Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Régler ses dettes, un casse-tête pour Cuba en pleine pandémie

Article

le

regler-ses-dettes,-un-casse-tete-pour-cuba-en-pleine-pandemie

Affaibli par le durcissement de l’embargo américain et l’absence de touristes avec la pandémie, Cuba a cessé de rembourser ses créanciers internationaux, mais ces derniers espèrent négocier un retour sur les rails dans les prochains mois.

Concernant l’argent dû à 14 pays dont la France, l’Espagne et le Japon, le Club de Paris – l’instance qui gère les discussions – compte négocier entre mai et juin un nouveau calendrier de paiements après un moratoire d’un an accordé en 2020, a indiqué à l’AFP une source diplomatique.

Quant à la dette aux créanciers privés, gérée par le Club de Londres, le fond d’investissement CRF I Ltd, qui en détient la plus grosse part (1,2 milliard d’euros, soit 1,5 md USD), vient de faire une offre de restructuration avec décote de 60% au président Miguel Diaz-Canel, dans un courrier.

Lors du récent congrès du Parti communiste marquant son départ en retraite, Raul Castro a assuré que le pays voulait « recommencer à respecter (ses) engagements financiers internationaux quand commencera à se redresser l’économie ».

Mais « il y a des facteurs exogènes qui pèsent actuellement sur la balance des paiements cubaine : la pandémie et les sanctions américaines », commente Pavel Vidal, économiste à l’université Javeriana de Cali (Colombie).

Pour Cuba, « la situation est encore plus compliquée » qu’en 2020, renchérit l’économiste Omar Everleny Pérez, du Centre chrétien de réflexion et dialogue.

Donc « avec quoi va-t-on payer? » poursuit-il. « C’est vrai qu’il y a une volonté de payer, mais d’un autre côté, c’est vrai que les gens n’ont pas à manger ».

Appel à la clémence

Le Produit intérieur brut (PIB) a chuté de 11% en 2020 et les importations, qui couvrent 80% des besoins, sont au plus bas depuis 2009, aggravant les pénuries. « On ne peux pas demander un effort supplémentaire à un pays noyé par la pandémie », estime M. Pérez.

C’est justement un appel à la clémence qu’a lancé le président Diaz-Canel lors du récent sommet ibéro-américain.

« Les pays en développement portent le fardeau insupportable d’une dette extérieure, déjà mille fois payée, et certains subissent en outre l’impact de mesures coercitives unilatérales », a-t-il déclaré en référence à l’embargo américain, appliqué depuis 1962.

Depuis plusieurs mois, le gouvernement fait campagne, sur les réseaux sociaux et via des manifestations à Cuba et dans les pays de la diaspora cubaine, pour exiger la levée de l’embargo, renforcé sous Donald Trump.

La question de la dette des pays pauvres est revenue au premier plan avec la pandémie : le G20 a accordé à 74 pays un moratoire d’un an, récemment renouvelé pour six mois.

La Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) se veulent au chevet des pays fragilisés mais Cuba n’est membre d’aucune des deux instances et se retrouve en première ligne face aux créanciers.

« Retour en douceur »

L’accord avec le Club de Paris en 2015 avait effacé 8,5 sur 11,1 milliards de dollars dus, le reste étant converti en projets d’investissement ou échelonné jusqu’en 2033 (Cuba devait rembourser 85 millions en 2020).

De quoi achever de remettre l’île, en défaut de paiement depuis 1986, sur le droit chemin après les effacements de dette par la Chine en 2011 (6 mds USD), le Mexique en 2013 (487 millions) et la Russie en 2014 (35 mds).

Le pays est toutefois en défaut de paiement avec le Brésil depuis 2018 et doit à l’Argentine 2,7 milliards, une dette remontant aux années 1970.

Pour John Kavulich, président du Conseil économique cubano-américain, « désormais, un autre rééchelonnement (de la dette du Club de Paris) sera nécessaire, et les pays participants y sont préparés », car ils « ont peu de moyens de pression et Cuba le sait ».

Quant à la dette commerciale, CRF I Ltd propose dans son courrier « un accord de règlement qui mettra fin aux coûts, à la mauvaise publicité et aux stigmates pesant sur Cuba, tout en facilitant un éventuel retour en douceur sur les marchés financiers internationaux ».

Depuis onze ans, le fonds tente en vain de négocier un accord. Par le passé, ses offres sont restées lettre morte et son action en justice, lancée à Londres en 2020, est toujours en cours.

Monde

Israël lance à son tour une attaque contre l’Iran, provoquant des tensions régionales

Article

le

Israël lance à son tour une attaque contre l'Iran, provoquant des tensions régionales

Les explosions en Iran suscitent des inquiétudes mondiales et des appels à la retenue.

Israël a lancé une attaque contre l’Iran, déclenchant des explosions dans plusieurs régions du pays, selon des médias aux États-Unis citant des responsables américains. L’agence officielle iranienne Irna a rapporté qu’aucun dégât majeur n’avait été signalé après les événements survenus à l’aube.

Selon le New York Times, l’attaque aurait été menée par de petits drones, potentiellement lancés depuis le territoire iranien. Cette action vise à démontrer à l’Iran que Israël est capable de frapper à l’intérieur du pays, selon le Washington Post.

Les tensions entre les deux pays se sont intensifiées après les tirs de drones et de missiles contre Israël le week-end précédent. En réponse à ces attaques, Israël aurait lancé cette offensive contre l’Iran. Bien que les explosions aient été signalées, elles n’auraient pas visé les installations nucléaires, selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) basée à Vienne.

Les médias américains rapportent que Israël aurait informé Washington de son attaque sur l’Iran. Cependant, le Pentagone n’a pas encore fait de commentaire à ce sujet. L’attaque survient alors que l’Iran a activé son système de défense aérienne au-dessus de plusieurs villes, selon les médias d’État iraniens. Ces événements coïncident également avec le 85e anniversaire du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei.

La communauté internationale appelle à la retenue et à la désescalade. Plusieurs pays, dont l’Allemagne, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Italie, ont exprimé leur préoccupation et ont appelé à un apaisement des tensions. Les États-Unis, qui n’ont pas été impliqués dans l’opération offensive, ont également exhorté à la retenue. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que les États-Unis surveillaient la situation de près.

En réponse à ces événements, l’Australie a appelé ses ressortissants à quitter Israël et les territoires palestiniens par crainte d’une régionalisation du conflit entre Israël et le Hamas.

Face à ces développements, la position de la France est axée sur la désescalade et la retenue au Moyen-Orient. Le ministre français délégué à l’Europe, Jean-Noël Barrot, a souligné l’importance de la prudence et a noté que le président Emmanuel Macron s’exprimera en temps voulu sur la situation.

Les appels à la désescalade se multiplient alors que la région reste sous haute tension, avec des préoccupations croissantes quant à une escalade potentielle des hostilités entre Israël et l’Iran.

Lire Plus

Europe

Ukraine: 11 morts dans une triple frappe russe sur une grande ville du nord

Article

le

Ukraine: 11 morts dans une triple frappe russe sur une grande ville du nord

Au moins 11 personnes tuées dans une triple frappe russe, l’Ukraine réclame un renforcement de ses défenses aériennes.

Une triple frappe russe a frappé la grande ville de Tcherniguiv dans le nord de l’Ukraine, faisant au moins 11 morts et 22 blessés, selon le ministre de l’Intérieur Igor Klimenko. Le président Volodymyr Zelensky a réagi en pointant du doigt le manque d’aide de l’Occident dans la défense du pays.

Le président Zelensky a déclaré que l’Ukraine manquait de défenses aériennes suffisantes pour empêcher de telles attaques. Il a déploré le fait que la Russie bombarde quotidiennement les villes ukrainiennes, utilisant des missiles et des drones explosifs, notamment pour cibler les infrastructures énergétiques du pays.

Face à une aide occidentale qui semble diminuer, l’Ukraine peine à intercepter ces attaques. Zelensky a exhorté ses partenaires internationaux à fournir davantage d’armements et de systèmes de défense aérienne pour renforcer la capacité de l’Ukraine à se protéger.

L’attaque sur Tcherniguiv survient dans un contexte où l’Ukraine tente de faire face à l’agression russe depuis plusieurs années. Fondée il y a plus de 1 000 ans, Tcherniguiv est une ville historique qui a été lourdement bombardée par l’armée russe depuis le début de l’offensive.

Dans un autre incident, des médias russes ont rapporté une attaque ukrainienne sur la base militaire de Djankoï en Crimée, avec des vidéos montrant des explosions impressionnantes au milieu de la nuit. Selon des sources, des missiles tactiques ATACMS fournis par les États-Unis à l’Ukraine pourraient avoir été utilisés lors de cette attaque.

Les pertes dans les rangs russes depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, il y a deux ans, sont estimées à environ 50 000 soldats, selon des médias russes et britanniques. Les autorités russes ne divulguent pas officiellement leurs pertes, tandis que Zelensky a reconnu en février la mort de 31 000 militaires ukrainiens.

Lire Plus

Europe

Italie : un restaurant offre une bouteille de vin aux clients qui se séparent de leur portable

Article

le

Italie : un restaurant offre une bouteille de vin aux clients qui se séparent de leur portable

À Vérone, une initiative originale pour encourager les convives à profiter pleinement de leur repas sans les téléphones portables.

Le restaurant Al Condominio, situé à Vérone en Italie, propose une expérience gastronomique unique en son genre : laisser son téléphone portable à l’entrée dans une boîte fermée à clé en échange d’une bouteille de vin gratuite. Cette initiative, rapportée par The Guardian, vise à inciter les convives à savourer pleinement leur repas sans les distractions constantes des appareils électroniques.

Le propriétaire de l’établissement, Angelo Lella, explique : « Nous voulions ouvrir un restaurant différent des autres. La technologie devient un problème, il n’est pas nécessaire de regarder son téléphone toutes les cinq secondes. » Pour encourager cette déconnexion temporaire, il offre généreusement une bouteille de vin à tous ceux qui participent à cette initiative.

Angelo Lella compare l’addiction aux téléphones portables à une drogue et estime que cette initiative permet aux clients de « mettre de côté » cette dépendance et de profiter pleinement de leur vin et de leur repas.

Le processus est simple : les convives déposent leur téléphone dans une boîte fermée à clé à l’entrée du restaurant et reçoivent en échange une clé pour récupérer leur appareil à la fin du repas. Ceux qui sont pleinement satisfaits de leur expérience sont également invités à laisser un avis sur le repas, à déposer dans la même boîte que leur téléphone. Les commentaires les plus élogieux peuvent même leur valoir une invitation à dîner gratuitement dans le restaurant.

Depuis la mise en place de cette offre, Angelo Lella rapporte un franc succès : « La réponse a été très positive. 90% des clients ont choisi de laisser de côté leur téléphone en échange du vin. »

Cette initiative originale témoigne de la volonté du restaurant Al Condominio de créer une atmosphère conviviale et déconnectée, où les clients peuvent pleinement apprécier leur repas et leur compagnie, sans les distractions incessantes des appareils électroniques.

Lire Plus

Les + Lus