et Harold Mayot ont été éliminés d’entrée, comme douze autres joueuses et joueurs tricolores depuis dimanche.

Gilles Simon devait encore tenter sa chance face à Denis Shapovalov, tout comme Grégoire Barrère contre Grigor Dimitrov, Richard Gasquet contre Roberto Bautista, Pauline Parmentier contre Veronika Kudermetova, Quentin Halys contre Marcos Giron et Harmony Tan contre Daria Kasatkina.

Quand il a plu en début d’après-midi, tous les courts ont été bâchés, et seul le toit du Philippe-Chatrier a permis au jeu de se dérouler… braquant tous les regards sur Mladenovic et son adversaire allemande Laura Siegemund.

Erreur d’arbitrage

La Française, 44e mondiale, n’était plus apparue en tournoi depuis son deuxième tour de l’US Open contre la Russe Varvara Gracheva (102e), son effondrement physique, pshychologique, et le psychodrame qui s’ensuivit. Elle menait 6-1, 5-1 service à suivre et semblait se diriger vers une victoire facile. Mais malgré quatre balles de match à 5-2, elle s’était inclinée 1-6, 7-6, 6-0.

Dans la foulée, elle avait avoué à quel point la bulle sanitaire lui pesait, surtout qu’elle avait été placée sous surveillance renforcée après avoir été déclarée cas contact de Benoît Paire. Ce dernier avait lui-même été exclu du tournoi pour un contrôle positif au coronavirus avant le début de la compétition.

Cette fois à Paris, tout a de nouveau très bien commencé pour la Française qui s’est facilement détachée 5-1 dans la première manche et s’est procuré une balle de set. Mais l’arbitre n’a pas vu que la balle de Mladenovic avait rebondi deux fois dans le camp de Siegemund -qui s’est bien gardée de le dire- et la manche s’est poursuivie.

« Je pense que l’arbitre de chaise est la seule personne du court central à ne pas l’avoir vu… On peut appeler ça le tournant du match. Je ne sais pas quel aurait été le résultat sans ça, mais oui, c’était forcément un point-clé », a commenté la Française.

Mladenovic s’est encore procuré six balles de set, mais sans parvenir à en transformer une seule. Si bien que c’est l’Allemande (66e) qui a conclu la première manche dès sa première balle de set, en ayant aligné six jeux d’affilée.

« Philosophe »

Le visage creusé, la Française a ensuite concédé son service dans la seconde manche, laissant Siegemund mener 5-3, servir pour le match et s’imposer 7-5, 6-3.

Cependant, contrairement à New York, Mladenovic a pris de la hauteur au lieu de s’enfoncer.

« Je n’y peux rien, donc je vais essayer d’être philosophe et de me dire que s’il faut que ça arrive, il fallait que ça arrive en 2020, parce que sérieusement, c’est une sacrée drôle d’année », a commenté la Française. « Honnêtement, si tous les mauvais sorts peuvent arriver en 2020, tant mieux, comme ça on est débarrassé, et on passe à autre chose. »

Eliminée également au 1er tour de l’Open d’Australie par Karolina Pliskova, Mladenovic n’a jamais dépassé le deuxième tour en dix tournois cette année.

Pliskova (4e), elle, a concédé la manche d’ouverture de son tournoi parisien avant de s’imposer 6-7 (9/11), 6-2, 6-4 face à l’Egyptienne Mayar Sherif (172e).

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

Rafael Nadal se prépare pour Roland-Garros et évoque ses adieux imminents à Barcelone

Article

le

Rafael Nadal se prépare pour Roland-Garros et évoque ses adieux imminents à Barcelone

Malgré sa défaite à Barcelone, Nadal reste concentré sur son objectif ultime : briller une dernière fois à Roland-Garros.

À quelques semaines de Roland-Garros, Rafael Nadal se prépare pour ce qui pourrait être son dernier tournoi majeur. Malgré sa défaite face à Alex De Minaur à Barcelone, Nadal estime avoir fait un pas en avant dans sa préparation pour le tournoi parisien.

Pour Nadal, Barcelone n’était pas l’endroit pour tout donner. Il réserve son énergie et sa détermination pour Roland-Garros, où il a établi un héritage légendaire. Il décrit son passage à Barcelone comme des « adieux », soulignant l’importance émotionnelle de ce tournoi où il a triomphé à douze reprises.

De retour sur le court après plus de trois mois d’absence, Nadal se concentre sur ses sensations et sa forme physique en vue de Roland-Garros. Il admet qu’il lui est difficile d’être compétitif sur de longs matchs pour l’instant, mais reste optimiste quant à sa progression.

Nadal reconnaît qu’il a encore du chemin à parcourir pour retrouver son meilleur niveau, mais il se sent plus fort après chaque séance d’entraînement. Son objectif est de se sentir plus à l’aise et mieux préparé pour affronter les défis à venir, notamment à Madrid la semaine prochaine.

À bientôt 38 ans, Nadal se prépare à affronter ce qui pourrait être sa dernière campagne à Roland-Garros. Malgré les défis physiques, il reste déterminé à briller sur la terre battue parisienne et à laisser une dernière empreinte indélébile dans l’histoire du tennis.

Lire Plus

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Les + Lus