Nous rejoindre sur les réseaux

Planète

Quatre astronautes ont quitté l’ISS à bord d’un vaisseau SpaceX, en route vers la Terre

Article

le

quatre-astronautes-ont-quitte-l’iss-a-bord-d’un-vaisseau-spacex,-en-route-vers-la-terre

Quatre astronautes, trois Américains et un Japonais, ont quitté samedi la Station spatiale internationale à bord d’un vaisseau de la société SpaceX, après plus de 160 jours dans l’espace qui doivent se solder par un amerrissage au large de la Floride en pleine nuit.

La capsule Crew Dragon s’est détachée de l’ISS à l’horaire prévu (20H35 samedi sur la côte est américaine, 00H35 GMT dimanche).

« Merci pour votre hospitalité, (…) on se reverra sur Terre », a lancé Michael Hopkins, l’un des quatre astronautes, à l’adresse de ceux restés à bord de la Station.

Le vol retour jusqu’à la Terre devrait durer environ 6 heures et demie.

Les quatre astronautes doivent amerrir dimanche à 02H57 du matin heure locale, dans le Golfe du Mexique (06H57 GMT). Le site d’amerrissage prévu est situé au large de la ville Panama City, en Floride, mais d’autres sites alternatifs ont été désignés en cas de besoin.

« Nous nous sommes entraînés pour récupérer les équipages de jour comme de nuit », a rassuré Steve Stich, responsable du programme des vols commerciaux de la Nasa, interrogé peu avant le départ de la capsule. « Les bateaux ont beaucoup d’éclairage » et nous aurons « la lumière de la Lune », a-t-il dit, en précisant que les conditions météo étaient pour le moment excellentes, avec une mer calme.

Les bateaux de SpaceX peuvent atteindre la capsule « environ 10 minutes après l’amerrissage », a-t-il précisé.

Les Américains Michael Hopkins, Victor Glover, Shannon Walker et le Japonnais Soichi Noguchi ont été en novembre dernier les premiers astronautes d’une mission « opérationnelle » à être transportés jusqu’à l’ISS par la société spatiale d’Elon Musk, qui s’est imposée comme un partenaire incontournable de la Nasa.

Deux autres Américains ont déjà fait le voyage aller-retour à bord de Dragon en 2020, lors d’une mission d’essai de deux mois à bord de la Station. Il s’agissait alors du premier vol vers l’ISS lancé des Etats-Unis depuis la fin des navettes spatiales en 2011, et du premier assuré par une entreprise privée avec des astronautes à bord.

C’est cette fois la première mission régulière a être ramenée sur Terre par SpaceX.

Pour le « plouf » final, les astronautes sont à bord du même vaisseau Dragon, baptisé « Resilience », qui les avait emmenés jusqu’en orbite, et que SpaceX prévoit ensuite de réutiliser pour d’autres missions, après reconditionnement.

Dragon emporte aussi à son bord « des congélateurs scientifiques remplis d’échantillons de recherches » réalisées en apesanteur, a précisé la Nasa.

Le départ de cet équipage, Crew-1, fait suite à l’arrivée à bord de l’ISS la semaine dernière d’une deuxième mission régulière transportée par l’entreprise américaine (Crew-2), dont fait partie l’astronaute français Thomas Pesquet, et à qui le relais a été passé ces derniers jours.

« C’est passé vite »

Mardi, Shannon Walker a transmis le commandement de l’ISS à un astronaute de Crew-2 lors d’une cérémonie symbolique. « Je chérirai ces moments pour toujours », avait-elle déclaré à cette occasion.

Au total, Crew-1 aura passé 168 jours dans l’espace. « Le temps a filé, c’est vraiment passé vite », avait jugé Victor Glover.

« Nous sommes tous, comme vous pouvez l’imaginer, très enthousiastes à l’idée de cet amerrissage, pour ce que cela permettra, à savoir le retour vers nos familles », avait pour sa part dit Michael Hopkins. « Nous sommes très heureux de cette mission. Je pense que nous avons aussi tous hâte de rentrer chez nous ».

Leur départ de l’ISS était initialement prévu pour mercredi, puis vendredi, mais avait dû chaque fois être reporté à cause des mauvaises conditions météo prévues dans la zone d’amerrissage.

La Nasa et SpaceX « collaborent étroitement avec les garde-côtes américains pour établir une zone de sécurité de 10 milles nautiques autour de l’endroit prévu pour l’amerrissage, afin d’assurer la sécurité du public » et des personnes chargées d’aller récupérer les astronautes, a expliqué l’Agence spatiale américaine dans un communiqué.

Lors du retour des deux astronautes de la mission d’essai en août 2020, des bateaux de plaisance s’étaient approchés trop près du lieu d’arrivée de la capsule, et avaient dû être écartés.

En plus des quatre astronautes de Crew-2, restent également dans l’ISS un autre astronaute américain et deux Russes, arrivés eux à bord d’une fusée Soyouz. Avant le départ de Crew-1, la Station spatiale était ainsi peuplée de pas moins de 11 personnes.

Planète

La NASA révèle sonde Clipper : À la quête de vie sur une lune de Jupiter !

Article

le

La NASA révèle sonde Clipper : À la quête de vie sur une lune de Jupiter !

La Nasa a présenté jeudi sa sonde interplanétaire, Europa Clipper, destinée à explorer Europe, une des lunes de Jupiter. L’objectif : rechercher des conditions propices à la vie sur cette lune glacée, qui pourrait abriter de l’eau liquide sous sa surface.

Des extraterrestres barbotent-ils en secret sous la surface d’une lune glacée de Jupiter ? La Nasa a dévoilé, jeudi 11 avril, une sonde interplanétaire destinée à découvrir ce qu’il en est.

La sonde Europa Clipper, d’une valeur de cinq milliards de dollars (environ 4,7 milliards d’euros), doit partir en octobre à bord d’une fusée Falcon Heavy de SpaceX à destination d’Europe, l’une des dizaines de lunes de Jupiter, la plus grande planète du système solaire.

L’appareil voyagera pendant plus de cinq ans et passera notamment par Mars, avant – si tout se passe comme prévu – d’entrer en orbite autour de Jupiter et Europe en 2031.

« L’une des questions fondamentales que la Nasa veut comprendre est : ‘Sommes-nous seuls dans le cosmos ?' », explique Bob Pappalardo, scientifique de la mission. Si une preuve de vie était découverte, « ce serait (une avancée) énorme pour comprendre à quel point la vie est répandue dans l’univers », ajoute-t-il.

Une fois sa mission débutée, Clipper entamera une inspection détaillée de ce satellite de Jupiter, d’une taille comparable à la Lune, que les scientifiques croient recouvert d’eau gelée.

« Nous avons des instruments comme des caméras, des spectromètres, un magnétomètre et un radar qui peuvent (…) pénétrer la glace, rebondir sur l’eau liquide et revenir à la surface pour nous indiquer à quel point la glace est épaisse et où l’eau liquide se situe », poursuit Bob Pappalardo.

Les responsables de la mission n’espèrent pas trouver de petits hommes verts en train de barboter : en fait, ils ne recherchent pas forcément de signe de vie, seulement des conditions favorables à celle-ci.

Les scientifiques savent que même par des climats extrêmes sur Terre, sous la calotte glaciaire dans des milieux sans lumière, de petites formes de vie peuvent exister.

« Si les lunes autour des planètes éloignées des étoiles pouvaient héberger la vie, alors le nombre de possibilités dans le système solaire, dans l’univers, que la vie soit présente, augmente drastiquement, je pense », estime Jordan Evans, chef de projet pour la mission Europa Clipper.

L’étude d’Europe ne sera toutefois pas aisée : un puissant champ de radiations englobe le satellite naturel de Jupiter et il pourrait abîmer les instruments de Clipper, qui recevra l’équivalent de 100 000 radiographies du thorax à chaque boucle autour de son objectif.

À cause de la distance, les données de la sonde mettront 45 minutes à arriver au poste de contrôle. Et malgré ses énormes panneaux solaires qui se déploieront une fois dans l’espace, il sera ardu de maintenir Clipper en service, selon Jordan Evans.

« Près de la Terre, ils pourraient alimenter 20 maisons en continu. Et (près de) Jupiter, seulement quelques ampoules et petits appareils », du fait de l’éloignement de la planète vis-à-vis du Soleil, explique-t-il.

La mission, dont la planification a commencé à la fin des années 1990, doit se terminer vers 2034, quand Clipper aura atteint la fin de sa durée de vie utile.

La dernière étape de la sonde consistera à s’écraser sur une lune de Jupiter, déclare Tim Larson, chef adjoint du projet.

« Quand nous en aurons terminé avec la mission scientifique, la façon d’en finir est de s’écraser sur l’un des autres corps (célestes) du système jovien à disposition de l’appareil », conclut-il. « Pour l’instant », la Nasa prévoit de précipiter la sonde contre Ganymède, le plus gros satellite naturel de Jupiter, précise-t-il.

Lire Plus

Monde

Record de chaleur au Brésil : Jusqu’à 62,3°C degrés ressentis à Rio

Article

le

Record de chaleur au Brésil : Jusqu'à 62,3°C degrés ressentis à Rio

Un nouveau record de température ressentie a été battu samedi à Rio de Janeiro, au Brésil, en proie à une vague de chaleur.

La canicule qui sévit en Amérique latine depuis le début de l’année a atteint des proportions alarmantes ce week-end, avec des températures ressenties atteignant un record de 62,3°C à Rio de Janeiro, au Brésil. Alors que la chaleur accablante continue de s’abattre sur la ville, les autorités locales ont émis des avertissements urgents exhortant les résidents à prendre des précautions extrêmes pour se protéger du soleil.

L’ouest de Rio, où se trouvent de nombreux quartiers défavorisés, a été particulièrement touché, avec une température ressentie dépassant les 62°C dès 09h55 locales à Guaratiba. Cette montée de chaleur sans précédent a suscité des inquiétudes quant aux effets dévastateurs sur la santé des habitants, en particulier ceux vivant dans des conditions précaires.

Dans le quartier résidentiel du Jardin botanique, même avec une température maximale de 42°C, les thermomètres ont enregistré une température ressentie de 57,7°C, poussant les résidents à chercher désespérément des endroits frais pour se protéger de la chaleur étouffante.

Alors que Rio lutte contre la chaleur intense, Sao Paulo, la plus grande ville d’Amérique du Sud, a également connu des températures record, atteignant 34,7°C, la journée la plus chaude de l’année jusqu’à présent. Malgré un léger soulagement avec une baisse à 34,3°C le lendemain, les parcs de la ville étaient bondés, avec de nombreux habitants cherchant refuge dans les zones vertes pour échapper à la chaleur accablante.

Cependant, alors que certaines régions du Brésil font face à une chaleur extrême, d’autres sont menacées par des inondations. Dans le sud du pays, des précipitations torrentielles sont attendues, mettant en danger les régions déjà fragilisées par les tempêtes récentes. Uruguaiana, dans l’État du Rio Grande do Sul, a déjà signalé des inondations majeures, avec jusqu’à 500 millimètres de pluie prévus dans les prochains jours.

Les experts mettent en garde contre l’impact croissant du changement climatique et du phénomène El Niño sur la région, aggravant les conditions météorologiques extrêmes et augmentant les risques pour les populations locales. Alors que le Brésil continue de subir des températures sans précédent, la nécessité d’actions urgentes pour atténuer les effets du changement climatique devient de plus en plus pressante.

Lire Plus

Europe

Accord historique de l’UE pour verdir ses emballages d’ici à 2030

Article

le

Accord historique de l'UE pour verdir ses emballages d'ici à 2030

Les eurodéputés et les États membres concluent un accord clé visant à réduire les déchets d’emballages et à interdire les plastiques à usage unique dans la restauration d’ici à 2030.

Ce lundi 4 mars 2024 restera gravé dans l’histoire environnementale de l’Union européenne (UE) avec l’annonce d’un accord historique pour verdir les emballages dans l’UE d’ici à 2030. Après des négociations intenses, eurodéputés et États membres se sont entendus sur un texte clé du « Pacte vert », fixant des objectifs ambitieux pour réduire les déchets d’emballages et restreindre l’utilisation de substances polluantes.

Selon cet accord, les plastiques à usage unique seront interdits dans la restauration d’ici au 1er janvier 2030, tandis que les emballages en papier et carton resteront autorisés. Cette mesure-phare s’inscrit dans le cadre d’un objectif global de réduction de 5% du volume total de déchets d’emballages d’ici à 2030, comparé à 2018, avec des réductions supplémentaires prévues pour 2035 et 2040.

Une autre disposition majeure de l’accord stipule que tous les emballages dans l’UE devront être recyclables d’ici à 2030 et effectivement recyclés à une échelle significative d’ici à 2035, dans le but de promouvoir une économie circulaire.

L’interdiction des plastiques à usage unique s’étendra également à d’autres produits tels que les flacons miniatures de shampoing, les dosettes de sauces, les films de protection dans les aéroports, et les emballages plastiques des fruits et légumes non transformés. Les sacs en plastique ultra-légers seront également bannis, avec quelques exceptions.

La législation fixe des objectifs contraignants de réemploi des emballages dans divers secteurs d’ici à 2030, à l’exception du secteur viticole et des micro-entreprises.

Malgré ces avancées, des dérogations ont été accordées aux États qui dépassent leurs objectifs de recyclage et de prévention des déchets, tandis que les emballages en carton ou papier ne sont pas directement visés.

Cette décision intervient après de vives tractations, notamment dans le secteur de la restauration, sous la pression d’un intense lobbying. Finalement, les restaurants devront « s’efforcer » d’atteindre 10% d’emballages réutilisables d’ici à 2030, mais seront tenus d’accepter les contenants apportés par les clients.

Enfin, à partir de 2026, l’ajout intentionnel de polyfluoroalkylés (PFAS, « polluants éternels ») dans les emballages alimentaires sera interdit, malgré les avertissements des scientifiques sur leurs effets nocifs.

Lire Plus

Les + Lus