Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Qualifs Mondial-2022: au Kazakhstan, les Bleus ont fait le boulot

Article

le

qualifs-mondial-2022:-au-kazakhstan,-les-bleus-ont-fait-le-boulot

L’équipe de France a obtenu dimanche au Kazakhstan la victoire (2-0) qu’elle était venue chercher, un résultat logique qui la lance dans sa campagne qualificative pour le Mondial-2022.

Il a fallu attendre la 2e journée, et un long périple dans le pays d’Asie centrale, non loin de la base de lancement russe Baïkonour, pour voir la mise en orbite des Bleus.

Ousmane Dembélé (20e) et Sergei Maliy (44e c.s.c.) lui ont permis d’assurer ce qui était bien le minimum syndical chez la 122e nation Fifa.

Mais quatre jours après le nul décevant contre l’Ukraine (1-1), voilà que l’équipe de Didier Deschamps enclenche enfin la vitesse supérieure, pour prendre provisoirement la première place de son groupe.

Certes, le Qatar est encore très loin, et le classement anecdotique à ce stade de la compétition, mais les champions du monde en titre sont là où leur statut les impose d’être.

A Sarajevo mercredi, chez la coriace Bosnie-Herzégovine, il s’agira pour eux de prouver qu’ils peuvent la conserver jusqu’au bout.

Les Bleus s’y déplaceront avec la conviction renforcée d’être très solides hors de leurs bases. Au Kazakhstan, ils ont empoché un septième succès consécutif à l’extérieur, égalant le record réalisé entre 1990 et 1991.

Ni les 4.700 kilomètres de trajet, ni le froid, ni la pelouse synthétique, ni le décalage horaire (4 heures) n’ont dessiné de faille dans le bloc conçu par Deschamps.

Ni même le fait d’avoir aligné une équipe bis: des titulaires à Nur-Sultan, seuls Hugo Lloris et Antoine Griezmann avaient débuté contre l’Ukraine, en vertu du turn-over annoncé par le sélectionneur.

Sa politique a profité aux joueurs dont la place n’est pas certaine à 100% pour l’Euro à venir cet été, à commencer par Ousmane Dembélé.

Pour sa première titularisation en deux ans et demi, le « moustique » s’est senti à son aise sous le toit de l’Astana Arena. Dans son style habituel de dynamiteur, le Barcelonais a ouvert le score d’une frappe croisée du gauche.

La passe décisive est signée Thomas Lemar, un autre prétendant au grand rendez-vous continental de l’année. Il s’agit de sa deuxième « assist » en 23 sélections.

Mbappé rate un penalty

Le Guadeloupéen aurait même pu marquer son 5e but, s’il avait choisi de frapper plutôt que de tenter un centre pour Anthony Martial, alors qu’il était en position de tir (43e).

Pour la défense, et la charnière composée par Kurt Zouma et Clément Lenglet, alignés ensemble pour la troisième fois, il faudra sûrement repasser, le Kazakhstan ayant franchi la ligne médiane trop peu de fois…

La sélection d’Asie centrale a même bien aidé les Bleus, avec un but contre son camp, de la tête par Maliy, sur un corner d’Antoine Griezmann.

Cela a évité aux Bleus de vivre une seconde période sous la menace d’un coup du sort, comme celui qui avait permis à l’Ukraine, qui n’a cadré aucun tir durant le match, d’égaliser.

Mais les Français auraient certainement dû faire plus, et notamment Kylian Mbappé, entré à la 59e minute. Le Parisien, critiqué pour sa performance terne mercredi, a raté un penalty, stoppé par Aleksandr Mokin, parti du bon côté (75e).

Le gardien s’était interposé plus tôt (70e) sur une première tentative du Parisien, l’actuel symbole des difficultés dans l’animation offensive des champions du monde, encore visibles dimanche.

« Kyky », bien lancé, a perdu un nouveau duel dans le temps additionnel face au portier du Tobol Kostanay (90e+1).

Tout n’est pas encore parfait, donc, mais l’essentiel était bien ailleurs pour les Bleus, enfin victorieux. Un succès en Bosnie mercredi, et le plan de vol sera respecté avant l’Euro.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus