Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Québec: deux morts et cinq blessés dans une attaque à l’arme blanche, un suspect arrêté

Article

le

quebec:-deux-morts-et-cinq-blesses-dans-une-attaque-a-l’arme-blanche,-un-suspect-arrete

Un jeune homme en tenue médiévale et armé d’une épée a tué deux personnes et en a blessé cinq autres dans la nuit de samedi à dimanche dans le centre historique de Québec (est du Canada) avant d’être rapidement interpellé.

Les agressions se sont déroulées samedi en fin de soirée d’Halloween dans le Vieux Québec, notamment dans le quartier du célèbre Chateau Frontenac, haut-lieu touristique de la capitale de la province francophone canadienne, selon la police.

Le suspect, « un homme âgé dans la mi-vingtaine » a agressé plusieurs personnes en plusieurs endroits de la ville pour une raison encore indéterminée.

A l’issue d’une chasse à l’homme dans les rues de la vieille-ville, l’homme a été arrêté dimanche peu avant 1h (06H00 GMT), a indiqué Etienne Doyon, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) lors d’un point de presse.

« Selon nos premières informations, rien ne nous indique que le suspect aurait agi pour des motivations autres que personnelles », a précisé la police dans un tweet diffusé dans la nuit.

Selon trois témoins cités par le journal québécois Le Soleil, l’assaillant aurait « égorgé » sa première victime près du Château Frontenac et il y avait « beaucoup de sang ».

L’homme aurait ensuite poursuivi sa route sur la rue des Remparts, où la deuxième personne a été tuée, avant de se rendre vers le port de Québec, faisant d’autres blessés, selon le journal.

Chasse à l’homme

Karin Lacoste, une habitante de Québec, se rendait dans une superette pour faire quelques courses vers 23h lorsqu’elle a vu plusieurs policiers armés portant des gilets pare-balle.

« Il y en a un qui m’a dit +courez chez vous parce qu’il y a quelqu’un qui se promène, c’est un tueur et il a tué des personnes+ », a-t-elle témoigné sur la chaîne LCN. « J’ai vraiment eu peur ».

La police avait reçu un appel samedi vers 22h30 faisant état de « multiples agressions armées » se produisant « dans le secteur du Vieux-Québec, » a précisé M. Doyon. La SVPQ a alors « déployé plusieurs policiers sur le terrain » y compris des patrouilleurs et des maître-chiens à la recherche de l’assaillant.

Le suspect a finalement été « arrêté peu avant 1h ce matin » près de l’Espace 400e, près du Vieux-Port de Québec, a-t-il dit. L’homme a été « contrôlé » et « transporté vers un centre hospitalier pour être évalué », a-t-il ajouté.

L’homme a été formellement identifié mais la police n’a pas communiqué son identité ni révélé s’il était connu de leurs services.

« C’est un homme qui était habillé en (tenue) médiéval. C’est un homme qui portait une épée avec lui. C’est des blessures qui ont été faites à l’arme blanche. C’est tout ce qu’on peut dire pour l’instant », a expliqué M. Doyon.

Lors de son interpellation, l’homme, né en 1996 selon le Soleil, était couché au sol, pieds nus et en hypothermie. Il portait un masque noir et s’est rendu aux policiers sans offrir de résistance, selon le journal, qui précise que le suspect aurait planifié son geste depuis un an et demi.

La police n’a pas donné de détail sur les victimes, précisant seulement que la nature des blessures est « variable ».

La police a ouvert une enquête et a demandé aux habitants de « rester à l’intérieur » pour la nuit, alors que plusieurs quartiers étaient bouclés par un imposant dispositif policier, notamment celui du Parlement québécois.

En raison des restrictions liées à la pandémie de coronavirus, les rues du Vieux-Québec étaient très peu fréquentées au moment du drame, a témoigné à l’AFP Jordan Proust, journaliste pigiste.

« La plupart des enfants qui ont célébré Halloween l’ont fait dans l’après-midi », a-t-il expliqué.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Attaques en Russie: fin des affrontements armés, 19 personnes tuées

Article

le

Attaques en Russie: Fin des affrontements armés, 19 personnes tuées

La Russie a annoncé lundi la fin des affrontements armés au Daguestan, dans le Caucase, où des attaques la veille au soir contre des églises orthodoxes et au moins une synagogue ont fait 19 morts, dont 15 policiers et quatre civils.

Un climat de tension extrême règne au Daguestan, région du Caucase, après une série d’attaques sanglantes qui ont frappé la capitale Makhatchkala et la ville côtière de Derbent. Dimanche soir, des assaillants ont ciblé des églises orthodoxes, une synagogue et un poste de contrôle de la police, faisant 19 morts, dont 15 policiers et quatre civils. L’opération « antiterroriste » menée par les forces russes s’est achevée lundi matin avec la liquidation de cinq assaillants, selon le Comité antiterroriste russe, qui a affirmé avoir établi leur identité.

Cependant, des doutes subsistent quant à la possibilité que d’autres assaillants aient pu s’échapper. Aucune information claire sur leurs motivations ou leur identité n’a été divulguée, et le Kremlin n’a pas encore réagi officiellement.

Ces attaques qualifiées de « terroristes » interviennent trois mois après un attentat revendiqué par l’organisation jihadiste État islamique (EI) au Crocus City Hall, une salle de concert de la banlieue de Moscou, qui avait fait plus de 140 morts. Cet événement avait déjà ravivé la menace du terrorisme islamiste en Russie.

Les attaques de dimanche n’ont pas encore été revendiquées, mais elles rappellent les sombres années 2000, lorsque le Daguestan, région à majorité musulmane voisine de la Tchétchénie, était le théâtre de fréquents affrontements armés avec des jihadistes. Ces insurrections avaient été matées par les forces russes après de longues années de combats. Depuis, la Russie n’avait plus connu ce type d’attentats.

Les autorités locales du Daguestan ont décrété trois jours de deuil, de lundi à mercredi. Le dirigeant du Daguestan, Sergueï Melikov, s’est rendu à la synagogue de Derbent, prise pour cible par les attaquants, et a publié une vidéo sur les réseaux sociaux où il apparaît dans l’édifice, encore marqué par des traces de sang.

Le grand rabbin de Russie, Berl Lazar, a fermement dénoncé un « crime ignoble », motivé par une volonté de « tuer le plus grand nombre possible d’innocents ». Des représentants juifs, dont le Congrès juif russe, ont affirmé qu’une seconde synagogue avait également été incendiée lors des attaques.

Sergueï Melikov a déclaré sur Telegram : « Nous savons qui est derrière ces attaques terroristes et quel objectif ils poursuivent. » Il a ajouté : « La guerre arrive dans nos maisons aussi. Nous le sentions, mais aujourd’hui nous l’affrontons », semblant établir un lien avec la situation en Ukraine.

Les autorités russes ont, sans avancer de preuves, accusé Kiev d’avoir joué un rôle dans l’attaque revendiquée par l’EI au Crocus City Hall.

Des individus armés ont également ouvert le feu dimanche contre un véhicule transportant des policiers à Sergokala, village situé entre Makhatchkala et Derbent, blessant l’un d’eux, selon le ministère de l’Intérieur local. Les autorités n’ont pas précisé si ces individus étaient les mêmes que ceux ayant mené les attaques à Makhatchkala et Derbent.

En octobre dernier, des émeutes hostiles à Israël avaient éclaté à l’aéroport de Makhatchkala. Une foule avait envahi le tarmac, en pleines tensions liées au conflit entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, à l’arrivée d’un avion en provenance d’Israël.

La Russie a été visée à de multiples reprises par des attentats et attaques jihadistes, à l’image de l’attentat au Crocus City Hall et de la rébellion islamiste des années 2000 dans le Caucase, mouvement né du premier conflit contre la Tchétchénie séparatiste en 1994-1996. Le week-end dernier, plusieurs membres de l’EI ont été tués après avoir pris en otage deux agents pénitentiaires dans une prison.

L’organisation jihadiste a aussi menacé Moscou en raison de son soutien au régime syrien de Bachar al-Assad. Le week-end dernier, plusieurs membres de l’EI ont été tués après avoir pris en otage deux agents pénitentiaires dans une prison, ravivant les craintes d’une résurgence de la violence jihadiste dans le pays.

Lire Plus

Europe

Grèce : un feu d’artifice tiré depuis un yacht provoque un feu de forêt

Article

le

Grèce : un feu d'artifice tiré depuis un yacht provoque un feu de forêt

Un feu d’artifice lancé depuis un yacht a déclenché un important incendie de forêt sur l’île grecque d’Hydra, vendredi soir. Plusieurs personnes ont été interpellées.

L’incident s’est produit vendredi soir sur l’île d’Hydra, lorsque 17 touristes étrangers à bord d’un yacht loué ont tiré un feu d’artifice, provoquant un incendie dans l’unique forêt de pins de l’île. Malgré leurs tentatives d’éteindre le feu, ils ont dû appeler les pompiers avant de quitter la zone.

Treize membres grecs de l’équipage du yacht ont été arrêtés et devront être traduits en justice. Ils risquent de lourdes amendes, voire des peines de prison. Pour déterminer les circonstances exactes de l’incident, les garde-côtes grecs ont demandé des informations sur les navires présents dans la zone au moment de l’incendie. Cela les a conduits au yacht « Persefoni I », qui a été confisqué à la demande du procureur.

Selon le ministre grec du Changement climatique et de la protection civile, Vassilis Kikilias, 300 hectares de forêt ont été détruits par le feu. Six avions et deux équipes de gardes forestiers ont été mobilisés pour éteindre l’incendie, ce qui a détourné des ressources cruciales des opérations d’extinction dans d’autres régions du pays.

Lire Plus

Économie

Économie : La France parmi les pays visés par des procédures disciplinaires de l’UE pour déficit excessif

Article

le

Économie : La France parmi les pays visés par des procédures disciplinaires de l'UE pour déficit excessif

La Commission européenne proposera aux États membres d’ouvrir des procédures disciplinaires contre sept pays, dont la France, la Belgique et l’Italie, qui ont un déficit excessif.

La Commission européenne se prépare à recommander l’ouverture de procédures disciplinaires contre sept États membres de l’Union européenne, y compris la France, pour avoir dépassé le seuil de déficit public autorisé. Cette mesure, qui concerne également la Belgique, l’Italie, la Hongrie, Malte, la Pologne, et la Slovaquie, devrait être formellement proposée aux autres membres de l’UE le 16 juillet, selon des sources européennes.

Ces pays ont enregistré en 2023 un déficit supérieur à 3 % du produit intérieur brut (PIB), limite imposée par le Pacte de stabilité et de croissance de l’UE. La règle européenne stipule que tout État membre dépassant ce seuil doit réduire son déficit d’au moins 0,5 point de pourcentage par an. En cas de non-conformité, les pays risquent théoriquement des sanctions financières correspondant à 0,1 % de leur PIB annuel. Pour la France, cela pourrait se traduire par une amende de 2,5 milliards d’euros, bien que de telles sanctions n’aient jamais été appliquées jusqu’à présent.

À Bercy, l’annonce de la Commission est accueillie avec sérénité. Le ministère de l’Économie affirme que cette démarche était anticipée et qu’elle ne devrait pas être interprétée comme un indicateur négatif de la santé économique de la France. « C’est une procédure tout à fait normale et prévisible. On s’y attendait et surtout cela ne veut pas dire que la situation économique française est mauvaise, au contraire, » a déclaré un porte-parole du ministère.

Le ministère souligne également que les perspectives économiques de la France sont vues de manière positive par la Commission européenne, qui devrait confirmer cette vision dans ses prochaines communications. Cependant, Bercy admet que « tout peut changer à partir du 7 juillet », en référence aux résultats des élections et leur impact potentiel sur la politique économique française.

Cette décision intervient dans un contexte où plusieurs pays européens luttent contre des déficits croissants exacerbés par les récentes crises économiques et sanitaires. La pandémie de COVID-19 et les tensions géopolitiques, notamment la guerre en Ukraine, ont mis à rude épreuve les finances publiques de nombreux États membres.

La Commission européenne, qui a temporairement assoupli les règles budgétaires pendant la pandémie, signale par cette initiative un retour à une discipline fiscale plus stricte dans l’espoir de stabiliser l’économie européenne et de préserver la confiance dans l’euro.

Les discussions au sein du Conseil européen sur les recommandations de la Commission seront cruciales pour déterminer la suite des événements, y compris la possibilité de négociations pour des plans de réduction de déficit sur mesure ou, le cas échéant, l’application de sanctions financières.

Lire Plus

Les + Lus